Publicité
Publicité
Constructeurs - 25/05/2022

Après deux incendies de bus électriques, Bolloré devrait rappeler la série défectueuse

(AFP) - La cause principale des deux incendies de bus électriques Bluebus (Bolloré) survenus en avril à Paris a été "très vraisemblablement" identifiée, ce qui devrait entraîner un rappel de la série défectueuse, a indiqué mercredi le PDG du groupe, Cyrille Bolloré.

Auteur : AFP

Partager cet article

"Nous avons très vraisemblablement identifié la cause racine et envoyé des courriers à nos clients", a dit Cyrille Bolloré lors de l'assemblée générale des actionnaires.

Un autobus électrique Bluebus s'était embrasé dans le 13e arrondissement de la capitale le 29 avril, quelques semaines après un autre incendie de bus, dans le 5e arrondissement. Ces deux incidents n'ont pas fait de blessé.

Après le deuxième sinistre, la RATP avait immédiatement retiré de la circulation, "par mesure de précaution", les 149 autobus électriques de la série produite par Blue Solutions, une société du groupe Bolloré - soit près d'un tiers de sa flotte de bus électriques.

Selon les premiers résultats de l'enquête menée par Bluebus, le problème principal ne viendrait pas d'un "défaut d'électrochimie" mais "peut-être de l'assemblage d'un composant électronique sur une série donnée", a indiqué Cyrille Bolloré.

Le rappel et la reproduction des modules occasionneraient une dépense supplémentaire de 10 millions d'euros pour le groupe en 2022, a-t-il ajouté.

La RATP - associée à Ile-de-France Mobilités, avec un expert indépendant de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) - et le Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) ont également lancé des investigations.

Enquête indépendante

"Nous ne nous contenterons pas de cette annonce", a réagi le directeur général d'Ile-de-France Mobilités, Laurent Probst. "Ces bus ne seront remis en circulation qu'au terme de l'enquête indépendante que nous avons lancée" avec la RATP.

"Ile-de-France Mobilités a fait le choix de la sécurité des voyageurs et des conducteurs. (...) Nous appliquons un principe de précaution absolu", a-t-il souligné.

Le premier incendie a été provoqué par "un défaut sur la batterie", avait-il indiqué le 9 mai.

De son côté, la RATP "prend note" des déclarations de M. Bolloré, mais elle "n'a pas reçu de courrier de la part de Bluebus/Bolloré, pour l'informer de l'identification vraisemblable de la cause de l'incendie sur le véhicule de la ligne 71 (le 29 avril)", selon un porte-parole.

La Régie "n'a pas d'éléments permettant de confirmer l'origine de l'incendie", ajoutant que les investigations qu'elle a lancées avec Ile-de-France Mobilités après les incendies "sont toujours en cours".

"Pour rappel, la RATP et Ile-de-France Mobilités ont demandé à Bluebus/Bolloré une expertise complète afin de donner les explications sur les causes de ces incidents et de proposer un plan d'action pour permettre une remise en exploitation des 149 bus concernés en toute sécurité", a insisté le porte-parole de la Régie.

Le groupe Bolloré, principalement actif dans la logistique et les médias (Vivendi), détient également plusieurs activités liées au stockage d'électricité. Il développe notamment un système de batteries solides Lithium Métal Polymère (LMP), concurrent des batteries Lithium ion les plus couramment utilisées pour les véhicules électriques.

"C'est un coup difficile, un coup dur", a reconnu mercredi Vincent Bolloré - père de Cyrille - lors de l'assemblée générale de la Compagnie de l'Odet, qui contrôle le groupe portant son nom.

Le dirigeant a salué la "compétence scientifique, technologique" de sa division de systèmes électriques. Mais, "quand vous devez fabriquer vous-même, ce qui est le cas de nos bus, c'est compliqué", notamment car un certain nombre de composants sont fabriqués par des tiers, a-t-il indiqué.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Aucun commentaire, soyez le premier à participer !

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 25/05/2022

Lancia revient en premium électrique, mais le marché est-il extensible à l’infini ?

Lancia revient, repositionné et rechargé. Mais l’électrification a un prix, car la technologie n’avance pas aussi vite que prévu, les matières premières coûtent de plus en plus cher et les transformations de l’infrastructure risquent de cantonner l’automobile électrique à un objet de luxe pendant encore quelques longtemps. Les bonnes volontés des constructeurs s’orientent donc naturellement vers des véhicules électriques au positionnement premium, suivant la voie ouverte par Tesla. Mais le marché peut-il s’étendre à l’infini ?

Analyse

Catégorie Constructeurs

Renault confirme l’affectation de la 4L à Maubeuge et du Scénic à Douai

En décembre 2021, le groupe Renault avait annoncé l’affectation de cinq véhicules électriques sur le pôle de ElectriCity en contrepartie de l’accord "Re-Nouveau France 2025" signé avec trois organisations syndicales représentatives du personnel CFE-CGC, CFDT et FO. On sait désormais quels sont ces véhicules.

07/10/2022

Le changement de la logistique véhicules de Stellantis tourne au fiasco

Une nouvelle organisation logistique pour la livraison des véhicules en Europe des marques Peugeot, Citroën et Opel s’est mise en place en France début juillet. Le transfert de Gefco à CAT VM s’accompagne d’une série d’incidents avec un nombre non négligeable de voitures "perdues" dont certaines déjà immatriculées…

06/10/2022

Stellantis France annonce une nouvelle organisation commerciale pour le 1er décembre

Pour coller avec la mise en place du contrat d’agent "retailer" les marques DS et Alfa Romeo seront gérées par une direction des marques premium. Une nouvelle direction des ventes dédiée aux marques mainstream (Peugeot, Citroën, Opel, Fiat, Jeep) est créée aux côtés des directions des marques. Elle s’accompagne d’une restructuration des directions régionales.

05/10/2022