Publicité
Constructeurs - 28/04/2021

La CGT fait monter la tension à la Fonderie de Bretagne, Renault appelle au calme

Depuis mardi matin, des salariés CGT de la Fonderie de Bretagne retiennent sept membres de l'entreprise au sein du site de Caudan pour protester contre le projet de vente du site.

Auteur : Florence Lagarde
Directrice de la rédaction et Directrice de la publication

Partager cet article

Les salariés CGT de la Fonderie de Bretagne sont passé du blocage de l'usine à la retenue de sept membres de la direction au sein du site de Caudan.

Une centaine de salariés sur les 300 que compte le site ont commencé la journée de mardi 27 avril par un blocage de l'usine. Ils ont ensuite décidé de retenir les membres de la direction. Sept personnes étaient retenues mardi soir selon Renault qui  "condamne fermement ces agissements" et a appelé dans un communiqué à "la levée du blocage et à un retour au calme immédiat". 

"L'équipe du matin a voulu rencontrer le directeur de l'usine mais aucune discussion n'est possible et elle a décidé de ne pas reprendre le travail. Malheureusement on a dû en arriver là alors qu'hier on bossait, c'est eux qui nous ont poussé à bout", a dit à l'AFP Eric Blanchier, élu CGT.

"On bloque la production et l'expédition des pièces", a dit à l'AFP Maël Le Goff, secrétaire général CGT de l'usine. "On veut une discussion franche et ferme avec la direction de Renault et la préfecture".

Cette "séquestration" intervient le lendemain de l'annonce par le gouvernement de la création d'un "Fonds fonderie" auquel Renault et Stellantis apporteront chacun 10 millions d'euros pour accompagner la reconversion des salariés de la filière fonderie qui est l'une des premières à subir l'impact de la transition énergétique. Installée près de Lorient depuis 1965, la Fonderie de Bretagne fabrique des bras de suspension, des collecteurs et coudes d'échappement, ainsi que des différentiels de boîte de vitesse. 

Dans le cadre de son plan d'économies, le groupe Renault a mis en vente la Fonderie de Bretagne pour en assurer la pérennité. Le constructeur confirme que "la recherche d’un repreneur suit actuellement son cours afin de maintenir les activités du site et d’assurer la pérennité des emplois". Pas sûr que ce type de comportements serve la recherche d'un repreneur.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Tous des fondus à la CGT..
;0)

Lucos , Le 28/04/2021 à 09:35

Blocage et séquestrations, retour aux fondamentaux pour la CGT.
Mais est-ce que ca a, ne serait-ce que parfois, l'effet escompté, ou ca sert juste de défouloir?

Arnaud C., Le 28/04/2021 à 09:48

Tout est dans la conclusion de Florence.
Les combats d'arrière garde ne mènent qu'à la fermeture, alors qu'il faudrait uniquement du réalisme.
;0)

Lucos , Le 28/04/2021 à 10:39

Y zon voté quoi les CGTistes ? EELV ?
Faut réfléchir les gars avant de voter !
Ah, vous n'êtes pas allé voter ?
Fallait y aller les gars.

Bruno Haas, Le 28/04/2021 à 11:53

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 28/04/2021

Au Brésil, Fiat présente le nouveau pick-up Toro, et "tease" son futur SUV

Troisième constructeur brésilien derrière GM et Volkswagen l’année dernière, Fiat s’est emparé du leadership sur le premier trimestre 2021, avec 20,5% de parts de marché, profitant de la bonne santé relative du marché des VUL qu’elle domine très largement. Anticipant néanmoins une forte réaction de la concurrence dans la catégorie, Fiat propose un Toro profondément rénové, avec un nouveau moteur inédit particulièrement performant et un contenu technologique inédit. Le constructeur italien prépare également son offensive prochaine sur le VP révélée par le teasing de son futur SUV urbain.

Constructeurs

Catégorie Constructeurs

FO annonce la mise en œuvre de l’accord de transfert de l’activité de Choisy

Syndicat majoritaire sur le site de Choisy, FO a pris le parti d’entrer très vite dans la négociation plutôt que de laisser s’installer colère, angoisse et lassitude chez les salariés. Les négociateurs ont obtenu un accord qui permet aux salariés de choisir entre une mutation à Flins, l’intégration d’un autre site de Renault ou quitter l’entreprise. Dans tous les cas ils seront accompagnés. Samir Slim qui a mené ces discussions nous raconte comment elles se sont déroulées.

12/05/2021

Nissan voit son redressement freiné par la crise des semi-conducteurs

(AFP) - Le constructeur automobile japonais Nissan a dit mardi s'attendre à un résultat net de nouveau négatif lors de son nouvel exercice 2021/22 entamé le 1er avril, en citant notamment la pénurie de semi-conducteurs et le renchérissement des matières premières.

12/05/2021

Renault : les syndicats dénoncent des "départs contraints" déguisés

(AFP) - Les syndicats CGT, CFDT, CFE-CGC et SUD du centre technique de Renault à Lardy (Essonne) ont dénoncé lundi la "pression de plus en plus importante mise sur les salariés pour les pousser au départ" alors que la direction s'était engagée sur un plan de départs volontaires.

11/05/2021

Volkswagen poursuit sa reprise, malgré la pénurie de puces

(AFP) - Le constructeur automobile Volkswagen a renoué au premier trimestre 2021 avec son rythme de croissance d'avant la pandémie, malgré la persistance de la crise sanitaire et "les effets légers" de la pénurie de puces électroniques, qui devraient être "plus significatifs" au deuxième trimestre.

07/05/2021