Publicité
Equipementiers - 29/07/2022

Face à l'inflation, des négociations "difficiles" pour les sous-traitants avec les constructeurs automobiles

(AFP) - Dans un contexte défavorable marqué par la hausse des prix des matières premières et de l'énergie, les sous-traitants automobiles français tentent de renégocier leurs contrats pour rentrer dans leurs frais, au prix de tensions avec les constructeurs et sans garantie de succès.

Auteur : AFP

Partager cet article

"On a déjà récupéré 400 millions d'euros" sur "un surcoût" total lié à l'inflation estimé à 500 millions d'euros, s'est félicité lundi Patrick Koller, le directeur général de l'équipementier automobile français Faurecia.

Lors d'une conférence de presse, M. Koller s'est réjoui "d'avoir des clauses d'indexation" prévues "sur les principales matières premières" utilisées par le groupe dans sa production.

Dans le cas des sous-traitants automobiles, ces fameuses clauses d'indexation prévoient la variation automatique du prix de vente du produit au constructeur en cas de hausse du coût à l'achat de la matière première utilisée.

Chez Plastic Omnium, la direction a, de son côté, déjà renégocié "au coup par coup avec les clients" pour compenser une somme de "30 millions d'euros" liée à la hausse des prix, principalement "sur les résines".
"Cela aurait été trois plus (cher) si on n'avait pas négocié", a chiffré lundi le directeur général du leader mondial des pare-chocs et des réservoirs, Laurent Favre, lors d'une rencontre avec des journalistes. "C'est une situation assez unique depuis 30 ans", a-t-il souligné.

Même son de cloche pour Christophe Périllat, le PDG de Valeo, un des poids lourds de l'industrie française, pour qui "le monde est (devenu) trop incertain" ces derniers mois pour ne pas renégocier selon lui "l'indexation à 100%" du cuivre, de l'aluminium ou encore de l'acier, des matières largement utilisées au quotidien par l'équipementier.

"Partout où on n'était pas indexés, on essaie de le faire", a-t-il lancé, sans donner plus de précisions toutefois sur l'avancée des discussions avec les grandes marques.

Rapport "déséquilibré"

"Le contexte est très compliqué", rappelle Laurence Cherillat, déléguée générale du syndicat Artema et également en charge de l'animation du comité mécanique-automobiles au titre de la Fédération des industries mécaniques (FIM).

"Et la situation contractuelle reste très différente selon les entreprises et les secteurs de la mécanique", note-t-elle encore auprès de l'AFP. "Il y a parfois des clauses d'indexation automatiques, mais avec un léger décalage dans le temps".

Ainsi, face à "des prix qui ont augmenté de 60% au minimum" notamment "sur l'acier, l'inox, l'aluminium", "en plus d'une augmentation des prix de l'énergie, utilisée notamment dans le traitement thermique des pièces de sécurité", les sous-traitants n'ont souvent pas d'autres options que de demander des ajustements sur les contrats, argue Mme Cherillat.

Mais l'issue des discussions avec les grandes marques, qui se déroulent de gré à gré, est rarement en faveur des sous-traitants.

"Elles sont souvent difficiles, longues et la rétroactivité n'est pas toujours garantie", dit Mme Cherillat, qui affirme que les "réponses sont très variées", notamment sur les prix de l'énergie.

Plusieurs acteurs du secteur ont par ailleurs décrit à l'AFP des relations "tendues" ces dernières semaines.

"Les sous-traitants ne sont pas historiquement en situation de force pour pouvoir négocier leurs marges et leur prix", rappelle à l'AFP Vincent Charlet, économiste et délégué général du centre de réflexion La Fabrique de l'industrie.

Ce rapport "déséquilibré" s'inscrit également ces derniers mois dans un marché de l'automobile français "en plein virage vers l'électrique", "un bouleversement pour tous les acteurs", selon M. Charlet.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Aucun commentaire, soyez le premier à participer !

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 29/07/2022

Rivian supprime 6% de ses effectifs

(AFP) - Rivian, qui peine à accélérer la cadence depuis la livraison de ses premiers véhicules électriques l'an dernier, va réduire ses effectifs de 6%, ce qui correspond à environ 840 postes, a annoncé mercredi son patron dans un message interne consulté par l'AFP.

Constructeurs

Changements à la direction de BMW Italie

A compter du 1er septembre 2022, BMW Italie annonce des changements au sein de sa direction : Gianluca Durante prend la direction des ventes, Salvatore Nicola Nanni devient directeur général de BMW Rome, Alessandro Salimbeni est nommé directeur de BMW Motorrad et Dario Mennella est promu directeur de la division support client.

Nominations

Annonces de hausses de livraisons de semi-conducteurs, la production automobile reste encore loin d’un retour à la normale

A en croire les annonces récentes de fournisseurs de semi-conducteurs, l’horizon semble enfin s’éclaircir en matière de livraisons. Si tant est que cela puisse être vrai, l’industrie automobile n’est pas pour autant sortie de l’auberge. Il faudra encore de longs mois avant que la production soit à hauteur de la demande et plus encore pour compenser une partie des pertes de volumes d’autant que la pénurie de semi-conducteurs n’est pas la seule à heurter la production automobile.

Analyse

Catégorie Equipementiers

Infineon relève ses perspectives pour 2022 en raison de la forte demande de puces

(Reuters) - Infineon a annoncé mercredi une hausse de son chiffre d'affaires au troisième trimestre et a relevé ses perspectives pour l'ensemble de l'année, le principal fournisseur de puces électroniques de l'industrie automobile continuant de bénéficier de la forte demande de semi-conducteurs dans un contexte de pénurie.

04/08/2022

Forvia cède ses dernières parts dans HBPO à Plastic Omnium

(AFP) - L'équipementier automobile Forvia, fruit du rachat par le français Faurecia et de l'allemand Hella, a signé jeudi un accord pour céder ses dernières parts dans HBPO à son coactionnaire Plastic Omnium, première étape de son vaste programme de désinvestissement.

01/08/2022

Panasonic : bénéfice en chute mais prévisions inchangées

(AFP) - Le groupe technologique japonais Panasonic a vu ses bénéfices chuter sur son premier trimestre 2022/23 à cause des perturbations des chaînes d'approvisionnement et de la flambée des coûts des matières premières, mais a laissé inchangées ses prévisions annuelles.

29/07/2022

Plastic Omnium réalise un premier semestre solide

Plastic Omnium a publié des résultats solides au premier semestre malgré les arrêts de chaîne intempestifs de ses clients et l’inflation des coûts. L'équipementier a maintenu ses objectifs de rentabilité opérationnelle sur l'année, entre 5 et 6%.

26/07/2022

Faurecia commence à digérer Hella dans un environnement "volatil"

(AFP) - L'équipementier automobile français Faurecia a commencé à digérer le rachat de l'allemand Hella dans le nouveau groupe Forvia et a désormais pour priorité de se désendetter, a indiqué la nouvelle entreprise lundi, en publiant une perte nette de 296 millions d'euros pour le premier semestre.

26/07/2022

Continental annonce une marge au-dessus des attentes au second trimestre

(Reuters) - Continental a publié mercredi dans le cadre de ses résultats préliminaires du deuxième trimestre un chiffre d'affaires meilleur que prévu à 9,4 milliards d'euros, avec une marge bénéficiaire ajustée de 4,4%, légèrement au-dessus des attentes des analystes, qui tablaient sur 4,2%.

22/07/2022