Publicité
Publicité
Constructeurs - 19/07/2022 - #Jeep , #Stellantis

Stellantis se retire de la coentreprise China Guangzhou Automobile

(AFP) - Stellantis a mis fin à la coentreprise qui produisait ses SUV Jeep en Chine, faute d'avoir réussi à y prendre une part majoritaire, a indiqué le constructeur lundi.

Auteur : AFP

Partager cet article

Le groupe a "l'intention de coopérer avec GAC Group pour un arrêt ordonné de la coentreprise créée en mars 2010", "en raison d'un manque de progrès dans le plan annoncé précédemment pour que Stellantis prenne une part majoritaire", a indiqué le constructeur dans un communiqué sans plus de précisions.

Stellantis souhaitait augmenter sa participation de 50% à 75% dans China Guangzhou Automobile Group (GAC), une opération rendue possible par un nouveau cadre réglementaire autorisant des investissements étrangers supplémentaires, sous réserve de l'accord du gouvernement chinois.

Cet échec n'est "pas lié" à une décision du gouvernement chinois, a précisé le groupe lundi.

Stellantis avait annoncé fin janvier cette prise de contrôle qui devait être la "première étape clé vers la rationalisation des opérations" sur le premier marché automobile mondial. GAC avait alors protesté contre l'annonce d'un accord pas encore signé.

Jeep, qui est en cours d'électrification, devait être une des principales pistes de développement en Chine pour le groupe aux quatorze marques, qui y vise 20 milliards de chiffre d'affaires en 2030.

Stellantis produit et vend notamment des Peugeot et Citroën en Chine, dans le cadre d'une autre coentreprise avec le constructeur Dongfeng. C'est également un marché essentiel pour sa marque de luxe Maserati, et un terrain de conquête pour sa marque premium DS.

Jeep y a vendu seulement 20.000 véhicules en 2021 : GAC-Stellantis avait concentré à la fin de l'année la production sur une seule usine, contre deux auparavant.

La marque de SUV proposera désormais en Chine "une gamme renforcée de véhicules électrifiés importés".

En conséquence, Stellantis comptabilisera une charge de dépréciation hors trésorerie d'environ 297 millions d'euros dans ses résultats du premier semestre 2022, qu'il doit présenter le 28 juillet.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Gentlemen agreement : je te vends des Jeep électriques importées d'Europe, et en échange, je te livre des DS9 et des C5X en exportation vers l'Europe.
La balance commerciale sera t'elle respectée ?
;-)

Clerion , Le 19/07/2022 à 09:47

Décision couillue.
Avec qui se fera le nouveau partenariat ?
Stellantis a certainement réfléchi à la question avant de rompre. Du moins je l'espère.

Bruno Haas, Le 19/07/2022 à 11:00

Ils anticipent peut-être l'attaque de Taïwan par la Chine et les futures sanctions mondiales contre Pékin ?
Si on peut éviter de faire une "Lada"...
;0))

Lucos , Le 19/07/2022 à 11:54

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 19/07/2022

Catégorie Constructeurs

Pouvoir d’achat : Renault accorde des primes pour pallier l’urgence

A l’issue d’une journée de négociation intense, la direction de Renault a proposé un ensemble de mesures dont la somme totale dépassera 1.000 euros dans la plupart des cas. Dès octobre, chacun touchera 500 euros de prime de pouvoir d’achat, y compris les intérimaires, ce qui est une première.

23/09/2022

Volkswagen craint des pénuries de gaz à partir de juin 2023

(Reuters) - Volkswagen devrait pouvoir maintenir sa production au cours des 5 à 6 prochains mois si l’Allemagne continue de remplir ses réserves de gaz, mais la hausse des prix de l’énergie et l’instabilité des réseaux d’approvisionnement présentent un risque pour la production mondiale, a déclaré un cadre jeudi.

23/09/2022

La crise énergétique, nouveau défi de la filière automobile

La hausse des prix de l’énergie est un nouveau coup dur pour les entreprises de la filière automobile qui s’ajoute aux autres. Un risque vitale pour certaines entreprises et un retard potentiel dans la transformation de la filière, s’inquiète Marc Mortureux, le directeur général de la PFA.

22/09/2022