Publicité
Publicité
Equipementiers - 20/05/2021

Rencontre infructueuse entre salariés de la Fonderie de Bretagne et dirigeants de Renault

(AFP) - Des représentants des salariés de la Fonderie de Bretagne, en grève depuis plus de trois semaines, sont ressortis mercredi "révoltés" et prêts à poursuivre le mouvement, à l'issue d'une rencontre avec des dirigeants du groupe Renault, qui a mis en vente leur usine.

Auteur : AFP

Partager cet article

"On est arrivés à quatre et nous avons été accueillis par 17 camions de CRS", a regretté auprès de l'AFP Maël Le Goff, délégué CGT du site de Caudan (Morbihan), près de Lorient. Selon le syndicaliste, l'ordre du jour de la réunion organisée près de Rennes, portait sur la reprise d'activité de la Fonderie.

Le groupe Renault a précisé à l'AFP que Jérôme Moinard, directeur industriel mécanique, et Maximilien Fleury, responsable des relations sociales, étaient présents à cette réunion qui a démarré à 15H00 et s'est achevée vers 17H30.

"On a discuté avec une direction qui n'avait pas envie de discuter, qui n'a pris aucune note et n'avait pas de documents. Pendant deux heures et demie, on leur a prouvé à base de chiffres et d'analyses économiques que l'entreprise est viable, mais qu'il faut du volume pour ça. La seule réponse a été : Retournez au boulot. La direction reste sur une recherche de repreneur et ne mettra pas plus de volume", a déclaré M. Le Goff à l'AFP, se disant "révolté" et "prêt à continuer à occuper le site 24h/24, week-ends compris".

Le président de la Région Bretagne Loïg Chesnais-Girard (PS), qui a ouvert la réunion, a estimé dans un communiqué qu'il y avait "un avenir pour l'usine de Caudan", notamment dans "une diversification vers l'aluminium", mais que "la première étape pour l'écrire (était) le retour du dialogue".

"Chacun doit prendre ses responsabilités et ne pas jouer la politique du pire. Renault doit respecter ses engagements et assurer la pérennité du site, y compris en dehors de son giron", a-t-il souligné, tout en jugeant "indispensable de respecter l'outil de travail".

Les salariés de la Fonderie de Bretagne entament leur 4e semaine de grève alors que le groupe Renault a annoncé le 11 mars dernier la mise en vente de l'usine afin de "pérenniser les activités et les emplois". Les syndicats demandent à rester dans le groupe Renault et le retour à Caudan des volumes de production qui ont été délocalisés à l'étranger.

Mercredi matin, les grévistes ont mené une opération escargot sur la voie express RN 165, dans le sens Vannes-Lorient, occasionnant une dizaine de kilomètres de bouchons. Au même moment, des forains réclamant l'autorisation de reprendre leur activité menaient eux aussi une opération escargot sur la même route mais dans le sens opposé.

Installée près de Lorient depuis 1965, la Fonderie de Bretagne, qui compte à présent 350 salariés, fabrique des bras de suspension, des collecteurs et coudes d'échappement, ainsi que des différentiels de boîte de vitesse.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Ben dis donc , ya de l'ambiance sur les 4 voies bretonnes..
;0)

Lucos , Le 20/05/2021 à 08:29

Faudrait pas que les dirigeants de Renault fassent une grève de la fin...

Bruno Haas, Le 20/05/2021 à 11:08

...assis sur la N165...
;0))

Lucos , Le 20/05/2021 à 11:28

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 20/05/2021

Le beau mariage du Garage Dietrich et du groupe Kroely

Reprise par le groupe Kroely en 2018, la concession Mercedes de Colmar est devenue en deux ans l’une des plus rentables du Grand-Est, à tel point que ses salariés ont bénéficié de plusieurs mois d’intéressement cette année. La belle histoire se poursuit avec le déménagement de la concession dans de nouveaux locaux trois fois plus grand.

Réseaux

180 degrés

C’est dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle que démarre cette chronique, pour s’achever dans la période bientôt post-Covid. Sans oublier de faire un tour en 1984…

Analyse

Catégorie Equipementiers

Equipements automobiles : la fonderie MBF fixée sur son sort le 22 juin

(AFP) - Le tribunal de commerce de Dijon se prononcera le 22 juin sur le devenir de la fonderie MBF Aluminium de Saint-Claude (Jura), ont annoncé mardi les syndicats de l'équipementier automobile, interpellant une nouvelle fois l'État pour éviter une liquidation pure et simple.

16/06/2021

La Souterraine: LSI (ex-GM&S) menacée de fermeture en 2022, selon la CGT

(AFP) - L'usine de l'équipementier automobile LSI (ex-GM&S) de La Souterraine, dans la Creuse, est menacée de fermeture en 2022, affirme la CGT dans une lettre ouverte, dont l'AFP a eu copie dimanche, où elle fait état de propos publics du directeur du site évoquant cette fermeture.

14/06/2021

Le sidérurgiste Voestalpine boucle son exercice dans le vert

(AFP) - Le sidérurgiste autrichien Voestalpine, spécialiste des aciers nobles, a conclu son exercice décalé 2020/21 dans le vert grâce à des réductions de coûts et à une reprise de la demande même si ses revenus ont souffert de la crise.

10/06/2021

Fonderies du Poitou Alu : nouveau délai pour trouver des repreneurs

(AFP) - Le tribunal de commerce de Paris a étendu jusqu'à fin octobre la période de redressement judiciaire de la branche aluminium des Fonderies du Poitou, se donnant plus de temps pour trouver un repreneur, a annoncé mardi à l'AFP Jean-Philippe Juin, délégué CGT.

09/06/2021

Vitesco Technologies mise sur l'électrification

Vitesco Technologies, la filiale Powertrain de Continental, prendra son autonomie en septembre prochain à l'occasion de son introduction en Bourse. L'équipementier veut devenir un partenaire majeur des constructeurs pour tous les composants qui équipent les motorisations électrifiées. Stéphane Fregosi, président de la filiale française nous en dit plus.

09/06/2021

Bosch inaugure une usine de puces, en pleine pénurie mondiale

(AFP) - C'est une annonce qui arrive à point nommé : le premier équipementier automobile mondial Bosch a inauguré lundi en Allemagne une nouvelle usine de semi-conducteurs au moment où l'Europe se mobilise pour tenter de rapatrier sur le continent la production de ces précieux composants.

08/06/2021

Claude Cham (Fiev) : "L’arrêt du moteur thermique est une faute que l’on regrettera"

Entre la crise des semi-conducteurs, le passage forcé au véhicule électrique et la menace mortelle pour le moteur thermique que représente la norme Euro 7, les difficultés et les motifs d’inquiétudes ne manquent pas pour les équipementiers. Infatigable défenseur de leurs intérêts, Claude Cham monte au créneau pour faire reconnaître le "cas de force majeure" de la crise des puces et mettre le doigts sur les incohérences des décisions des pouvoirs publics.

07/06/2021