Publicité
Marchés - 13/05/2022

L'Opep abaisse de nouveau ses prévisions pour le marché pétrolier

(Reuters) - L'Opep a revu à la baisse jeudi sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole pour cette année, comme elle l'avait déjà fait le mois dernier, pour intégrer l'impact de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, de l'inflation et de la résurgence de l'épidémie de COVID-19 en Chine.

L'Opep abaisse de nouveau ses prévisions pour le marché pétrolier

L'Opep a revu à la baisse jeudi sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole pour cette année, comme elle l'avait déjà fait le mois dernier, pour intégrer l'impact de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, de l'inflation et de la résurgence de l'épidémie de COVID-19 en Chine. /Illustration diffusée le 14 avril 2020/REUTERS/Dado Ruvic

Auteur : Reuters

Partager cet article

Dans son rapport mensuel, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole estime que la demande mondiale de brut augmentera de 3,6 millions de barils par jour (bpj) cette année, soit de 310.000 bpj de moins que prévu en avril.

La guerre en Ukraine continue de favoriser l'envolée des cours du brut, qui ont brièvement dépassé 139 dollars en mars, leur plus haut niveau depuis 2008, alimentant les tensions inflationnistes. Parallèlement, l'Opep estime que la Chine, en raison des récents confinements stricts mis en place pour enrayer la diffusion du coronavirus, est confrontée à son pire "choc de demande" depuis 2020.

Le baril de Brent s'échangeait à près de 106 dollars jeudi, en hausse de 36% depuis le début de l'année.

"La demande en 2022 devrait souffrir de l'évolution en cours de la situation géopolitique en Europe de l'Est ainsi que des restrictions liées à la pandémie de COVID-19", déclare l'Opep dans son rapport.

L'organisation estime néanmoins que la consommation mondiale de pétrole devrait dépasser 100 millions de bpj au troisième trimestre et qu'en moyenne sur l'ensemble de 2022, elle devrait être supérieure à son niveau de 2019, avant la pandémie.

L'Opep et ses alliés (dont la Russie), regroupés au sein du groupe informel "Opep+", augmentent progressivement leur production, qu'ils avaient réduite depuis le début de la crise du coronavirus. Mais ils ont ignoré jusqu'à présent les appels occidentaux en faveur d'une hausse plus rapide des pompages, qui pourrait freiner celle des cours.

Lors de leur dernière réunion en date, les pays de l'Opep+ ont ainsi confirmé leur intention d'augmenter leur production globale de 432.000 bpj en juin.

En avril, selon le rapport mensuel, la production de l'Opep a augmenté de 153.000 bpj à 28,65 millions de bpj, une hausse inférieure à celle de 254.000 autorisée par l'accord Opep+.

Plusieurs pays peinent en fait à tenir leurs objectifs en raison du manque d'investissement de ces dernières années.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Aucun commentaire, soyez le premier à participer !

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 13/05/2022

Thyssenkrupp relève ses prévisions annuelles pour 2022

(Reuters) - Thyssenkrupp a relevé mercredi ses perspectives de chiffre d'affaires et de bénéfice d'exploitation pour 2022, mais a revu à la baisse ses prévisions de flux de trésorerie disponible, en raison d'une hausse des prix de vente et du coûts des matières premières.

Equipementiers

L’occasion bon marché est rare, donc l’occasion bon marché est chère

Pendant que le pricing power bat son plein dans la vente de véhicules neufs, les tarifs des véhicules d’occasion alimentent le taux d’inflation à un rythme effréné. Après plus de deux ans de pénurie, le marché des véhicules d’occasion est, lui aussi, impacté avec une offre de plus en plus restreinte et des concessionnaires américains qui n’hésitent plus à présenter des modèles affichant 300.000 km ou plus (200.000 miles) sur leur parc occasion.

Analyse

Marc Bruschet (Mobilians) : "Nous devons nous préparer à un marché VP à 1,4 million d’unités"

Fin connaisseur du marché automobile français, Marc Bruschet patron d’un groupe de distribution installé dans le sud-est de la France et président de la branche concessionnaire de Mobilians (ex-CNPA) estime que les chiffres du premier quadrimestre mettent les immatriculations sur une tendance à 1,4 million de VP pour l’année 2022. Sans mesures de soutien, cette situation risque de conduire à "des ajustements d’effectifs" conséquents dans la filière aval.

Marchés

Catégorie Marchés