Publicité
Publicité
Analyse - 19/01/2023 - #Bmw , #Buick , #Dodge , #Rolls-Royce , #Ford , #Chevrolet

Ghosting

Par Jean-Philippe Thery

Ghosting
“Black Ghost”, la Challenger qui ghostait les muscle cars… (Crédit : Mon ami Ross)

Aujourd’hui, je vous parle d’une voiture qui s’est fait connaître en disparaissant régulièrement…

L’été dernier, je vous ai raconté dans "Style pompier" ma rencontre avec le flic le plus cool du Michigan.

C’est dans la petite ville de Frankenmuth que j’ai fait connaissance de Ross, à la toute dernière heure d’une exposition consacrée à des véhicules rouges à gyrophare, à laquelle il s’était pointé avec des voitures à gyrophare, mais pas rouges. Avec la grande gentillesse dont j’ai par la suite découvert qu’elle le caractérise, celui-ci avait pris le temps d’expliquer au Français halluciné venu interrompre la conversation qu’il menait avec ses amis, les singularités des autos de police qui y étaient exposées, tout droit sorties des années 70 à 90. Une discussion qui avait rapidement tourné à une opération "portes ouvertes" de rêve, puisque j’avais eu le privilège de m’assoir à bord de ces modèles que j’ai observés en action sur petit écran quand j’étais môme et ado, en assistant à des séries -évidemment- américaines. 

J’ai depuis revu celui que je suis désormais fier de considérer comme mon ami, avec qui j’ai passé ma toute dernière soirée à Détroit. On s’est retrouvés downtown dans l’excellent restaurant où il m’avait fixé rendez-vous, et comme c’était à l’issue d’une journée de boulot, il avait troqué le bermuda et la casquette des fins de semaine pour un élégant costume trois pièces que Kojak en personne n’aurait pas renié.

Même si au rayon capillaire, c’est plutôt ma pomme toute lisse qui fait penser à Telly Savalas, lequel n’était d’ailleurs pas vraiment chauve, puisqu’il se gilettait le crâne pour les besoins du rôle. J’ai d’ailleurs oublié de demander à Ross s’il était venu en Buick Century Regal de 1974, ce qui ne m’a pas empêché de me régaler, autant de ce qui se trouvait dans mon assiette que des histoires qu’il m’a racontées avec un incontestable talent.

De fait, notre homme est un formidable "storyteller" comme on dit chez lui, ou au sein de services marketing bien de chez nous. Et c’est justement une de ces histoires-là qui m’a été remise très récemment en mémoire, quand j’ai appris que la "Black Ghost" allait être mise en vente.


Oubliez les Phantom et autres Silver Ghost, y compris les 2.994 exemplaires qui ont été construits par Rolls-Royce dans son usine de Springfield dans le Massachusetts. Oubliez aussi l’extraordinaire Phantom Corsair de 1938 dessinée par un certain Rust Heinz (de la famille au condiment rouge) qui resta au stade de prototype. Parce que le fantôme dont il est question est une Dodge Challenger.

En tant que chroniqueur, je me méfie toujours un peu des voitures américaines que j’avoue ne pas bien connaître. Parce que s’agissant d’un marché où l’acheteur pouvait se composer son auto bien à lui grâce aux nombreux packs et options libres disponibles (au rangs desquels figurent moteurs et transmission), il est facile de bullshiter sur la définition précise d’un modèle.

Et j’ai eu beau vérifier et revérifier, ce n’est pas sans une certaine inquiétude que je vous livre celle dont il est question. En l’espèce une version R/T SE dotée d’un toit vinyle de type "Gator grain" (imitation croco) ), de bandes adhésives blanches décorant la partie arrière ou "white tail stripes", et vigoureusement propulsée par un "Hemi 426" accouplé à une boite manuelle 4 rapports.

Les spécialistes d’entre vous expliqueront que R/T signifie "Road & Track" et SE "Special Edition". Quant à l’Hemi, il signale un V8 dotée de chambres de combustion hémisphériques (formant un dôme dans la culasse), 426 faisant allusion à la cylindrée en cubic inches correspondant à 7 de nos litres. De quoi donner des problèmes d’admission pulmonaire aux adeptes du donwsizing.

Une configuration d’autant plus digne d’intérêt qu’elle n’a existé qu’en 22 exemplaires tous produits en 1970, mais qui n’explique pas à elle seule la notoriété de cet exemplaire, passé à la postérité en raison d’activités parfaitement illégales. De fait,"Black Ghost" tenait son surnom de ses participations furtives à des courses de rue nocturnes organisées sur Woodward Avenue, Stecker Street ou dans les rues adjacentes, sur lesquelles elle faisait volontiers admirer ses feux arrière rouges à des adversaires s’évertuant à la challenger. 

Puis elle "ghostait" ses concurrents en repartant comme elle était venue, dans l’objectif manifeste de préserver l’anonymat de son propriétaire, comme une façon de justifier davantage encore son appellation. Même si notre Ghost n’était pas si revenante que ça, sa silhouette menaçante mettant parfois des semaines à reparaître, histoire d’infliger une nouvelle correction aux muscle cars qui avaient encore le courage de l’affronter, même si aucune de celles alors disponibles sur le marché n’était suffisamment pourvue pour espérer la battre. Même la Camaro tout spécialement swappée avec un moteur de Corvette dans l’intention de lui faire mordre la poussière dû s’incliner à deux reprises face à ce fantôme qui laissa une blessure à l’orgueil bien réelle au riche propriétaire de la Chevrolet.


L’histoire dura quelques années, avant que l’auto noire ne ghoste tout le monde pour de bon.

Et l’énigme entourant son conducteur serait sans doute restée entière si un jour de décembre 2015, Godfrey Qualls n’avait demandé à son fils Gregory de lui apporter sur son lit d’hôpital -où il luttait contre un cancer agressif- une certaine enveloppe dont il lui indiqua l’emplacement précis dans la maison familiale. C’est en exhumant les documents de la Dodge pour y porter le nom de son fils -faisant de lui son propriétaire légal- qu’il lui révéla l’histoire de l’auto, autrement dit la sienne. Après 45 ans, le masque de l’homme à la Challenger noire venait enfin de tomber.

Bien avant ce passage de relais, en 1965 et 66 pour être précis, Godfrey Qualls avait servi au sein de la 82e division aéroportée en République Dominicaine où les Etats-Unis s’étaient engagés afin de mettre fin à une violente guerre civile. Il en était revenu décoré du "purple heart" pour avoir été blessé par une grenade, et sans doute avec les économies lui permettant de s’offrir la voiture de ses rêves. Ce qu’il fit à 27 ans à peine, en cochant sur le bon de commande toutes les options qui vont bien, y compris la configuration "triple black" désignant la carrosserie, le toit et l’intérieur noirs, ainsi qu’un moteur directement issu de la compétition dont il se dit que les 425 chevaux officiellement annoncés était en deçà de la réalité. De quoi vexer sérieusement les "pony cars" de Ford et GM, qui malgré cette appellation ne disposaient pas de la même cavalerie.

Mais le meilleur reste à venir, puisque l’homme qui la nuit signait l’asphalte de traces de "burn-out" n’était autre le jour que l’officier Qualls, au service de la Police de la route. On comprend mieux dans ces conditions que celui qui passait une partie de ses journées à coller des prunes pour excès de vitesse ait tenu à rester discret sur son hobby nocturne.

Voilà une histoire qui de mon point de vue en dit long sur l’Amérique étasunienne, et qui n’aurait sans aucun doute pas pu se dérouler chez nous. Parce qu’en dehors du fait que les autos approchant les 500 ch ne courraient guère nos contrée à l’époque, je doute qu’on porte chez nous aux nues quelqu’un ayant délibérément et de façon répétée enfreint la loi, particulièrement s’il était en charge de la faire respecter, même après que le délai de prescription fut passé. C’est un point que je n’ai pas évoqué avec Ross, mais il me semble comprendre que pour lui comme pour nombre de ses compatriotes, on peut aussi bien admirer en Godfrey Qualls le soldat parti risquer sa peau sous la bannière étoilée et le représentant de la loi, que le dépositaire motorisé de l’esprit rebelle qui animait les fondateurs du pays, sans y voir la moindre contradiction.

Quoi qu’il en soit, et comme annoncé au début de cette chronique, la Challenger la plus célèbre du Michigan trouvera sous peu un nouveau propriétaire au cours de la vente aux enchères organisée par Mecum à Indianapolis en mai prochain. Il n’y a pas de doute que la Black Ghost en sera la vedette à la fois principale et américaine, même s’agissant d’un de ces évènements monstre ou l’on bat le marteau pour des centaines d’autos. Tout ce que j’espère, c’est que son acquéreur aura le bon goût de la conserver dans son état d’origine et de ne pas "ghoster" le public des amateurs d’automobile en la produisant régulièrement lors d’évènements publics. Après tout, détenir une auto inscrite au National Historic Vehicle Register depuis octobre 2020 engendre une certaine forme de responsabilité.

Pour le reste, j’espère avoir l’opportunité de bientôt revoir mon ami Ross, dont je sais qu’il a encore plein de belles histoires à me raconter. A Détroit, ou pourquoi pas à Berlin où il me faudrait alors découvrir où se cachent les voitures de police quand elles ont pris leur retraite.

Et puisqu’il est question de séries télévisées, qui sait si la BMW Serie 5 (série E12) de l’Inspecteur Derrick existe encore quelque part ? Le cas échéant, on pourra toujours parcourir à bon rythme les près de 600 km séparant Berlin de Duisburg, où furent tournés dans les années 90 les épisodes de la série policière "Shimanski",  puisque la ville a racheté en 2021 la Citroën CX GTI Turbo conduite par l’original commissaire du même nom. Et bien qu’elle n’ait pas de gyrophare, je suis sûr que mon ami Ross l’apprécierait…

Réactions

Merci encore.
En parlant d’Hemi qq ici sait il que sont devenues ,les Barracudas et Hemicudas du Simca racing team pilotées par Marie Laurent et Henri Chemin,quelles autos!
Peut être aussi des nouvelles du Van d’assistance ou les mécanos avaient greffés un Hemi……ça envoyait et …..buvait.
À vous Druide

Je connais quelques amateurs de "e12" qui se feraient un plaisir de partager avec vous quelques kilomètre, à voir au printemps prochain.

Jean-Philippe n'est pas le seul à parler de moteur "accouplé" à une BdV. Je préfère "couplé", mais bon, ça fonctionne dans les deux cas.
Sinon, j'imagine bien un certain Carlon Ghost au volant de cette bagnole, la nuit, pour fuir un ennemi japonais...

Chais pas si j'achèterais la BM d'un ancien Waffen SS...
;0))

et aussi d'un certain "grand Jacque".
à moins que celle des "Compères" soit plus sympathique ?
que penser des amateurs de 2002, des sympathisant de la bande à Badeer ?
Ce soir mes bavaroises sont sur le coincoin, comment ai-je pu rouler aussi longtemps dans des autos de marque allemande ?
En remplacement, une GS Sud-Africaine ? une Trabi Est-Allemande ? la même C5 que Dupont de Ligonnes ?

... Tsss ... Il est marrant le pêcheur breton mais c’est, notamment, pour çà qu’on l’apprécie, chaque fois qu’il le peut, il te met un p’tit coup de griffe dès qu’on commence à titiller un peu la nostalgie et « en même temps » il vous glisse une petite invite … Tant pis j’y vais !

Oui Alain, l’Hemicuda aux couleurs du SRT avait une sacrée gueule et faisait éventuellement des ravages lorsqu’elle prenait le départ d’une course de côte (en groupe 1, « y avait pas grand-chose » qui pouvait suivre dans les années 70 tant qu'y avait pas à freiner …mais celui qui freine est un lâche, n'est ce pas, Lucos) … Dans ces années là, ils furent d’ailleurs quelques-uns à comprendre le parti que l’on pouvait tirer dans ce type d’épreuve en alignant des « Poneys musclés» au départ de montée …
Alain, moi je n’ai pas eu la chance (sniff) de fréquenter le talentueux (Marketing, Com, Relations « Extérieures » ) Henri Chemin … Déjà parce que j’étais un peu trop « minot » à cette époque… Quant aux SRT même si j’ai un peu tâté de la Rallye 2 à l’AGACI, je lui préférais nettement la 5 Alpine Coupe qui correspondait mieux à mes compétences (le pédalier mieux aménagé me permettait de mieux faire le talon pointe et de moins envoyer le mouchard au diable, les « anciens comprendront) …

Pour revenir à l’Hemicuda … Enfin pour rester dans la chronique de Jean Phillipe, la « Challenger «
Ben, c’est un modèle que j’ai toujours trouvé largement aussi réussi que la 1ère Mustang venue voire que la Camaro (oui Alain, je sais la blanche du Greder Racing Team avec la sémillante Marie Claude Beaumont ; Henri devait avoir un peu appris chez Ford France aux côtés de Henri … CHEMIN ?)
Pour ma part, la « Challenger » au cinéma c’est avant tout « Point Limite Zéro » (en (bon) Français) « Vanishing Point … Il est question d’un « méchant » road trip dont « Kowalski » (l’excellent Barry Newman) et la Dodge précitée sont les personnages principaux … En gros, un vétéran du Vietnam devenu pilote de stock car entend rallier Denver à San Francisco en faisant fi des « speed limits » et de la maréchaussée locale … Peu de temps après et sur quatre roues, c’est un peu le chemin inverse de celui emprunté par les protagonistes d’Easy Rider avec seulement deux, quoique à deux çà fait quatre aussi ? … Dans un cas, comme dans l’autre, l’histoire se termine mal pour les « rebelles « ou ceux qui ne rentrent pas dans le moule … Un thème toujours très porteur ... au cinéma, en tous cas.

Voilà Alain … après dans les mêmes années vous avez peut-être croisé Patrice Vergès dans un parc « concurrents » ( ?).
;0)
PS : dans nos contrées, à part « l’agence tous risques », Barracuda çà dit pas grand-chose et pourtant encore une belle auto …

Merci cher Druide pour cette balade nostalgique.
Je rajouterai qu’en reconnaissance à Chamrousse il y avait des virages que l’on ne voyait pas à cause du capot trop gros et il fallait se repérer aux arbres,quel pied!
Merci M Chemin et Marie Laurent pour leur aide

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Constructeurs

L’Avenger Car of the Year 2023 : un booster pour les ventes de Jeep

Pour sa première participation à la phase finale du prix Car of the Year, la marque Jeep remporte le trophée avec l’Avenger. Cette reconnaissance des journalistes européens valide sa stratégie de repositionnement et devrait lui ouvrir la porte des entreprises, un de ses objectifs 2023. Guillaume de Boudemange, directeur Jeep France nous dit ce que cette distinction va changer.

Analyse - 27/01/2023

Les ventes aux enchères américaines sont à l’image des clichés du pays

Les Etats-Unis proposent énormément d’événements autour de l’automobile neuve, d’occasion, de collection, de compétition. Pour les collectionneurs, il existe les concours d’élégance, les bourses d’échange, les rassemblements de clubs, les cars-and-coffee, les salons Autorama, mais aussi et surtout les ventes aux enchères. Plusieurs milliers de voitures sont présentées en attendant leur mise en vente, et de nombreux exposants sont présents pour profiter de la clientèle aisée venue faire quelques emplettes.

Analyse - 26/01/2023

Why MC ?

Aujourd’hui, je me pose des questions existentielles dans un tram berlinois, à propos d’une belle Italienne en tenue légère au soleil.

Analyse - 23/01/2023

Tesla peut-il réussir sa banalisation ?

Tesla a vécu trois années profitables de 2020 à aujourd’hui en étant très en tête d’un petit marché mondial du véhicule électrique (VEB) en forte croissance avec des véhicules très chers. Le marché n’est plus infinitésimal. Il est appelé à devenir dans les 10 ans le marché automobile ou, à tout le moins, à représenter l’essentiel du marché. Dans ce contexte, en même temps que le marché devient un marché de masse, les avantages du pionnier s’étiolent et l’intensité de la concurrence croît. En baissant drastiquement les prix de ses Model 3 et Y, Tesla précipite cette mutation pour laquelle il n’est pas du tout évident qu’il soit le mieux armé.

Analyse - 20/01/2023

L’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi cherche-t-elle son équilibre ou son démantèlement ?

Le rééquilibrage de l’Alliance était inévitable, l’équilibre était précaire. Renault n’a jamais racheté Nissan ou pris le dessus quand il en avait l’opportunité et, de son côté, Nissan avait des parts sans droit de vote. Il était évident qu’une renégociation aurait lieu un jour, après plusieurs tentatives ces dernières années, la démarche est entamée pour de bon.

Analyse - 16/01/2023

La route européenne vers la fin du thermique est-elle bien tracée ?

A observer les prix catalogue des véhicules électriques et leur évolution ou la tarification des recharges sur la voie publique, on est saisi d’un doute. En effet, pour imposer la prohibition à brève échéance des immatriculations de véhicules thermiques, on avait, sur d’assez défendables bases rationnelles, prolongé des courbes de baisses du coût du kWh des batteries, des prix des véhicules et de leurs TCO. Dans la mesure où le tracé de ces courbes s’est brisé en 2022, la crainte de voir l’objectif de 100% d’électrique devenir plus difficile à atteindre ou susceptible de ne l’être qu’au prix d’une baisse drastique des immatriculations croît. Face à elle, le simple retour en arrière est une possibilité. Une autre consiste à interroger la manière d’interpréter l’impératif d’électrification.

Analyse - 13/01/2023

CES 2023, l’innovation dans l’industrie automobile en pause ?

Le premier grand salon de l’année est aussi un des plus attendus puisqu’il offre la convergence de toutes les industries pour parler d’innovation. L’édition 2023 montre les progrès réalisés depuis ces 10 dernières années. Il donne la température sur les industries qui innovent le plus et l’automobile aime présenter ses dernières tendances sur place.