Publicité
Publicité
Equipementiers - 12/05/2021

Thyssenkrupp plus optimiste malgré des pertes au deuxième trimestre

(AFP) - Le conglomérat allemand Thyssenkrupp a relevé mardi ses prévisions de résultats pour 2020/2021, après avoir divisé par plus de quatre sa perte nette sur un an au deuxième trimestre, grâce au dynamisme du marché chinois.

Auteur : AFP

Partager cet article

Le groupe, en pleine restructuration, table désormais sur un bénéfice opérationnel ajusté annuel (EBIT) "à trois chiffres", après l'avoir estimé "presque à l'équilibre" en début d'année, a-t-il indiqué mardi.

Il prévoit une hausse "à deux chiffres" de son chiffre d'affaires, contre une hausse "à un chiffre" estimé précédemment, mais si les revenus resteront sous le niveau d'avant la pandémie.

"Nous avons continué à gagner du terrain au deuxième trimestre", s'est félicité Marina Merz, la PDG du groupe, citée dans un communiqué.

Après une année marquée par la pandémie de Covid-19, le groupe a vu au deuxième trimestre de son exercice décalé (janvier à mars) la poursuite d'une reprise entamée au premier trimestre.

Pour autant, le géant allemand, déjà fragilisé avant même la crise sanitaire, s'attend de nouveau à enregistrer une perte nette annuelle de plusieurs centaines de millions d'euros.

Thyssenkrupp relève aussi que la récente "hausse extrême" du cours de certaines matières premières indispensables pour l'industrie pourrait affecter ses performances, même si le groupe table sur une "normalisation à moyen terme", selon les mots du directeur financier de Klaus Keysberg, lors d'une conférence téléphonique.

Le conglomérat, qui produit aussi bien des tôles d'acier que des sous-marins, a fait état au deuxième trimestre d'une perte nette de 211 millions d'euros, contre 948 millions à la même période l'an dernier, soit une division par plus de quatre.

Sa perte opérationnelle ajustée (EBIT) atteint 69 millions d'euros (-462 millions au deuxième trimestre 2019/2020).

Thyssenkrupp est porté par ses activités industrielles, qui se reprennent grâce au dynamisme du marché chinois.

L'activité de composants industriels voit son chiffre d'affaires bondir de 9%, tandis que la division automobile croît de 6%.

Autonomisation

La filière acier poursuit sa reprise entamée au premier trimestre, avec un chiffre d'affaires en hausse de 8%, grâce aux commandes venues de "l'industrie automobile".

Thyssenkrupp a voulu un temps se séparer de cette activité qui plombait ses résultats.

Après avoir reçu plusieurs propositions, dont celle du géant sidérurgique britannique Liberty Steel, l'allemand a finalement décidé en février de conserver sa filiale à ce stade.

Le groupe planche désormais sur une "autonomisation" de cette division, a indiqué mardi M.Keysberg.

Celle-ci pourrait prendre la forme d'une entrée en bourse, selon le quotidien allemand Handelsblatt.

Pour relancer l'activité dans cette branche, le groupe compte par ailleurs sur le développement de l'acier propre, fait avec de l'hydrogène issu d'énergies renouvelables.

Mais cette transition se fera au prix de la suppression de près de 3.750 emplois, dans le cadre d'un plan de suppression de plus de 11.000 postes, annoncé mi-novembre.

Thyssenkrupp s'est plus globalement lancé dans une vaste restructuration l'an dernier, qui doit le conduire à se séparer de plusieurs divisions, où travaillent au total 22.000 salariés.

Le conglomérat veut notamment réduire la voilure dans certaines activités spécialisées, comme les sous-marins et l'acier inoxydable pour se concentrer sur ses divisions matières premières, numérique, et composants industriels.

A 8h38 GMT, le titre de Thyssenkrupp plongeait à la Bourse de Francfort, perdant 5,66% à 11,01 euros, sur un MDax des valeurs moyennes en chute de 1,99% à 31.805,44 points.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Aucun commentaire, soyez le premier à participer !

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 12/05/2021

Le sexe des Range

Il y a des jours comme ça, où on s’interroge sur des choses essentielles, et j’ai décidé de partager avec vous le fruit de ma dernière réflexion. Mais autant vous prévenir tout de suite : je ne suis pas sûr d’avoir trouvé la réponse.

Analyse

FO annonce la mise en œuvre de l’accord de transfert de l’activité de Choisy

Syndicat majoritaire sur le site de Choisy, FO a pris le parti d’entrer très vite dans la négociation plutôt que de laisser s’installer colère, angoisse et lassitude chez les salariés. Les négociateurs ont obtenu un accord qui permet aux salariés de choisir entre une mutation à Flins, l’intégration d’un autre site de Renault ou quitter l’entreprise. Dans tous les cas ils seront accompagnés. Samir Slim qui a mené ces discussions nous raconte comment elles se sont déroulées.

Constructeurs

Catégorie Equipementiers

Autonomie de niveau 3 et électrification au menu du stand Valeo à Munich

A l'occasion du salon de Munich, Valeo fera circuler dans les rues de la ville son prototype de véhicule autonome de niveau 3. Il présentera également un système autonome pour garer son véhicule dans un parking, un nouveau moteur électrique de grande puissance et de nouvelles stations de charge.

27/07/2021

Les dirigeants de Valeo prévoient un "retour à la normale" début 2022

Les trois chocs d’offres successifs pour les semi-conducteurs ont provoqué une crise violente et "anormale" qui a coûté la production de 4,3 millions de véhicules au premier semestre 2021. Simultanément, les prix des matières premières ont augmenté ces six derniers mois et cette hausse va se poursuivre encore plusieurs trimestres. Jacques Aschenbroich, PDG de Valeo qui recevait vendredi dernier des journalistes avec Christophe Périllat, DGA, est confiant dans la bascule du marché automobile vers l'électrique.

26/07/2021

Véhicule électrique, taxe carbone aux frontières : "Le point clé c’est la compétitivité du site France", estime Claude Cham (Fiev)

Le passage forcé au véhicule électrique c’est la porte ouverte à l’invasion de véhicules fabriqués en Chine, ne cesse de répéter Claude Cham qui "ne comprend pas la stratégie d’un certain nombre d’Etats" et s’inquiète du risque d’effets pervers de la taxe carbone aux frontières annoncée dans le paquet législatif européen "Fit for 55".

23/07/2021