Publicité
Constructeurs - 30/06/2022 - #Stellantis

L'interdiction des moteurs thermiques par l'UE en 2035 n'a pas surpris le PDG de Stellantis

(AFP) - L'approbation mercredi par les 27 États membres de l'Union européenne du projet d'interdiction de la vente de voitures à moteurs thermiques à partir de 2035 "ne nous surprend pas", a déclaré le PDG de Stellantis, Carlos Tavares, lors d'une visite sur le site du constructeur automobile à Metz.

Auteur : AFP

Partager cet article

"Nous ne sommes ni surpris, ni choqués par la décision" prise par les 27 membres de l'UE. "Nous sommes organisés pour y faire face. Ils décident, nous exécutons", a-t-il ajouté.
"Le choix de l'électrification" du parc automobile "est un choix politique et non pas industriel ; nous nous conformons à la décision", a poursuivi M. 
Tavares.

L'usine Stellantis de Trémery, en Moselle, temple mondial du diesel, a déjà entamé sa reconversion dans l'électrique : 1.400 moteurs électriques sortent actuellement chaque jour des deux premières lignes de production dédiées à cette technologie. Environ 3.850 moteurs diesel et 1.250 moteurs essence sont aussi fabriqués quotidiennement sur le site.
Stellantis prévoit que 50% des moteurs qui sortiront de Trémery en 2024 seront électriques, et a annoncé vouloir produire 100% de véhicules électriques en 2030.

L'interdiction de la vente des moteurs thermiques approuvée par les 27, proposée par l'exécutif européen en juillet 2021 et qui signerait l'arrêt de facto des ventes de ces moteurs au profit de véhicules 100% électriques, reste à discuter avec les eurodéputés. Elle doit contribuer à atteindre les objectifs climatiques du continent, en particulier la neutralité carbone à l'horizon 2050.
L'automobile, premier mode de déplacement des Européens, représente un peu moins de 15% des émissions de CO2 totales de l'UE, un des premiers gaz responsables du réchauffement climatique.

   Pour répondre aux constructeurs inquiets d'une demande insuffisante des consommateurs pour le 100% électrique, la Commission a aussi préconisé de fortement développer les bornes de recharge.
Une recommandation appuyée par Carlos Tavares, selon qui "l'infrastructure est en retard par rapport au nombre de voitures que nous vendons". "Un consommateur n'achètera pas un véhicule électrique tant qu'il n'est pas convaincu qu'il peut le charger facilement", a-t-il souligné.
"Nous sommes en train d'augmenter l'autonomie de nos véhicules, la technologie progresse vite : pour autant, il faut pouvoir charger les voitures", a-t-il ajouté.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

... Que Stellantis finance un réseau de bornes de recharge, fût ce-t-il "propriétaire", çà ne semble pas pour demain la veille !
"Pour le coup," çà ne semble pas faire partie des axes stratégiques de développement du business au sein du groupe ...Çà aurait pu !
;0)

Ade Airix, Le 30/06/2022 à 08:39

Faire des bornes n'est pas dans le business model de Stellantis.
Carlos Tavares l'a rappelé il y a qq année à l'ouverture du salon de Genève au sujet des véhicules autonomes. En disant en substance, ce les véhicules autonomes ne s'adressaient pas directement au particuliers (prix et fonctionnalités) donc ne se "vendaient" pas et que, comme le business de PSA était de vendre des voitures, ils ne feraient pas de véhicule autonome.
Si on reprend ce point de vue, vendre du plein de réservoir, n'est pas dans le business model non plus...
Après le business peut changer, mais c'est une autre histoire.

Fred Et Rick, Le 30/06/2022 à 09:29

Oui nous sommes bien d'accord ...!
;0)

Ade Airix, Le 30/06/2022 à 09:38

Avec pousser de la ferraille faudrait maintenant pousser des électrons ?
De toutes façon un règlement européen ne va pas manquer de bientôt nous tomber dessus en imposant l'accès de toutes les bornes à tous, façon "chargeur de smartphone", donc l'intérêt d'un réseau de marque n'existe plus.
N'oublions pas aussi le bras de fer à fleuret moucheté entre les constructeurs et les politiques; vous nous obligez à passer en force sur le VE, mettez des bornes partout autrement ça va coincer et c'est pour cela que nous demandons une clause de revoyure..
;0)

Lucos , Le 30/06/2022 à 09:41

Un exemple ... le financement, au départ, au regard de la fabrication et de la vente d'automobiles, c'est pas vraiment du "core business" et pourtant !
;0)

Ade Airix, Le 30/06/2022 à 09:44

Oui Lucos ... pour le bras de fer à fleuret moucheté ... à l'issue bien incertaine (quoique).
;0)

Ade Airix, Le 30/06/2022 à 09:48

Oui mais pour le financement on parle d'avant-vente et beaucoup travaillent avec leur banque qui fait le business et leur verse des royalties.
;0)

Lucos , Le 30/06/2022 à 09:54

Les bornes sont un gouffre à fric elles sont désertes et subventionnées car vous pouvez à la différence du Super faire le plein dans votre puits à la maison à 15 Cents le KWh ,au lieu de 70 aux bornes.
Combien; faut il vendre de KWh pour amortir une borne ,des chiffres SVP.
Allez je me lance,50k€ installée,abonnement et entretien mensuel 100€,achat électron à 15 Cents ,frais facturation terminal ?rentable quand?si c’est vendu au KWh les gus vont mettre juste de quoi rentrer au puits,bof,mais je peux me tromper
À vous les studios

Alain Boise, Le 30/06/2022 à 09:56

J'eusse été étonné que Carlos Tavares se déclare étonné car moi-même ne fus pas étonné.

Bruno Haas, Le 30/06/2022 à 10:07

Pas étonnant tout çà ...
;0)

Ade Airix, Le 30/06/2022 à 10:12

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 30/06/2022

Thomas Dubruel, Dacia : "Nous allons rouvrir les commandes de GPL sur Sandero puis Duster début juillet"

Tout va pour le mieux pour la marque Dacia qui est parvenue à progresser ce semestre sur un marché VP en recul de 15%. Et pourtant, elle subit depuis juin des difficultés d'approvisionnement sur ses motorisations GPL qui l'ont obligée à cesser de prendre des commandes. Elles ont pu reprendre le 16 juin sur Jogger et seront de nouveau ouvertes en juillet sur Sandero puis Duster.

Constructeurs

Prolongation du bonus 6.000 euros confirmé, toujours pas de décret

Le bonus écologique versé à l'achat d'une voiture électrique restera fixé à 6.000 euros jusqu’à la fin de l’année a dit hier le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire en personne, lors d’une interview sur CNews. Pour autant, le décret n’est toujours pas paru et le site officiel pas à jour…

Marchés

Quatre femmes renforcent l’équipe de direction d’Alpine

Le comité de direction d’Alpine est renforcé avec l’arrivée de quatre nouvelles directrices : Marine Le Bihan, directrice qualité ; Bénédicte Lenguin, directrice juridique ; Anne-Catherine Basset, directrice industrielle et manufacture et Soizic Pebereau nommée au poste nouvellement créé de directrice sponsoring et partenariats.

Nominations

Face au casse-tête de la préservation de la mobilité des Français, les préconisations de Mobilians

Le "leasing social" du candidat Emmanuel Macron est très loin du compte pour traiter la question du renouvellement du parc automobile français. Le retour du réel pourrait être brutal. Xavier Horent, délégué général de Mobilians et Marc Bruschet, président de la branche concessionnaires de Mobilians ont présenté lors d’une conférence de presse une solution d’accompagnement qui tient compte des données réelles.

Marchés

Catégorie Constructeurs

Le groupe Renault a remboursé la moitié de son PGE

Le prêt garanti par l’Etat souscrit par le groupe Renault a été remboursé par anticipation à hauteur de 2 milliards d’euros et Renault a annoncé la semaine dernière qu’il en remboursera la totalité "au plus tard fin 2023".

04/08/2022