Publicité
Publicité
Constructeurs - 19/07/2022

Porsche relève ses ambitions avant sa mise en Bourse

Par AFP

Porsche relève ses ambitions avant sa mise en Bourse
Oliver Blume, directeur général de Porsche AG.

(AFP) - Le constructeur de bolides de luxe Porsche a relevé lundi ses objectifs de rentabilité à terme avant que son actionnaire unique, le groupe Volkswagen, se décide prochainement de placer sa pépite en Bourse.

Le fabricant de la célèbre 911 "a l'ambition à long terme d'atteindre une rentabilité (opérationnelle, en terme d'EBIT) sur ventes de plus de 20 %", a indiqué lundi son patron Oliver Blume lors de la journée investisseurs de Porsche.

Pour l'année 2022, Porsche a déjà relevé son objectif de marge opérationnelle qui doit désormais atteindre entre 17 et 18%, contre "au-dessus de 15%" visé auparavant. Le chiffre d'affaires est attendu entre 38 et 39 milliards d'euros, soit une croissance de 11 à 14% par rapport à 2021, où le groupe a vendu 302.000 Macan et autres Cayenne dans le monde, un record.

De bon augure avant le placement en Bourse de Porsche AG par Volkswagen, deuxième groupe automobile mondial, qui prévoit d'introduire une part minoritaire de sa filiale en Bourse au cours du quatrième trimestre. Ce plan doit être décidé et communiqué durant l'été.

Porsche est valorisée entre 80 et 90 milliards d'euros, selon des sources citées par Bloomberg.

En abandonnant une fraction de son contrôle sur Porsche, Volkswagen pourrait obtenir les milliards nécessaires pour financer ses investissements dans la voiture électrique, connectée et autonome.

Le groupe de Wolfsburg veut utiliser cette manne pour se mettre au niveau de l'Américain Tesla et de ses concurrents chinois, plus avancés dans ces domaines.

Porsche AG, détenue par Volkswagen depuis 2009, ne doit pas être confondue avec la société cotée Porsche Automobil Holding ("Porsche SE" en abrégé), également basée à Stuttgart et actionnaire majoritaire de Volkswagen depuis 2009.

La région allemande de Basse-Saxe est aussi directement actionnaire de Volkswagen, à hauteur de 20%, en pouvant donc y exercer son influence.

Cette construction empêche à ce jour la famille Porsche-Piëch, actionnaire majoritaire de la holding Porsche, d'exercer une influence significative sur le groupe Volkswagen et donc sur la pépite Porsche.

Avec Porsche AG cotée en bourse, le clan Porsche-Piëch pourrait augmenter progressivement son contrôle dans l'entreprise familiale lancée par l'ingénieur Ferry Porsche après la Seconde guerre mondiale.

Le constructeur de bolides a lui aussi jeté son dévolu sur l'électrique et planifie de lancer à terme un "nouveau modèle de SUV entièrement électrique", a déclaré M. Blume.

Pour répondre à la demande mondiale de véhicules de luxe électrifiés, 80% des véhicules de la marque seront entièrement électriques en 2030.

Réactions

On n'attire pas les mouches avec du vinaigre.
Tentant de présenter des chiffres prometteurs avant une introduction en bourse...

Si j'ai tout bien compris, cette opération sert donc à la famille Porsche-Piëch à évincer le Land de Basse Saxe et à récupérer les pleins pouvoirs ?
;0)

En dehors des circuits, il y a encore de la compétition chez Porsche...
;-)

"Pour répondre à la demande mondiale de véhicules de luxe électrifiés"
Comme beaucoup, l'AFP n'a pas compris que la demande de VE est epsilonesque. Ce sont les oukases de l'UE qui "font" le marché.
MAIS, si Porsche nous fait un moteur électrique avec 6 rotors opposés et à plat, là, je dirais respect.

Le problème pour Porsche n'est pas que de s'électrifier mais de rajeunir fissa une marque de retraités boomers. Les jeunes sont pauvres et vont le rester tant que la retraite n'est pas passée à 65 ans (Lire le livre de François de Closets - La Parenthèse boomer) et ces mêmes jeunes ne rêvent plus de mettre 200 K€ dans une bagnole...
Nous passons dans un réel nouveau monde automobile et le meilleur job aujourd'hui chez les constructeurs, c'est lecteur de boule de cristal !
;0)

Si Lucos, on voit encore des jeunes dans des Cayenne. En effet, ils n'ont pas exactement le look du gentleman driver, mais plutôt casquette à l'envers et sweat à capuche. Ils n'achètent pas leur Cayenne chez un "dealer" Porsche...
J'ai bien aimé le film BAC Nord.

C'est le grand classique ces jours-ci ... On pavoise en relevant les objectifs ...
On verra bien si les trimestres 3 et 4 se révèlent aussi "enthousiasmants" chez Porsche et beaucoup d'autres ...
Espérons le, car çà voudra dire que le pire n'est pas encore advenu ...

PS : était il bien nécessaire de faire de la pub pour François de Closets ... qui a repris un "thème" cher à ce brave Bernard Spitz (un fieffé boomer aussi) très en cour à la présidence, au moins, il y a cinq ans de cela ... libéral de gauche, paraît il ? ... Social démocrate, c'est déjà pas si mal ... Le pôvre, il a perdu la Présidence de la FFSA (les assurances pas les ouatures)
De Closets, je le préférais nettement à l'époque de "Toujours plus ... C'est dur de vieillir (je galèje, quoique !)
;0)
https://www.dailymotion.com/video/x1alrct

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Constructeurs - 27/01/2023

Suzuki prend à son tour le virage de l'électrique

(AFP) - Le constructeur automobile japonais Suzuki a dévoilé jeudi une stratégie à horizon 2030 faisant la part belle à l'électrification, épousant ainsi une tendance mondiale de plus en plus forte dans son secteur, y compris chez ses concurrents nippons.

Constructeurs - 26/01/2023

Suzuki : une gamme bien placée et une politique commerciale lisible

En 2022, Suzuki France aura souffert d’un déficit de production qui a quasiment divisé ses volumes d’immatriculations par deux. La marque démarre l’année avec un portefeuille de 12.000 commandes fermes et sur une tendance "habituelle" de 2.000 commandes par mois. Les explications de Stéphane Magnin, directeur de l’activité automobile de Suzuki France.

Constructeurs - 25/01/2023

Lionel French Keogh, président de Hyundai France : "Pérenniser notre performance sur la durée"

Hyundai France a poursuivi sa croissance pérenne en 2022, augmentant ses ventes aux particuliers et aux entreprises de 18% et fidélisant 62% de ses clients. Son réseau de distribution, qui a sorti 2% de rentabilité cette année, devra gérer la fin de cycle de nombreux produits en 2023, à commencer par le Kona dont la nouvelle génération arrivera au second trimestre.