Publicité
Publicité
Constructeurs - 10/10/2022 - #Renault , #Mitsubishi , #Nissan

Renault envisagerait de réduire sa participation au capital de Nissan

Par AFP

(AFP) - Renault, qui possède actuellement 43% du capital de Nissan, pourrait réduire à 15% sa participation dans le constructeur automobile japonais en échange d'une entrée de celui-ci dans sa nouvelle entité électrique baptisée "Ampère", dont il entend garder le contrôle, selon des informations de presse.

"Renault pourrait envisager de réduire sa part jusqu'à ne plus détenir, à terme, que 15% de Nissan", écrivent Les Echos dimanche. "Un montant qui symboliserait un nouvel équilibre avec son partenaire nippon qui détient justement 15% de Renault. Logiquement, Nissan pourrait alors entrer à hauteur de 15% dans la nouvelle société Ampère, dont il faut encore estimer la valorisation exacte".
Interrogé par l'AFP, Renault s'est refusé à tout commentaire.   

Selon Les Echos, Renault, dont l'Etat français possède 15% du capital, pourrait récupérer "jusqu'à 4 milliards d'euros" de la vente de ses titres Nissan, qui n'a pas de droit de vote chez le constructeur français, poursuit le quotidien économique français.
Afin de ne pas déstabiliser brutalement les marchés, les deux partenaires "réfléchiraient à la mise en place d'un trust qui organiserait, sur le temps long, la baisse de la part de Renault, en fonction de paliers de valeurs prédéfinis", assure-t-il encore.
"La transaction, en cas d'accord, pourrait être annoncée dès novembre", assurait pour sa part vendredi le Wall Street Journal, en citant des sources "au coeur des discussions".   

"Renault avait dit qu'il annoncerait  le montage lié aux filialisations de ses activités lors de son +capital market day+ prévu à l'automne. Celui-ci est finalement programmé le 8 novembre, la veille des résultats semestriels de Nissan", soulignent Les Echos.
L'agence Agefi-Dow Jones et le Wall Street Journal indiquent également que Renault, qui traverse une mauvaise passe financière, prévoit de détenir au moins 51% de la future entité de production de véhicules électriques "Ampère".   

Fin 2018, alors que la relation semblait déjà déséquilibrée entre Renault et Nissan à l'avantage du groupe français au sein de l'Alliance que les trois entreprises forment avec Mitsubishi Motors, la chute du patron emblématique Carlos Ghosn avait provoqué une grave crise de confiance entre les deux partenaires.
Cet accord pourrait ainsi permettre à Nissan de s'affranchir de l'influence de Renault, ce qu'il tente d'obtenir depuis longtemps.

Réactions

...Une réduction envisagée à la "demande générale" de Nissan ...
Quant au projet de scission élec / thermique ...Les pauvres ... aussi "appétissant" que le démantèlement d'EDF "en marche"
;0)

Voilà un âne qui veut descendre d'une mule fatiguée !
Il y aura de quoi commander du pinard libanais à Carlos Goshn le vigneron !

Avec des si, on mettrait Paris en bouteille...
Mais peu importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse ?

Vente de titres :
1) pour récupérer de l'argent frais
2) pour se débarraser d'une branche malade
3) parce que Renault est en train de se réorganiser et d'être coupé en morceaux selon le secteur d'activité (thermique, électrique, marchés Europe et reste du monde...)
Cocher les options plausibles...

1 et 3 vraisemblablement + à la "demande générale" des gens de Nissan / "alliance bien comprise oblige' ...
;0)

Mouais...
Et si on allait tous seuls vers le futur ??
;0)

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Analyse

La réorganisation commerciale de Stellantis en France peut-elle tirer les leçons du fiasco de celle de la logistique véhicule ?

Depuis 2014, avec un indéniable succès, le management de Stellantis, sous la houlette de Carlos Tavares reprend à peu près tous les dossiers et recherche de manière obsessionnelle l’amélioration de la performance économique du groupe. Grisées par leurs succès, les équipes ne semblent pas voir de limites à l’application des recettes qui, pour l’instant, ont fonctionné à merveille. Pourtant, récemment, la réorganisation de la logistique est venue mettre un bémol. Le doute ainsi créé sur l’infaillibilité des méthodes de rationalisation appliquées en amont mériterait sans doute de rester dans les esprits s’agissant du dossier de la distribution. Les réorganisations du commerce annoncées la semaine passée indiquent qu’il n’en est rien.

Constructeurs

Automobile : le Chinois Nio se frotte au marché allemand

(AFP) - Arrivée en Europe l'an dernier, la marque chinoise de voitures électriques Nio s'est lancée vendredi en Allemagne où elle veut concurrencer, sur leur terrain, les puissants constructeurs nationaux engagés dans une mutation radicale vers l'automobile électrique et connectée.

Constructeurs - 01/02/2023

Volvo France : des ambitions encore bridées par la capacité à produire

En 2022, les immatriculations de Volvo en France ont été fortement impactées par les pénuries de semi-conducteurs avec un décalage croissant entre les commandes et les livraisons. Le réseau devra encore gérer la pénurie en 2023 avant de se préparer à un objectif de doublement des volumes en 2026. Les explications de Yves Pasquier-Desvignes, Président de Volvo Car France.

Constructeurs - 31/01/2023

Renault abaisse sa participation dans Nissan pour relancer des coopérations

Renault et Nissan ont annoncé hier dans un communiqué commun avoir atteint un accord sur leur coopération future. Celui-ci doit encore être validé par le conseil d’administration de chacun des deux constructeurs. Renault Group neutralise  28,4% de ses actions de Nissan dans une fiducie qui sera chargée de les vendre. L’accord prend acte d’une situation de fait dans laquelle Renault Group ne faisait rien d’une participation qui cristallisait la rancœur de son supposé partenaire…

Constructeurs - 31/01/2023

Suzuki aura 5 modèles électriques en Europe en 2030

Avec 2,97 millions de voitures vendues dans le monde en 2022, Suzuki a réalisé une croissance de plus de 7% sur un an mais est en recul de 11% par rapport à 2019. La marque prévoit d’avoir 5 modèles électriques en Europe en 2030 qui pèseront 80% de son mix, contre 20% au Japon et 15% en Inde.