Publicité
Constructeurs - 09/12/2020

A Hambach, berceau de la Smart, un 4x4 britannique va succéder à la mini-citadine allemande

(AFP) - La fin d'une longue histoire et le début d'une nouvelle ère: le géant britannique de la chimie Ineos a racheté lundi soir à l'allemand Daimler le site mosellan de la Smart à Hambach pour y produire son 4x4 Grenadier.

Auteur : AFP

Partager cet article

Ineos et Daimler, propriétaire des marques Smart et Mercedes, ont officialisé mardi dans des communiqués la transaction, confirmée auparavant à l'AFP par une source proche de la direction.

"Cette acquisition est la plus grande étape à ce jour dans le développement du Grenadier", a expliqué Dirk Heilmann, patron d'Ineos Automotive.

"Nous avons trouvé, avec Ineos Automotive, un acheteur déterminé à mener le site de Hambach sur la voie du futur", a déclaré Jörg Burzer, responsable de la production chez Mercedes.

Ineos rachète avec ce site le berceau de Smart, dont l'histoire remonte au 27 octobre 1997. Le chancelier allemand Helmut Kohl et le président français Jacques Chirac l'ont alors inauguré en grande pompe - mais sans la photo pour l'histoire réclamée par la presse, les deux dirigeants s'estimant, l'un trop grand et l'autre trop corpulent pour se glisser dans l'habitacle exigu de la mini-citadine qui avait alors révolutionné le monde de l'automobile.

Vingt-trois ans plus tard, le Covid-19 a eu raison du site historique de la Smart, un concept imaginé par Nicolas Hayek dans l'esprit des montres Swatch qui avaient fait sa fortune.

En juillet, à la sortie du premier confinement, Daimler avait laissé les salariés de Smart abasourdis, annonçant son intention de mettre en vente le site mosellan en raison de difficultés financières liées à la crise sanitaire.

Le groupe allemand avait pourtant investi quelque 500 millions d'euros sur ce site pour permettre la fabrication de Mercedes électriques.

Le comité social et économique (CSE) de l'usine avait donné son accord à la reprise par Ineos, le 12 novembre, et avait dit apprécier "favorablement le projet de cession".

Cette opération devait assurer "la continuité de l'emploi pour les salariés du site de Hambach" même si le CSE estimait que "certains points pourraient être améliorés".

1.300 emplois garantis
Ineos prévoit de produire à Hambach à compter de 2022 son 4x4 Grenadier qui marquera l'entrée du groupe chimique britannique dans le secteur automobile.

De son côté, Daimler s'est engagé à assurer la transition en poursuivant jusqu'en 2024 la production de Smart électriques sur le site ainsi que celle de la face avant du nouveau SUV électrique Mercedes.

L'ensemble des emplois chez Daimler et certains partenaires, soit 1.300 personnes transférées chez Ineos, sont "préservés", selon le constructeur allemand.

Pour quelque 200 autres, notamment chez des fournisseurs, il faut encore "rechercher d'autres projets", a expliqué une source proche du dossier.

Parmi les pistes envisagées : la construction par REC Solar France, filiale du danois REC Group, d'une usine de panneaux photovoltaïques juste en face de "Smartville" avec, à la clef, la création d'ici 2025 de 1.800 emplois. Mais ce projet n'en est pour le moment qu'au stade de la concertation.

La ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, a salué mardi le "travail constructif" ayant amené de "réelles avancées" pour "pérenniser l'activité industrielle sur le site".

Un comité sera créé "très prochainement" pour suivre l'activité et la "charge de l'usine".

Parmi les réserves exprimées à la mi-novembre par le CSE, figurait la motorisation du futur Grenadier, un "véhicule thermique fortement émetteur de CO2" risquant d'être "de plus en plus difficile à vendre à partir de la deuxième moitié de cette décennie".

"Les challenges sont nombreux et nous serons vigilants sur les engagements pris par les parties", "principalement" sur les emplois, a noté Emmanuel Benner, délégué Syndical CFTC.

Dans un communiqué, la CGT avait ainsi demandé au repreneur de "développer d'autres motorisations", estimant que le moteur du 4x4 se trouve "à contre-courant de ce qui se fait dans l'automobile", où les motorisations électriques ont le vent en poupe.

Un partenariat a toutefois été conclu entre Ineos et le sud-coréen Hyundai le 23 novembre afin d'explorer les nouvelles possibilités offertes par la production d'hydrogène et ses applications technologiques. Il pourrait ainsi permettre à Hyundai de fournir sa technologie de piles à hydrogène pour équiper le véhicule d'Ineos.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Comme ce Grenadier ne se vendra pas à hauteur des espérances du constructeur, aucun problème pour la sauvegarde des 1300 emplois qui feront des fers à cheval et des diligences, des charrettes, des carrosses et même le char de Ben Hur.
Les syndicats et le gouvernement resteront "vigilants", c'est bien ça l'essentiel.

Bruno Haas, Le 09/12/2020 à 10:02

... C'est sûr que la "vigilance des précités " va beaucoup aider les salariés d'Hambach à rembourser leurs possibles emprunts dans le futur...
Cela dit la piste hydrogène (avec Hyundai ou un autre ?) mérite d'être suivie et approfondie ...
;0)
;0)

Ade Airix, Le 09/12/2020 à 10:18

1. Le PB d'un franchisseur H² en TT c'est qu'à la première grosse bosse il va falloir demander toute la puissance en boite courte et que la batterie tampon va vite se vider, donc capacités réduite dans le temps au risque de devoir attendre que la pile recharge tout cela. Remarquez que comme personne ne fait de 4x4 avec les 4x4...
2. L'avenir de Hambach se joue sur une discussion de pub en fin de soirée au Grenadier. Même s'il faut admirer ceux qui entreprennent et reconnaitre la puissance financière du groupe INEOS, je pense que cette entreprise est quand même bien risquée à long terme. Il faudra autre chose que l'ersatz du defender.
;0)

Lucos , Le 09/12/2020 à 11:09

J'ai adoré ce matin...un qui parle de faire (indispensable) des chars de Ben Hur !
Mister Clérion attention, vous allez vous faire doubler, les bonnes blagues peuvent se trouver au bon milieu des phrases !
L'autre qui tape fort et j'ai adoré aussi..."Remarquez que comme personne ne fait de 4x4 avec les 4x4...".
C'est bon je suis rassuré pour la journée !!

Durand Pierre, Le 09/12/2020 à 11:37

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 09/12/2020

Marché moto : novembre à -23% !

Après avoir bien résisté à la crise provoquée par le coronavirus, le marché de la moto s’est renversé au mois de novembre, avec une baisse de 23%. Au cumul, il limite la casse à -6% et quelques marques restent en positif.

Moto

Catégorie Constructeurs

Neutralité carbone dans l’industrie automobile, l’exemple de Renault

Comme l’ensemble de l’industrie automobile, le groupe Renault a annoncé un objectif de neutralité carbone. Il est fixé à 2040 en Europe et 2050 dans le monde. Outre l’élimination des émissions de CO2 à l’usage des véhicules, cet objectif nécessite d’agir sur toutes les sources de CO2 indirectes et notamment celles des fournisseurs de matières premières et de batteries.

17/05/2021

Washington demande à Mexico d'enquêter sur une usine de General Motors

(AFP) - Washington a invoqué l'accord de libre-échange Etats-Unis-Mexique-Canada (AEUMC) pour demander à Mexico de déterminer si les droits syndicaux d'employés d'une usine de General Motors avaient été ou non bafoués, a indiqué mercredi la représentante américaine au Commerce (USTR), Katherine Tai.

17/05/2021

Pourquoi Toyota résiste à la crise des semi-conducteurs

(AFP) - Des objectifs dépassés en 2020/21 et une nouvelle croissance anticipée cette année : la pénurie mondiale de semi-conducteurs affecte peu pour l'heure le numéro un mondial de l'automobile Toyota, extrêmement bien préparé à gérer les aléas de production depuis dix ans.

17/05/2021

FO annonce la mise en œuvre de l’accord de transfert de l’activité de Choisy

Syndicat majoritaire sur le site de Choisy, FO a pris le parti d’entrer très vite dans la négociation plutôt que de laisser s’installer colère, angoisse et lassitude chez les salariés. Les négociateurs ont obtenu un accord qui permet aux salariés de choisir entre une mutation à Flins, l’intégration d’un autre site de Renault ou quitter l’entreprise. Dans tous les cas ils seront accompagnés. Samir Slim qui a mené ces discussions nous raconte comment elles se sont déroulées.

12/05/2021

Nissan voit son redressement freiné par la crise des semi-conducteurs

(AFP) - Le constructeur automobile japonais Nissan a dit mardi s'attendre à un résultat net de nouveau négatif lors de son nouvel exercice 2021/22 entamé le 1er avril, en citant notamment la pénurie de semi-conducteurs et le renchérissement des matières premières.

12/05/2021

Renault : les syndicats dénoncent des "départs contraints" déguisés

(AFP) - Les syndicats CGT, CFDT, CFE-CGC et SUD du centre technique de Renault à Lardy (Essonne) ont dénoncé lundi la "pression de plus en plus importante mise sur les salariés pour les pousser au départ" alors que la direction s'était engagée sur un plan de départs volontaires.

11/05/2021