Publicité
Constructeurs - 10/12/2021 - #Volkswagen , #Tesla

Volkswagen garde son patron et muscle ses dépenses pour réussir le virage électrique

(AFP) - Le patron de Volkswagen a une fois de plus sauvé sa tête : Herbert Diess a été confirmé jeudi à la direction du géant automobile, qui va doper ses investissements dans la voiture du futur et espère en finir avec des mois de turbulences internes.

Auteur : AFP

Partager cet article

Sur les cinq prochaines années, le groupe allemand va investir 89 milliards d'euros pour s'affirmer dans la course à la voiture du futur actuellement dominée par l'américain Tesla.

"Nous sommes engagés dans la plus grande transformation de l'histoire du groupe Volkswagen", a commenté le patron Herbert Diess, au coeur ces derniers mois d'un violent conflit avec les représentants du personnel.

Pour tenter de mettre fin à cette crise de gouvernance, sur fond de virage vers la mobilité électrique, le conseil de surveillance a annoncé jeudi un mini remaniement à la direction du groupe, dans un esprit de compromis.

Principal changement : M. Diess va céder la responsabilité des opérations en Chine, marché stratégique, à un autre poids lourd de l'entreprise, le responsable de la marque VW, Ralf Brandstätter, qui rejoint également le conseil d'administration.

En compensation, le patron de 63 ans va directement superviser l'entité Cariad, unité de Volkswagen chargée de coder les logiciels au coeur de la révolution électrique et connectée engagée par la filière automobile.

"Ce n'était pas formidable pour l'entreprise", a concédé le président du conseil de surveillance Hans-Dieter Pötsch à propos des récentes turbulences internes qui ont semé le doute chez les investisseurs.

Avec ces ajustements, "le calme doit revenir", a promis la présidente du comité d'entreprise Daniela Cavallo dans une lettre aux employés.

Diess se "sent renforcé"

Herbert Diess et les représentants syndicaux de Volkswagen se sont affrontés ces dernières semaines sur le style de gestion et la stratégie d'électrification du bouillant patron, qui a pris le volant de Volkswagen en 2018.

M. Diess, favori des marchés financiers, n'a jamais caché son ambition de "casser les structures anciennes et sclérosées" qui, selon lui, freinent le géant dans sa reconversion. Il a frôlé le limogeage à plusieurs reprises.

L'Autrichien avait déjà dû céder l'année dernière la responsabilité de la marque VW à M. Brandstätter après des semaines de querelles entre les puissants dirigeants syndicaux et différents responsables de l'entreprise sur le rythme et l'ampleur des plans de réduction de coûts.

Dernier accrochage en date : Herbert Diess avait averti que 30.000 emplois pourraient être supprimés en cas de blocage dans la mise en oeuvre de la transition industrielle. Ces propos avaient mis le feu aux poudres.

La fascination du grand patron pour Tesla et son affichage sur les réseaux sociaux avaient fini par agacer les salariés.

Evoqué en interne et relayé dans la presse, son départ aurait été "particulièrement ironique" alors que "l'ensemble du plan d'investissement qui a été décidé repose sur la stratégie Diess", observe Ferdinand Dudenhöffer, directeur du Center Automotive Research à Duisbourg (ouest).

"Je me sens renforcé", a assuré l'intéressé jeudi lors d'une conférence de presse, assurant "n'avoir jamais perdu la motivation" au fil du conflit.

Wolfsburg électrique

"Il y aura des suppressions de postes" mais de manière "socialement acceptable" notamment via des départs à la retraite, a expliqué jeudi Daniela Cavallo.

Le géant aux douze marques va consacrer 56% du total de ses investissements de 159 milliards d'euros aux technologies clés du futur, contre 50% pour la période entre 2020 et 2024.

"Une voiture vendue sur quatre" sera électrique en 2026, estime le groupe. L'investissement dans l'électrique progresse de 50% à 52 milliards d'euros, tandis que les fonds alloués à l'hybride - qualifié de "technologie de transition" - diminuent de 30% à 8 milliards d'euros.

De l'argent est également nécessaire pour financer l'ouverture, avec des partenaires industriels, de six méga-usines de cellules de batteries en Europe dans les prochaines années.

La transformation numérique coûtera quelque 30 milliards d'euros.

Pour répondre à la forte demande électrique, la production du modèle phare ID.3, actuellement à Zwickau, va également démarrer en 2024 sur le site historique de Wolfsburg, où aucun modèle électrique n'est produit pour l'instant. Il s'agissait d'une demande centrale du comité d'entreprise.

La future berline électrique et connectée, baptisée Trinity, que Volkswagen prévoit de commercialiser en 2026, sera elle produite dans une nouvelle usine à proximité de Wolfsburg.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Il marche à la Duracell le Diess (de Der)

Bruno Haas, Le 10/12/2021 à 10:48

... "Tapie" dans l'ombre de Musk ?
;0))

Ade Airix, Le 10/12/2021 à 11:18

Voilà un groupe de grosses têtes en perdition et grosse dette loin d'être maitrisée... qui n'arrive pas à vendre pus de 380000 caisses aux US ((Stellantis fait largement mieux) et moins que Subaru tout seul !!
En Chine ils ont des copains, mais tout ce qu'il y a de plus fourbe ! Chez les indiens ceux-ci croisent tous les deux minutes une Suzuki, mais jamais entendu parler de VW !! Même Carlos est plus connu !!
Des spécialistes du VE à marche forcée et six méga usines...d'un produit qu'ils n'ont pas idée ce qu'il sera fait et terminé industriellement !!
De moyennes frappes qui veulent faire illusion avec des chiffres, car Merco au casino avec eux joue 60 milliards que dans la caisse "autonome" !! Ils sont drôles et pathétiques!
Musk va copier Toyota, il va estampiller ses Tesla: "Tesla made in Germany" ...cela va agacer le chancelier !! Je suis invité à faire un petit tour à Berlin pour le printemps !!
N'oubliez pas de brancher tous les soirs vos petits VE (achetés à prix d'or) ne serait-ce que pour voir si vos piles chargent et ne sont pas pourries sous votre siège !!
Et si je m'achetais plus tard un VE Toyota pour voir ??

Durand Pierre, Le 10/12/2021 à 12:00

Jo, toute la première partie de votre commentaire essaie de démontrer que VW est un petit acteur un peu partout : aux Etats-Unis, en Inde, en Chine.
Votre démonstration est ridicule quand on sait que le groupe VW est le premier au monde en volume - classement que je déteste - quasi exæquo avec Toyota.
Certes Subaru vend deux fois plus de bagnoles aux Etats-Unis que Volkswagen. Position très dépendante des USA car Subaru vend 1 M de voitures dans le monde dont 70% outre Atlantique !
Faut-il vous rappeler que "les grosses têtes en perdition" vendent 10 fois plus de voitures dans le monde ?

Bruno Haas, Le 10/12/2021 à 13:07

Faux. Subaru appartient au Groupe Toyota… et VW peut s’accrocher en termes de ventes et santé financière !! Le fait de vendre des dizaines de millions de voitures dans le monde n’a plus aucune signification économique et presque même boursière!
La Chine vend plus de 25 millions de voiture chez eux… et aucune conséquence en Occident pour l’instant ! Encore un faux raisonnement !! En vue que le Budget chinois passe en une préparation à la guerre en ce moment… vous avez oubliez l’histoire de l’Europe !!
Elle va nous repasser les plats !!
Vous êtes Atlantiste ou pas … et on ne peu pas dire que l’industrie auto mondiale va bien !!
La rédaction d’Autoactu est assez clairvoyante en ce moment !!

Durand Pierre, Le 10/12/2021 à 16:53

"Subaru appartient au Groupe Toyota", oui, plus ou moins...
En fait Toyota détient 16,5 % du groupe Fuji Heavy Industries, pas tout à fait pareil.
Mais ça n'a de toute façon aucune importance vis-à-vis du groupe Volkswagen que vous détestez presque autant que Mercedes.
Vous finirez avec un ulcère à l'estomac ! Ah ? vous l'avez déjà. Maalox 3 fois par jour.

Bruno Haas, Le 10/12/2021 à 17:18

Attendez et les conglomérats coréens Hyundai et ses chantiers navals sont quoi face au groupe nain VW … qui nous cassent les oreilles avec leurs petits milliards mal investis dans un mono produit qu’est le VE et leur dette colossale la plus forte d’Allemagne !!
Tous les constructeurs auto ont une place chez moi y inclus VW.
Carlos avait la plus grosse à un moment donné mais l’effet de la plus grosse ne marche plus !!
VW traîne un tel boulet, mais personne peut dire qu’ils sont près de la faillite !
Leurs produits VE ne cassent pas des briques…et c’est une réalité et il faut lire les tests des ID et vous voyez que pour le prix, ils sont loin d’avoir réussi à maîtriser ne serait-ce que le soft de communication à intérieur de leurs voitures pleines de plastique !
Au même prix le prix du plastique des Mercos est beaucoup plus classe vieux bourges !
Vous n’êtes pas informaticien, mais si c’était le cas, vous seriez à genoux devant les centres de développement informatiques de Tesla et leur avance technologique.
Le retard de ce point de vue en Europe est abyssal, allez de dix ans et il faudrait qu’ils ne bougent plus maintenant pour nous attendre pour qu’on puissent les rattraper!
Avez vous déjà roulé dans une Tesla un bon paquet de km ?
Marre du baratin arrogant de VW et de Merco…

Durand Pierre, Le 10/12/2021 à 17:56

Sans blague ??
;0)

Lucos , Le 11/12/2021 à 13:58

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 10/12/2021

L’arroseur arrosé, la pression politique sur l’électrification est maintenant sur les gouvernants

En matière d’électrification du marché automobile, la technologie seule ne fait pas tout. Sans l’énergie, les ressources et l’infrastructure, les batteries pourraient vite apparaitre comme des technologies de transition avec un potentiel de développement bien plus limité que le public serait en droit de le penser. Pour éviter cela, les dirigeants politiques doivent investir rapidement l’argent du contribuable pour soutenir l’écosystème favorable au déploiement des véhicules électriques à batteries.

Analyse