Publicité
Publicité
Analyse - 23/02/2023 - #Tesla , #Audi , #Maserati

La Folgore de vivre

Par Jean-Philippe Thery

La Folgore de vivre
Maserati GranTurismo Folgore Blu Nobile... Redites-le moi encore une fois pour voir… (Crédit : Maserati)

Aujourd’hui, je vous parle d’une Maserati qui fait battre mon cœur. Même en version pace-maker…

Décidément, ça devient une obsession.
Il y a quelque temps, je me (vous ?) prenais la tête à propos de l’avenir de Maserati, dans ma chronique du 26 janvier dernier, intitulée Why MC ?

J’y faisais part de mes réflexions inspirées par la lecture d’un essai routier de la MC20, extraordinaire GT n’ayant pourtant de mon point de vue pas beaucoup de wagons à tirer dans son rôle de locomotive de gamme, entre deux berlines et un SUV des années 2010. A part bien sûr le Grecale, qui vient d’introduire la marque dans le monde disputé des SUV compacts, et à qui on souhaite plus de succès qu’un Levante aux performances commerciales en demi-teinte.

Eh bien malgré la promesse alors effectuée en fin de page de ne pas répéter le triturage de neurones à propos de la marque, je remets aujourd’hui le couvert avec un trident en guise de fourchette, et de nouveau sur la foi d’un article de la presse spécialisée. On ignorera le fait que j’ai lu l’essai de la GranTurismo Folgore non pas sur mon portable dans le tram du matin comme c’était le cas pour la MC20, mais à la lueur de ma lampe de chevet et sur papier glacé avant de m’endormir. Même si les experts en psychologie automobile ne manqueront pas de relever l’influence que l’effeuillage d’un vrai magazine à la tombée de la nuit aura pu exercer sur ma perception de l’auto…

Mais commençons par le commencement, et comme il se doit par une présentation nominale. "Folgore", c’est l’appellation retenue pour désigner les futurs modèles full électriques de Maserati, à commencer par la GranTurismo à batteries. Et comme je ne parle pas le Dante dans le texte, j’ai consulté Google Traduttore, qui m’a répondu "coup de tonnerre, éclair, foudre" ou mieux encore, "coup de foudre".

Et là, je tire mon chapeau aux membres du comité appellation de la marque, qui non seulement nous ont évité le recyclage apocryphe d’un nom existant comme un sempiternel e-truc, e-bidule ou e-machin, mais qui nous ont de surcroit trouvé comment nous faire dresser tous les poils du corps, avec un mot aux vertus électrostatiques.

Il faut dire que les ragazzi de Modena disposent d’un avantage compétitif substantiel que la planète entière leur envie, par la grâce de la seule langue au monde dans laquelle l’expression "quatre portes" est assez envoûtante pour être utilisé comme nom de modèle, là où elle serait totalement ridicule dans n’importe quel autre idiome. Il ne viendrait en effet pas à l’idée des marketeurs d’Audi de baptiser leur limousine haut de gamme "Vierturen" et ce n’est sans doute pas par hasard s’ils s’en tiennent pragmatiquement à des combinaisons de lettres et numéros. Sans compter que les gars d’Ingolstadt utilisent "Quattro" depuis des années, alors qu’on ne verra jamais de Maserati Vier ou Allradantrieb.

Bref imaginez Sophia ou Gina susurrant "Maserati Granturismo Folgore" à votre oreille et je vous mets au défi de ne pas ressentir de palpitations (je laisse à mes lectrice le choix des prénoms masculins -ou pas- qui leur conviendront). D’ailleurs, et bien que détestant les répétitions, je crains de faire exception à la règle et de vous servir ce nom-là sans modération dans les lignes qui vont suivre. Quoiqu’il en soit, si en ma seule compagnie j’ai dû demander à Google de le prononcer pour moi, il n’en reste pas moins qu’un nom pareil, ça crée des attentes. Et on se dit qu’au moment de retirer le voile léger couvrant la carrosserie, mieux vaut que celles-ci ne soient pas déçues…

Et là…Mamma mia ! Dites-moi comment on fait pour dessiner une voiture pareille. Parce qu’en ce qui me concerne, la Maserati GranTurismo Folgore, ça été l’amore a prima vista. A tel point que selon moi, l’heureux propriétaire du modèle qui ne se retournerait plus au moins deux ou trois fois sur sa compagne motorisée après l’avoir stationnée aurait perdu toute énergie vitale. Je me garderai d’ailleurs bien de vous conseiller d’aller jeter un œil aux photos de bas de page, de crainte de ne plus vous revoir de toute cette chronique. C’est bien simple, le dessin de la Maserati Granturismo Folgore (désolé) constitue probablement dans l’univers automobile d’aujourd’hui ce qu’on peut trouver émotionnellement de plus proche de… bon, vous savez.

 

Mais la tâche de rédacteur qui est la mienne m’impose de retrouver mes esprits. Parce que pour belle à damner qu’elle soit, la Maserati Granturismo Folgore (c’est addictif) pose tout de même un certain nombre de questions, surtout que traditionnellement, c’est le moteur qui constitue véritablement le cœur des productions de la Viale Ciro Menotti di Modena. Et là, ce n’est pas d’un, mais de tre cuori dont dispose la première Maserati totalement elettrica, même si les vocalises et borborygmes en sont évidemment absents. Mais pas de silence non plus,  puisque la marque affirme avoir suffisamment travaillé l’acoustique de l’auto pour que les soupirs qu’elle arrache à son conducteur ne soient pas d’ennui.

En revanche, les watts sont bien là et même en excès puisque par l’une de ces bizarreries auxquelles il faudra bien s’habituer à l’heure du retour en grâce de l’électro,1+1+1 ne font pas trois, et les près de 400 chevaux dont chacun des moteurs est capable ne délivrent qu’un total de "seulement" 761 chevaux, limités qu’ils sont par la capacité de la batterie.

Mais reconnaissons tout de même qu’associés au couple de 1350 Nm distribué aux quatre roues, il sont suffisants pour négocier avec le concessionnaire de la marque un forfait chez le chiropracteur, histoire de remettre en place des cervicales malmenées en appui comme par le 0 à 100 en 2,7 secondes. Pour mémoire, c’est exactement le temps réclamé par la plus performante des Tesla, véritable Plaid des constructeurs de sportives traditionnelles, puisque celle-ci n’a de cesse de vouloir tirer la couverture médiatique à elle.

Au final, la Folgore délivre beaucoup plus que la version Trofeo de la GranTurismo, qui doit se contenter de 550 Ch et 660 maigres Nm avec le V6 Nettuno pourtant surnourri par deux turbocompresseurs. Pire encore, la "Modena" d’entrée de gamme ne délivre "que" 490 ch et réclame pas moins de 3,9 secondes pour atteindre 100 km/h.

Vous avez bien lu, la Maserati GranTurismo est disponible en plusieurs saveurs, y compris celles distillant encore des effluves de pétrole. Ce qui nous indique que les ingénieurs modénais n’ont pas eu besoin de rouler en skateboard pour passer au jus d’électron, même si ceux-ci ont dû plancher dur pour loger les 92,5 kWh de batterie aux emplacements habituellement occupés par les organes mécaniques de la motorisation thermique.

Le marketing de la marque présente d’ailleurs habilement sa plateforme polyvalente comme un atout puisque permettant de positionner les modules de la batterie "au bon endroit" plutôt que sous le plancher. Si ça permet de préserver la position de conduite propre aux sportives, dont les propriétaires n’apprécient guère d’être assis sur un gisement de lithium les éloignant du sol, c’est évidemment faux concernant le centre de gravité qui préfère en principe ne pas prendre trop de hauteur.

Mais à en croire ceux qui ont eu la chance de l’essayer -y compris sur circuit où Maserati n’a pas craint de les emmener- il n’y a guère d’inquiétude à avoir sur le comportement dynamique de la Maser… voiture en question. Il faut dire que de nos jours, l’électronique réalise des miracles, surtout quand elle peut jouer avec la répartition du couple individuellement sur chaque roue, y compris en l’inversant. Les Anglais -qui conservent l’apanage des appellations techniques- appellent ça le "torque vectoring", et ceux qui en profitent de la magie.

Mais malgré tous les avantages numériques de la Folgore, quelque chose me dit que les clients de la GranTurismo préfèreront sans doute encore la motorisation thermique pour la majorité d’entre eux. Curieux destin que celui de cette version électrisée et électrisante d’une auto qui se voit concurrencée par celle qu’elle contribuera à faire disparaitre, peut-être précisément parce que cette dernière constitue l’ultime opportunité de profiter de la combustion interne avant passage au tout électrique.

Et puis subsiste la question que j’avais posée dans ma chronique précédente quant au renouvellement des modèles de plus grande diffusion qu’une auto comme la Granturismo est également censée soutenir par l’image. Mais en dehors du fait que celle-ci vise probablement des volumes plus conséquents que ceux de la MC20, la Folgore se veut l’annonciatrice de quelque chose de nouveau chez Maserati.

Pas qu’au sein de la marque d’ailleurs, puisqu’en grillant ses concurrentes sur le poteau -y compris une certaine voisine modénaise- celle-ci prétend être la première à prouver que la tradition de la belle GT ne mourra pas avec l’électrique, qu’il s’agisse de la contempler dans son garage ou de l’empoigner par le volant. Même si on doit tout de même à l’honnêteté de rappeler que la primeur de l’électricité dans le segment des GT sportives haut de gamme revient à Mercedes avec l’AMG SLS Electric Drive lancée il y a 10 ans, dont il se dit qu’à peine neuf exemplaires auraient été produits.

Un chiffre qu’on souhaite évidemment voir dépasser … la Maserati GranTurismo Folgore.

Publicité

Réactions

490 chevaux pour la version Modena, Jean-Philippe ;-)
Belle à tomber, facile avec 4 roues motrices, utile avec 4 vraies places, très bien fabriquée, à la page au niveau techno, Maserati tient une revanche attendue, et méritée.
Cerise sur le panettone, cette incroyable version Folgore, aux sensations ... inedites, garanties sans Malus !
Forza !

@Philippe Beauge. La coquillette à 100 chevaux! On va corriger. Merci de me l'avoir signalée, et bonne journée... en Maserati ou pas !

Quel est le poids de cette jamais contente?

2,1 s pour la Model S Plaid!

L'auto pèse 2260 kilos, soit 13 kgs de moins qu'une Bentley Continental GT Speed ... thermique !

À vide ou avec le plein?bientôt permis PL?))))

Et plus du double de mon A 110,le poids toujours le poids (Chapman))))))

Elle est diablement belle !

Sinon, à quand le 0 à 100 en 1 seconde ? Puis le 0 à 200 en 2 secondes. On n'ira pas au-delà.

Déjà arrivée avant de partir,à quand les combinaisons anti g dans les caisses ? Surtout pas d’omelette au petit déjeuner ?

Et surtout un grand merci à JPT de préciser qu'une version thermique existe.
Elle est donc aussi belle et surtout beaucoup moins lourde avec une belle sonorité, mais il lui manque une chose... le "Folgore" dans son patronyme puisque qu'elle ne s'appela que "Granturismo" et c'est déjà pas si mal. Personnellement je préfère.

Mouais !
Trop facile de faire des caisses à 250 000...
;0)

0 à 100 en 2,1 s ça fait 14G..
quelqu'un l'a vu un jour ou c'est encore de la daube invérifiable??
;0)

Et la Zoeforet combien de G?
Allez jouer à Dubai
Slava Ukraini

@Lucos 15h11
Je n'ai pas réagi à votre équation mais le 0 à 100 en 2 secondes ne représente pas 14 g (le conducteur s'évanouirait) mais correspond à 14 m/s² (13,89 exactement) et comme 1 g = 9,81 m/s² les 14 m/s² représentent 1,42 g
Ca vous plaque déjà bien sur le dossier (j'ai "fait" quelques départs arrêtés musclés (à donf) avec une Tesla S, c'est impressionnant et parfaitement inutile, ridicule, etc.)

Cher JPT, si je lis exclusivement vos articles dans autoactu, ce n'est pas seulement parce que ce sont les seuls en accès gratuit, mais parce qu'une telle alliance entre la passion automobile et l'art de manier le langage me remplit de joie à chaque lecture !

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Moto

Deux-roues électriques : un marché en forte progression

Avec 10.500 immatriculations, les scooters et motos électriques enregistrent la plus importante progression du marché moto 2022 : + 151%. Ils représentent dorénavant 6% du marché total, soit plus que les hypersportives, les enduro ou les GT. Un segment dominé par le BMW CE 04 qui réalise la moitié de ses ventes mondiales en France.

Analyse - 20/03/2023

La problématique composante chinoise de la bonne santé financière des trois constructeurs allemands

La longue série des entreprises qui viennent annoncer des volumes produits ou vendus moindres et des chiffres d'affaires et profitabilités extraordinaires s’est poursuivie avec les trois grands constructeurs allemands. Alors que le Président chinois vient rendre visite au Président russe, l’analyse des comptes de Volkswagen, Mercedes et BMW montre que la nécessité de prendre quelques distances par rapport à la Chine souvent soulignée ces derniers mois n’est pas à l’agenda et que les protestations de Bruxelles ou de Washington pèsent bien peu face aux équations économiques en jeu. De ce point de vue, l’annonce par Volkswagen de son plan d’investissement très électrique vient indiquer que les constructeurs considèrent que c’est eux qui mènent la danse et qu’un ministre, fût-il allemand, ne saurait dévier un constructeur de la trajectoire qu’il s’est donné.

Analyse - 17/03/2023

Pourquoi Volkswagen doit absolument réussir en Amérique du Nord ?

Oliver Blume n’a pas hérité d’une tâche facile entre Cariad, la guerre économique avec la Chine et un mix produit à redéfinir, il faut être sur plusieurs fronts à la fois. Dans ce contexte, Volkswagen doit absolument poursuivre son redressement en Amérique du Nord. Ce marché, longtemps sous-estimé par Volkswagen, est devenu un axe stratégique majeur pour le leader Européen.

Analyse - 15/03/2023

Pourquoi le "veto" à l’interdiction des moteurs thermique en 2035 n’est pas une surprise

Le "veto" de l’Allemagne pour bloquer l’interdiction des moteurs thermiques n’est qu’une demi surprise. La décision de la première économie européenne s’est prise avec le soutien de l’Italie, la Pologne et la Bulgarie. La réouverture du débat devrait faciliter les relectures initialement prévues pour 2024, puisque les discussions pourront avoir lieu sans nécessiter de détricoter des régulations.

Analyse - 13/03/2023

Sino-dépendance versus sino-indépendance : la nouvelle ligne de fracture dans l’automobile

La Chine n’est plus un eldorado pour les constructeurs et l’axe qui unit Moscou à Pékin rend la sino-dépendance de certains d’entre eux et, particulièrement, des constructeurs allemands de moins en moins soutenable. Dans ce contexte, les premiers de la classe dans la fin des années 2010 risquent d’avoir du mal à tenir leur rang face aux derniers qui sont prémunis contre le risque chinois par le fait qu’ils n’y ont jamais réussi. Il s’agit là d’une nouvelle ligne de fracture dont l’importance s’affirme de mois en mois. Elle divise les Allemands entre eux et devrait logiquement conduire à ce que l’UE soit plus ferme dans sa quête d’une sino-indépendance. Ceci n’implique pas forcément de remettre en question l’électrification mais appelle d’assez nettes inflexions dans la gestion du dossier.

Analyse - 06/03/2023

L’Union européenne pourra-t-elle rester sourde à la révolte des perdants de l’électrification ?

Le vote des Etats en faveur de la prohibition de l’immatriculation de véhicules thermiques ("ICE ban") semblait acquis malgré l’opposition italienne mais la possible abstention allemande re-brasse les cartes. Au-delà du feuilleton qui semble destinée à durer, c’est la nature très politique d’un dossier que Bruxelles s’était comme à l’accoutumée évertué à "techniciser" qui est révélée. Elle fait apparaître deux camps qui se vivent pour d’assez bonnes raisons comme étant en opposition : celui des gagnants de l’électrification et celui des perdants. Il faudra pour s’en sortir et maintenir le cap apporter des réponses un peu consistantes au second et beaucoup reste à faire pour y parvenir.

Analyse - 03/03/2023

T&E, les véhicules électriques et les loueurs : un rapport mal ficelé et des conclusions hâtives, l’agnotologie a de l’avenir

On vous ment, on vous spolie. Les loueurs longue durée surfactureraient les véhicules électriques. Il est toujours très amusant, et un peu déprimant aussi, de voir à quel point l’immédiateté de l’information pousse sur la place publique le moindre communiqué de presse partageant des chiffres et des idées où on annonce que le consommateur se fait plumer. Dans le cas présent, la lecture du rapport de Transport et Environnement révèle que le communiqué de presse est plus alléchant que le rapport, comme ces bandes annonces plus entrainantes que les films dont elles font la promotion. La montagne accouche d’une souris, mais il faut toujours se méfier des messages cachés.

Analyse - 02/03/2023

Houses of Cars

C’est de béton dont je vous cause aujourd’hui. Mais aussi de métal, plastique et tout ce qui sert à faire une voiture. Sans oublier Jean-Paul.

Analyse - 27/02/2023

Les managements de Carlos Tavares et de Luca De Meo : darwinisme ou quête du compromis ?

L’annonce des résultats des deux groupes "français" a donné lieu à de multiples portrait de Carlos Tavares et, beaucoup plus rarement, de Luca De Meo. Au-delà des biais que cette grille de lecture qui personnifie les résultats impose, il semble qu’il y ait des"compromis de gouvernement d’entreprises" assez différents. A n’en pas douter le darwinisme revendiqué par Carlos Tavares explique une bonne part des résultats extraordinaires dégagés par Stellantis et, en comparaison, la hâte de Luca De Meo à augmenter les salaires lui sera reproché par certains. On peut également penser que la conduite d’une très grande entreprise appelle à nouer des deals avec les parties prenantes et que l’un en est convaincu alors que l’autre semble avoir peur d’y perdre quelques points de marges et/ou de faire perdre à ses actionnaires quelques centaines de milliions.

Analyse - 24/02/2023

Stellantis an 2, objectifs financiers dépassés

Stellantis a présenté d’excellents résultats financiers pour 2022, autant en chiffre d’affaires qu’en résultats. L’année passée a été marquée par une reprise des volumes mais les constructeurs sont toujours sous la contrainte de pénuries de composants. Le choix de favoriser les modèles à marge et la présence importante du groupe en Amérique du Nord sont payants.

Analyse - 20/02/2023

Décarbonation des véhicules industriels, cars et bus : l’autisme reste-t-il une bonne méthode ?

La mi-février 2023 est venu nous rappeler que la marche forcée vers l’électrification dans laquelle l’UE a engagé les producteurs de VP et de VUL n’était pas encore complètement actée pour les poids lourds et les cars et bus. Le Parlement a ainsi validé la marche forcée alors que la Commission lui proposait un texte sur les poids lourds qui ne retient pas 2035 mais 2040 comme date butoir et n’exige pas 100% de zéro-émission mais 90% seulement. Une nouvelle fois, face aux protestations des acteurs qui soulignent l’irréalisme du texte proposé, le camp qui affirme sa forte "conscience climatique" prétend au fond qu’il convient en la matière d’être autiste. Les faits ne leur donnent pas tort et les industriels eux-mêmes ne sont pas loin semblent s’être laissés gagnés par l’idée.