Publicité
Publicité
Constructeurs - 19/07/2022 - #Jeep , #Stellantis

Stellantis se retire de la coentreprise China Guangzhou Automobile

Par AFP

(AFP) - Stellantis a mis fin à la coentreprise qui produisait ses SUV Jeep en Chine, faute d'avoir réussi à y prendre une part majoritaire, a indiqué le constructeur lundi.

Le groupe a "l'intention de coopérer avec GAC Group pour un arrêt ordonné de la coentreprise créée en mars 2010", "en raison d'un manque de progrès dans le plan annoncé précédemment pour que Stellantis prenne une part majoritaire", a indiqué le constructeur dans un communiqué sans plus de précisions.

Stellantis souhaitait augmenter sa participation de 50% à 75% dans China Guangzhou Automobile Group (GAC), une opération rendue possible par un nouveau cadre réglementaire autorisant des investissements étrangers supplémentaires, sous réserve de l'accord du gouvernement chinois.

Cet échec n'est "pas lié" à une décision du gouvernement chinois, a précisé le groupe lundi.

Stellantis avait annoncé fin janvier cette prise de contrôle qui devait être la "première étape clé vers la rationalisation des opérations" sur le premier marché automobile mondial. GAC avait alors protesté contre l'annonce d'un accord pas encore signé.

Jeep, qui est en cours d'électrification, devait être une des principales pistes de développement en Chine pour le groupe aux quatorze marques, qui y vise 20 milliards de chiffre d'affaires en 2030.

Stellantis produit et vend notamment des Peugeot et Citroën en Chine, dans le cadre d'une autre coentreprise avec le constructeur Dongfeng. C'est également un marché essentiel pour sa marque de luxe Maserati, et un terrain de conquête pour sa marque premium DS.

Jeep y a vendu seulement 20.000 véhicules en 2021 : GAC-Stellantis avait concentré à la fin de l'année la production sur une seule usine, contre deux auparavant.

La marque de SUV proposera désormais en Chine "une gamme renforcée de véhicules électrifiés importés".

En conséquence, Stellantis comptabilisera une charge de dépréciation hors trésorerie d'environ 297 millions d'euros dans ses résultats du premier semestre 2022, qu'il doit présenter le 28 juillet.

Réactions

Gentlemen agreement : je te vends des Jeep électriques importées d'Europe, et en échange, je te livre des DS9 et des C5X en exportation vers l'Europe.
La balance commerciale sera t'elle respectée ?
;-)

Décision couillue.
Avec qui se fera le nouveau partenariat ?
Stellantis a certainement réfléchi à la question avant de rompre. Du moins je l'espère.

Ils anticipent peut-être l'attaque de Taïwan par la Chine et les futures sanctions mondiales contre Pékin ?
Si on peut éviter de faire une "Lada"...
;0))

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Constructeurs - 27/01/2023

Suzuki prend à son tour le virage de l'électrique

(AFP) - Le constructeur automobile japonais Suzuki a dévoilé jeudi une stratégie à horizon 2030 faisant la part belle à l'électrification, épousant ainsi une tendance mondiale de plus en plus forte dans son secteur, y compris chez ses concurrents nippons.

Constructeurs - 26/01/2023

Suzuki : une gamme bien placée et une politique commerciale lisible

En 2022, Suzuki France aura souffert d’un déficit de production qui a quasiment divisé ses volumes d’immatriculations par deux. La marque démarre l’année avec un portefeuille de 12.000 commandes fermes et sur une tendance "habituelle" de 2.000 commandes par mois. Les explications de Stéphane Magnin, directeur de l’activité automobile de Suzuki France.

Constructeurs - 25/01/2023

Lionel French Keogh, président de Hyundai France : "Pérenniser notre performance sur la durée"

Hyundai France a poursuivi sa croissance pérenne en 2022, augmentant ses ventes aux particuliers et aux entreprises de 18% et fidélisant 62% de ses clients. Son réseau de distribution, qui a sorti 2% de rentabilité cette année, devra gérer la fin de cycle de nombreux produits en 2023, à commencer par le Kona dont la nouvelle génération arrivera au second trimestre.