Publicité
Publicité
Equipementiers - 16/06/2021

Equipements automobiles : la fonderie MBF fixée sur son sort le 22 juin

(AFP) - Le tribunal de commerce de Dijon se prononcera le 22 juin sur le devenir de la fonderie MBF Aluminium de Saint-Claude (Jura), ont annoncé mardi les syndicats de l'équipementier automobile, interpellant une nouvelle fois l'État pour éviter une liquidation pure et simple.

Auteur : AFP

Partager cet article

Equipements "C'était la dernière audience. Mardi prochain, ce sera le délibéré. Il n'y aura pas de report et le tribunal se prononcera sur la liquidation ou l'acceptation de l'offre de reprise", a indiqué Nail Yalcin, délégué CGT, à la sortie d'une ultime audience au tribunal de commerce de Dijon.

"Nous avons un message important auprès de l'État et de la région : ils donnent des milliards aux multinationales et ici, il faut quelques millions pour sauver les salariés dans un bassin déjà fortement dégradé", a-t-il ajouté devant la presse.

La présidente sortante de la région Bourgogne-Franche-Comté, la socialiste Marie-Guite Dufay, qui brigue un nouveau mandat aux élections régionales, avait émis le souhait, à travers un montage public-privé, de monter au capital de MBF et demandé pour ce faire l'accompagnement de l'État.

Mais ce dernier avait indiqué, selon Mme Dufay, qu'il ne suivrait pas l'unique offre de l'entrepreneur Michaël Azoulay, qui propose de conserver 210 salariés sur un total d'environ 270, évoquant un "passif fiscal" de l'entrepreneur et le refus de Renault de travailler avec lui.

L'offre de reprise de Michaël Azoulay, qui inclut la possibilité pour les salariés de monter au capital jusqu'à 21%, a été jugée "insuffisant", l'entrepreneur n'ayant "pas obtenu l'appui de Bercy" qui était nécessaire et devait se traduire par un concours financier de plusieurs millions d'euros, a rapporté Saverio Vadala, délégué CFDT.

"L'entreprise a un savoir-faire et le personnel une compétence. Il suffit de bonne volonté", a estimé M. Azoulay à la sortie de l'audience, mardi.

Son avocat, Alain-David Pothet, a quant à lui déclaré "rester optimiste".

Il a reconnu que le procureur de la République ne faisait certes "pas confiance" à l'offre de M. Azoulay mais le président du tribunal, qui "décide", "soutient l'offre car c'est la seule".

La fonderie, née au sortir de la dernière guerre, fabrique des carters de moteurs et des éléments de boîtes de vitesse.

Elle avait été placée en redressement judiciaire en novembre dernier, après avoir connu deux dépôts de bilan en 2012 et 2017. Durant la période de redressement, le tribunal de commerce en avait retiré la gestion à sa direction, représentant les actionnaires - le groupe britannique CMV et un entrepreneur italien - pour la confier directement à l'administrateur judiciaire.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Aucun commentaire, soyez le premier à participer !

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 16/06/2021

Circulation à Paris : Anne Hidalgo passe la vitesse supérieure

(AFP) - En parallèle de la piétonnisation du centre de Paris, le stationnement payant pour les motos et scooters thermiques dès 2022 et une hausse du tarif visiteur automobile : l'équipe de la maire Anne Hidalgo a annoncé mardi des mesures fortes mardi pour réduire la place des véhicules polluants dans la capitale.

Autour de l'auto

USA : nouvelle hausse de la production industrielle en mai

(AFP) - La production industrielle a encore progressé en mai aux Etats-Unis, y compris la production automobile pourtant fortement ralentie par la pénurie mondiale de semi-conducteurs, selon les données publiées mardi par la Banque centrale américaine (Fed).

Marchés

L’industrie automobile s’inquiète de la prolongation des quotas d’importation d’acier

Les organisations européennes représentatives des constructeurs (ACEA) et des équipementiers (Clepa) contestent le bienfondé de la reconduction des quotas d’importation d’acier en Europe. Ils estiment que leurs intérêts sont sacrifiés pour privilégier ceux des aciéristes. La Commission européenne n’a pas confirmé cette décision encore soumise à la validation des Etats membres.

Constructeurs

Catégorie Equipementiers

Autonomie de niveau 3 et électrification au menu du stand Valeo à Munich

A l'occasion du salon de Munich, Valeo fera circuler dans les rues de la ville son prototype de véhicule autonome de niveau 3. Il présentera également un système autonome pour garer son véhicule dans un parking, un nouveau moteur électrique de grande puissance et de nouvelles stations de charge.

27/07/2021

Les dirigeants de Valeo prévoient un "retour à la normale" début 2022

Les trois chocs d’offres successifs pour les semi-conducteurs ont provoqué une crise violente et "anormale" qui a coûté la production de 4,3 millions de véhicules au premier semestre 2021. Simultanément, les prix des matières premières ont augmenté ces six derniers mois et cette hausse va se poursuivre encore plusieurs trimestres. Jacques Aschenbroich, PDG de Valeo qui recevait vendredi dernier des journalistes avec Christophe Périllat, DGA, est confiant dans la bascule du marché automobile vers l'électrique.

26/07/2021

Véhicule électrique, taxe carbone aux frontières : "Le point clé c’est la compétitivité du site France", estime Claude Cham (Fiev)

Le passage forcé au véhicule électrique c’est la porte ouverte à l’invasion de véhicules fabriqués en Chine, ne cesse de répéter Claude Cham qui "ne comprend pas la stratégie d’un certain nombre d’Etats" et s’inquiète du risque d’effets pervers de la taxe carbone aux frontières annoncée dans le paquet législatif européen "Fit for 55".

23/07/2021