Publicité
Publicité
Equipementiers - 05/05/2021

La Fonderie de Bretagne toujours occupée, les salariés maintiennent la pression

(AFP) - Les salariés de la Fonderie de Bretagne à Caudan (Morbihan), mise en vente par le groupe Renault, se sont rendus en cortège mardi à la préfecture de Vannes pour faire entendre leurs revendications alors que l'occupation de l'usine se poursuit depuis une semaine, selon la CGT.

Auteur : AFP

Partager cet article

Partis à 8H30, Une vingtaine de véhicules ont roulé à une allure réduite d'environ 50 km/h sur la N165 entre Caudan et Vannes, selon la gendarmerie.

Une opération escargot qui s'est terminée dans un concert de klaxons à Vannes où sont arrivés en cortège une heure plus tard, "entre 80 et 90 salariés" des 350 que compte la Fonderie, selon la CGT.

Une délégation de "fondeurs" devait être reçue en préfecture, tandis qu'une cinquantaine de leurs collègues restaient à l'usine "toujours occupée" par les grévistes depuis le 27 avril, selon le syndicat.

"On ne sait pas par qui on sera reçus. On est toujours motivés, on continue, on bloque toujours et on est sur les mêmes revendications : rester dans le groupe Renault et avoir plus de volumes", a indiqué Maël Le Goff, délégué CGT, joint par l'AFP.

Les salariés ont été reçus par le préfet du Morbihan Patrice Faure. "Le préfet nous a assuré qu'un plan serait mis en place d'ici 24 heures, avec la désignation d'un médiateur et d'un haut fonctionnaire pour prendre contact avec la direction de Renault, toujours sur la base nos revendications, à savoir un plan avec une reprise des cadences", a souligné M. Le Goff.

Mardi dernier, cinq membres de la direction avaient été empêchés de sortir par des salariés de la fonderie. Des agissements condamnés fermement par Renault Group.

Alors que les salariés bloquaient la production et l'expédition des pièces, la CGT réclamait "une discussion franche et ferme avec la direction de Renault et la préfecture".

A l'été 2020, le constructeur automobile a demandé une revue stratégique qui a conclu que le site devait diversifier ses activités et poursuivre la réduction de ses coûts de production.

Les salariés demandent leur maintien au sein du groupe Renault, qui a annoncé le 11 mars la mise en vente de l'usine afin de "pérenniser les activités et les emplois".

Installée près de Lorient depuis 1965, la Fonderie de Bretagne fabrique des bras de suspension, des collecteurs et coudes d'échappement, ainsi que des différentiels de boîte de vitesse.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

... Un "caudan", pardon, pardon, un cailloux dans les chaussures de JDS et LDM ... et du gouvernement
"Y a" déjà suffisamment de fonderies tricolores qui partent au tas, en ce moment ...?

PS : le préfet... un lien de parenté avec "Patrick" ?

Ade Airix, Le 05/05/2021 à 09:21

M. De Meo a dit il n'y a pas longtemps dans ces colonnes que la France était un acteur important pour Renault.
Que pense t'il de cette entreprise qui appartient à son groupe à 100% ?
Pourquoi a t'elle perdu en charge de travail et en rentabilité ?
Des questions en attente de réponse...
;-(

Clerion , Le 05/05/2021 à 14:07

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 05/05/2021

La garantie Toyota Relax mise en cause par la Feda

Offerte après chaque entretien réalisé dans le réseau Toyota, la garantie Toyota Relax peut fidéliser le client jusqu’au 10 ans et 160.000 km de son véhicule. Abusif, estime la Feda qui a demandé des explications au constructeur.

Réseaux

"Automobile Nation"

Ce 26 avril dernier, un comité stratégique a réuni l’ensemble des représentants de la filière au plus haut niveau sous l’autorité de Bruno Le Maire, et de Luc Chatel, président de la Plate-Forme Automobile (PFA). Le ministre de l’économie et de la relance y a clairement fixé le cap stratégique : "La France doit rester une grande nation automobile."

OPINION

Catégorie Equipementiers

Autonomie de niveau 3 et électrification au menu du stand Valeo à Munich

A l'occasion du salon de Munich, Valeo fera circuler dans les rues de la ville son prototype de véhicule autonome de niveau 3. Il présentera également un système autonome pour garer son véhicule dans un parking, un nouveau moteur électrique de grande puissance et de nouvelles stations de charge.

27/07/2021

Les dirigeants de Valeo prévoient un "retour à la normale" début 2022

Les trois chocs d’offres successifs pour les semi-conducteurs ont provoqué une crise violente et "anormale" qui a coûté la production de 4,3 millions de véhicules au premier semestre 2021. Simultanément, les prix des matières premières ont augmenté ces six derniers mois et cette hausse va se poursuivre encore plusieurs trimestres. Jacques Aschenbroich, PDG de Valeo qui recevait vendredi dernier des journalistes avec Christophe Périllat, DGA, est confiant dans la bascule du marché automobile vers l'électrique.

26/07/2021

Véhicule électrique, taxe carbone aux frontières : "Le point clé c’est la compétitivité du site France", estime Claude Cham (Fiev)

Le passage forcé au véhicule électrique c’est la porte ouverte à l’invasion de véhicules fabriqués en Chine, ne cesse de répéter Claude Cham qui "ne comprend pas la stratégie d’un certain nombre d’Etats" et s’inquiète du risque d’effets pervers de la taxe carbone aux frontières annoncée dans le paquet législatif européen "Fit for 55".

23/07/2021