Publicité
Publicité
Marchés - 03/05/2022

L'inflation record n'a pas dissuadé les Américains de dépenser en mars

(AFP) - L'indice des prix privilégié par la Banque centrale américaine, le PCE, s'est hissé en mars à son plus haut niveau depuis 1982, ce qui devrait conforter l'institution financière dans sa volonté de relever ses taux plus agressivement.

Auteur : AFP

Partager cet article

D'autant que les dépenses de consommation, qui soutiennent traditionnellement la croissance de la première économie du monde, ont continué d'augmenter, selon les données du département du Commerce publiées vendredi.

Le président de la Réserve fédérale (Fed) Jerome Powell a d'ores et déjà indiqué "qu'un relèvement d'un demi-point de pourcentage serait sur la table" lors de la prochaine réunion des 3 et 4 mai.

Les États-Unis sont confrontés à une hausse des prix vertigineuse, aggravée par l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février.

Le mois dernier, l'indice PCE a encore grimpé de 6,6% sur un an et de 0,9% comparé au mois de février.

Les prix de l'énergie ont augmenté encore plus vite (+33,9%) tandis que les prix des denrées alimentaires ont bondi de 9,2% sur un an, a précisé le ministère dans un communiqué.

Hors alimentation et énergie, l'indice des prix PCE a ralenti de façon marginale (-0,1 point de pourcentage). A 5,2%, il reste ainsi à un niveau élevé.

Le mois dernier, les ménages ont payé pour ainsi dire tout plus cher. Leurs dépenses de consommation reflètent donc en partie cette forte hausse des prix avec une progression de 1,1% par rapport à février.

Puiser dans les économies
Pour autant, les économistes estiment que la hausse des dépenses est de bon augure pour la croissance du deuxième trimestre.

Certes, le poste de dépenses pour l'essence et le gaz pèse lourd dans le budget des ménages, en particulier dans celui des foyers modestes.

Mais les experts soulignent que les ménages à plus fort pouvoir d'achat ont recommencé à voyager, à aller au restaurant, au cinéma et au théâtre et ne semblent pas dissuadés par les prix.

La consommation est en effet le moteur historique de la croissance américaine et les services sont un secteur significatif des États-Unis.

"L'escalade rapide des prix n'a pas suffi à dissuader les consommateurs de dépenser en mars", a résumé Lydia Boussour, économiste chez Oxford Economics, dans une note.

Elle relève néanmoins qu'après ajustement pour prendre en compte la hausse des prix, "les dépenses réelles n'ont augmenté que de 0,2%".

Pour Ian Shepherdson, chef économiste à Pantheon Macroeconomics, les dépenses se sont probablement poursuivies en avril "parce que la plupart des observateurs de l'industrie automobile estiment que les ventes de véhicules neufs ont augmenté d'environ 9% d'un mois à l'autre".

Pour dépenser, les ménages ont dû puiser dans leurs économies, leurs revenus n'ayant augmenté que de 0,5%. Le taux d'épargne est ainsi tombé à 6,2%, contre 6,8% le mois précédent, soit son plus bas niveau depuis décembre 2013.

Les économistes estiment qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter compte-tenu des énormes économies accumulées pendant la pandémie, faute de pouvoir dépenser en raison des restrictions de voyage et de sorties.

Selon Ian Shepherdson, "cela ne deviendra un problème que si les gens continuent de dépenser plus que leurs revenus une fois que leur stock d'économies sera épuisé". "Cela prendra de nombreuses années au rythme actuel", a-t-il estimé.

In fine, estime Lydia Boussour, "certes, la tolérance des consommateurs à une inflation élevée continuera d'être mise à l'épreuve, mais la hausse des dépenses en mars (...) constitue un solide relais (...) pour la croissance du PIB au deuxième trimestre".

"Une croissance robuste des revenus du travail, des niveaux record de richesse des ménages et un excédent d'épargne important suggèrent que les dépenses de consommation devraient rester bien soutenues", a-t-elle également commenté.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Quelles crises ??
;0))

Lucos , Le 03/05/2022 à 09:32

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 03/05/2022

En avril, les VO de plus de 15 ans font mieux que le marché VN

En avril, le recul du marché VO a été plus marqué (-15,8%) que les mois précédents, avec des VO récents (jusqu’à deux ans) qui baissent toujours fortement pour cumuler une perte de 44% par rapport à avril 2019. Les VO les plus anciens, au-delà de 15 ans, résistent mieux pour peser un quart du marché VO et davantage que le marché VN.

Marchés

Xavier Chardon, Président de VW Group France : "Nous souffrons sur les véhicules électriques et hybrides rechargeables où nous sommes loin de notre performance naturelle"

Le groupe Volkswagen a vu ses productions fortement impactées par la guerre en Ukraine, ce qui a pour conséquence un recul de 30% de ses immatriculations sur le marché français VP en avril. Cupra est la seule marque du groupe qui y échappe alors que Seat est durement affectée. Les explications de Xavier Chardon.

Marchés

Catégorie Marchés

Coronavirus : Shanghaï espère entamer bientôt la levée des restrictions

(Reuters) - Les autorités municipales de la mégalopole chinoise de Shanghaï visent une situation "zéro Covid" à l'échelle communautaire dans les prochains jours et commenceront ensuite à progressivement lever les restrictions de déplacement et à rouvrir les magasins, a déclaré vendredi Wu Qing, maire-adjoint de la ville.

16/05/2022

Marc Bruschet (Mobilians) : "Nous devons nous préparer à un marché VP à 1,4 million d’unités"

Fin connaisseur du marché automobile français, Marc Bruschet patron d’un groupe de distribution installé dans le sud-est de la France et président de la branche concessionnaire de Mobilians (ex-CNPA) estime que les chiffres du premier quadrimestre mettent les immatriculations sur une tendance à 1,4 million de VP pour l’année 2022. Sans mesures de soutien, cette situation risque de conduire à "des ajustements d’effectifs" conséquents dans la filière aval.

13/05/2022

Pénalisé par la pénurie de produits, le marché moto résiste bien

Certes, les immatriculations sont en baisse de 3% à la fin du mois d’avril. Mais le volume reste fort (64 000 unités sur 4 mois) et toutes les nouveautés n’ont pas encore été commercialisées. Pas mal pour un marché pénalisé par la pénurie et des prix en hausse.

13/05/2022

L'Opep abaisse de nouveau ses prévisions pour le marché pétrolier

(Reuters) - L'Opep a revu à la baisse jeudi sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole pour cette année, comme elle l'avait déjà fait le mois dernier, pour intégrer l'impact de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, de l'inflation et de la résurgence de l'épidémie de COVID-19 en Chine.

13/05/2022

Le "zéro Covid" fait plonger les ventes en Chine de 47,6% en avril

(Reuters) - Les ventes de voitures en Chine ont chuté de 47,6% sur un an en avril sur fond de fermetures d'usines, de limitations de circulation et de réduction marquée de la consommation, autant de conséquences de la politique "zéro Covid" appliquée très rigoureusement par les autorités.

12/05/2022