Publicité
Constructeurs - 13/05/2022 - #Renault

Le pôle électrique de Renault pourrait rassembler 10.000 salariés en France

(AFP) - Le pôle électrique de Renault en France et son pôle thermique à l'étranger devraient compter chacun 10.000 salariés à horizon 2023, soit environ un cinquième de son effectif au niveau mondial, a indiqué le groupe jeudi.

Le pôle électrique de Renault pourrait rassembler 10.000 salariés en France

Le pôle électrique de Renault en France et son pôle thermique à l'étranger devraient compter chacun 10.000 salariés à horizon 2023.

Auteur : AFP

Partager cet article

A l'image de Ford, qui va rassembler ses activités électriques sous l'appellation "Model e", Renault avait annoncé en février réfléchir à une séparation de ses activités électrique et thermique "afin d'en renforcer l'efficacité et la performance opérationnelle".

La marque au losange devrait présenter les conclusions de ces réflexions aux investisseurs à l'automne 2022 mais Renault a donné dès jeudi dans un communiqué quelques précisions sur l'envergure de chacun de ces pôles. Le groupe comptait en 2021 157.000 salariés dans le monde (dont 45.000 en Russie, que le groupe cherche à quitter depuis le début de la guerre en Ukraine).

L'entité autonome "Véhicules Électriques et Software" comprendrait les activités françaises d'ingénierie (une partie du Technocentre de Guyancourt, le Renault Software Lab, le site de Lardy (Essonne) et d'autres sites à l'étude en Île-de-France), d'industrie (les trois usines de son ElectriCity ainsi que celle de Cléon, dans le nord), ainsi que les fonctions support liées à ces activités.

Une autre entité rassemblerait ses activités et ses technologies de moteurs et transmissions thermiques et hybrides basées hors de France, avec ses usines de moteurs espagnoles, portugaise, turque, roumaine, brésilienne, chilienne, ainsi que des centres de recherche en Espagne, Roumanie, Turquie et au Brésil.

"Renault Group a la conviction que les véhicules thermiques, hybrides et hybrides rechargeables bénéficient de perspectives et de débouchés de long terme importants en Europe mais aussi sur les marchés internationaux", a souligné le groupe français. Il a "pour objectif de renforcer le potentiel de ses technologies mais également de contribuer au développement des carburants à faibles émissions, GPL... et de créer ainsi un leader mondial Powertrain (moteurs) au service de l'industrie automobile".

Des consultations sur ces études "sont menées avec l'ensemble des fonctions concernées au niveau du groupe et dans les pays impliqués" et "le développement de ces réflexions stratégiques se poursuivra dans le dialogue social", a souligné le groupe, alors qu'un premier débrayage avait touché le centre technique de Lardy en février, le syndicat CGT dénonçant des délocalisations à venir.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Renault en plein pôle dance !
;0))

Lucos , Le 13/05/2022 à 12:56

Et il y a combien de salariés du groupe Renault qui travaillent sur les propulseurs thermiques actuellement ?
A comparer aux 10 000 sur l'électrique dans seulement 18 mois...

Clerion , Le 13/05/2022 à 13:13

Ben déjà à Cléon, ya Popôle...
;0))

Lucos , Le 13/05/2022 à 14:29

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 13/05/2022

Thyssenkrupp relève ses prévisions annuelles pour 2022

(Reuters) - Thyssenkrupp a relevé mercredi ses perspectives de chiffre d'affaires et de bénéfice d'exploitation pour 2022, mais a revu à la baisse ses prévisions de flux de trésorerie disponible, en raison d'une hausse des prix de vente et du coûts des matières premières.

Equipementiers

L'Opep abaisse de nouveau ses prévisions pour le marché pétrolier

(Reuters) - L'Opep a revu à la baisse jeudi sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole pour cette année, comme elle l'avait déjà fait le mois dernier, pour intégrer l'impact de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, de l'inflation et de la résurgence de l'épidémie de COVID-19 en Chine.

Marchés

L’occasion bon marché est rare, donc l’occasion bon marché est chère

Pendant que le pricing power bat son plein dans la vente de véhicules neufs, les tarifs des véhicules d’occasion alimentent le taux d’inflation à un rythme effréné. Après plus de deux ans de pénurie, le marché des véhicules d’occasion est, lui aussi, impacté avec une offre de plus en plus restreinte et des concessionnaires américains qui n’hésitent plus à présenter des modèles affichant 300.000 km ou plus (200.000 miles) sur leur parc occasion.

Analyse

Marc Bruschet (Mobilians) : "Nous devons nous préparer à un marché VP à 1,4 million d’unités"

Fin connaisseur du marché automobile français, Marc Bruschet patron d’un groupe de distribution installé dans le sud-est de la France et président de la branche concessionnaire de Mobilians (ex-CNPA) estime que les chiffres du premier quadrimestre mettent les immatriculations sur une tendance à 1,4 million de VP pour l’année 2022. Sans mesures de soutien, cette situation risque de conduire à "des ajustements d’effectifs" conséquents dans la filière aval.

Marchés

Catégorie Constructeurs

Sandouville : la Cour de cassation remet la CGT à sa place

En mai 2020, la CGT avait obtenu d’un juge de première instance la fermeture de l’usine de Sandouville au mépris du droit comme vient de le confirmer la Cour de cassation. La CGT n’avait pas qualité à agir puisqu’elle ne contrôle pas l’instance de représentation des salariés de l’usine de Sandouville.

24/05/2022