Publicité
Publicité
Analyse - 04/02/2021

L’icône des jeunes (et des autres aussi)

C’est une chronique mythique que je vous propose aujourd’hui. Histoire de rappeler que dans l’automobile comme ailleurs, n’est pas icône qui veut.

L’icône des jeunes (et des autres aussi)

La (vraie) Twingo : Elle nous manque depuis 2012

Auteur : Jean-Philippe Thery

Partager cet article

Il y a une quinzaine d’années, j’ai assisté à une présentation dans les locaux de Nissan France.
Je sais, “le présentiel” paraît complètement ringard de nos jours, mais je vous assure qu’à l’époque, mes collègues col blanc et moi-même passion une bonne partie de nos journées à regarder défiler des slides sur un écran, quand nous n’étions pas nous-mêmes occupés à ennuyer nos congénères avec nos propres Powerpoint.

Autant vous dire que si je m’en rappelle jusqu’à aujourd’hui, c’est que cette réunion-là était vraiment exceptionnelle. Ou du moins aurait-elle dû l’être, puisqu’il s’agissait de découvrir le T31, nom de code du successeur du X-Trail de première génération qui assurait l’essentiel des volumes de la gamme 4x4, dont j’avais la responsabilité marketing pour l’Hexagone. En fait, c’est un slide en particulier dont je me souviens, constellé de photographies montrant les générations successives des Volkswagen Golf, Mercedes Classe E et Range-Rover, modèles soigneusement choisis pour appuyer la rhétorique du “Kaizen X-Trail” qui nous était administrée ce jour-là.

Kaizen ou l’amélioration continue. Appliqué au SUV vedette de la marque, le fameux précepte nippon se traduisait par une longueur augmentée de 12 cm au bénéfice du volume de coffre, une qualité perçue en hausse grâce à des plastiques plus soft, ainsi qu’une motorisation Diesel ragaillardie et enfin accouplée à une boîte auto. Ces évolutions visaient à répondre très exactement aux critiques et motifs de non-achat dûment répertoriés par les études clientèles. En revanche, le style extérieur avait essentiellement été conçu à l’aide de la commande “Copier/Coller” du logiciel CAO/DAO utilisé par les stylistes, de façon totalement assumée. Normal nous avait-on alors expliqué, puisque le X-Trail premier du nom constituait déjà une icône, et que le T31 était le premier d’une longue série de futurs descendants.

J’ai nettement eu l’impression ce jour-là que nous étions en train d´écrire l’histoire avant qu’elle ne se soit produite. D’autant plus que si son design ne déplaisait pas, il ne constituait certainement pas l’élément d’attraction principal du T30 dont le succès était essentiellement dû au pionniérisme de la marque sur un segment porteur qu’elle avait contribué à créer. Lorsqu’il fut lancé en 2001, celui-ci ne trouvait guère que le Toyota RAV4 sur sa route, alors qu’il affrontait une bonne vingtaine de concurrents en fin de vie.

Bref, on n’iconise pas par décret, et la seconde mouture du X-Trail fut un désastre commercial, avec moins de 10.000 unités à partir de la troisième année de vente, à un moment du cycle produit où son prédécesseur frisait les 60.000 immatriculations. C’est d’ailleurs avec un style totalement revu, et plus conforme à l’air de son temps que la troisième itération du modèle renoua avec le succès, s’attaquant au passage avec le même bonheur aux marchés nord-américains et chinois. Mais pour ce qui est des icônes de la marque japonaise, c’est tout de même du côté des Z, GTR et autres Patrol qu’il convient de regarder.

Non pas que l’homothétie stylistique entre les différentes générations d’un même modèle ne fonctionne pas pour certains d’entre eux. Les Porsche 911, Chevrolet Corvette, ou dans un autre genre Toyota Land Cruiser et VW Golf sont là pour nous le rappeler. Mais l’équilibre subtil qui permet de garantir la permanence dans l’évolution ou inversement constitue sans aucun doute un vrai casse-tête pour les designers, lesquels semblent disposer de ce point de vue d’une liberté souvent plus restreinte que les ingénieurs.

La 911 a ainsi résisté au refroidissement liquide et à la transmission intégrale, la Corvette au moteur central arrière et le Land Cruiser aux suspensions indépendantes et ressorts hélicoïdaux, autant d’évolutions considérées en leur temps comme hérétiques par les gardiens du temple des marques concernées. Quant à savoir si l’icône permet la répétition stylistique ou si c’est cette dernière qui fait l’icône, vous avez 4 heures. Mais je vous déconseille fortement de copier sur le responsable produit du T31.

D’ailleurs, toutes les icônes motorisées ne sont pas issues ou génératrices de lignées, loin s’en faut. Et puis, rares sont les marques qui peuvent se permettre d´inscrire l’objectif “créer une icône” en tête du Cahier des Charges d’un de leurs modèles.

Prenez par exemple la Ferrari 250 GTO, modèle probablement le plus mythique parmi ceux issus des ateliers de Maranello. Lorsqu’il en ordonna l’étude au début des années 60, le père Enzo avait d’autres chevaux cabrés à fouetter que de faire de l’iconique, n’ayant d’autre ambition que de palier la baisse de compétitivité de la 250 GT châssis court, dont il fit passer la “Gran Turismo Omologata” pour une simple évolution, afin d’échapper à l’obligation d’en produire les 100 exemplaires théoriquement requis pour son homologation.

Quelques saisons et beaux succès plus tard, la GTO était elle-même complètement dépassée et n’intéressait plus grand monde, lot commun à l’époque des voitures de courses décaties. En 1969, vous auriez pu acquérir celle annoncée dans les pages du Chicago Tribune pour 3.500 billets verts (moins de 25.000 dollars actuels), alors qu’un amateur fortuné a signé un chèque record de 70 millions de la même unité monétaire en 2018, pour en mettre une semblable dans son garage.

Mais revenons sur terre. Ma chère maman posséda également une voiture rouge, qui peut désormais elle aussi prétendre au statut d’icône à quatre roues. Bien qu’à l’époque, j’étais plutôt préoccupé par l’absence de protections latérales de sa Renault 5, réservées à la luxueuse GTL que les parents de petits camarades plus chanceux exhibaient à la sortie de mon école. Ou comment faire de deux morceaux de polyester beige un marqueur social !

Quoi qu’il en soit, si vous appuyez sur la touche F.FWD du magnétoscope afin de rembobiner la cassette jusqu’au 15 janvier 2021, devinez qui tenait la vedette aux côtés de Luca de Meo au cours de la présentation – en distanciel évidemment – effectuée par ce dernier ? La 5 prototype a beau être électrique et ne pas craindre la rouille perforante ayant attaqué 100% des ailes arrière du modèle original, elle n’en possède pas moins les gimmicks stylistiques nous rappelant l’auto de nos parents, avec ou sans plastique sur les portières. Question subsidiaire : le rétro-design utilise-t-il ou crée-t-il les icônes ?

GTO et Renault 5, même combat ! Pour construire une icône, il faudrait donc donner le temps au temps, particulièrement celui d’extirper du purgatoire celles qui y ont été sentenciées parce qu’elles étaient anciennes mais pas assez. Songez par exemple à cette brave Citroën BX, "voiture de vieux" par excellence, à la plastique (c’est le cas de le dire) tellement 80’s qu’elle fut condamnée à la ringardise la fin de la décennie étant venue.

Rappelez-vous également les Renault 12 et autres Fuego, sauce-tomatisées avec bandes blanches latérales sur des parkings périphériques, à l’époque où TF1 diffusait “Starsky & Hutch” le dimanche après-midi. Sans oublier leur cousine Germaine de chez Opel, qui donna ses lettres de (petite) noblesse au “Manta-Fahrer”, adepte de la coupe “mulet” et du poignet sur le haut du volant. Eh bien vous pouvez remballer vos moqueries, maintenant que les exemplaires de ces modèles, remis en état d’origine ou presque, font la fierté de leurs jeunes propriétaires dans les “rassos” ou ça cause Youngtimer.

Le cas de la Renault 5 nous démontre cependant que le statut d’icône n’est pas qu’affaire de réhabilitation, certaines autos se le voyant attribuer “de leur vivant”. Avec son moteur installé à la place des mômes et ses ailes amphétaminées, la “Turbo” fut ainsi instantanément mythifiée à sa sortie en 1980, même si la patine nostalgique en a évidemment depuis rajouté quelques couches. A l’époque, Ferrari avait d’ailleurs déjà appris à exploiter le filon, et la GTO deuxième du nom n’eut pas même à courir pour assurer sa légende, bien qu’elle ait initialement été pensée pour la compétition. Il y a d’ailleurs fort à parier que les 272 exemplaires distribués entre 84 et 85 firent beaucoup plus pour les finances de l’Officine que celle devenue entre temps la voiture la plus chère du monde. 

Mais le hic avec certaines voitures iconiques, c’est qu’à faire dans le disruptif, elles sont particulièrement difficiles à remplacer. Aussi originale que fut la Citroën CX à sa sortie en 1974, elle pouvait difficilement recréer le choc provoqué par l’Ovni DS atterri dans les couloirs du Salon de l’Auto 20 ans plus tôt. L’année suivante, ce fut la pauvre Jaguar XJS qui eut le malheur de s’essayer à la succession de la Type E, qualifiée de "plus belle voiture au monde" par Monsieur Ferrari lui-même. Et qu’on le veuille ou non, la 300SL restera LA voiture aux portières en ailes de papillon, quand bien même certains modèles – y compris chez Mercedes – articulent vainement leurs ouvrants passager vers le ciel. Quant à la stratégie de non-remplacement de la 205 par le duo 106/306, elle ouvrit une brèche dans laquelle la Clio n’hésita pas à s’engouffrer. Sans oublier les Citroën Dyane, Renault 6, Rover Metro et autres Porsche 928, qui furent enterrées par celles qu’elles étaient supposées remplacer.

Ajoutez à cela la tendance naturelle qu’ont les icônes à perdurer, compliquant davantage encore leur substitution. Tenez, mettez-vous un instant dans les baskets des concepteurs du Land-Rover Defender lancé au début de 2020, faisant suite à un véhicule n’ayant quasiment pas évolué depuis 1948, en ayant dû intégrer pêle-mêle l’ADN de l’ancien, les normes dépollution et sécurité drastiques en vigueur, les exigences du consommateur contemporain et un niveau élevé de carry-across avec le reste de la gamme. Tout ça pour succéder à un objet dont la personnalité provient précisément de son caractère suranné, et dont les acheteurs sont naturellement surreprésentés parmi ceux qui considèrent que “c’était mieux avant”.

L’un de ces courageux, Nick Rogers, directeur général de l’Ingénierie Produit a ainsi raconté dans les colonnes de la revue britannique Autocar comment les discussions sur le remplacement du Defender existaient déjà lorsqu’il a intégré la compagnie en tant que stagiaire il y a 36 ans. “L'idée d'un nouveau Defender et moi avons grandi ensemble dans l'entreprise”, a-t-il ainsi déclaré. Hat’s off, Nick ! De mon point de vue, le résultat en valait la peine. Même si le tarif du nouveau modèle le destine probablement plus à des joueurs de foot en ascension qu’aux gentlemen farmers qui useront leur vieil exemplaire jusqu’à la corde.

C’est par un hommage à l’une de ces icônes irremplaçables que je terminerai mes divagations. Une auto dont on a appris récemment que son nom allait bientôt disparaître, mais qui nous manque depuis 2012 quand la seule qui méritait véritablement de le porter nous a tiré sa révérence. 

Il ne peut exister de “Kaizen-Twingo” que sous forme d’oxymoron, comme le prouvent ses deux tentatives de remplacement ratées. D’une affligeante banalité, celle qui l’a immédiatement suivie a tout simplement oublié de révolutionner l’automobile, comme avait su si bien le faire le drôle d’engin qui fit ses débuts un beau jour de salon parisien, en 1993. Quant à la dernière en date, je la déclare coupable d’adultère conceptuelle en ayant adopté l’architecture de la Smart, sans se montrer plus intelligente pour autant.

La Twingo est née avec un vieux moteur Cléon, sans Diesel à une époque où le carburant gras dominait le marché, dotée de seulement trois portes, affichant ses tôles apparentes à l’intérieur et un tableau de bord qui n’oubliait pas de dire qu’il était en plastique injecté. Une vraie recette pour un désastre. Mais avec un rapport habitabilité/encombrement extérieur comme on ne saura plus jamais en faire, une architecture de petit monospace et une banquette arrière coulissante, elle chouchoutait ses passagers comme personne, y compris ceux de l’arrière qui avaient droit à la même place aux jambes que les patrons d’industrie se trimballant en Mercedes Classe S par chauffeur interposé.

La Twingo, c’était aussi un look extraordinaire, avec une bouille de batracien espiègle incitant à la paréidolie, de jolies rondeurs jamais pataudes et des couleurs de bonbon acidulé. La Twingo savait se faire bonne copine, ouverte à tous les vents avec un toit en toile, fashion en “United Colors of Benetton”, et même chic dans ses versions Initiale ou Série Limitée “Elite”.

La Twingo était aussi une voiture joyeuse, à l’image de son nom onomatopéique, mi-saxon, mi-latin. Une grenouille à roulette qui a force de les enjoindre à “inventer la vie qui va avec” a fini par créer des souvenirs à toute une génération de Français. Qui parmi ceux de mon âge ou autre, n’a pas eu droit à sa tranche de vie Twingo, même si on se gardera bien de raconter ce que son espace intérieur hors pair pouvait suggérer aux paires amoureuses ?

Bref, la Twingo c’était une icône une vraie. Celle des jeunes, et des autres aussi.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

N’est pas icône qui veut!
Toujours aussi délicieuses ces chroniques de Jean-Phi.
Pas le Steward l’autre celui amateur des filles d’Ipanema.
Son balayage des icônes automobiles depuis la deuxième guerre mondiale est rafraîchissant mais non exhaustif.
Ces évocations de modèles mythiques ont illustré agréablement ma fin de nuit et cette balade ira rejoindre d’autres évocations de voyages (de pèche entre autres) qui constituent la base de ma bibliothèque de rêves que la sophrologie m’a incité à constituer..
Encore Merci Jean-Philippe et je vous suggère d’evoquer une autre fois les icônes dont la vie s’est prolongée jusqu’à nos jours la 911 et la MINI absente de la chronique de ce jeudi..
Si vous arrivez à mettre en évidence les ressorts de la longévité de ces icônes les constructeurs du monde entier viendront solliciter vos précieux conseils.
Pour avoir assisté à la renaissance de l’icone MINI du côté consommateur, BMW a fait un travail remarquable en amont pour arriver au succès commercial d’aujourd’hui et figurer en bonne place dans le segment PREMIUM.
Je ne vois que La suffisance pour les faire tomber du podium des voitures iconique.

Bernard Oustric, Le 04/02/2021 à 06:02

Il manque surtout dans cette chronique la Fiat 500, icône d'un pays, d'une culture, d'un art de vivre !
Un objet devient une icône quand il dépose sa simple fonction d'objet et la 500 en est la parfaite illustration.
;0)
Psst Bruno, je vais rajouter "iconique" dans ma liste des mots interdits par le chef..

Lucos , Le 04/02/2021 à 06:30

Quand il dépasse..
Je hais ce correcteur !
;0)

Lucos , Le 04/02/2021 à 06:34

Merci encore pour ce bel article.
"...mes collègues col blanc et moi-même passion une bonne partie de nos journées..."
Passion, passions ?
Lapsus orthographique révélateur ?
;-)

Clerion , Le 04/02/2021 à 08:19

La Twingo à sa sortie était surtout destinée à renflouer les finances de la régie avec une plastique (!) unique, mais surtout fabriquée avec le sens de l'économie extrême.
Pourquoi par exemple l'antenne d'autoradio était situé à gauche juste au dessus du rétro extérieur ?
Parce que le câblage électrique était absent à l'avant sur le côté droit de la voiture...
Même une Dacia fait mieux de nos jours...
;-)

Clerion , Le 04/02/2021 à 08:22

Merci pour cet excellent article !

Philippe Painblanc, Le 04/02/2021 à 08:34

La Twingo (1) aura sa place dans les Musées du Monde de Design et d’Art moderne et peut être aussi le Kangoo(1) que les Japonais s’arrachent.....la douceur des lignes....et les rondeurs)))).
Merci à la rédaction d’ouvrir les cadenas le Jeudi)))

Alain Boise, Le 04/02/2021 à 09:02

La Twingo était une réplique à (voire de !) la Panda de première génération dans le genre frugal et très intelligemment construite pour tirer le prix au plus bas tout en gardant une voiture sympathique.
Certains se souviendront des séries spéciales Estivales à 5000 € neuves !
Pour l'anecdote, la génération des Panda des années 2000 devait à l'origine s'appeler Gingo et toute la doc et les vitrauphanies étaient déjà en concession pour le lancement quand Renault a menacé FIAT d'un procès car il y avait 4 lettres successives en commun avec la Twingo !
Preuve que ces 2 là étaient en frontal sur le marché..
;0)

Lucos , Le 04/02/2021 à 09:21

... En creux ce focus sur la Twingo conduit à s'interroger sur le "bricolage" que pourrait constituer le plan produits présenté en janvier par LDM qui comportait beaucoup de cases vides sur le segment D ... En fait de plan produits, surtout un projet de R5 trouvé dans les cartons à son arrivée et "pusher" pour la grande messe et nécessairement "pour le retour sur le segment C" une suite à la Megane qui ne se conçoit elle aussi qu' électrique, pour faire "branché mais c'est un peu dépassé, je crois que l'on dit câblé, désormais" ...je m'égane ...Désolé ...je m'egare !

Pour autant, de la part de LDM le coup médiatique était assez bien joué avec ce retour vers le futur de la R5 ... Faire du neuf (rapidement) avec du vieux ou être fidèle aux racines du losange (ou l'ADN de la marque) selon son jargon culturel c'est un peu le concept ...
Le segment A ou B- semble condamné par la plupart des "faiseurs" pour des questions de rentabilité maintes fois développées, ici, c'est sans doute ce qui fait qu'il n'y a pas de suite à la Twingo actuelle, tout récemment électrifiée avec un certain "bonheur". Au surplus, Il fallait lui laisser un peu de temps et "ne pas lui couper l'herbe sous les roues" à cette e Twingo, fort probablement pour d'évidentes raisons économiques...
Pourtant un revival de la 1ere version avec toutes ces astuces semblait éminemment adaptée à une nouvelle carrière urbaine pour cette E cone (...).
Sauf contrainte normative rédhibitoire, rien ne semble perdu pour rejouer "la nostalgie n'est plus ce qu'elle était, d'ici quelques années ... (?)
Nan Jeff ...Mais qu'est ce qui me prends ..Désolé !
Nan Jean Phillipe, t'es pas tout seul ...!

Çà va se voir et se constater tout à l'heure avec la magnifique expérience de la Twingo INITIALE tout de cuir revêtue, mais chut ! .. patience ... Çà arrive ..
;0)

Ade Airix, Le 04/02/2021 à 09:31

Jean-Philippe a bien prévenu que la liste était non exhaustive, en faire une serait impossible.
Néanmoins, ne pas citer la 2CV (pourtant beaucoup de lecteurs français ici), ni la Cox, ni la Mini ; je dis "faute".

En revanche, j'ai l'honneur, le plaisir, je dirais même la joie et le bonheur de partager l'avis d'Enzo -excusez-moi M. Ferrari pour cette familiarité- sur son appréciation de la Jaguar Type E.

PS : pas un mot sur le Solex, mais j'avoue qu'il ne s'agit pas vraiment d'une voiture.

Bruno Haas, Le 04/02/2021 à 09:54

... Ni la deuche, ni la Cox, ni la 500 , la Panda itou ...avec la Mini et la 4L, çà fait vraiment beaucoup ...Même pour une revue des icones sans prétention exhaustive ...
Mais KesKisPass, Jean Phillipe ?

Je le répète ... l'intention est plus de braquer subliminalement (ou pas) le projo sur la Twingo vs la R5 ...manière de challenger (modestement) la grande nouvelle du plan produits du losange...
L'intéressé finira bien par nous dire ce qu'il en est ...
;0)
Sinon pour les zaventures de la Twingo INITIALE, c'est encore un peu tôt...Faut que je fasse tout ici même le teasing ...

Ade Airix, Le 04/02/2021 à 10:20

Cet article du jeudi nous ramène toujours vers le passé, notre passé dans la Bagnole.
Cette évocation des présentations chez Nissan France me rappelle la réunion annuelle dans les années 95 avec tout le personnel dans la salle du bas près du show room et parfois coupette ensuite.
Tous les directeurs devaient y faire une présentation de leur activité en 10 min. et pour certains cela allait du plaisir affiché à la corvée trop visible. Néanmoins ce principe de l'information de TOUT le personnel était très honorable et apprécié et l'est toujours.
Mais voilà !
Il y avait un drôle de fil rouge incroyable pendant ces réunions.
A l'époque l'ennemi était très clairement désigné : Toyota !
Déjà parce que Japonais (Les Japonais se comparent toujours entre eux avant de se comparer au autres), et aussi tous les deux dans les 30 à 35 000 ventes chacun en France, mais Toyota tous les ans devant et Nissan qui courrait après depuis des années.
Ce qui faisait mine de rien hurler au plus haut du groupe, car c'était un objectif clairement affiché et ne pas l'atteindre avec la gamme pléthorique de l'époque était interprété comme une incapacité professionnelle chronique des dirigeant locaux et du réseau.
Et, je l'ai déjà dit, il y avait pourtant une gamme de folie qui aurait mérité mieux et qui a d'ailleurs été une des raison des PB de Nissan à cette époque : Micra dont CVT, Almera, Primera, Maxima, Patrol GR, Patrol pas GR, Terrano, 3p ou 5p pour tous ceux-ci, Vanette, Serena en 3 finitions -, è ou places (moteur central AV !), 100NX, 200SX, 300ZX et je dois en oublier une ou 2 dans le lot !
Donc dans cette réunion annuelle, LA réference, l'étalon, le sommet à atteindre était dans toutes les présentations et sujets : Toyota !
Nous avions donc créé avec quelques collègues malicieux un comité de comptage des mots Nissan et Toyota prononcés lors de ces réunions.
Eh bien croyez moi ou pas, là aussi Toyota était devant !
;0)

Lucos , Le 04/02/2021 à 10:27

Une anecdote assez éloquente en effet de maintes pratiques ... Un jour, peut être, vous raconterez nous l'ère Sonauto/Mitsu ..?
Après "l'ennemi" Toyota ...Place à la Twingo INITIALE ...
Chauffe Marcel !
;0)

Ade Airix, Le 04/02/2021 à 10:58

Concernant ce qu'il nous est donné à lire ici aujourd'hui (et qui est très bien dit) il y a un spécialiste qui dit qu'il fait du teasing...mais i a voulu faire croire hier qu'il "avait" été à la cantine de FIAT avec moi ! I a dû être a la cantine de SAAB avec d'autres aussi. Quel artiste !
Le vrai artiste est ici le jeudi...A propos des icônes, il y en a aujourd'hui mais ils sentent le soufre, à savoir la Prius et la Tesla. Ils ne sont pas européens, pas de pot pour eux. Il y a un qui a vendu plus de 10 millions et un autre un million depuis peu ! Il n'y a pas un film américain ou il n'y a pas une Prius qui traine dedans.
Cà n'enlève rien au mérite du "compteur" ( ah les mauvais correcteurs) car il faut qu'il balise avec des dates (pas celles qui se mangent) son histoire !
Il a bien survolé la question et je ne peux plus la lire du haut de ma tour, car je n'y (ni ni) suis plus !! Hi, Hi...

Durand Pierre, Le 04/02/2021 à 11:56

Porsche/Mitsu, j'y tiens !
;0))
Dure époque où à cause du contingentement des Japonaises à 3 et 4% du marché, "on" nous forçait à rouler en Porsche... 944 Cabriolet 3L du bleu clair métal qui était invendable..
J'ai souffert..
;0))

Lucos , Le 04/02/2021 à 11:59

Insoutenable ...effectivement.
Quelle maltraitance !
;0))

Ade Airix, Le 04/02/2021 à 12:12

Façon Calvet ...
Quouiquechifte voire quickchef ...
;0))

Ade Airix, Le 04/02/2021 à 12:15

Tiens à propos de Solex (plus qu'une icône, un Mythe !), 2ème quizz du jour :
Quel savon utilisent les conducteurs de Solex avec gitane maïs au bec ?
;0°

Lucos , Le 04/02/2021 à 13:36

Bébé cadum

Bruno Haas, Le 04/02/2021 à 13:43

Roger & Gallet...
;0))

Lucos , Le 04/02/2021 à 14:07

OK ! Je sais ! Mais Clerion fout rien aujourd'hui...
;0))

Lucos , Le 04/02/2021 à 14:08

Solex thermique cherche losex à piles...
;-)

Clerion , Le 04/02/2021 à 18:47

Ah quand même !
;0))

Lucos , Le 04/02/2021 à 19:49

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 04/02/2021

DS4, un nouveau modèle premium sur le segment C

Avec DS4, la marque dévoile un modèle abouti en termes de style extérieur comme intérieur. Les technologies d'éclairage, d'aide à la conduite et de confort sont au rendez-vous tout comme les techniques et les matériaux issus de l'artisanat français sur lequel DS veut faire sa renommée.

Constructeurs

Catégorie Analyse

Oui, je fais des rêves immoraux

Aujourd’hui, on prend de la hauteur en évoquant ces merveilleux fous volants et leurs drôles de machines. Ou du moins on essaye. Parce j’en connais certaine qui essaye de nous empêcher de rêver en rond…

09/04/2021

L’Agence Américain de Protection de l’Environnement annonce de nouveaux standards pour juillet

A peine un mois après sa confirmation, le nouveau responsable de l’Agence américaine de protection de l’environnement engage une profonde réorganisation et prévoit d’annoncer en juillet de nouveaux standards d’émission pour l’automobile. Michael Regan et la nouvelle administration ne perdent pas de temps mais prévoient une approche qui promet d’être pragmatique et inclusive.

09/04/2021

Semi-conducteurs : les ambitions de la Chine

Mathieu Duchâtel, directeur du programme Asie de l’Institut Montaigne, publie dans le dernier Cahier du Cercle des économistes, son analyse des forces en présence sur le marché des semi-conducteurs et évoque notamment les ambitions de la Chine.

09/04/2021

La loi climat-énergie : une opportunité de dés-hystériser les débats

Les débats qui concernent l’automobile et qu’implique depuis la fin mars l’examen du projet de loi "climat et résilience" restent, de prime abord, assez caricaturaux : la majorité s’y voit tour à tour reprocher d’aller beaucoup trop loin et/ou de ne pas aller assez loin au regard de "l’urgence climatique". Néanmoins, à mesure que les échéances que France et Europe se sont données se précisent, les postures prises par les uns et les autres dans le jeu de rôle qui avait fini par se nouer sont remises en cause et l’espoir de voir enfin traitées les vraies questions peut naître.

06/04/2021

Crise de foi

Y’a de l’électricité dans l’air aujourd’hui. Parce que j’en ai un peu marre de lire les même c… pour ou contre les voitures supposées propres ou sales, à moins que ce ne soit l’inverse. Alors j’ai décidé de me lâcher : ô grands mots, ô grands remèdes.

01/04/2021

Pénurie de composants, comment l’automobile en est-elle arrivée là ?

Plus aucun constructeur automobile n’est désormais épargné par la pénurie de composants électroniques à l’échelle mondiale. Chaque semaine de nouveaux arrêts de chaine sont annoncés en Europe, en Amérique du Nord, en Chine, en Corée ou au Japon. La question est de savoir si la situation s’aggrave ou bien si la chaine logistique et la crise sont vraiment comprises.

02/04/2021

Les choix industriels de PSA plombent le commerce extérieur automobile français

Les statistiques du commerce extérieur 2020 sont disponibles et leur analyse est édifiante. Elle confirme largement la désindustrialisation et indique que, couplée avec les choix faits par les constructeurs français - et en particulier par PSA pour 2020 – la pandémie a entrainé un véritable effondrement de la production française. La baisse de la consommation a limité l’ampleur du déficit extérieur qui se creuse tout de même très sérieusement en matière de véhicules. De surcroît, là où les annonces politiques laissaient entendre que les véhicules électriques ou électrifiées pourraient constituer une chance pour le site France, les statistiques viennent mettre le doute et indiquer à quel point il faudra au politique être volontariste pour amener les constructeurs à inverser des choix anciens et lourdement défavorables au site France.

29/03/2021

Coupez !

Les belles voitures, ça se dessine aussi avec des ciseaux. A moins que ces derniers ne servent à couper dans les gammes des constructeurs, histoire de renouveler l’espèce automobile.

25/03/2021

ZFE : les chiffres qui montrent pourquoi le sujet pourrait vite devenir explosif

L’actualité de cette fin mars pour l’automobile française devrait être marquée par l’examen du projet de loi portant "lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets" qui propose d’introduire, d’ici à 2024, le concept de ZFE-m pour les villes de plus de 150.000 habitants. Interprétées de manière stricte, les obligations d’intervention faites aux responsables politiques locaux pourraient entrainer l’exclusion du parc de millions de véhicules et les autorités semblent le découvrir. Une réalité et une urgence que la "carte cognitive" des responsables publics peine toujours à repérer et à intégrer.

22/03/2021