Publicité
Publicité
Analyse - 30/03/2023 - #Renault , #Volkswagen , #Bmw , #Chrysler , #Peugeot

Bonne ID au carré

Par Jean-Philippe Thery

Bonne ID au carré
VW ID. 2all. Regardez-la bien, c’est un concept ! (Crédit photo : Volkswagen)

VW nous partage ses ID depuis 2019. Mais la dernière en date pourrait bien être la meilleure d’entre elles.

Mine de rien (ou de lithium), je commence à accumuler une belle expérience en voitures électriques.

Evidemment, les 7 modèles à mon actif feront bien rigoler les essayeurs professionnels, même si ça me situe très au-dessus de la moyenne des automobilistes français, et plus encore des anti-VE qui se répandent en postages acrimonieux sur les réseaux prétendument sociaux, sans n´avoir mis la main sur le volant de l’un d’entre eux. Pour autant, je doute que ceux qui aujourd’hui testent les modèles à neutrons en long et en large -mais plus rarement en travers- aient connu comme moi leur baptême électrique à la fin du siècle dernier au Brésil.

A l’époque, et parce qu’il avait travaillé sur le sujet dans ses fonctions antérieures, le directeur plan produit de Renault récemment nommé au Brésil avait eu la bonne idée de faire venir à São-Paulo un des rares exemplaires de la Clio électrique afin de l’exhiber dans le cadre d’une exposition intitulée "França 2000", destinée à promouvoir auprès des brésiliens ce que l’industrie française produisait de meilleur. Je dois donc à Laurent (il se reconnaitra) ma première crise de "range anxiety" au retour d’un trajet dans la banlieue de São-Paulo, alors que l’œil rivée sur l’aiguille des kWh s’approchant dangereusement de l’horizontale, je tentais de rallier l’Avenida Faria Lima où siégeait Renault do Brasil. Même si je dois à l’honnêteté d’avouer le détour effectué par l’aéroport pour épater…je veux dire déposer une collègue.

Je me rappelle également les tribulations administratives que m’a valu l’auto, surtout après que Laurent -décidément peu avare en trouvailles géniales- avait demandé à la garder au-delà du délai initial (et raisonnable) pour le Salon de l’Auto, et afin de la faire essayer par des journalistes. Sans compter les négociations avec la régie de notre immeuble pour obtenir une prise au deuxième sous-sol du parking, ni la plaque électronique planquée dans le fond de ma valise au retour d’une mission de France, l’engin ayant grillé quelques transistors par incompatibilité avec les électrons locaux lors d’une séance de charge.

Cette histoire passionnante méritait d’autant plus d’être contée que Google n’en n’a guère gardé de trace, en dehors de l’article publié le 1er mars 1997 dans la "Folha de Londrina", 2e ville du Paraná avec son demi-million d’âmes, à près de 400 km de Curitiba où Renault a depuis construit son usine brésilienne. On y apprenait entre autres que les batteries Nickel-cadmium de 20 kWh de la petite Renault alimentaient un moteur de 21 kW, autorisant une vitesse maximale de 95 km/h une autonomie d’environ 80 km, et qu’elles étaient en grande partie responsables des 26.300 dollars que coûtait alors l’auto. Mais promis, y assurait le patron dans l’interview accordée à la Folha, des batteries au lithium alors en phase de test allaient bientôt améliorer ses performances pour un coût réduit.

Tout ça m’est revenu en mémoire plus de 20 ans plus tard, quand j’ai testé ma deuxième électrique, une autre française expatriée au Brésil. Mais c’est à Rio de Janeiro que j’ai cette fois conduit la Peugeot e-208, le même jour que sa cousine thermique fabriquée localement. Un évènement que j’ai relaté dans un bref article intitulé "levei um choque" en portugais dans le texte, autrement dit "j’ai pris un choc". Mais pas celui auquel je m’attendais avais-je pris soin de préciser immédiatement, puisque des deux versions de la petite lionne que j’avais testées, la plus intéressante n’était pas forcément celle que j’avais imaginée. De fait, j’ai découvert ce jour-là à ma grande surprise que j’étais prêt pour l’électrique, du moins pour les trajets urbains. Et c’est sans doute le cas de la plupart d’entre vous, y compris des "têtes de pétrole" les plus irréductible, pour qui la "musique" d’un trois ou quatre cylindres downsizé dans les embouteillages ne correspond pas exactement à l’idée qu’il se font du plaisir automobile. Et sans doute ceux-là conviendront-ils qu’en de telles circonstances, mieux vaut privilégier le silence aux accords de Beau de Rochas et se passer des passages de rapports, façon boite auto. Bref, le mieux serait sans doute de disposer de deux autos, dont une branchée.

En (très) résumé, ça me fait donc plus de deux décennies d’expérience sur les petites berlines électriques. Et autant vous dire que le spécialiste du sujet que je suis ainsi devenu s’est montré particulièrement attentif le 15 mars dernier, quand Volkswagen nous a présenté sa dernière idée en date, baptisée ID. 2all. Inutile de vérifier si j’ai correctement orthographié son nom, puisqu’il est désormais de bon ton au sein des services marketing des constructeurs automobiles de perturber le correcteur orthographique de Word. Même si notre traitement de texte préféré n’a pas de raison de se préoccuper puisque l’ID. 2all est un concept-car, et que sa vie utile durera ce que durent les conférences de presse. Une information qui ne manquera pas d’étonner ceux d’entre vous qui auront accordé un minimum d’attention à la photographie figurant en tête de cette chronique avant d’en entamer la lecture.

De fait, on se voit plutôt à son volant là tout de suite, qu’à l’admirer sur le stand d’un de ces salons automobiles ayant de toutes façons probablement disparu, à faire la belle sous les LEDS en tournant sur un podium motorisé. Parce que même si les experts de service remarqueront tel ou tel détail non homologable ou non industrialisable, il faut bien admettre que s’il existe un concept-car qui ne ressemble vraiment pas à un concept-car, c’est bien l’ID. 2all (quelqu’un se rappelle comment taper l’espace insécable sur Word svp ? C’est pour un ami). Et l’on pourra d’autant plus regretter cet apparent conservatisme, que contrairement à la Clio électrique ou la e-208 dont les soubassements à la génétique thermique ont dû être sérieusement adaptés pour recevoir des packs de batterie, l’ID2 Machin repose sur la MEB, qui fait ici montre de la versatilité permise par les plateformes purement électriques, puisqu’elle accueille son premier modèle en traction.

Moi, j’avais rêvé d’un monde où les designers profiteraient justement des possibilités offertes par ces soubassements plats en forme de skateboard, avec leur pack de batteries structurel et les roues jetées aux quatre coins pour réinventer les codes du langage stylistique automobile. J’avais imaginé des modèles aux formes totalement nouvelles, s’affranchissant totalement des codes habituels de la carrosserie automobile, grâce à une chaîne de traction sécable en plusieurs morceaux, et qu’on peut disposer à volonté ou presque. Bref je voulais une révolution, à l’image de ce que fut la Chrysler Airflow de 1934, qui si elle n’était pas électrique, n’en fut pas moins la première auto de grande série à recourir au “streamline“, ce style issu de l’Art Déco visant à vaincre la résistance de l’air par des lignes aérodynamiques.

Sauf que l’Airflow pour magnifique qu’elle nous puisse nous apparaitre aujourd’hui vira au flop commercial retentissant avec moins de 30.000 exemplaires produits en 3 ans, devenant également le symbole de que l’innovation peut susciter de rejet auprès du grand public pour qui la porte en premier. Et même s’il est peu probable que les responsables du projets ID2 qui planchent aujourd’hui sur la déclinaison série de l’ID. 2all prévue pour 2025 n’aient jamais songé à l’Airflow, ceux-ci empruntent visiblement le chemin inverse de celui choisi par les responsables de chez Chrysler à l’époque.

"Nous transférons l’ADN de nos icones dans le futur" déclare ainsi Andreas Mindt, à la tête du design de la marque. Et de fait, personne n’a besoin de lui pour réaliser combien les Polo et Golf actuelles et passées sont présentes dans le dessin de la nouvelle ID, ce qui constitue sans doute précisément son objectif. D’ailleurs, et sans doute pour avoir un truc un peu différent à raconter, le dossier de presse nous explique que l’ID. 2all reprend le dessin du montant de custode de la Golf de première génération -celle de 1974- nous rappelant évidemment sans le dire que BMW n’est pas le seul à utiliser le célèbre "Hofmeister Kink" apparu sur la 3.200 CS en 1961, nommé en référence à Wilhem qui dirigeait alors le style de la maison munichoise.

Il n’empêche, tout ça me paraît démontrer que cette ID-là va dans le bon sens. Parce que maintenant que nous approchons des 15% de voitures électriques à batterie vendues neuves en Europe, les constructeurs vont désornais devoir convaincre des clients sans doute moins tolérants avec les particularismes de la voiture électrique, qui ne considéreront pas forcément comme un jeu de planifier les arrêts aux bornes de recharge sur un trajet au long court. Quoi de mieux alors qu’une voiture "normale" à vocation urbaine, et donc destinée à évoluer dans ce qui constitue l’habitat naturel des autos de son espèce ? Une voiture dont le look évoque les modèles actuels et passés à succès de la marque, et dont le premier prix -promis sous les 25.000 euros hors aides gouvernementales- permettra d’offrir une véritable alternative mais en courant continu à la Polo, son équivalent thermique. Une voiture dont l’instrumentation digitale, s’affranchissant enfin du combiné riquiqui des ID3 et 4, exhibe le dessin de compteurs aussi analogiques que rassurants, pour qui n’a pas encore accepté la disparition des aiguilles.

Certes, le 2 de La future ID 2 pas all sera sans doute synonyme de deuxième voiture pour une proportion significative de ses acquéreurs. Mais qu’importe puisqu’elle amènera justement à s’électrifier ceux qui peuvent profiter de ses avantages sans subir ses inconvénients, avant que les progrès attendus des batteries comme des réseaux de chargement ne poursuivent le travail de conquête ? Normaliser l’électrique, voilà sans doute la grande mission confiée par Volkswagen à la petite ID2. Et à mesurer le chemin parcouru depuis la Clio des années 90, je me dis que ce modèle-là mérite véritablement de voire son numéro en exposant.

Parce que de mon point de vue, la future petite dernière de chez Volkswagen constitue une vraie bonne ID au carré.

Publicité

Réactions

Les 5 Clio électrique que j’ai racheté à Transparcs étaient superbes bleu ciel métal 40000 kms dans les années 90 ont toutes finies a Ouessant ou Belle Île car l’autonomie diminuait de mois en mois….
Pour les planchers plats des VE j’aime pas ,seules lés étron et Porsche ont des décrochages dans le plancher ce qui évite d’avoir les genoux dans le menton à l’arrière

Puisque depuis le début de la semaine nous en sommes tous à parler de notre première électrique, la mienne était rouge avec une bande blanche, c'était à Noël 1965 et la marque Scalextric.. et elle en a mangé de la route en plastique..
;0))

... Comme écrit l'autre jour, cette proposition de l'ID2 semble bien meilleure que ses aînées (3, 4, 5 et 6) sur le chemin de l'accessibilité automobile quoique électrique. Positionnement prix et un conservatisme certain dans le style ...
La majorité des consommateurs n'est pas nécessairement prêt à rouler dans une navette spatiale, fût ce, sans rejet de CO2 notamment...C'est la démarche adoptée avec la e 208 ..
Implicitement, "on" suppose que c'est le postulat des concepteurs de cette ID2 chez VW (?).
;0)

Bonne idée effectivement bien meilleur que l'ID3.
Pas fan de l'intérieur à l'inspiration Tesla et chinoise. Ou est l'âme de VW ?
Tout cela va ds le bon sens, c le principal !

@Mr Thery: ctrl+shift+espace
@Alain Boise: la Polestar 2 a aussi un décrochage dans le plancher à l'arrière.

Personnellement la 1ère électrique qui m'a été confiée était une AX...
Les Clio électriques des années 90 étaient même à recharge par induction sur parking dédié et en libre service avec une carte magnétique le tout sur Saint Quentin en Yvelines... Le car sharing inventé bien avant l'heure.
Et pour citer Mr Thery : "j’ai découvert ce jour-là à ma grande surprise que j’étais prêt pour l’électrique, du moins pour les trajets urbains"... Exactement, le seul endroit où le VE a un intérêt. Il doit donc être petit et léger ! Tout le contraire de bon nombre d'exemplaires actuellement produits.

Une fois de plus, en tout point d'accord avec F&R.
Vive le VE, léger, en milieux urbain.

Merci Bruno. Non pas d'être d'accord avec moi (même si cela peut faire plaisir) mais de saluer le bon sens ! Car mon point de vue n'est basé que sur le bon sens.
Quand on prend un gros machin (ou plutôt une grosse machine d'ailleurs) comme une Tesla ou autre et qu'on a 600kg de batterie (voire plus), il faut savoir que 50% de l'énergie stockée dans la batterie ne sert qu'à transporter... la batterie elle-même ! Ce qui est super écologique !
Et comme est elle grosse, il faut de très longues heures pour la recharger.
En ville, une autonomie de 100-150 km est largement suffisante (déjà pratiqué avec les ZoE 1ère génération sur Paris), et une vitesse maxi de 80km/h aussi d'ailleurs voire même moins. Le plus souvent il n'y a que le conducteur à son bord, donc une simple 2 places est là aussi largement suffisante. De faite l'emprise au sol est aussi limitée et le temps de charge s'en trouve raccourci.
Le concept Twizy de Renault en est le parfait exemple. Le travail fait par Valeo et Aixam est lui aussi très pertinent : et pourtant cela ne perce pas... pourquoi ?
Certes le tarif y est pour quelque chose, mais aussi les gens ne sont pas encore prêts à avoir un véhicule par usage et préfère le plus grand dénominateur commun pour faire leur choix. C'est là que cela doit changer. Et ce n'est en interdisant telle ou telle motorisation comme le fait l'UE qu'on va arriver à quelque chose de probant ni de pertinent.
Maintenant que 80% des gens louent leur voiture (LOA et autre), il est aisé de faire un montage avec une petite électrique pour les trajets de tous les jours (Renault l'a fait au départ de la ZoE), et dans la même offre d'avoir un Monospace / SUV Thermique pour les vacances... à condition de ne pas les interdire au niveau réglementaire !

Cher F&R, vous avez tellement raison que tout discours contraire tenu par les ayatollahs des grosses bagnoles électriques n'est que de la mauvaise foi habillée de bonne conscience : "je roule électrique, je préserve ma planète". Avec des camtars de 2 tonnes pour trimballer 70 kg.
J'apprécie le service offert -pas vraiment...- par Cityscoot que j'utilise quand je me rends de Sèvres à la Gare de Lyon. Léger, silencieux, propre (mais assez cher).

@Bruno : y'a pas de Métro / RER / Tram / Bus ?
Car perso, vu la jungle urbaine à la surface, je préfère être en dessous.

Fred et Rick et pourtant cela ne perce pas... pourquoi ?
Parce que les gens veulent un véhicule polyvalent multi-usages !
Avoir une Zoé / e208 toute l'année et louer un thermique pour partir en vacances, au final cela intéresse peu de gens.

L'Electric progresse à vitesse grand V : la densité des batterie et la recharge rapide en moins de 20' (BMW annonce 12') permettront de répondre à vos attentes en réduisant le poids des véhicules actuels.

Faire des longs trajets en diesel, non merci.
Le faire en Hybrid ou PHEV, c pire puisque sur l'autoroute c là ou ils sont le moins efficient.

Arrêtez de cantonner l'Electric à la ville, c'était vrai il y a 5 ans voir 10 même.
Je fais des longs trajets à l'électrique depuis 2017 jusqu'à 3000 km A/R.

Bruno, je vous l'accorde, avoir une voiture avec une batterie de 100 kWh pour aller chercher le pain, cela n'a pas de sens. Comme le faire en SUV thermique de 2 tonnes que vous avez oublié de mentionner !

A terme, les véhicules feront entre 60 et 70 kWh de batterie avec une recharge rapide en moins de 20' offrant une vraie polyvalence tout en réduisant leur poids.

Une Model 3 pèse 1800 kg, Une Peugeot 508 entre 1400 et 1875 kg. L'écart va se réduire.

Sinon il y a aussi la marche à pied ou le vélo, Electric ou pas !

@F&R
Article du journal Le Parisien du 12 mars 2019
"Paris : dans le métro, des niveaux de pollution jusqu’à 30 fois plus élevés que dans la rue"
Quand on lit la totalité de cet article, on ne fiche plus jamais les pieds dans le métro. Perso je m'en fous et je continue à prendre le métro, très rarement il est vrai, grâce à ma trottinette (pas électrique), mon vélo (pas encore électrique), mon scooter Honda et Cityscoot, sans compter Hubert !

Cher Boisons + ou -
Le couple citadine électrique toute l'année + thermique ou hybride durant les vacances, le tout en loc (on parle des "pourvus" là ?) çà n'intéresse pas les " gens ...parce qu'aujourd'hui les "gens" ils ont le choix !
...Dans une économie de rareté ou de pénurie telle que certaines ou augures ou futurologues nous la prédisent, les "gens"
"y" n'auront plus le choix ..."y" seront peut être même heureux de prendre leur Zoé 3 avec le tender attaché au cul du pas camion . ..les " gens " !

Quant aux véhicules thermiques de 2 tonnes et leurs equivalents de 2 tonnes et demi en électrique, combien cela représente-t-il volumétriquement sur l'ensemble du parc auto ...pas énormément ou pas grand chose ...même si " light is right " et du coup je suis assez (très) d'accord avec les propos de Bruno ou Fred & Rick sur ce thème ...
Autre chose, la 508 en simple thermique c'est environ 1400 kg ...les 1 800 kg sont atteints seulement avec les versions hybrides (cela renvoit encore à l'argumentaire développé, maaaintes fois par Bruno ou Fred & Rick).

Enfin qui êtes vous, cher Boisons + ou - pour nous dire d'arrêter quoique ce soit ...?
(Je sais c'était une formule ... n'empêche "signifiante)
;0))
... Une dernière pour la route, les équivalents Twizy et autres Aixam / Valeo, une fois de plus en autopartage ...c'est pas pour demain matin mais il faudra bien y venir. .. certes lorsque l'on voit la maltraitance dont furent l'objet les Autolib ...on ne peut manquer de se dire qu'il y a du taffe sur le plan de la pédagogie citoyenne . . .mais là le débat est tellement plus vaste que je m'arrête bien volontiers ... !
;0))

Fred,
les Clio électrique de Praxitèle en 1996 !
Il fallait travailler dans le coin pour connaitre une des 5 stations de St Quentin en Yvelines.
J'étais chez chez Nissan France de 95 à 98 avant que Bruno me débauche et me force à rouler en Isuzu VCross....
;0))

@Luc 13:49
Je me souviens encore du lieu de débauche (!) : salon de l'auto, stand Nissan Utilitaires.
Quelle époque !

@Luc : j'habitais La Clef de Saint Pierre à Elancourt... le parking Praxitèle était en face de chez moi !
@Bruno : oui les sous-terrain du métro son une catastrophe au niveau particule fine bien plus que ce que ne peut générer nos pauvres voitures.
Mais la RATP y travaille... les aspirateurs à frein arrivent (déjà en cours de test sur certaines lignes). Et sur les voitures sous Euro7.
@Boisons : vous écrivez "Fred et Rick et pourtant cela ne perce pas... pourquoi ?
Parce que les gens veulent un véhicule polyvalent multi-usages !" Si vous m'aviez bien lu c'est exactement ce que j'écris. En donnant même un piste pour améliorer ce problème : la LOA/LLD sur petit VE pour tous les jours avec x semaines de voiture thermique Monospace / SUV pour les vacances en l'expliquant clairement... ce qui n'est absolument pas fait à ce jour. On préfère essayer de vendre les 2 types de caisse, mais vu les tarifs actuels, il est bien compliqué de trouver des clients suffisamment fortunés pur cela.

Oula j'ai tapé un peu vite... désolé pour les fôtes !

Eh oui Bruno, quelle grande époque ! Et encore merci d'être venu me proposer à cette occasion la direction après vente d'Isuzu France !
Que j'ai acceptée sans même discuter des conditions.
Salon VI et VU dans le hall 7 en 1998.
J'avais été appelé en urgence par le patron des VI de Nissan à y participer la veille et on m'avait taillé le costard dans la nuit pour livraison sur le stand le lendemain à 9H !
Il manquait quelqu'un qui s'était désisté et que je n'ai jamais connu et c'est à cette occasion que j'ai fait mes débuts dans le commerce des utilitaires et poids lourds.
Roue de secours de luxe, trop sympa...
;0)

Perplexe ...je ne vois pas encore très bien ce qui fait oeuvre de rupture valant cet article .. n'existe-t-il pas déjà sur le marché des propositions de prix et d'autonomie qui n'en sont pas très loin ?

Une zoe dont la conception remonte déjà qq années, c'est 400 km et 35000 euros neuve .. et 20000 € batterie incluse à 2 ans .. je ne vois pas très bien ou est la nouvelle idée si c'est juste faire ce qui existe déjà ... je n'ai pas regardé le prix des corénnes ...

Sinon, très amusé de voir qu'à la campagne, le printemps est désormais là toute l'année ...

Et aujourd’hui les modèles 3 sont parties à …..35400 pour finir le trimestre,y’a plus rien,vide,sacré Elon

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Publi-rédactionnel

293 groupes de distribution à la loupe dans l'annuaire 2023

La quatorzième édition de l’Annuaire des groupes, publiée par Autoactu.com, s’est enrichie de 20 nouveaux groupes, compensant ainsi l’absorption de 19 groupes au cours de l’année. Elle présente pour la première fois un classement des groupes en fonction de leur volume de vente VO, en complément des classements par chiffre d’affaires et volume VN.