Publicité
Publicité
Constructeurs - 11/10/2022 - #Renault , #Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi , #Alpine , #Geely , #Mitsubishi , #Nissan , #Renault Group

Nissan et Renault sur le point de rééquilibrer leur "Alliance"

Par AFP

Nissan et Renault sur le point de rééquilibrer leur "Alliance"

(AFP) - Nissan et Renault pourraient bientôt bouleverser l'"Alliance" qui les unit en procédant à une profonde révision de leurs participations croisées et en donnant un coup d'accélérateur à l'électrique.

Plusieurs médias ont rapporté ce week-end que Renault pourrait réduire sa part au capital de Nissan à 15% contre 43% actuellement.

En contrepartie, le constructeur japonais, qui détient lui-même 15% de Renault, investirait dans "Ampère", la future entité qui réunira en France les activités électriques de Renault.

Lors de la création de l'Alliance en 1999, Renault avait acquis 36,8% du capital de Nissan, au bord de la faillite.

Mais les équilibres ont changé depuis. Le Français affiche désormais une santé fragile, avec des investissements massifs pour électrifier son offre, une montée en gamme accompagnée d'une baisse des volumes de ventes et un bilan alourdi par son retrait de Russie.

Selon une source proche du dossier, interrogée lundi par l'AFP, les négociations sur une restructuration de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, troisième groupe automobile mondial, "accélèrent" même si nombre de points restent à régler.

Renforcer la coopération
Le directeur général de Renault Group, Luca de Meo, est arrivé au Japon ce week-end, officiellement pour accompagner son écurie Alpine au Grand prix de F1 de Suzuka.

Mais Renault et Nissan ont confirmé lundi dans un communiqué commun qu'ils menaient des "discussions sur plusieurs initiatives afin de renforcer la coopération".

Les deux constructeurs ont évoqué un possible "accord autour de plusieurs initiatives stratégiques communes" et "l'intérêt de Nissan d'investir" dans la nouvelle entité électrique de Renault dont les contours doivent être précisés début novembre.

"Nissan investira dans Ampère, c'est sûr" et en deviendra le "deuxième plus gros actionnaire" après Renault, a confirmé à l'AFP une source proche du dossier au Japon.

Les négociations entre Renault et Nissan, qui se prolongent depuis des mois, "accélèrent depuis fin août" et devraient encore s'intensifier d'ici novembre, a précisé cette même source.

Mais il est encore trop tôt pour quantifier l'investissement de Nissan dans Ampère tout comme l'ampleur de la baisse de la participation de Renault dans Nissan, a-t-elle indiqué.

En revanche, une chose semble acquise : Nissan "n'investira pas" dans "Horse", le futur pôle thermique de Renault. Le constructeur français en détiendrait à terme 35% et céderait le reste au chinois Geely et au groupe pétrolier saoudien Aramco, toujours selon cette source.

"Horse" fait l'objet de discussions "très techniques" entre Renault et Nissan, car de nombreuses innovations dans ce périmètre ont été développées conjointement par les deux groupes et le constructeur nippon souhaite obtenir un "juste retour de sa propriété intellectuelle", explique-t-elle.

Bond de +4% de l’action à la bourse de Paris
L'action de Renault, malmenée depuis début 2020, rebondissait lundi midi de plus de 4% à la Bourse de Paris, à près de 32 euros, dans un marché en légère baisse.

Le désengagement partiel de Renault dans Nissan devrait toutefois être réalisé par étapes pour éviter au constructeur tricolore des dépréciations massives, selon la même source à l'AFP. Car actuellement la valeur des actions Nissan est "bien en deçà de leur valeur inscrite dans les comptes de Renault".

Début 2022, l'Alliance avait annoncé un investissement commun de 23 milliards d'euros dans l'électrification, pour arriver à lancer 35 nouveaux modèles électriques d'ici à 2030.

Son rééquilibrage suppose désormais aussi une réforme de sa gouvernance ainsi que la clarification du rôle du troisième membre, Mitsubishi Motors, bien moins puissant que les deux autres.

De nouveaux projets devraient également émerger, portant sur des zones géographiques et des segments de marché spécifiques. Renault doit préciser le 8 novembre à Paris les contours futurs de ses entités électrique et thermique.

Réactions

... "Quand c'est flou . ..c'est qu'il y a un loup" aimait à dire la "grand mère de Martine" !

. . . Horse ? ... espérons que ce ne sera pas un remake de ' la horse sauvage " .... A moins que ce ne soit "horse" comme "cheval de Troie " ?

... " Le constructeur nippon souhaite obtenir un juste retour de sa propriété intellectuelle" donne une indication concernant l'intensité des discussions concernant le dégraffage du "thermique" dessiné par "Luca"...Horsément !

Et évidemment, l'inévitable ! ...depuis quelques temps, en cas de difficultés, les constructeurs font facilement Geely Geely (...).
;0)

P.S. : l'AFP a t elle des nouvelles de Jean Dominique Senard (?)

J'ai tout compris. Merci. Ce que produit Nissan...ne casse pas quatre pattes à un canard ...et souvent la fiabilité est à la traine ! Dans les VE ils ne sont pas des manchots et ils s'améliorent !
Les pingouins à Paris...n'ont pas compris que faire des trois cylindres est une connerie...et font bien de prendre les quatre cylindres de chez Nissan avec des boites CVT...mais cela va être de la vieille histoire de thermique !
Les petits cocos de Nissan America ...doivent bien rigoler à distance en voyant les Alpine de Luca...
Patron c'est encore loin l'Amérique ?

@Ade Airix, Le 11/10/2022 à 09:11

Jean-Dominique qui ?

En tout cas, poster un commentaire à 9:11, je dis bravo.

Concernant la Saint Alliance, je dis... non rien.

@ Bruno
9:11 (nine eleven si vous préférez) à bien des égards une "numérologie" infernale ...
;0)

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Hommage

Rodolphe de Willermin nous a quittés

Rodolphe de Willermin, entrepreneur audacieux, laisse derrière lui un groupe de distribution prospère, dirigé depuis plusieurs années par son fils Henri, un groupe qu'il a fondé en 1973, avec l'acquisition de sa première concession Mercedes.

Marchés

Logistique véhicule : un marché désorganisé et spéculatif, nouveau goulet d'étranglement du marché automobile

L’acheminement des véhicules en concession subit une conjonction de facteurs qui en ont dégradé considérablement le service : capacité de transport en baisse, pénurie de chauffeurs, hausse des coûts, changements règlementaires… Si Stellantis en paye le prix fort en raison d’un changement de prestataire et de système informatique aucune marque n’est épargnée.

Constructeurs - 01/02/2023

Volvo France : des ambitions encore bridées par la capacité à produire

En 2022, les immatriculations de Volvo en France ont été fortement impactées par les pénuries de semi-conducteurs avec un décalage croissant entre les commandes et les livraisons. Le réseau devra encore gérer la pénurie en 2023 avant de se préparer à un objectif de doublement des volumes en 2026. Les explications de Yves Pasquier-Desvignes, Président de Volvo Car France.

Constructeurs - 31/01/2023

Renault abaisse sa participation dans Nissan pour relancer des coopérations

Renault et Nissan ont annoncé hier dans un communiqué commun avoir atteint un accord sur leur coopération future. Celui-ci doit encore être validé par le conseil d’administration de chacun des deux constructeurs. Renault Group neutralise  28,4% de ses actions de Nissan dans une fiducie qui sera chargée de les vendre. L’accord prend acte d’une situation de fait dans laquelle Renault Group ne faisait rien d’une participation qui cristallisait la rancœur de son supposé partenaire…