Publicité
Publicité
Constructeurs - 10/12/2020 - #Tesla , #General Motors

Elon Musk a quitté la Californie pour s'installer au Texas

Par AFP

(AFP) - L'exode des stars de la Silicon Valley se poursuit : Elon Musk, le fantasque patron de Tesla, a confirmé mardi avoir quitté la Californie pour s'installer au Texas, un Etat à la fiscalité souple et au coût de la vie moins élevé.

"Oui, j'ai déménagé au Texas", a-t-il déclaré lors d'une conférence organisée par le Wall Street Journal.
M. Musk justifie son exil par la nécessité d'être au plus près des deux projets qui occupent actuellement l'essentiel de son temps: le développement de fusées par sa société spatiale SpaceX dans le sud de l'Etat et la construction d'une usine automobile par Tesla près d'Austin.

SpaceX, comme Tesla, conserve des activités importantes, et son siège, en Californie, a souligné M. Musk au cours de la conférence. 
Mais cet Etat, qui héberge les entreprises de la Silicon Valley et l'industrie du cinéma à Los Angeles, "se repose sur ses acquis", a déploré M. 
Musk qui y a passé une grande partie de sa vie. 
L'entrepreneur d'origine sud-africaine s'était notamment écharpé avec les autorités locales au printemps, quand ces dernières l'ont forcé à garder son usine automobile fermée pendant plusieurs semaines pour éviter la propagation du Covid-19.

Son déménagement pourrait en tout cas lui permettre, théoriquement, de faire d'importantes économies dans la mesure où le Texas ne collecte pas d'impôt sur les revenus. 
Suite à la pandémie de coronavirus qui s'est accompagnée de mesures de restriction de l'activité afin de limiter sa propagation, plusieurs sociétés et personnalités de la Silicon Valley ont choisi cette année de quitter la Californie.

C'est le cas de Hewlett Packard Enterprise, une des sociétés ayant contribué tôt au rayonnement de cette région, qui a annoncé début décembre le déménagement de son siège de San Jose à Houston, au Texas.
La société de traitements de données Palantir, qui a fait une entrée en Bourse remarquée en septembre, a aussi pris ses distances avec la région, en bougeant son siège de Palo Alto à Denver, au Colorado. 
   
Deuxième homme le plus riche du monde
L'annonce du départ de Californie de M. Musk intervient le jour où Tesla a fait part de son intention de vendre jusqu'à 5 milliards de dollars de ses titres, en pleine ascension depuis le début de l'année.
L'action du fabricant de véhicules électriques haut de gamme a atteint mardi soir un nouveau record, à 649,88 dollars, valorisant au passage la société à 616 milliards de dollars à Wall Street. C'est presque 10 fois plus que la capitalisation boursière de General Motors (GM), le numéro un des ventes de voitures aux Etats-Unis, qui pèse 63 milliards de dollars.   

Cette envolée a permis à Elon Musk de bondir à la place de deuxième homme le plus riche au monde, avec une fortune désormais estimée à 155 milliards de dollars, sur le papier, par l'agence Bloomberg. 
Tesla est dopé depuis plusieurs mois en Bourse par l'intérêt des investisseurs pour les véhicules électriques, considérés comme le futur de l'automobile. 
Le groupe bénéficie en plus depuis mi-novembre de l'annonce de son entrée imminente au sein de l'indice S&P 500, qui regroupe les 500 plus grandes entreprises de la place new-yorkaise.

Cette inclusion, qui aura lieu le 21 décembre, permettra à l'action Tesla d'être systématiquement intégrée dans de nombreux produits financiers qui suivent mécaniquement ses fluctuations, les ETF, ce qui devrait lui donner encore plus d'ampleur.
A propos de la vente de jusqu'à 5 milliards de dollars d'actions annoncée mardi, le groupe indique seulement vouloir utiliser l'argent récupéré pour consolider son bilan comptable et pour d'autres dépenses d'ordre général. Il avait engagé en septembre une opération similaire.

La société a levé suffisamment d'argent cette année "pour que son bilan comptable et sa structure capitalistique lui permettent de renforcer son flux de trésorerie et ainsi d'alléger peu à peu sa dette", remarque Dan Ives, analyste pour Wedbush. Cela "laisse pour l'instant au placard ceux qui parient sur une baisse du titre", ajoute-t-il dans une note.

Publicité

Réactions

L'AFP fait bien de préciser qu'Elon Musk est le deuxième homme le plus riche du monde, "sur le papier".
J'ai un très bon pote qui est l'homme lige depuis une trentaine d'années d'un des princes saoudiens pour ses intérêts en France et dans la principauté monégasque. Il s'occupe entre autres des "biens" en France de cette branche de la famille (*). C'est édifiant ! C'est tout sauf du papier, bien que eux aussi détiennent "du papier", avec beaucoup plus d'actions que notre "2ème plus riche du monde".
Elon est un petit boursicoteur, tout petit.

(*) La dynastie saoudienne comporterait 20 000 princes et princesses de sang dont 4 000 princes de sang royal (Wikipedia). Mon pote ne s'occupe que d'une seule branche, mais à sang royal, quand même, on n'est pas des gueux.

@M. Haas : toute une symbolique sur votre exemple.
La fin de l'ère pétrole dans quelques années (combien ?) et le début de l'ère électrique pour les années futures.
Transfert de richesses en perspective selon les acteurs et leurs activités propres...

Tout ce que dit le spécialiste est exact !
Mais au fait qu'elle est la réelle influence de ces gars saoudiens à part spéculer ??
Exact, Musk est riche sur le papier, mais il est hyper lourd sur le spatial...et plus les administrations US d'aujourd'hui et à venir seront dépendantes de lui dans le spatial, plus il est incontournable...et il est un américain...pas un zigoto saoudien qui n'a fait que hériter de petites couronnes de petits princes du pétrole !!
Mieux, beaucoup mieux, une fusée de Musk vient d'exploser lors de atterrissage et réponse immédiate de Musk en interview..."je m'en fous de l'explosion de ma fusée, j'ai récupérer les données qu'elle a été chercher dans l'espace avant qu'elle explose...conclusion et c'est totalement nouveau...de données aujourd'hui valent plus que de la quincaillerie, d'autant plus que ses fusées ils les fabrique maintenant à la chaine...et ce n'est pas le prix d'une Tesla S !!
Nous on s'emmerde à faire des fusées qui explosent avec un paquet de satellites clients dedans...et ils faut maintenant les indemniser ! Désolé c'est un constat !
Musk ne lance que ses propres satellites ! La NASA crache des milliards au bassinet pour lui...et il est tout seul sans concurrence !!
Think it over folks !!

Oui Clerion, vous avez raison, l'ennui (?) c'est que ce sont ces mêmes saoudiens qui entrent dans le capital de toutes ces entreprises "deux-points-machins", ayant bien compris que la ressource pétro-$ va en diminuant. Leur petite pelote ne fait que grossir.
En attendant, quand le prince de mon ami va jouer au casino à Monaco, même lui qui a l'habitude d'acheter un hôtel-palace à Paris en quelques jours pour ces pauvres gens, il reste comme deux ronds de flanc en voyant la valse des millions, oui millions, joués et perdus en quelques heures.
MBS est tout sauf un inconscient.
Elon ne peut pas jouer au casino tous les soirs, il a trop besoin de cash.

PS : que l'on se rassure, cette famille n'est pas ma tasse de thé, ô combien !

C'est quand même intéressant le constat de leur mode vie...et mode (à courte vue) de voir les choses !
Ceci dit les "fonds souverains" les plus gros du monde sont norvégiens !! Ils ne jouent pas au Casino...tout en perdant récemment jusqu'à 6 % de leur valeur (cause baisse du pétrole) !!
L’Arabie Saoudite n'a jamais primée par son intelligence économique et de gestion !! Leur religion jusqu'à peu leur interdisaient de jouer les usuriers, et ce fut un point (moral) positif...juste à une certaine date...selon des esprits grincheux pas très catholiques !!

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Publi-rédactionnel

"Mesdames, osez l'auto !", un manifeste de l'association WAVE pour inciter les femmes à se lancer dans l'automobile

Depuis sa création en 2008, l'association WAVE – pour WoMen and Vehicles in Europe – promeut les métiers de l'automobile auprès des femmes, bénéficiant du soutien de grands noms du secteur (Renault, Volkswagen, Volvo, AVL, Faurecia, la Fiev, Michelin, Valeo, Total, Dekra, CNPA, la Plateforme de l’Automobile, Distinxion, Emil Frey France…). Chaque année, ce réseau professionnel remet son Trophée de la Femme de l'Année. En 2020, WAVE publie son premier livre, inspiré de ces Lauréates aux parcours riches et diversifiés.