Publicité
Constructeurs - 31/05/2022 - #Renault , #Volkswagen , #Dacia , #Nissan

Pannes de moteurs Renault : un millier d'automobilistes menacent le groupe de poursuites

(AFP) - Un millier de propriétaires de véhicules Renault victimes de pannes ont lancé un ultimatum au constructeur, le menaçant d'une action collective en justice faute de résolution à l'amiable avant le 5 juin, a indiqué leur avocat mercredi, confirmant une information du Parisien.

Auteur : AFP

Partager cet article

Leur conseil, Me Christophe Lèguevaques, a adressé le 19 mai dernier un courrier sous forme d'ultimatum au groupe, plaidant pour trouver une "solution amiable globale" assortie d'une "négociation, afin d'indemniser rapidement les propriétaires".

"Sans réponse (de Renault) avant le 5 juin", il menace le constructeur français d'une "guérilla procédurale, qui mettra en avant les contradictions du groupe" et contribuera selon lui "à l'obtention de condamnations civiles et pénales".

Sollicité, le groupe automobile n'a pas répondu à l'AFP mercredi soir. Il a indiqué au Parisien être "en cours d'examen" de cette lettre, et promet une réponse dans les prochains jours.

Depuis le mois de janvier, des dizaines de propriétaires de Renault, Nissan, Dacia et Mercedes victimes de pannes menacent le groupe d'une action collective.

Ils sont des milliers à être entrés en contact via un groupe Facebook, et ont baptisé leur action "Motorgate", en référence au scandale "Dieselgate" des moteurs Volkswagen truqués.

Leur avocat, spécialiste des actions collectives, a ensuite été mandaté pour réunir des victimes présumées. D'une vingtaine de personnes en janvier, l'action regroupe désormais 1.109 participants.

Me Lèguevaques dénonce un "comportement délétère" de la part de Renault, le groupe ayant le plus souvent cherché selon lui "à culpabiliser (les usagers) en leur faisant porter la responsabilité de la casse-moteur".

Les voitures équipées de moteurs (essence) 1.2 TCe, fabriqués par Renault entre octobre 2012 et juin 2016, génèrent une surconsommation d'huile, qui augmente les dépenses d'entretien, la pollution, et peut conduire à des casses moteurs entre 65.000 et 125.000 kilomètres, avait affirmé leur avocat.

Renault a confirmé cette surconsommation d'huile sur "une faible partie des modèles". "On a fait du cas par cas", avait souligné un porte-parole de la marque en janvier, "si les clients ont été scrupuleux sur l'entretien, on a eu une prise en charge totale".

D'après lui, 90% des usagers qui leur ont adressé une demande ont pu en bénéficier. Il n'y a par ailleurs pas eu de rappel des modèles concernés, car le moteur "n'est pas considéré comme un élément de sécurité".

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir avait déjà lancé l'alerte en 2019 sur ces moteurs, évoquant 400.000 véhicules concernés en France et d'autres cas en Europe.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Qu'appelle-t-on une surconsommation d'huile ?
Je me rappelle d'un temps pas si lointain où avoir une consommation d'huile de 0.5l / 5000km n'était pas catastrophique. A cette même époque on soulevait assez souvent le capot pour faire les niveaux...

Fred Et Rick, Le 31/05/2022 à 08:37

@ Fred Et Rick, Le 31/05/2022 à 08:37
Le problème est bien plus grave, il y a des casses moteurs sur le 1,2TCE avec très peu de signes avant coureurs.
La presse automobile spécialisée est même catégorique, ils déconseillent fortement d'acheter les véhicules d'occasion équipés de ce moteur malheureusement.
On peut lire par exemple sur Auto-Plus (merci à eux) :
"Des milliers de Renault, Nissan ou Dacia équipées d’un 1.2 TCe ne sont pas à l’abri d’une casse moteur. Pourquoi, que faire ? On vous explique tout.
Tous les modèles concernés appartiennent au groupe Renault (Renault, Dacia, Nissan), sauf de rares Mercedes Citan (dérivé du Kangoo) essence. Ils utilisent le quatre cylindres de 1 197 cm3 appelé 1.2 TCe (code H5Ft, utilisé en interne et sur les forums de discussion dédiés), chez Renault, et 1.2 DIG-T, chez Nissan (code moteur HRA2DDT). Ce bloc, largement répandu, fut au catalogue de 2012 à 2018.
Comment savoir si j’ai un problème ?
Si votre véhicule consomme plus de 0,5 l d’huile pour 1000 km, vous êtes touchés ! Selon Renault, les voitures incriminées sont celles dont le moteur a été fabriqué de 2012, date de son apparition, au 11 mai 2016, date à laquelle, au plus tard, les améliorations ont été appliquées en usine (lire la rubrique : les problèmes identifiés). Attention, il s’agit de dates de fabrication du moteur. En clair, une auto mise en circulation courant juin 2016 peut être touchée.
Potentiellement, toutes les autos à la norme Euro 5 (à vérifier à la ligne V9 de la carte grise) sont affectées, mais aussi les Euro 6. Car les témoignages de certains professionnels, cas concrets à l’appui, et de propriétaires de modèles récents mettent en doute la portée des modifications effectuées.
Comment prévenir la casse sur le 1.2 TCe ?
N’attendez pas de miracle, rien ne permet de « sauver » un moteur touché. Quelques conseils permettent toutefois de limiter les dégâts :
> Surveillez le niveau d’huile. La consommation pouvant dépasser 0,5 l/1.000 km, le carter peut être vidé avant la première révision. Il faut donc effectuer un contrôle tous les 3 000 km maximum.
> Suivez scrupuleusement le plan d’entretien. Et si possible dans le réseau, les prises en charge étant alors plus généreuses, et accordées d’emblée.
Voici la liste des problèmes identifiés. On le rappelle, la fébrilité du moteur peut entraîner sa casse.
L’étanchéité des cylindres
Un problème de segmentation est à l’origine d’une surconsommation d’huile. En cause, une dureté insuffisante des segments de piston et un différentiel de pression trop important. A terme, risque d’encrassement des soupapes, voire de moteur HS (6 000 €), dès 50 000 km. Certains blocs ont d’ailleurs été remplacés sous garantie.
Une reprogrammation est prévue par Renault pour réduire le différentiel de pression entre le collecteur d’admission et le bas du cylindre, et donc le risque d’aspiration de l’huile (le réglage initial du calculateur d’injection est qualifié d’inadéquat dans des documents internes). Initialement réalisée suite à la plainte d’un client concernant la consommation d’huile, elle a été ensuite effectuée systématiquement dans le réseau lors de la révision des 30 000 km (sans en informer le propriétaire).
En parallèle, adoption d’une qualité supérieure de chromage des segments. Problème, certains tests réalisés en interne mettent en avant une consommation d’huile allant jusqu’à 0,3 l/1 000 km sur des autos bénéficiant des nouveaux segments.
La chaîne de distribution
Elle se détend ou devient bruyante, avant Le carter de chaîne peut alors afficher des traces d’usure dans sa partie supérieure. Plusieurs causes possibles. Les documents internes Renault-Nissan évoquent le tendeur de chaîne et/ou une vibration du décaleur d’arbre à cames, due à un niveau d’huile trop bas. Vibration elle-même à l’origine de l’allongement de la chaîne. Dans quelques cas, une défaillance de la pompe à huile est aussi évoquée.
Attention, la chaîne de distribution pourrait être incriminée à tort en cas de mauvaise compression, notamment si la surconsommation d’huile n’a pas été détectée ou signalée parle client.
Les soupapes
Cas de fusion de soupape d’échappement. En cause, la calamine provenant de la soupape d’admission qui passe entre le siège et la soupape d’échappement, entraînant une perte d’étanchéité et/ou s’enflammant lorsque le piston arrive à son point de compression maximum. Là encore, l’origine du problème vient du défaut de segmentation, générant une accumulation d’huile. Plus rarement, les joints de queue de soupape sont défectueux.
Autre souci : le détecteur de cliquetis, un défaut non résolu du capteur de cliquetis entraînant l’apparition du phénomène d’autoallumage. Sur ce point, les documents internes de Renault indiquent une détection moins bonne sur les cylindres 1 et 4, situés plus loin du capteur. Cependant, d’autres professionnels hors réseau et des tests réalisés en interne incriminent le cylindre 3, sur lequel la détection ne se ferait pas.
Faute de barème gravé dans le marbre, chez Renault tout se traite au cas par cas. Lorsque le moteur est à changer, la marque accorde en général de 70 à 90% de prise en charge entre 40 000 et 70 000 km, si l’entretien a été réalisé selon les préconisations, et dans le réseau. En cas de dépassement des échéances, c’est souvent plus compliqué… Au-delà de 100 000 km, les documents internes Renault excluent le remplacement du moteur, même lorsque la consommation d’huile excède 0,5 l/1 000 km."

Clerion , Le 31/05/2022 à 08:47

Merci Clerion pour toutes ces informations.
Et oui 0.5l/1000 c'est énorme. Même sur mon Wankel je n'y étais pas, c'est dire !
En résumé ce moteur est de la daube en boite ! 5 ans de développement (au bas mot) et 4 ou 5 de plus pour gérer le problème... Quelle réactivité !
Faut dire qu'à l'époque, leurs ingénieurs devaient être en train de "gérer" de l'hécatombe des premier 1,5dCi qui explosaient... Sont fort les motoristes de chez Renault. C'est peut-être pour ça qu'il ne veulent plus en faire en cherchant un partenaire (qui lui saurait faire ?) et partir sur l'électrique ?

Fred Et Rick, Le 31/05/2022 à 15:03

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 31/05/2022

Changements au directoire de Mercedes-Benz Bank

Mercedes-Benz Bank annonce la nomination de deux nouveaux directeurs à son directoire : Tobias Deegen est nommé directeur des risques de Mercedes-Benz Bank à compter du 1er juin 2022, succédant à Marc Voss-Stadler et Christina Schenck prend le département finances et contrôle à compter du 1er juillet 2022.

Nominations

Règlementation CO2 : les amendements poussés par T&E

La semaine prochaine les députés européens voteront en séance plénière leur position sur le futur règlement CO2 automobile et camionnette. Dans une lettre ouverte publiée hier et signée par 51 ONG, l’association Transport & Environment pousse pour l’adoption d’un objectif de baisse des émissions de CO2 contraignant en 2027 et la suppression des bonifications Zlev et masse.

Marchés

Catégorie Constructeurs

Le groupe Renault a remboursé la moitié de son PGE

Le prêt garanti par l’Etat souscrit par le groupe Renault a été remboursé par anticipation à hauteur de 2 milliards d’euros et Renault a annoncé la semaine dernière qu’il en remboursera la totalité "au plus tard fin 2023".

04/08/2022