Constructeurs - 19/05/2020

Renault Sandouville : FO et la CFE-CGC obtiennent un accord sur le paiement des salaires

L’arrêt de l’usine de Sandouville sur décision de justice a créé une incertitude sur les modalités de paiement des salaires puisque le chômage partiel n’est pas possible dans ce cas de figure. FO, syndicat leader sur ce site s’est allié à la CFE-CGC pour obtenir un paiement par le biais des "comptes temps collectifs". Les explications de Fabien Gloaguen, délégué FO du site Renault de Sandouville.

Renault Sandouville : FO et la CFE-CGC obtiennent un accord sur le paiement des salaires

Auteur : Florence Lagarde
Directrice de la rédaction et Directrice de la publication

Partagez cet article     

Passée l’incompréhension de la décision du tribunal judiciaire du Havre du 7 mai qui a ordonné l’arrêt de l’usine, Fabien Gloaguen, délégué FO Renault Sandouville a demandé à sa direction une séance de négociation concernant le paiement des salariés.
"Les payes sont bouclées cette semaine chez Renault et c’était important pour nous de prendre les devants. Les salariés étaient dans l’expectative et nous ne voulions pas rajouter de la colère à la colère", nous a-t-il dit. 

Alors que la CFDT n’est pas représentative sur le site de Sandouville (8,99% aux dernières élections), FO (35,11% des voix) et la CFE-CGC (20,26%) ont annoncé qu’il signeraient l’accord ce vendredi 20 mai.
L’enjeu c’était que les salaires ne soient pas conditionnés à la prise de congés individuels puisque l’arrêt de l’usine n’ayant pas de cause économique (mais le résultat d’une décision de justice) le chômage partiel n’était plus possible.

Lors de la réunion de ce lundi, la direction de l’usine a accepté de maintenir à 100% les salaires "par le biais de positionnement de CTC sur les séances non travaillées depuis le 11 mai 2020", précise un communiqué commun de FO Sandouville et la CFE-CGC.
Les "comptes temps collectifs" sont alimentés chaque année par des jours de congés qui ne sont pas à la main du salarié. C’est un peu du chômage partiel maison puisque ce sont des jours de congés qui ne peuvent être activés que par la direction de l’usine et sont utilisés dans la pratique dans les périodes de sous-activité. Pour les nouveaux embauchés qui n’auraient pas suffisamment de jours de CTC, le compteur pourra être négatif jusqu’à -7 jours.

Combien de jour seront nécessaires ? "Cela dépendra de la reprise", nous a répondu Fabien Gloaguen qui espère qu’elle interviendra rapidement. "Pour nous, il n’y a rien de sanitaire dans cette situation. Nous avions déjà un protocole sanitaire pour Sandouville déployé entre la direction et la commission sanitaire qui a permis d’échanger sur les mesures mises en œuvre en termes de prévention et un important travail a été fait."

La décision de justice ayant demandé la tenue à nouveaux des instances représentatives du personnel, un conseil social et économique (CSE) extraordinaire a eu lieu le 14 mai, une réunion de la commission santé, sécurité et conditions de travail (CSSCT) est prévue ce mardi 19 au matin et un nouveau CSE mercredi 20 mai. Dans le meilleur des cas, la reprise interviendra donc au mieux le 25 mai, soit après au moins 10 jours d’arrêt forcé.

Les deux organisations syndicales ont également demandé et obtenu de la direction que l’usine de Sandouville puisse déroger à l’accord "Contrat de solidarité et d’avenir" qui prévoit des séances supplémentaires obligatoires. Les samedis travaillés seront donc au volontariat pour les salariés de Sandouville.

Indépendamment de cette situation, la CGT a remis en avant la semaine dernière une enquête en cours sur le niveau des intérimaires sur le site de Sandouville qui avait atteint un point haut en 2018 à 1.500 personnes. "Nous aussi aimerions plus de CDI mais nous ne crachons pas dans la soupe", nous a dit Fabien Gloaguen. "L’intérim fait vivre des familles et sort des gens de la précarité. L’intérim c’est aussi le meilleur tremplin pour avoir un CDI. Sur les 700 embauchés en CDI que nous avons eu en 4 ans, plus de 95% étaient des intérimaires", explique le délégué syndical. "A FO, nous avons toujours mis l’emploi en avant. C’est toujours bon signe d’avoir des intérimaires dans l’entreprise, ça veut dire que nous avons des commandes."
C’est toujours le cas à Sandouville qui fabrique le Trafic dont le succès lui assure un carnet de commandes de 55 jours et fait travailler 700 intérimaires en plus des 1.950 Renault.

Partagez cet article     

Articles connexes :

La fermeture de l’usine Renault de Sandouville, une décision incompréhensible Constructeurs - 10/05/2020

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Un coût de SMS exorbitant,et un syndicat qui ne s’est pas fait que des amis, combien va coûter cette farce à Renault?
La Justice certains s’en moquent regardez Amazon qui est sous la même sanction et livre toujours autant avec ses dépôts Anglais et Belges.
Encore une fois comment fait Toyota pour produire en France sans vagues et avec qualité ?y’a matière à réflexion et ils ont des syndicats aussi.
Sur radio moquette j’apprends que Maserati va fermer en France écœurée par l’ambiance anti bagnole et des taxes de près de 30000€ sur une caisse ,au fou!

Alain Boise, Le 19/05/2020 à 08:31

Pendant que certains syndicats empêchent de travailler, d'autres négocient la non perte de salaire pour une décision de justice sans rapport direct avec des mesures sanitaires non appliquées.
Tout un monde les sépare…
Mais Renault ne va pas pouvoir payer longtemps ses salariés restés à la maison.
La photo de l'article doit concerner l'usine de Renault MCA de Maubeuge là où sont fabriqués les Kangoo 2 et Citan.
Sandouville produit des utilitaires plus volumineux, soit le Trafic.
clerion

Anonyme, Le 19/05/2020 à 08:52

Bonjour Alain, vous reprochez à Amazon de ne pas respecter la Justice française pour ses dépôts anglais et belges. Au fou !
La Justice française est suffisamment stupide pour interdire à Amazon l'emballage et l'envoi de bouquins tandis qu'elle permet l'emballage et l'envoi de masques. Au fou !
Livrer des masques n'est pas dangereux pour les employés tandis que livrer des livres est excessivement dangereux. Au fou !
Heureusement que les Anglais et les Belges sont moins doctrinaires (imbéciles, crétins, stupides, idiots) que les Français. Au fou !

Bruno Haas, Le 19/05/2020 à 09:56

A Clerion,
Merci pour votre remarque, c'était en effet une photo de Maubeuge. Nous avons mis une nouvelle photo qui cette fois est bien de Sandouville.

Florence Lagarde, Le 19/05/2020 à 12:06

Depuis le temps que je vous dis que ce clerion est "le meilleur d'entre nous" !

Bruno Haas, Le 19/05/2020 à 12:09

Merci pour la mise à jour de la photo.
Choix des mots et choc des photos…
Remarque en toute modestie de ma part…
clerion

Anonyme, Le 19/05/2020 à 13:50

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 19/05/2020

Jeep lance la location au km

Déjà proposée sur toute la gamme Jeep en Italie, l'offre de location au km inventée par Leasys est lancée en France sur la gamme Renegade.

Services

Catégorie Constructeurs

Nissan va annoncer des milliers de suppressions d'emplois

(AFP) - Le constructeur automobile japonais Nissan, en grande difficulté, devrait annoncer plusieurs milliers de suppressions d'emplois supplémentaires dans le monde dans le cadre du plan de redressement qu'il compte dévoiler jeudi prochain, a affirmé vendredi l'agence de presse japonaise Kyodo News.

25/05/2020

Renault annoncera le 29 mai son plan d’économies

On saura vendredi 29 mai prochain les décisions qui ont été prises par Renault pour restaurer sa profitabilité mise à mal depuis 2 ans et que la crise Covid-19 a aggravé. La présentation de ce plan sera précédée de celui de l’Alliance le 27 mai et Nissan le 28 mai.

20/05/2020

Mitsubishi Motors : perte nette confirmée en 2019/20

(AFP) - Le constructeur automobile japonais Mitsubishi Motors, troisième membre de l'alliance Renault-Nissan, a confirmé mardi une perte nette sur son exercice 2019/20 achevé le 31 mars, où son activité a souffert de la guerre commerciale sino-américaine puis de la pandémie.

20/05/2020