Publicité
Publicité
Marchés - 20/05/2021

Les voitures à hydrogène : pas pour tout de suite, selon un office parlementaire

Par AFP

(AFP) - L'hydrogène n'est "pas la solution miracle" pour répondre à tous les défis de la transition énergétique, estime l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et techniques (OPECST) dans une note, qui le déconseille dans l'immédiat pour les véhicules individuels.

"Au-delà même d'être le gaz le plus inflammable et le plus léger, capable de s'échapper de presque n'importe où, l'hydrogène n'est pas une solution miracle", souligne l'OPECST dans une note de quatre pages.

L'hydrogène utilisé comme carburant présente pour avantage de n'émettre que de l'eau, ce qui en fait une piste importante pour remplacer les hydrocarbures. Mais il est encore coûteux à produire et cette production-là nécessite aujourd'hui l'emploi de sources d'énergies fossiles et émettrices de gaz à effet de serre.

Le rôle de l'OPECST est d'éclairer les parlementaires sur les conséquences des choix de politique publique à caractère scientifique et technologique.

La note souligne notamment le "faible rendement" énergétique de l'hydrogène, et sa distribution "délicate et coûteuse".

Selon Gérard Longuet, sénateur de la Meuse et président de l'OPECST, qui a présenté la note mardi à la presse, l'usage de l'hydrogène pour la mobilité "lourde", telle péniches, trains, camions, voire pour des véhicules légers sur flotte captive, est à encourager "en priorité" afin de "répondre à un besoin réel de décarbonation des transports".

Pour que l'hydrogène puisse être utilisé dans les véhicules particuliers, il a souligné que "deux questions majeures [n'étaient] pas réglées" : "l'emport de l'hydrogène dans la voiture, et l'existence d'un réseau logistique de stations-service".

"Si on veut développer l'hydrogène pour les véhicules légers, il faut se pencher sur la question logistique qui à cet instant n'est pas réglée" a-t-il dit, en rappelant au passage qu'il avait fallu "50 ans pour généraliser les pompes automatiques de carburant".

Néanmoins, M. Longuet a salué les "convergences favorables des industriels et des pouvoirs publics" qui "ont compris qu'il fallait mettre de l'argent dans la durée" pour développer industriellement la production d'hydrogène.

"Le risque maintenant est de se disperser trop, de se lancer dans des initiatives sans lendemain" a averti M. Longuet.

"L'avenir de l'hydrogène passera par une politique énergétique cohérente, réaliste et responsable. Cette ambition ne peut se contenter d'être un slogan, sans quoi l'hydrogène, qui est depuis longtemps une technologie d'avenir, le restera" conclut le rapport.

Réactions

Bien sûr que rien n'est prêt pour le H².
Nous ne cessons de dire que tant que la production de H² n'est pas renouvelable, ce "carburant" n'a aucun intérêt. Et tant que 99% de la production se fait à base de méthane issu du pétrole cela n'a aucun sens.
Ce rapport a totalement raison, nous mettons la pile avant le combustible..
;0)

L’hydrogène n’a aucun avenir tout simplement. Son rendement est de 25 %... soit 75 % de perte...
et oui on utilise de l’électricité pour produire l’hydrogène puis on transforme l’hydrogène en électricité... soit 25 % de rendement....

Ajouter à cela que : Au-delà même d'être le gaz le plus inflammable et le plus léger, capable de s'échapper de presque n'importe où, l'hydrogène n'est pas une solution miracle
Qu’il est un gros émetteur de co2 pour le produire...
La messe est dite... aucun avenir.

Un autre facteur limitant qui est rarement cité est le besoin en eau douce à électrolyser.
S'il faut désaliniser, ca déteriore encore un peu plus le rendement déjà très faible.

Le même rendement qu'une centrale nucléaire et qu'un moteur thermique essence donc ?
;0)

@Lucos , Le 20/05/2021 à 10:09
Excellent !

Il faut vite prévenir Toyota - un gros constructeur automobile, plutôt sérieux - que l'Hydrogène n'a aucun avenir.

Oui tout à fait Bruno !
Avant de faire votre commentaire saccarstique, vous feriez mieux de vous renseigner...

Et d'ailleurs les actionnaires de Toyota se sont chargé de rappeler à Akyo Toyoda :
https://www.automobile-propre.com/voiture-electrique-toyota-mis-sous-pression-par-ses-actionnaires/

C pas le plus gros qui a raison.
C pas celui qui parle le plus fort qui a raison.
Etc...
CQFD

Je suis éberlué de voir comment les grands capitaines d'industries s'accrochent à leurs origines et les 100 ans d'histoire de thermique. C du passé !

Je vous donne RDV ds 5 ans ds 10 ans pour voir ce que sont devenus les véhicules hydrogène.

Ne vous fâchez pas cher Boisons.
Affirmer que l'H2 n'a aucun avenir est exagéré ; et faux.
Vous connaissez certainement ma position concernant les énergies d'avenir pour faire avancer une bagnole : TOUTES !
A mon tour d'être éberlué par ceux qui ne jurent que par l'Electricité.
Les ingénieurs de Porsche / Audi ont raison de travailler sur le carburant synthétique non fossile, les Japonais et les Coréens ont raison de travailler sur l'H2, Toyota a fait ses preuves, me semble-t-il, sur l'Hybride, les progrès sur le Thermique ont été incommensurables, le gaz, les dérivés du gaz, les biocarburants, le bois, la bouse de vache, les algues, etc.
Il n'y a rien de plus sectaire que d'opposer une source d'énergie à une autre source d'énergie.
Bien sûr que l'électricité est magique ! Mais le TOUT électrique est une erreur.

PS : RDV dans 5 ans je prends, dans 10 ans je ne prends plus, Alzheimer m'aura bouffé.

Le tout pétrole n'a dérangé personne depuis 100 ans !...

l'H2 pour les bateaux, les bus, les camions... mouais j'y crois de moins en moins car l'éco-système global H2 n'est pas bon.
Même en solution de stockage c compliqué.

Et dans les 10 ans les batteries notamment solides vont amener des progrès considérables.
Restons branchés ;-) !

Quand le produit " batteries solides" passera à la phase industriel...nous en parleront !
Quel pays et quel constructeur va le faire? Mystère et boule de gomme !!
Ce sera le Japon ou les US ...vous pouvez parier !!

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Réseaux

Le beau mariage du Garage Dietrich et du groupe Kroely

Reprise par le groupe Kroely en 2018, la concession Mercedes de Colmar est devenue en deux ans l’une des plus rentables du Grand-Est, à tel point que ses salariés ont bénéficié de plusieurs mois d’intéressement cette année. La belle histoire se poursuit avec le déménagement de la concession dans de nouveaux locaux trois fois plus grand.

Analyse

180 degrés

C’est dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle que démarre cette chronique, pour s’achever dans la période bientôt post-Covid. Sans oublier de faire un tour en 1984…

Marchés - 29/11/2022

La station hydrogène de la Porte de St-Cloud va bientôt ouvrir

La plus grande station de production et de distribution d’hydrogène en Europe va bientôt être mise en service à la Porte de St-Cloud. Elle sera capable de fournir une tonne d’hydrogène par jour, soit plus du double de la capacité des trois stations déjà ouvertes par HysetCo.

Marchés - 22/11/2022

Mexique : à Guanajuato, tueries, théâtre, tourisme et usines Mazda

(AFP) - Bibiana Mendoza assistait à la découverte d'une fosse commune clandestine quand, à quelques dizaines de kilomètres, le public applaudissait les derniers spectacles d'un festival du Guanajuato, l'Etat le plus violent du Mexique, et l'un des moteurs industriels et touristiques du pays.

Marchés - 17/11/2022

Les Etats-Unis virent au protectionnisme, juge Roland Lescure

(AFP) - Les Etats-Unis "sont en train de basculer du mauvais côté" du protectionnisme avec son plan privilégiant l'aide à l'achat de véhicules fabriqués localement, a regretté mercredi le ministre de l'Industrie Roland Lescure, disant craindre "un repli sur soi généralisé".

Marchés - 15/11/2022

La Bourgogne-Franche-Comté mise sur l’hydrogène

Région la plus industrielle de France (avec 20% de ses emplois dans l’industrie), la Bourgogne-Franche-Comté mise sur la filière hydrogène pour créer de nouveaux emplois. Engagée depuis 20 ans dans ce qui n’était alors qu’un pari un peu fou, la région accueille aujourd’hui une cinquantaine d’entreprises de la filière, attirées par l’écosystème favorable qui a été mis en place.