Publicité
Publicité
Equipementiers - 05/09/2022

Matières premières : l'aluminium et les précieux se déprécient

Par AFP

(AFP) - Les cours des métaux précieux ont flanché sur la semaine, minés par la vigueur du dollar et la perspective d'une poursuite du resserrement de la politique monétaire américaine.

L'once d'or a reculé jeudi à son plus bas depuis un mois à 1.688,93 dollars.
L'or souffre de l'appréciation du dollar, car le billet vert est la devise de référence du marché aurifère et sa hausse rend le métal jaune plus coûteux pour les investisseurs utilisant d'autres monnaies.
Compte tenu du message du patron de la Réserve fédérale américaine (Fed), Jerome Powell, en fin de semaine précédente, "sa détermination à faire baisser l'inflation via une politique monétaire plus ferme" vont peser sur l'or, préviennent les analystes de UBS.
Dans le sillage de l'or, les autres métaux précieux souffrent : l'argent et le platine ont sombré jeudi à un plus bas depuis l'été 2020 à respectivement 17,56 dollars et 821,28 dollars l'once.

Dans le cas du platine, "fondamentalement, il y a des signaux que la demande réelle est présente, mais ça ne se voit pas dans le prix", a indiqué à l'AFP Nicky Shiels, du courtier de métaux précieux MKS PAMP.
La baisse de 25% du platine en six mois s'explique par sa corrélation à l'or, mais comme le marché du platine est bien plus petit et moins liquide que celui de l'or, les mouvements y sont amplifiés.
Par ailleurs, le principal producteur de platine au monde est l'Afrique du Sud, dont la devise a plongé face au dollar, rendant ses exportations moins coûteuses.
En revanche, la demande augmente, notamment pour l'industrie automobile, qui utilise le platine pour ses catalyseurs. "La pénurie de puces, qui a entravé la production de véhicules, s'apaise", a souligné Nicky Shiels.
Selon elle, le platine pourrait donc rebondir... A condition de ne pas rester entraîné dans le sillage de l'or.
L'once d'or s'échangeait pour 1.717,72 dollars vendredi vers 15H00 GMT (17H00 à Paris), contre 1.738,14 dollars sept jours plus tôt en fin de séance.
L'once de platine coûtait 845,79 dollars, contre 866,97 dollars une semaine plus tôt.
   
L'aluminium au bout du rouleau
Les métaux industriels qui s'échangent à la Bourse des métaux de Londres (LME) ont aussi été plombés sur la semaine par un dollar en pleine forme et par la perspective d'une politique monétaire plus stricte.
"En plus, les inquiétudes sur la croissance ont été alimentées par la lutte contre le Covid-19 qui continue en Chine avec de longs confinements" qui pèsent sur l'activité du premier importateur mondial de métaux, relève Ole Hansen, analyste chez Saxo Bank. L'aluminium a vu son cours plonger à 2.288 dollars jeudi, un plus bas depuis mars 2021.

Pourtant, à plus long terme, ce métal pourrait profiter des limitations de la production que pourrait causer la crise énergétique à travers le monde, les fonderies d'aluminium étant particulièrement gourmandes en électricité.
"Les dernières informations venues de la région chinoise de Yunnan montrent que l'offre pourrait être réduite, avec des niveaux de réserve d'eau à 50% de leur niveau habituel", alors que de nombreuses usines d'aluminium de la région utilisent l'électricité venue de barrages hydrauliques, notent les analystes de Commerzbank.
La tonne d'aluminium s'échangeait pour 2.318,50 dollars sur le LME, contre 2.493,50 dollars sept jours plus tôt à la clôture.

Réactions

La. Chine lance un programme gigantesque de construction de plusieurs dizaines de centrales nucléaires ,visionnaires ?

Et détruit en masse des immeubles non occupés car non terminés et sans fenêtres faute d'acheteurs.
Visionnaires ?
;-(

Sans doute pas les mêmes visionnaires...

En effet la Chine sait que 21 ieme siècle sera ……électrique

Le 20ème siècle était quoi du coup ?

Boise qui nous fait des raffarinades...?
;0)

Non lui c’était la route est droite mais la pente est raide.
Et la bonne vanne elle vient?

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Analyse

A peine envisagées, les relocalisations déjà contestées méritent d’être défendues

Alors que nous continuons d’importer massivement les véhicules que nous consommons, qu’ils soient électriques ou thermiques, le mouvement de relocalisation des assemblages à peine entamé est déjà contesté au nom des avantages économiques patents de la mondialisation. Face à cette contre-offensive des tenants de la globalisation, il faut tenir bon et continuer de tenter de faire de l’électrification une opportunité de réindustrialisation automobile de la France.

Hommage

Décès de Jean Pepino

Ancien concessionnaire Ford, président régional et vice-président du groupement des concessionnaires Forami, Jean Pepino est décédé à l'âge de 88 ans.

Equipementiers - 21/11/2022

BMW récompense ses fournisseurs les plus innovants

Le groupe BMW a décerné ses Supplier Innovation Award, récompensant ses meilleurs fournisseurs en termes d’innovation, avec un prix spécial cette année pour saluer l’engagement des salariés ukrainiens de ses fournisseurs de faisceaux électriques.