Publicité
Publicité
Marchés - 18/05/2022

Djebbari écarte les accusations après l'annonce de son départ dans le privé

(Reuters) - Jean-Baptiste Djebbari, chargé des Transports dans le gouvernement sortant et dont la nomination en tant qu'administrateur de la start-up Hopium a été annoncée lundi avant même la démission de l'exécutif, a évoqué mardi un "hasard de calendrier" et assuré avoir respecté les règles pour ce départ dans le privé.

Djebbari écarte les accusations après l'annonce de son départ dans le privé

Auteur : Reuters

Partager cet article

"Ça ne me met pas du tout mal à l'aise, c'est normal de retrouver une activité entre guillemets normale après la politique", a-t-il déclaré sur RMC. 

"J'ai fait les choses absolument dans les règles et j'ai été totalement respectueux de mon mandat", a-t-il expliqué en soulignant avoir "été pleinement au travail" et se sentir "absolument serein sur l'activité très dense qu'(il a) menée au ministère des Transports". "Je pense que ça fait partie d'une forme aussi de revitalisation de la démocratie parce qu'on fait des passages en politique (...) et on a vocation à retrouver" la société civile, a-t-il souligné. 

La start-up française Hopium, spécialisée dans les voitures propulsées à l'hydrogène, a annoncé lundi matin proposer la nomination de Jean-Baptiste Djebbari, avant même l'annonce en fin d'après-midi de la démission de Jean Castex et la nomination d'Elisabeth Borne comme Première ministre. Cette annonce - et notamment son calendrier, alors que le ministre était toujours en fonctions - a été critiquée par une partie de l'opposition ainsi que par l'ONG Transparency France, sur Twitter. 

Jean-Baptiste Djebbari a évoqué un "hasard de calendrier", lié au fait que l'entreprise Hopium, cotée, est légalement tenue de diffuser la convocation à son assemblée générale, prévue le 20 juin, 35 jours avant la réunion. 

"Il s'est trouvé que ces 35 jours ont coïncidé avec la date du remaniement (...) qui a pris quelques jours de retard", a expliqué Jean-Baptiste Djebbari, qui reste comme les autres ministres du gouvernement Castex chargé de la gestion des affaires courantes dans l'attente de la nomination du prochain gouvernement. 

L'ancien pilote de ligne, élu député en 2017 sous l'étiquette LaRem, a rejoint le gouvernement en octobre 2019. Il a expliqué avoir saisi la Haute autorité pour la Transparence de la vie publique (HATVP) fin janvier après avoir été sollicité par Hopium. "J'ai été auditionné devant 22 membres d'un collège, j’ai présenté un projet qui a été jugé compatible mais la Haute autorité a émis des réserves", a-t-il expliqué. 

Dans son avis daté du 22 mars, la HATVP souligne que Jean-Baptiste Djebbari devra s'abstenir pendant une durée de trois ans "de toute démarche, y compris de représentation d'intérêts" auprès de ses anciens collègues du gouvernement, notamment.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Bravo belle aventure ,soutenue …..par beaucoup de subventions ,tout doit être repeint en vert rapidement,il faut Ripoliner (Macron 2 ,3 ieme gouv page 4)

Alain Boise, Le 18/05/2022 à 03:55

Les choses sont bien claires. Fin du match.
;0)

Lucos , Le 18/05/2022 à 10:19

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 18/05/2022

T&E se méfie du double discours des constructeurs et demande le ban des thermiques en 2035

L’organisation T&E a coordonné la signature d’une lettre commune de 26 entreprises demandant aux membres du parlement européen et représentants des gouvernements européens de "faire preuve de leadership" et de voter le ban des moteurs thermiques y compris hybrides pour 2035. Trois "prises de guerre" du secteur automobile l’ont signé : Volvo, Ford et Lease Plan. T&E estime que les constructeurs ont un "double discours" et en veut pour preuve la lettre de Zipse à Macron.

Constructeurs

Catégorie Marchés

Fit for 55 : "difficilement atteignable", selon IFP Energies nouvelles

La dernière étude prospective de l'Ifpen, cofinancée par l'Ademe, révèle que l’objectif "Fit for 55", à savoir une baisse des émissions de CO2 de 55% en 2030, sera difficilement atteignable. Quant au Green Deal en 2050, il n'est pas réalisable, "même dans notre scénario le plus favorable", estiment les auteurs.

24/06/2022

Philippe Varin : "Il faut raffiner localement et ouvrir des mines"

Localiser des gigafactories de batteries en Europe, c’est bien mais cela ne sera pas suffisant pour que les constructeurs européens assurent leur indépendance vis-à-vis de la Chine. "Il faut aussi raffiner localement et ouvrir des mines", affirme l'ancien patron de PSA, Philippe Varin.

23/06/2022

Londres met fin aux aides à l'achat de voitures électriques

(AFP) - Le gouvernement britannique a annoncé mardi mettre un terme à une subvention de 1.500 livres (plus de 1.700 euros) versée aux acquéreurs de certaines voitures électriques neuves pour se focaliser sur d'autres véhicules, s'attirant les foudres de l'industrie automobile.

15/06/2022

Corée du Sud : La grève des routiers se poursuit et perturbe l'industrie

(Reuters) - La grève des routiers en Corée du Sud a coûté plus de 1,2 milliard de dollars (1,15 milliards d'euros) aux secteurs industriels clés du pays en pertes de production et en livraisons non effectuées, a estimé lundi le gouvernement, alors que les dommages affectent une partie croissante de l'économie.

14/06/2022

Virage électrique : les constructeurs auto demandent une clause de revoyure

(AFP) - L'industrie automobile prendra le virage électrique mais il faudra vérifier avant 2030 si la demande et le réseau de bornes suivent, a réagi jeudi l'Association des constructeurs d'automobiles (ACEA) après le vote par le Parlement européen prévoyant 100% de voitures zéro émissions en 2035.

10/06/2022