Publicité
Réseaux - 03/06/2022

Dekra Automotive France invite les femmes à oser

Dekra Automotive France, via la parole de Karine Bonnet, Présidente du Réseau Contrôle Technique France et Directrice Générale, envoie des signaux forts en termes de féminisation des équipes et d’égalité femmes/hommes. Découvrons.

Auteur : Annika Beckers

Partager cet article

Histoire de se mettre en jambe, dites-nous où Dekra Automotive France en est de la féminisation de ses équipes ?
Karine Bonnet :
Dekra Automotive en France, c’est 1.700 centres de contrôles techniques dont 1.300 sont en affiliation. En propres, nous comptons 220 sites dédiés aux véhicules légers et 150 affectés aux poids lourds. Et nous employons au total près de 900 collaborateurs.
Parmi eux, 37% de femmes exercent au siège social comptant une centaine de personnes- et notre comité de direction est composé de 22% de femmes. En ces termes, nous nous positionnons dans la moyenne nationale. Malheureusement les métiers du contrôle technique de véhicules dans les centres emploient moins de 6% de femmes. On retrouve ce pourcentage chez nos affiliés qui au total représentent plus de 2.500 contrôleurs.

Le contrôle technique pâtit d’une empreinte très masculine qui fait certainement fuir les femmes. Vous y réalisez une belle carrière. Est-ce la noblesse du métier qui vous a convaincue ?
Karine Bonnet :
Incontestablement. Si je ne me suis jamais posé la question d’un métier en termes de féminin ou masculin, je me suis toujours attachée à exercer dans une entreprise prônant des valeurs proches des miennes. Et celles de Dekra m’ont convaincues.
A ce propos, j’aimerais rappeler que Dekra n’est pas un groupe coté en bourse détenu par des actionnaires éloignés de la réalité quotidienne de nos métiers, mais une association fondée en 1925 qui poursuit sa mission : assurer la sécurité des personnes et des biens et préserver l’environnement.
Une posture, un statut et un souffle qui invitent le groupe Dekra à incessamment miser sur l’humain : la formation, l’orientation client, l’esprit d’entreprenariat, l’intégrité, la collaboration et l’intelligence collective.

Votre présence à la tête d’une entreprise de métiers techniques est-elle significative d’un mouvement de fond en termes de féminisation ?
Karine Bonnet :
Le contrôle technique, comme tant d’autres métiers du secteur automobile, souffre d’un manque de notoriété auprès des femmes qui l’assimilent toujours à un univers dédié aux hommes. 
Or, par exemple, s’il faut parfois soulever le capot, les mains ne sont pas dans "le cambouis", la profession de contrôleur technique ne nécessite pas non plus d’avoir les dispositions physiques attribuées aux hommes ; les équipements technologiques facilitent le travail de tous et toutes.
En outre, au-delà des connaissances des véhicules et de la réglementation, qui ne sont pas dévolues aux hommes, les facultés humaines comme le pragmatisme, l’empathie et le sens de la pédagogie sont prédominantes. Les contrôleurs doivent savoir rentrer en relation avec le propriétaire du véhicule et lui faire comprendre et accepter que les défaillances relevées lors du contrôle entrainant des réparations n’ont pour objectif que de le protéger, lui et tous les usagers de la route. Les femmes ont indéniablement ces qualités attendues.

Quelles sont vos principales mesures pour atteindre vos objectifs en termes de féminisation des équipes et d’index d’égalité femmes/hommes ?
Karine Bonnet :
La richesse d’une entreprise tient en sa diversité, c’est-à-dire en la mixité dans toutes ses dimensions, entre genres, âges, cultures, religions… car celle-ci est source de créativité. Aussi, les considérations sur la seule mixité femmes/hommes, ne sont plus le seul axe sur lequel nous travaillons. D’ailleurs, chez Dekra Automotive France, nous ne raisonnons pas en quota. En outre, remarquons que si nous manquons de femmes sur certains de nos métiers de contrôleurs, dans d’autres secteurs (comme le marketing ou les RH), ce sont les hommes qui font défaut !
Pour autant, pour répondre à vos préoccupations, en préambule aux différentes actions en faveur de la féminisation des équipes, j’aimerais préciser que chez Dekra en France, nous avons constitué un service spécifique de notre département ressources humaines consacré à la diversité. 
Même si l’entreprise a progressé ces dernières années sur ces thèmes, avec par exemple, un index passé de 23 en 2018 à 79 en 2021 pour son entité en propre de contrôle technique, l’entreprise a encore des progrès à faire notamment en termes de répartition des femmes et des hommes au sein des métiers techniques ou de montée en responsabilité des femmes. Ainsi, tout ce qui a trait à la formation et au recrutement sont au cœur de nos attentions. Nous allons profiter de la période charnière que nous vivons - nombre de nos talents en centres vont atteindre dans les 3 à 4 années à venir l’âge de la retraite – pour éviter que l’un des deux sexes ne soit surreprésenté dans chacune des fonctions de l’entreprise.
Pour ce faire, nous :
•    Veillons à ce que nos principes de recrutement non genrés soient respectés par tous les acteurs du recrutement internes ou externes.
•    Mettons en avant des femmes de l’entreprise sur nos supports destinés aux campagnes de recrutement. Leurs témoignages quant à leur parcours et leurs expériences devraient permettre de déconstruire les stéréotypes et de rendre plus accessible l’univers technique à d’autres femmes.
•    Avons créé le Dekra Summer Campus en 2018. Ce dispositif a pour objectif d’attirer des jeunes de niveau BAC Pro. 6% des candidats depuis sa création sontt des femmes. Une satisfaction !
•    Accentuons notre présence dans des événements symboliques telles la Journée des droits des femmes ou les Trophées de la mixité de Wave.
•    Développons le mentorat : conscients des freins que certaines collaboratrices s’imposent dans leur évolution de carrière - le fameux plafond de verre qui les autocensure -, nous avons mis en place en 2021 un dispositif de mentorat qui les aident à développer leur confiance. Nous avons pour ambition qu’elles deviennent les actrices de leur parcours professionnel.
•    Garantissons l’égalité d’accès à la formation en promouvant la mise en place de formations à distance (e-learning) sur des plages horaires habituellement travaillées.
•    Misons sur l’harmonisation du temps de vie professionnelle et vie personnelle. Ainsi, par exemple, notre accord de télétravail, signé en 2021, contribue à diminuer les trajets domicile-travail, les réunions tardives ou matinales sont évitées ou planifiées longtemps à l'avance.

Dekra Automotive est partenaire de l’association Wave depuis 2017. Pourquoi ?
Karine Bonnet :
Wave est acteur incontournable de notre stratégie. En effet l’association, créée il y a déjà 14 ans, est une parole externe puissante qui légitime notre discours.
De plus, en assistant aux différents dispositifs de Wave – événements, formations, rencontres...- nos équipes sont confrontées à d’autres réalités d’entreprises. Ils bénéficient d’échanges autour des best practices et de témoignages d’entreprises ou de femmes qui se sont épanouies dans le secteur automobile. Wave est une véritable source d’enrichissement.

Qu’avez-vous envie de dire aux femmes ?
Karine Bonnet :
Osez ! Osez vous emparer des métiers du secteur automobile ! Vous risquez juste de réussir.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

...Y devrait en faire un film pour promouvoir l'injonction (?).
Comme réalisateur " j'verrais " bien François Ozon.
;0)

Ade Airix, Le 03/06/2022 à 07:33

Il faudrait pour cela descendre d'un cran comme notre Première Ministre l'a fait à son premier jour et s'adresser aux jeunes filles dès le choix de leurs études. La volonté des employeurs est naturellement là, mais le PB n'est absolument pas là, il est déjà tellement difficile de trouver un technicien aujourd'hui... alors homme ou femme on prend le premier qui vient !
;0)

Lucos , Le 03/06/2022 à 11:55

Ozon....Joséphine !!

Durand Pierre, Le 04/06/2022 à 11:36

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 03/06/2022

Le marché du VO récent toujours à la peine en mai

En mai, les VO de moins d’un an sont restés en net recul (-23,7%) tandis que la tranche des "1 à 2 ans" a ralenti sa chute (-2%). Les VO de plus de 15 ans parviennent pour leur part à progresser (+5%) pour peser plus d’une vente de VO sur 4.

Marchés

Japon : nouvelle chute des ventes de véhicules neufs en mai

(AFP) - Les ventes de véhicules neufs au Japon ont chuté de 16,7% en mai sur un an, selon des chiffres publiés mercredi, reculant fortement pour le neuvième mois consécutif sur fond de perturbations des chaînes d'approvisionnement aggravées par les confinements en Chine.

Marchés

Nouveaux constructeurs en panne de courant, un problème de charge ?

La voiture électrique se déploie, c’est un fait indéniable. Les gouvernements ont mis quelques moyens et, en Europe, beaucoup de restrictions pour pousser le marché. Les constructeurs historiques dévoilent leurs plans produits, investissent massivement dans des usines et des partenariats. Mais, pour les nouveaux constructeurs, les investissements ralentissent, les marchés financiers se lassent et les difficultés se multiplient. Ceux qui devaient tuer les constructeurs historiques vont-ils eux-mêmes survivre ?

Analyse

Catégorie Réseaux

Bymycar reprend la succursale BMW-Mini de Madrid

Le groupe Bymycar poursuit son déploiement hors de France en faisant l’acquisition de la succursale BMW-Mini de Madrid, employant 174 salariés pour un chiffre d’affaires de plus de 200 millions d’euros.

29/07/2022

L’enseigne Jantes Alu Services se développe en franchise

Après 10 ans d’activité, l’enseigne Jantes Alu Services a commencé à se déployer sous forme de franchise, à Lille, Vannes et Bordeaux. Dix autres projets sont en cours pour aboutir d’ici début 2023. Présentation du concept et du business plan.

27/07/2022

Le groupe Dubreuil poursuit la mutualisation des marques de Stellantis

Le premier distributeur Opel de France profite de la surface immobilière de ses concessions Citroën et Peugeot pour donner davantage de visibilité à Opel. Son récent rachat de 7 concessions Citroën lui permet d’envisager un troisième centre de préparation VN-VO, à Saintes (17), associé à une nouvelle plateforme Distrigo relais.

27/07/2022

Axel Vilaséca (Groupe Chapat) : "L’avenir des distributeurs deux-roues en centre-ville, c’est la mobilité partagée"

Axel Vilaséca, directeur de la branche moto du groupe Chapat estime que l’avenir des concessionnaires deux-roues en ville dépendra de leur capacité à proposer une offre de mobilité partagée et prépare le développement en franchise de son enseigne Troopy. Leur avenir dépendra également de la capacité des constructeurs à proposer une gamme de véhicules électriques et pour beaucoup d’entre eux ce n’est pas encore gagné…

27/07/2022

Prêts garantis par l'Etat : le moment de vérité approche pour les entreprises

(AFP) - Plus de report possible, désormais les entreprises doivent commencer à rembourser les prêts garantis par l'Etat (PGE) contractés pendant la crise sanitaire, et si la plupart parviennent à honorer leurs échéances, la situation est critique pour certaines, contraintes d'appeler leurs banques à la clémence.

26/07/2022

Volta Trucks ouvre un showroom à Paris

Les camions électriques aussi ont droit à leur city store, avec une première mondiale à Paris : la création d'un "Volta Trucks Studio" rue Edouard VII, dans le très chic 9e arrondissement.

22/07/2022

Vincent Montoux, réseau VW Group France : "Le contrat d’agence n’est pas remis en cause"

L'opération "carton rouge", menée par les distributeurs allemands du groupe Volkswagen, va-t-elle remettre en cause le contrat d'agence que souhaite déployer le constructeur en Europe ? Ce n'est pas l'avis de Vincent Montoux, le président de l’association des concessionnaires français, même si de nombreux points du modèle d'affaires sont encore en négociation.

21/07/2022

Précisions avec Guillaume Couzy sur les nouveaux contrats Stellantis proposés aux réseaux fin 2022

En mai 2021, Stellantis a résilié l’ensemble des réseaux des marques du groupe avec un préavis de 2 ans. A la fin de l’année, il proposera un contrat de "Retailer" pour les marques DS, Alfa Romeo et la vente des véhicules utilitaires pour tester le modèle d’agence avec une application en juin 2023. Les autres marques l’adopteront mi 2026 après trois ans d’un contrat de distributeur "classique". En parallèle, la restructuration à la suite du rapprochement PSA/FCA aura réduit de 15% le nombre d’investisseurs. Explications de Guillaume Couzy, directeur France de Stellantis.

20/07/2022

VBER : la Commission européenne renouvelle l’exception automobile du seuil de 40%

Dans le règlement général qui régit les contrats de distribution entre un fournisseur et son réseau (VBER) qui vient d’entrer en vigueur le bénéfice de l’exemption est limité aux fabricants dont la part de marché ne dépasse pas 30%. L’automobile bénéficie d’une exemption dans le cadre du « mini règlement automobile » sur l’après-vente qui vient d’être mis en consultation.

18/07/2022