Publicité
Publicité
Equipementiers - 10/05/2021

Le cuivre et le minerai de fer atteignent des records historiques

(AFP) - Ils n'ont jamais été aussi chers : le cuivre, baromètre de l'économie mondiale, ainsi que le minerai de fer ont atteint vendredi des sommets historiques, tirés par la forte demande notamment en Chine où l'activité repart après la pandémie.

Auteur : AFP

Partager cet article

Le cuivre a touché vers 9H40 GMT (11H40 à Paris) 10.311,00 dollars la tonne sur le London Metal Exchange (LME), battant son précédent record de février 2011, quand celle de minerai de fer a atteint 202,65 dollars, une première selon l'indice de référence compilé par S&P Platts depuis 2008.

Outre de meilleures perspectives économiques mondiales, les cours bénéficient d'un dollar en petite forme.

"La hausse des prix des matières premières ne montre aucun signe d'essoufflement", constatent les analystes de Deutsche Bank.

L'appétit de métal rouge provient principalement de la Chine qui engloutit la moitié de la production de la planète ; le minerai de fer profite quant à lui de la forte demande en acier, dont il est un composant essentiel.

Après des jours fériés dans le pays suivant le 1er mai, la demande a connu une forte reprise propulsant à de nouveaux records les prix.

"La Chine ayant repris le travail, cela a permis au minerai de fer de franchir un cap historique", souligne Julien Hall, analyste de S&P Global Platts, qui ajoute par ailleurs que "le mois de mai est considéré comme la haute saison de la construction".

Fortement utilisé dans l'industrie, notamment pour la confection de circuits électriques, le cuivre est également connu pour refléter l'état de santé de l'économie mondiale, d'où son surnom de Docteur Cuivre (Dr Copper).

Etain et palladium recherchés

Les prix sont également tirés vers le haut par un dollar en berne, qui a abandonné plus de 0,5% de sa valeur face à un panier de monnaies lors des trois dernières séances, ce qui le rend plus intéressant pour les investisseurs munis d'autres devises.

Ce mécanisme a alimenté la hausse de la plupart des matières premières cette semaine.

Ainsi l'étain, prisé pour les circuits électroniques, les composants automobiles et les batteries a atteint jeudi 30.280 dollars la tonne sur le LME, un prix plus vu depuis mai 2011.

Cette poussée traduit une forte demande mais aussi une petite taille de marché qui amplifie les mouvements de prix.

Le prix du palladium a quant à lui touché mardi 3.018,00 dollars l'once, une première dans l'histoire, porté par des problèmes d'offre alors que la demande augmente.

Métal précieux, le palladium est principalement utilisé par l'industrie automobile pour fabriquer des catalyseurs. Sa demande est donc dopée par les normes anti-pollution de plus en plus strictes à travers le monde.

"Le potentiel de hausse supplémentaire du palladium devrait progressivement être limité", a nuancé Carsten Fritsch, analyste de Commerzbank, "car les prix actuels inciteront les producteurs automobiles à penser de plus en plus à remplacer le palladium par le platine, beaucoup moins cher, lorsque cela est techniquement possible".

L'or faisait quant à lui "exception" dans le monde des matières premières, selon Carlo Alberto de Casa, d'Activtrades.

En baisse depuis le 1er janvier, le métal jaune a néanmoins retrouvé jeudi et vendredi un prix supérieur à 1.800 dollars l'once pour la première fois depuis le 25 février.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Ca va pas le fer...!
;0))

Lucos , Le 10/05/2021 à 11:56

... Et le fer à 10 sous c'est pas cher !

N'en déplaise au correspondant de l'AFP ..."étonnamment", l'or semble quand même remonter
(1 835 $ l'once ce jour) ... Côte "observatoire des tendances, c'est pas tout à fait cà" ... A suivre
;0)

Ade Airix, Le 10/05/2021 à 15:27

Le fer à souder les prix n'a pas encore été inventé..et tout est à prix d'or !!

Durand Pierre, Le 10/05/2021 à 19:51

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 10/05/2021

Bipolarité Europe/Amérique du Nord de Stellantis : atout ou handicap ?

La présentation des résultats du premier trimestre d’activité de Stellantis fait ressortir avec éclat ce que l’on pressentait déjà : l’entité est tiraillée comme FCA l’était entre un pôle américain et un pôle européen. L’un et l’autre n’appellent pas les mêmes produits et les mêmes technologies et dès lors les synergies attendues peinent à se dessiner. Si la question est une vieille question qu’ont rencontré très tôt Ford et GM, elle se pose en des termes nouveaux en 2021 car d’autres ont à gérer un pôle européen et un pôle chinois et cela paraît moins malaisé.

Analyse

Catégorie Equipementiers

Autonomie de niveau 3 et électrification au menu du stand Valeo à Munich

A l'occasion du salon de Munich, Valeo fera circuler dans les rues de la ville son prototype de véhicule autonome de niveau 3. Il présentera également un système autonome pour garer son véhicule dans un parking, un nouveau moteur électrique de grande puissance et de nouvelles stations de charge.

27/07/2021

Les dirigeants de Valeo prévoient un "retour à la normale" début 2022

Les trois chocs d’offres successifs pour les semi-conducteurs ont provoqué une crise violente et "anormale" qui a coûté la production de 4,3 millions de véhicules au premier semestre 2021. Simultanément, les prix des matières premières ont augmenté ces six derniers mois et cette hausse va se poursuivre encore plusieurs trimestres. Jacques Aschenbroich, PDG de Valeo qui recevait vendredi dernier des journalistes avec Christophe Périllat, DGA, est confiant dans la bascule du marché automobile vers l'électrique.

26/07/2021

Véhicule électrique, taxe carbone aux frontières : "Le point clé c’est la compétitivité du site France", estime Claude Cham (Fiev)

Le passage forcé au véhicule électrique c’est la porte ouverte à l’invasion de véhicules fabriqués en Chine, ne cesse de répéter Claude Cham qui "ne comprend pas la stratégie d’un certain nombre d’Etats" et s’inquiète du risque d’effets pervers de la taxe carbone aux frontières annoncée dans le paquet législatif européen "Fit for 55".

23/07/2021