Publicité
Publicité
Internet - 21/11/2022

Maîtrise de la donnée : le projet européen Gaia X sort des limbes

Par AFP

(AFP) - L'association industrielle européenne Gaia-X commence à faire émerger ses standards d'échanges automatisés de données, destinés à conforter la souveraineté européenne dans un monde numérique dominé par les Gafam et les géants chinois.

L'association qui compte 350 membres (entreprises européennes, fournisseurs de services cloud, institutions) présente jusqu'à vendredi à Paris ses premières réalisations, dont la préfiguration d'un catalogue de services cloud respectant ses exigences (transparence, sécurité, portabilité des données, interopérabilité des services entre eux...).

Pour l'instant, un premier catalogue de services cloud estampillés "Gaia-X" présente 176 offres, qui font la part belle aux fournisseurs européens.

Mais l'Américain Amazon Web Services, le poids lourd mondial du secteur, fait partie du catalogue, en s'engageant à respecter le cahier des charges européen pour une dizaine de ses services, selon le directeur général de Gaia-X Francesco Bonfiglio.

Gaia-X a aussi présenté 8 projets "d'espaces de données", qui doivent permettre aux acteurs d'un secteur économique donné (transport, tourisme, industrie, agriculture....) de partager ou d'acquérir des données en toute sécurité, grâce aux spécifications définies par l'association européenne.

Le plus avancé est le projet allemand Catena-X, porté par les industriels de l'automobile, qui devrait voir ses premiers flux de données opérationnels en 2023.

Ces échanges de données doivent permettre aux industriels participants de progresser dans le domaine de la décarbonation, ou de l'économie circulaire, en favorisant le recyclage, selon les promoteurs du projet.

Eona-X, une association regroupant Amadeus (voyages), Air France/KLM, Aéroports de Paris, Aéroports de Marseille et la SNCF a de son côté présenté un exemple d'échange automatisé de données autour du périple d'une voyageuse des Pays-Bas vers la Côte d'Azur.

Grâce aux spécifications de Gaia-X, les entreprises gardent à tout moment le contrôle des données partagées, explique Jean-François Cases, directeur général délégué d'Amadeus.

"On ne partage ses données que quand on veut, et aux conditions que l'on veut, par exemple uniquement avec des entreprises de droit français, respectant le RGPD (Règlement européen sur la protection des données ndlr), et la norme la plus sécurisée de cloud SecNumCloud", a-t-il expliqué.

La standardisation Gaia-X permet "à la plus petite entreprise de transport de se brancher" sur le système pour proposer ses données, "sans avoir à signer de contrats juridiquement complexes, et sans avoir à faire un gros travail technique", a-t-il dit.

 

Du pouvoir pour les producteurs de données
"Nous voulons redonner du pouvoir à chacune des parties prenantes" de l'économie numérique, "y compris ceux qui produisent les données, y compris les individus", renchérit Laurent Lafaye, qui co-dirige Dawex, une entreprise française qui fournit des plateformes d'échanges de données.

Gaia-X doit maintenant attirer au-delà de son cercle d'adhérents, et convaincre un grand nombre d'industriels européens.

"Le prochain challenge, c'est que le marché adopte" les procédures et standards fournis par Gaia-X, a indiqué Frédéric Ethève, vice-président du Français OVHCloud, et membre du conseil d'administration de Gaia-X.

L'ambition est d'arriver pour le stockage et l'échange de données à un "standard de facto, analogue à la norme GSM" de téléphonie mobile, explique de son côté Martine Gouriet, directrice des usages numériques d'EDF.

Gaia X a été portée sur les fonds baptismaux en juin 2020 par les ministres de l'Economie allemand Peter Altmaier et français Bruno Le Maire.

Compris en France comme un projet de mise en avant des opérateurs de cloud européens, Gaia-X a vite déçu les attentes de ce côté-là, en accueillant dans ces travaux tous les opérateurs de cloud, y compris les opérateurs américains et chinois.

Le Français Scaleway notamment a spectaculairement claqué la porte en novembre 2021, estimant qu'il faisait la part trop belle aux géants d'outre Atlantique.

Tous les opérateurs de service cloud, quelle que soit leur nationalité, peuvent obtenir un label Gaia-X s'ils en respectent les exigences. Seul le niveau 3 de ce label, le plus exigeant, est réservé aux fournisseurs européens, pour des raisons d'immunité face aux lois extra-territoriales étrangères.

Réactions

"La donnée", c'est marrant que "Les données" soient au singulier maintenant.
Data en Anglais est un nom indénombrable.
;0)

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Equipementiers

BMW récompense ses fournisseurs les plus innovants

Le groupe BMW a décerné ses Supplier Innovation Award, récompensant ses meilleurs fournisseurs en termes d’innovation, avec un prix spécial cette année pour saluer l’engagement des salariés ukrainiens de ses fournisseurs de faisceaux électriques.

Analyse

Stellantis : pendant la transition, les délocalisations continuent !

L'annonce la semaine du 14 novembre d’un doublement des capacités de production de l’usine Stellantis de Kenitra a été présentée, comme l’annonce du projet de construction de l’usine il y a 7 ans, comme destinée à statisfaire les besoins africains et moyen-orientaux. Elle est cependant une réaffirmation par le groupe d’un cap stratégique clair : la mise en concurrence des sites, des salariés et des Etats.

Internet - 27/01/2023

Aramis Auto confirme ses objectifs pour 2023

Aramis, la filiale de Stellantis spécialisée dans la vente de VO sur Internet, a réalisé une croissance organique de 2,5% au dernier trimestre 2022, grâce notamment à une progression de ses ventes de véhicules reconditionnés de 17% en France. Pour 2023, il vise toujours une amélioration de son résultat opérationnel.

Internet - 03/11/2022

Aramis s’installe en Italie avec la reprise de la filiale de Cazoo

La plateforme de vente de VO Cazoo, qui a décidé de quitter l’Europe Continentale, cède son activité en Italie à Aramis Group. Cazoo s’y était installé en janvier dernier en reprenant un acteur majeur du marché, Brumbrum.it, qui reprend ce nom sur lequel il capitalisait depuis sa création en 2016.