Publicité
Publicité
Constructeurs - 23/05/2022 - #Renault , #Mitsubishi , #Nissan

Renault Nissan : De Meo pourrait retourner au Japon dès juin

Par Reuters

Renault Nissan : De Meo pourrait retourner au Japon dès juin

(Reuters) - Le directeur général de Renault pourrait retourner au Japon en juin pour le deuxième mois d'affilée, a dit à Reuters une source proche du dossier, signe d'une intensification des échanges avec Nissan sur le projet d'entité électrique du constructeur automobile français.

Luca de Meo, qui vient déjà de passer plusieurs jours au Japon chez ses partenaires nippons, pourrait se rendre à nouveau dans l'archipel pour le prochain AOB (Alliance Operating Board) de l'alliance entre Renault, Nissan et Mitsubishi, a ajouté la source.

Le comité opérationnel de l'alliance se réunit en alternance entre la France et le Japon, mais se tiendra cette fois exceptionnellement deux fois de suite sur le sol japonais pour coïncider avec l'assemblée générale de Nissan et optimiser ainsi les déplacements, a précisé cette source.
 

Réactions

Ramène t’il l’étui à Contrebasse?

Il vaut plus rien, ya plein de trous..
;0))

C’est un cadeau de Luca pour le musée Datsun

... Alliance ou mesalliance ...?

la prochaine scission (elec vs thermique) ne semble pas passer tellement au Japon, mais pas que ... Vous reprendrez bien un "Alka Seltzer"...?
Y va avoir du boulot, le "séducteur à la pochette blanche" ... prévoir un "pyjama", au moins ... !
;0))

Il est demandeur Luca ,et pour faire preuve d’économie il a voyagé en soute dans l’étui à Carlos!

Y aurait-y pas comme un parfum de taquinerie dans l'air ce matin ?

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Services

Ionity passe à la facturation au kWh en France

A l’occasion de l’inauguration de sa centième station de recharge rapide en France, Ionity a annoncé qu’il allait passer d’une facturation à la minute  à un paiement au kWh, à raison de 0,39 euro/kWh pour ses bornes 50 kW et de 0,69 euro euro/kWh pour ses bornes 350 kW.

Constructeurs

Lancia prépare son retour dans cinq pays européens pour 2026

Lancia a annoncé vendredi les grandes lignes de son plan pour revenir sur les grands marchés d’Europe de l’Ouest avec une gamme de 3 modèles tous entièrement électriques et un positionnement premium. Le réseau sera peu dense et la moitié des ventes se feront en ligne. Dans chaque pays, la direction de la marque est confiée au directeur d'Alfa Romeo et donc à Paola Picchierri pour la France.

Analyse

Négocier la prohibition du véhicule thermique contre une vraie prise en compte des deux questions sociales

Il est presque certain, en cette fin mai 2022, que les propositions de prohibition d’immatriculation des véhicules thermiques neufs en 2035 vont être adoptées. Les oppositions allemandes ou autres jettent l’éponge et les sorties de la PFA exprimant ses habituelles objections apparaissent alors comme un vain baroud d’honneur. Dans un contexte où la plupart des 27 Etats membres sont peu concernés et où, depuis l’affaire VW, la parole des industriels est devenue bien peu audible, ces propos ont bien peu de chances d’être entendus. Si tous les arguments invoqués ne sont pas également entendables, les questions de la capacité des ménages à s’équiper de véhicules électriques et celle de la capacité des salariés à préserver leur emploi sont, elles, incontournables et les ONG comme les gouvernements auraient tout intérêt à mieux les prendre en compte.

Constructeurs - 29/11/2022

Lancia révèle sa nouvelle identité de marque

Lancia organisait hier "the Lancia Design Day", un événement qui pouvait être l’occasion de révéler, espérait-on, le concept-car de la future Ypsilon qui sera commercialisée "début 2024". C’est malheureusement un peu trop tôt pour la future "marque de l’élégance italienne" du groupe Stellantis, qui a en revanche révélé son nouveau logo et sa nouvelle identité de marque.

Constructeurs - 24/11/2022

Pièces de rechange Renault et PSA : quand Mediapart dénonçait une fraude qui n’existait pas…

Dans un article publié en mai 2018 et largement relayé par de "grands médias", Mediapart dénonçait des hausses de tarifs "en violation des règles de la concurrence" des pièces de carrosserie de Renault et PSA. Le quotidien relayait en réalité une action en justice dans laquelle la cour d’appel de Paris vient de conclure qu’aucune violation des règles n’avait été démontrée…