Publicité
Publicité
Analyse - 20/05/2021 - #Renault , #Alpine , #Cupra , #Dacia , #Peugeot , #Seat , #Stellantis

180 degrés

C’est dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle que démarre cette chronique, pour s’achever dans la période bientôt post-Covid. Sans oublier de faire un tour en 1984…

180 degrés

Renault Sport devient Alpine, sans limiteur de vitesse.

Auteur : Jean-Philippe Thery

Partager cet article

C’est en novembre 1770 qu’eut lieu le premier accident automobile de l’histoire de l’humanité.

Avant de vous précipiter sur les commentaires de bas de page pour me signifier que le tricycle de Karl Benz ne vit le jour qu’en 1885 (sans même évoquer la charrette motorisée de Monsieur Delamare-Deboutteville, qui le précéda d’un an), laissez-moi vous rappeler qu’avant de s’adonner aux joies de la combustion interne, l’automobile avait goûté à d’autres sources d’énergie.

Eh non, ce n’est pas d’électricité dont il est ici question, même si celle-ci devança tout de même l’essence de pétrole de quelques années grâce à la Tilbury que Charles Jeantaud dévoila en 1881. Alors téléportons-nous plus d’un siècle auparavant à Vanves, dans la propriété de Nicolas-Joseph Cugnot. Ingénieur militaire de son état, Monsieur Cugnot eut l’idée de substituer à la force équine une machine à vapeur sur les caissons, ces pesantes voitures hippomobiles qui servaient au transport de pièces d’artillerie. Le fardier qu’il construisit en guise de prototype fut donc bien la première voiture automobile au monde. Mais c’était également un tricycle, grillant ainsi la politesse à Karl, et même une traction puisque c’est sur l’unique roue avant que s’exerçait la force motrice délivrée par une espèce de cocotte-minute surdimensionnée.

Et le festival des "premières" ne s’arrête pas là, puisque le lourd charriot de 2,8 tonnes (affichant une PTAC de 8 tonnes) fut également le protagoniste de la première collision impliquant un véhicule mu par ses propres moyens, et ce dès sa première sortie. Du moins si l’on peut qualifier ainsi le court trajet qui le mena de l’endroit où on l’avait laissé sans surveillance et chaudière allumée, jusqu’au mur qu’il défonça après s’être mis en route tout seul lorsque la pression fut suffisante. De là à affirmer que le fardier fut également précurseur de la voiture autonome, il n’y a qu’un tour de roue que je me garderai bien d’effectuer. Toujours est-il que malgré la coquette somme allouée à la remise en état de l’engin, le projet fut finalement abandonné lorsque l’armée qui l’avait jusqu’ici patronné lui coupa le nerf de la guerre.

Mais on n’arrête décidément pas le progrès, et les accidents automobiles reprirent dès le siècle suivant, à la fin duquel survint le premier épisode fatal. Lors d’une épreuve disputée en 1898 dans le cadre de la course Paris-Nice, le Marquis de Montaignac envoya dans le décor la Benz de Monsieur Montariol, alors qu’il tentait de lui serrer la paluche au moment de le dépasser. Tournant la tête par réflexe, sans doute pour vérifier la gravité de l’accident qu’il venait de provoquer, notre homme entraina la direction dans le mouvement et sa propre machine dans le même fossé. Moins chanceux que son concurrent qui avait réussi à sauter de sa voiture à temps, celui-ci fut écrasé par les 800 kg de sa Landry-Beyroux

Si la liste inaugurée par l’infortuné marquis s’est depuis considérablement allongée, il est évidemment impossible de connaître le nombre exact de ceux et celles qui la composent. Mais si l’on s’en tient au seul territoire français, on estime à 350.000 le nombre de victimes de la route depuis les années 60. Un décompte funèbre qui ne cessa d’augmenter année après année, jusqu’au triste record des 18.000 décès enregistrés en 1972, quand Johny chantait "comme si je vais mourir demain" et Polnareff "on ira tous au paradis". Autant dire que la sérieuse reprise en main opérée par la suite s’imposait, et qu’elle montra son efficacité puisqu’on dénombre désormais 3.500 tués par an, alors que le nombre de véhicules en circulation et de kilomètres parcourus à sérieusement augmenté. Et si je n’ai pas écrit "à peine", c’est que pour les familles concernées, c’est évidemment encore trop. Mais je m’autorise tout de même une certaine mise en perspective en rappelant que les accidents domestiques tuent six fois plus, soit 20.000 fois par an. Et non, je n’ai pas dit pour autant qu’il était plus dangereux de rester chez soi que de prendre la route.

Pour autant, toute initiative visant à diminuer encore davantage le nombre des accidentés de la route ne peut évidemment qu’être que la bienvenue. Or c’est précisément la raison invoquée par Renault pour justifier la décision annoncée le 23 avril dernier de limiter la vitesse maximale de ses véhicules (et ceux de Dacia) à 180 km/h. Notre constructeur national aura donc finalement réussi à boucler une forme d’alliance avec Volvo, qui a précisément mis en place cette même mesure sur ses propres voitures depuis 2020. Une décision qui s’inscrit dans le cadre de l’ambitieux plan entériné par le constructeur suédois en 2014, fixant justement à 2020 l’échéance à laquelle aucun occupant d’une auto de la marque ne devait plus mourir ou même être grièvement blessé (ne me demandez pas ce qu’il en est, je l’ignore).

Avec une part de marché frôlant tout juste le pourcent, et probablement en raison d’une image associée plus que tout autre constructeur à la sécurité, on ne peut cependant pas dire que Volvo a provoqué un grand émoi dans l’hexagone en bridant ses véhicules. Mais il en va différemment de Renault, dont nombre de nos compatriotes se sentent -au moins affectivement- un peu actionnaires, et qui a donc provoqué des réactions aussi nombreuses que contrastées, entre partisans et détracteurs du castrage électronique. D’autres encore ont choisi la voix du sarcasme en exprimant leur doute sur la capacité des modèles de la marque à atteindre la vitesse qu’il ne pourront bientôt plus dépasser. Mais ceux-là seraient sans doute surpris de savoir tout ce que Renault peut faire pour leur permis, que je n’ai pas manqué de vérifier. Car si la Twingo a besoin des 100 ch de la version la plus puissante du 0.9 Tce pour atteindre les 182 km/h, tous les autres modèles de la gamme VP disposent de motorisations leur donnant accès au seuil symbolique des 200 km/h voire bien plus, sans même recourir aux versions sportives.

Les plus fâchés sont sans doute les amoureux de la bagnole, qui avaient vu dans l’arrivée de Carlos Tavares, puis de Luca de Meo à la tête des groupes automobiles français l’avènement de deux des leurs, et la victoire des "car guys" sur les compteurs de flageolets. Et si le patron de Renault, contrairement à son homologue de Stellantis, n’enfile pas la combinaison pour arsouiller sur les pistes en fin de semaine, on lui doit tout de même d’avoir fait du simple label sportif de Seat une véritable marque, dont le seul modèle bridé monte à 250 km/h avec la Cupra Formentator 2.0 TSI VZ 310ch DSG 4Drive. Mais depuis, Carlos a froidement sacrifié la descendance des RCZ et autres Peugeot 308 GTi sur l’autel de la rentabilité, et Luca nous fait le coup des 180 km/h, à moins qu’il ne s’agisse de 180°, en forme de véritable tête-à-queue idéologique.

Sauf qu’on ne tient pas les rênes du troisième constructeur européen comme on dirige une marque de niche, dont le véritable équivalent au sein du Groupe Renault est Alpine, qui n’est justement pas concernée par l’apocryphe bridage. Voilà qui règle au passage le sort des modèles Renault Sport, lesquels avaient suscité beaucoup d’inquiétude à l’annonce de la mesure mutilatrice, mais dont on a depuis appris qu’ils seront siglés du A fléché. Et l’exemption dont ceux-ci bénéficient est facile à justifier, que ce soit en raison du marché allemand et des 52% de son réseau autoroutier libres de toute limitation, ou des clients habitués à tourner sur circuit, même si on se gardera bien d’indiquer combien ils sont réellement à fréquenter les track days.

Mais revenons plutôt au vrai sujet de la sécurité routière, à laquelle Renault prétend donc apporter sa contribution en capant la Vmax de ses véhicules. Au cours de son allocution, Luca de Meo n’a pas manqué de rappeler que la vitesse "représente plus d’un tiers des causes d’accidents mortels", reprenant ainsi le constat établi par l’OISR (Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière) que je n’ai aucune intention de contester ici, et auquel je ferai donc semblant de croire le temps de cette chronique. En fait, je compte même apporter ma modeste pierre à l’édifice, par un petit calcul dont je vous prie de bien vouloir me pardonner par avance le caractère un tant soit peu macabre.

Admettons qu’un quart environ du parc automobile français soit composé de véhicules Renault, et que ceux-ci "participent" dans les mêmes proportions aux accidents routiers. Sur une période d’un an, 500 des 2.000 victimes d’un accident fatal circulant à bord d’une voiture particulière ou d’un utilitaire léger se trouvaient donc à bord d’un véhicule de la marque, dont environ un tiers en raison d’une vitesse excessive. Les 165 individus concernés constituent donc le potentiel de vies épargnées par un dispositif embarqué, même s’il faudra tout de même attendre une vingtaine d’années pour qu’il soit pleinement efficace, correspondant à la durée nécessaire au renouvellement du parc. Mais après tout, et s’agissant d’un sujet aussi important, rien n’interdit de prendre des décisions à long terme.

Mais il y a tout de même une mouche dans la pommade, puisque le dispositif que Renault s’apprête à mettre en place ne peut éviter que les accidents survenus au-delà de 180 km/h. Ou pour être totalement rigoureux, ceux dont les protagonistes évoluaient au-delà de cette allure avant le choc fatidique, puisque rien n’interdit de freiner avant de s’enrouler autour d’un arbre. Voilà qui réduit sérieusement le champs des possibilités, d’autant plus que l’OSIR lui-même, après avoir rappelé qu’une vitesse "excessive ou inadaptée aux circonstances" constitue la première cause d’accidents mortels, reconnaît tout de même que "ce facteur intervient plus souvent que la moyenne sur les routes limitées à 70 km/h" et "qu’il est moins présent sur les autoroutes limitées à 130 km/h". C’est d’ailleurs sans doute la raison pour laquelle on ne recense sur ces dernières que 4% des tués alors que s’y effectuent 15 % des kilomètres parcourus. Autrement dit, la grande majorité des crash imputés à la vitesse se produisent à une allure inférieure à la limitation légale la plus élevée, très en dessous de celle à laquelle Renault veut contenir ses véhicules.

Faute de données, mon petit exercice statistique en restera là. Mais on imagine volontiers que le potentiel de réduction du nombre d’accidents permis par une limitation à 180 km/h de la vitesse de pointe des Renault reste tout de même très modeste. Et voilà donc une bien curieuse décision, qui ne satisfera ni ceux qui refusent de voir brimer le potentiel de leur machine, quand bien même ils ne l’exploiteront jamais, ni les "gardiens de la loi" qui auront beau jeu de faire remarquer l’inutilité d’un dispositif ne correspondant pas aux textes en vigueur. Alors que les uns auraient préféré une limitation de vitesse sur autoroute relevée à 180 km/h, les autres militeront plutôt en faveur d’un limiteur à 130 km/h.

A moins que je ne sois passé à côté d’un truc.

Parce que s’il a logiquement polarisé les attentions, le limiteur de vitesse n’est pas venu tout seul, mais accompagné d’un "Safety Coach", système qui constituera probablement pour l’automobiliste ce que le garde-chiourme était au forçat. En résumé, ce charmant dispositif a pour mission de remettre le conducteur dans le droit chemin chaque fois que celui-ci s’en éloigne d’un chouïa. Supposez par exemple, que vous abordiez un rond-point ou un virage à une vitesse "inadaptée". Eh bien votre nouvel ami électronique qui sait lire les panneaux autant que détecter les vitesses autorisées par GPS interposé, prendra l’initiative de ralentir votre véhicule jusqu’à ce que sa cadence redevienne compatible avec l’ordre moral et les limites légales. Pourvu de capteurs inquisiteurs, celui-ci est capable de repérer les conditions météorologiques, la densité de la circulation qui vous environne, et même votre niveau d’attention, afin de prendre les mesures qui s’imposent à votre conduite. Bref, Madame Perrichon is watching you. L’inflexible présidente de la Ligue contre la violence routière devrait être satisfaite, elle qui appelle de ses vœux la mise en place de ce genre de système depuis longtemps. Ou plutôt non d’ailleurs, puisque Madame Perrichon n’est jamais satisfaite.

Bon, je vous épargne le descriptif complet des aptitudes du Safety Coach, parce que je sais que nombre d’entre vous me lisent au petit déjeuner, et que je ne tiens pas à leur gâcher davantage la journée. Mais reconnaissons que face aux perspectives inquiétantes qu’ouvre un tel gadget, le bridage de la vitesse finale de nos autos à 180 km/h parait presque raisonnable, et qu’il n’interviendra sans doute jamais pour une grande majorité des automobilistes.

Dis Monsieur Renault, si j’accepte le limiteur dans ma voiture, tu m’enlèves le reste ?

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Merci pour cette chronique qui fait du bien de bon matin. Heureusement qu'on pourra encore acheter autre chose que des Renault ou des Volvo et que le Perichon Safety truc ne sera pas prêt de m'electrocuter quand j'aurai franchi le cap fatidique voire suicidaire des 131 km/h sur l'autoroute Allemande que je pratique quotidiennement. Bonne journée.

Christophe Clausse, Le 20/05/2021 à 05:32

Il est évidemment totalement ridicule de brider des voitures à 180 km/ h sous prétexte d'en augmenter la sécurité.
Quand les constructeurs allemands ont échangé la conservation de la vitesse libre dans leur pays il y a quelques décennies contre un bridage à 250 km/h, c'était encore plus ridicule.
La vérité est ailleurs !
Alors est-on en train de nous préparer au bridage impératif des VE pour cause d'autonomie ?
Ou alors est-il plus simple de penser qu'en diminuant les contraintes exponentielles de la Vmax d'un véhicule on en diminue forcément les couts de production ?
Je mets mon billet sur la deuxième solution, en gardant une pièce sur la première..
;0)

Lucos , Le 20/05/2021 à 07:39

Et dans le style ridicule il y a eu pire, quand a l'arrivée des Hayabusa et autres consoeurs hypersport GT avec leurs vitesses de pointe supérieures à 300 km/h (Sur route bien sûr !), nos dirigeants ont eu l'idée géniale d'interdire que les compteur de vitesse des motos affichent plus de 299 km/h...
;0)

Lucos , Le 20/05/2021 à 08:25

Heureusement que l'écolo de base ne comprends rien à ce que vous dites...mais il garde des gènes de chauffard... car à Paris l'écolo vélo écrase tout sur son passage, piétons (surtout les vieux) et voitures...et il ne freine jamais, roule sans casque, sans gants, et sans éclairage !
Seulement 12 morts l'année dernière...mais c'est déjà un commencement !!
Je parle pour Paris...mais la statistique me fera mentir !!

Durand Pierre, Le 20/05/2021 à 08:58

On cause Vmax et Jo nous parle de vélo ???
Conséquence d'une pénurie de neurones ?
;0))

Lucos , Le 20/05/2021 à 09:06

@Lucos : ou peut-être un peu des 2 à la fois ? Assurer (un peu) l'autonomie du VE et en profiter réduire les coûts de toutes les voitures ?
Car de fait, les VE sont déjà limités à ces vitesses, 160 ou 180 km/h, y compris chez les cousins germains (voir les fiches techniques des récents iX3, EQC, EQA, ID3, ID4...). Si un bon gros crossover électrique "premium" est limité à 160 km/h et que le client ne s'en plaint pas pourquoi ne pas faire de même avec le crossover thermique équivalent ?
C'est pour moi une décision pertinente économiquement, simplement "ripoliné" opportunément par Renault d'une raison sociale.
Et pour les amoureux des "belles bagnoles" il reste toujours les AMG, M, RS, Alpine, Cupra, PSE...

Y A A, Le 20/05/2021 à 10:01

... Tout a déjà été dit sur le caractère "assez peu scientifique" concernant les conclusions de l’OISR s'agissant de la vitesse comme fait générateur de l'accidentologie ; le chroniqueur rappelle, notamment, que "ce facteur ... est moins présent sur les autoroutes limitées à 130 km/h".
(4% des tués alors que s’y effectuent 15 % des kilomètres parcourus.) ...

... A ce propos (la vitesse relative ou instantanée) "Luca qui fait le coup des 180 km/h" semble "un petit joueur" à côté de ce que prépare la Commission très bruxelloise, pour demain matin ...

Comme une fragrance de "1984" ... ?
Ainsi ... Selon un article récent publié par l'ACO (désolé si autoactu a déjà couvert le sujet)

"La commission européenne a récemment accepté un projet qui vise à bloquer électroniquement la vitesse des voitures en fonction de l’endroit où elles circulent. Dès 2022, les voitures neuves devront posséder un limiteur de vitesse capable de s’adapter aux limitations en vigueur. Par conséquent, il ne sera plus possible de dépasser la vitesse autorisée sur une route. Un système permettra de désactiver cet outil en cas d’urgence mais une alarme dissuasive retentira dans l’habitacle à l’image de celle qui sonne lorsqu’un conducteur omet de boucler sa ceinture de sécurité.

Ce limiteur fonctionnera grâce à des données GPS et des scanners de panneaux installés dans le véhicule. A la vue d’un panneau de limitation de vitesse reconnue dans la base de données, la voiture appliquera une limite de vitesse électronique afin de pas la dépasser."

Pour l'instant (...) le dispositif ne prévoit pas encore une décharge électrique dans l'assise du siège conducteur en cas de téméraire tentative de dépassement mais ... Une époque formidable se dessine (?) ...
Ade Airix, Le 19/05/2021 à 19:14

Sinon "Bisous" à Mame Perrichon ...
Et Bravo à Jean Phillipe pour son analyse "un tant soit peu macabre" mais très "mètrique' concernant le gain sécuritaire résultant possiblement (à termes) des déclarations "opportunistes" de LDM concernant la limitation à 180 km/h des produits Renault ... Sortir des VE pouvant atteindre voire dépasser 180 km/h dans un format de prix "généraliste", "faudrait déjà pouvoir" ... !

Pour les nAlpine, c'est autre chose, mais eu égard à ce que prépare la Commission Européenne ...
;0)

Ade Airix, Le 20/05/2021 à 10:36

Il sera intéressant de voir la réaction du...... client.
Peut-être qu'il éliminera de sa shopping list une Renault, parce que limitée à 180 km/h, même s'il n'a aucunement l'intention de rouler à cette "folle vitesse".
(Il y a 30 ans, les 180 km/h était plutôt la moyenne réalisée sur un Paris - Lyon... Quelle époque !)

Bruno Haas, Le 20/05/2021 à 10:52

Les mercateurs du losange ont bien dû de se poser la même question que Bruno !
Quelle va être la réaction des acheteurs potentiels ?
Et quelle réponse ont-ils trouvé ?
Sociologiquement acceptable ?
;0)

Lucos , Le 20/05/2021 à 11:24

… Paris Lyon en ouature à 180 km/h de moyenne, çà fait de "longs paliers à … çà … " Fouyaya !

Performances et époque "héroîque" de "boomers" (*) susceptibles de provoquer un collapsus chez l'excellente Mame Perrichon (la pôvre, ce serait dommage … que les âmes sensibles se réfreinent) et ses groupies …. Voir aussi le passage "ultrasonique" d'Emmanuel Barbe (ex Délégué à …) à la tête de la Préfecture des Bouches du Rhône … Très "partialement", çà dit quand même quelque chose de la qualité du "bonhomme" (?)
;0)
(*) : je conseille à personne de dire que çà se passe de nos jours … Après, c'est vous qui voyez !

Ade Airix, Le 20/05/2021 à 11:32

..sauf qu'aujourd'hui on roule comme cela sur les petites départementales, dernières terre de liberté des aiguilles en bas à droite, et plus sur autoroute. Et là c'est chaud Turini !
Les boomers survivants auront eu le plaisir de vivre cela, Paris Lyon, ou Bordeaux, soudé, dans la tôle, PDG 4/4, godasses de plomb, mets la brique, si tu lèves au péage t'es une tanche, t'occupe pas des panneaux, boite à image au km 85, 15l/100 km, allume ta clope sur le turbo, un plein tous les 250 km, "mon p'tit Lucos pas plus de 180 ! Oui belle maman !", ...
Meuhnan chuis pas nostalgique !
C'est pire que ça !
;0))

Lucos , Le 20/05/2021 à 11:44

… Pour le coup, j'ai de la compassion (…) sur le mode "Nan, Jeff t'es pas tout seul".
;0))

Ade Airix, Le 20/05/2021 à 11:57

@Lucos , Le 20/05/2021 à 11:44
Je suis pété de rire !
Allume ta clope sur le turbo, c'est grand, très grand.
Faut avouer qu'avec le 2 litres turbo 16S suédois on s'est bien marré. J'ai des souvenirs mémorables (pléonasme ?) d'un retour de tournée concessionnaires vers Nanterre (siège de l'importateur) avec mon boss en passager et le col de Bessey en Chaume depuis Beaune, à la bourre avec une Mercedes 190 E 2.3-16 que la formidable 900 T16 a franchi largement devant la Mercos ; le pied.
J'imaginais la couleur du turbo...

Bruno Haas, Le 20/05/2021 à 12:16

Plus question pour moi de rouler en boite manuelle...mais pour rouler en Honda Civic Type R je suis prêt a faire une exception...au vu du prix de "pauvre" aux alentours de 43.000 euros (pour celles qui n'ont pas le nouveau malus) ....pour rouler à 274 km/h en vitesse de pointe ...là où c'est permis...mais à 130 km/h sur autoroute quelle sécurité...et jamais de casse matériel à cette vitesse là !!
Renault et PSA fabriquent encore des caisses du "Moyen-Age" avec boites manuelle et freins à tambour ...ils ne se doutent de rien !
Ces deux là sont les rois de l'image technologique des années soixante !
Ils peuvent toujours les proposer aux chinois et aux allemands ...gros succès en perspective !!
Mieux encore ils veulent maintenant nous faire croire que dans le VE ils sont techniquement des cadors...mais tout ce qui sors de chez eux en ce moment est déjà vachement obsolète...et pour ceux qui ne sont pas au courant des essayeurs de la Dacia Spring...sont allés charger chez Ionity ....
Facture: 63 euros la charge complète !!
Les coréens, japonais et allemands sortent déjà des VE adaptés à la charge 350/800 V, mais chez nos deux larrons ce n'est encore que de la science fiction !!

Durand Pierre, Le 20/05/2021 à 12:27

Tiens voilà un spécialiste qui nous dit que Merco c'est de la came au prix surfait que c'est vendu !! Tsss, tss, on dirait qu'il n'est pas sensible à l'aspect statutaire des caisses teutonnes !! Le gars qui roule en Volvo voit la différence...pour le même prix !!
Remarquez par ailleurs que la "voiture du peuple" fait de plus en plus peuple !!
Rigolez...."Ma Toyota est formidable" ...quel slogan mondial !!

Durand Pierre, Le 20/05/2021 à 12:38

Euh ... La couleur du Turbo ... ? ... Très rouge comme à la CGT, fort probablement ...
... C'était pas le moment de laisser tomber une cendre de la clope à Lucos dessus ...
De mon côte je me souviens d'une "fantasia" avec deux M3 E36 (elles venaient de sortir) après Vezelay ... Gardons, les anecdotes d'arsouilles pour les fins de repas ... çà dépend avec qui d'ailleurs ... Ah les jolis temps ..!
;0)

Ade Airix, Le 20/05/2021 à 12:45

Durand Pierre, Le 20/05/2021 à 12:38
Si c'est moi "le spécialiste" (?),
1- Je n'ai pas dit que Merco était de la came. Bien au contraire, la Mercedes 190 E 2.3-16 était redoutable d'efficacité et d'un prix très abordable dans cette catégorie de berlines pêchues.
2- Je ne suis pas du tout, mais alors pas du tout sensible à "l'aspect statutaire" d'une bagnole. J'ai toujours eu des bagnoles "marrantes" genre Autobianchi Abarth, Citroën Méhari, Pontiac TransSport, ou pêchues genre Golf GTI, BMW X3, Alfa Romeo Giulietta. A ce jour je roule Peugeot 108 et RAV4 2 portes AWD de 1996 ; on fait mieux statutairement, paraît-il.
3- La Suédoise évoquée dans mon post n'est évidemment pas une Volvo. (marque que j'apprécie au demeurant).
4- Le slogan n'était pas "ma Toyota est formidable" mais "ma Toyota est fantastique".

Bruno Haas, Le 20/05/2021 à 12:56

Orange le turbo ! Orange ADRX !
Le rouge c'est pour ceux qui lèvent au péage...
;0))

Lucos , Le 20/05/2021 à 14:11

D'ailleurs avec ces beaux turbos colorés, on comprend mieux pourquoi SAAB avait été le premier à enlever l'allume-cigare et le cendrier dans ses voitures (mais pas la prise) au début des années 90, et avait même reçu un prix des médecins suédois...
La bagnole tuait aussi parce qu'on pouvait fumer dedans !!
Je retombe sur le sujet de Jean-Philippe, tiens...
;0)

Lucos , Le 20/05/2021 à 14:20

J'ai encore raté (grâce à la vigilance des experts) une journée pour dire du mal de Merco dans la plus grande mauvaise foi (et depuis combien de fois) !
Chez Volvo les prix sont aussi surfaits pour ce que c'est ...mais c'est statutaire...et c'est le pognon de ceux qui les achètent.. Il y a des grosses armoires normandes chez eux.
Chez Audi et BMW aussi , mais J'adore (faire Zorro)...et prédire la fin des dinosaures !
Dans la liste il y a aussi, Rolls-Royce, Bentley, Maybach, et des équivalentes ricaines !!
C'est les petits mammifères qui ont gagné et les gros sont dans les poubelles de l'histoire.
Enterrés aussi les polluantes au pots d’échappement bruyants...et de ces trucs hors de prix une seule a de la classe et de la demi-vertu...une hybride rechargeable Ferrari SF90 !
Je la chargerai tous les soirs pour passer inaperçu !!
J'ai presque le même Cx avec ma fumante silencieuse actuelle...que je charge tous les jours comme le vertueux M.Boise !!
Attention il faut éviter là la pollution du Lac d'Annecy avec des hydrocarbures !!

Durand Pierre, Le 20/05/2021 à 14:34

@ Lucos
(alias "celuiKiFreineestunlach") chuis d'accord pour l'orange ..mais çà marchait bien qu'avec le modem et du coup "çà rend pas pareil" que le rouge CGT ...
;0)

Ade Airix, Le 20/05/2021 à 17:05

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 20/05/2021

Le beau mariage du Garage Dietrich et du groupe Kroely

Reprise par le groupe Kroely en 2018, la concession Mercedes de Colmar est devenue en deux ans l’une des plus rentables du Grand-Est, à tel point que ses salariés ont bénéficié de plusieurs mois d’intéressement cette année. La belle histoire se poursuit avec le déménagement de la concession dans de nouveaux locaux trois fois plus grand.

Réseaux

Catégorie Analyse

Pourquoi les ruptures d’approvisionnement vont se poursuivre dans l’automobile

La montée en cadence des productions de semi-conducteurs n’est pas encore suffisante pour répondre aux besoins de production et encore moins combler les retards. Pourtant l’amélioration de ces dernières semaines a suffi pour mettre en évidence de nombreuses autres ruptures dans la chaîne d’approvisionnement. La situation reste difficile d’autant que les hausses de prix sont importantes et désormais répercutées par les équipementiers auprès des constructeurs.

23/09/2022

Conceptuel

Aujourd’hui, c’est une chronique conceptuelle que je vous propose, même si ce que j’ai vu il y a quelques jours était bien réel…

22/09/2022

Eviter la domination par la Chine de l’industrie automobile européenne électrifiée

Pour obtenir que l’UE recule sur le dossier, est fréquemment évoquée par les opposants au véhicule électrique à batterie (VEB) une menace de domination chinoise. Celle-ci est bien réelle non seulement en Chine et/ou dans le domaine des batteries où elle est d’ores et déjà patente mais aussi à terme sur le marché automobile proprement dit en Europe. A y regarder de plus près, on s’aperçoit toutefois que moins que l’électrification ce sont les stratégies de distribution, de développement industriel et d’offres produits des européens qui offrent à l’offensive chinoise les plus puissants vecteurs de succès.

19/09/2022

Détroit fait salon

Le salon de l’automobile de Détroit fait son grand retour après 44 mois d’absence. Dans le même temps, le salon professionnel dédié aux technologies de batteries et de moteurs électriques s’est également tenu dans la banlieue de Détroit. Non seulement ces deux évènements annoncent le retour des salons mais ils annoncent aussi un élan industriel en direction des véhicules électriques.

16/09/2022

La voiture idéale

Aujourd’hui, je vous ramène à une époque où il fallait introduire une clef dans un barillet pour pénétrer à bord, à laquelle on actionnait un levier pour changer de rapport, et lorsqu’une antenne télescopique se dressait quand on allumait la radio…

15/09/2022

Que sont les volumes devenus ?

Depuis la Ford T il y a 115 ans, l’accord est très général pour considérer que l’industrie automobile est d’abord et avant tout une industrie de volume. Il se trouve que, avec la pandémie et la pénurie de semi-conducteurs, l’industrie européenne fait l’expérience pour la première fois d’une baisse drastique des volumes vendus rendue compatible avec le maintien de niveaux de profitabilité étonnamment élevés. Il en nait une conviction assez clairement exprimée par le management de Stellantis à Sochaux le 5 septembre selon laquelle les volumes n’importent plus – ou importent beaucoup moins – désormais. Fondée par l’expérience récente, cette conviction mérite d’être interrogée et la voie symétrique doit continuer d’être considérée avec intérêt.

12/09/2022

Cybersécurité et stratégie d’approvisionnement, pourquoi ces deux sujets sont liés ?

Les automobiles sont de plus en plus connectées, de plus en plus digitalisées et les logiciels internes sont de plus en plus reliés entre eux, avec pour objectif de ne faire plus qu’un dans les véhicules définis par le logiciel. Mais avec chaque nouvelle solution, de nouveaux problèmes apparaissent. La cybersécurité n’est pas un problème récent mais il prend une place de plus en plus importante notamment sur les plans géopolitiques et industriels.

09/09/2022

Forever Young

Aujourd’hui, j’essaie de parler jeune à propos des voitures de mes 20 ans. Heureusement, un certain nombre de "youngs" m’ont bien aidé…

08/09/2022

A peine envisagées, les relocalisations déjà contestées méritent d’être défendues

Alors que nous continuons d’importer massivement les véhicules que nous consommons, qu’ils soient électriques ou thermiques, le mouvement de relocalisation des assemblages à peine entamé est déjà contesté au nom des avantages économiques patents de la mondialisation. Face à cette contre-offensive des tenants de la globalisation, il faut tenir bon et continuer de tenter de faire de l’électrification une opportunité de réindustrialisation automobile de la France.

05/09/2022