Publicité
Publicité
Constructeurs - 09/12/2020

Uber vend sa division de conduite autonome à la start-up Aurora

(AFP) - Uber va céder sa division spécialisée dans les technologies de conduite autonome ATG à Aurora, une start-up très en vue sur ce secteur considéré comme un des piliers du futur de l'automobile.

Auteur : AFP

Partager cet article

Le montant de la transaction n'a pas été précisé mais selon les termes de l'accord, les deux entreprises resteront liées : Uber investira 400 millions de dollars dans Aurora et en détiendra 26%, tandis que son directeur général Dara Khosrowshahi rejoindra le conseil d'administration de la start-up.

Les employés d'ATG, valorisée à 7,25 milliards de dollars lors d'un dernier tour de table en avril 2019, détiendront eux 14% d'Aurora, précise un communiqué diffusé lundi soir.

Fondée par des anciens de Google, Tesla et Uber en 2017, Aurora est soutenue entre autres par le géant du commerce en ligne Amazon et le fonds Sequoia dans le secteur bouillonnant de la conduite autonome, qui attire entreprises technologiques comme constructeurs et équipementiers traditionnels.

Parmi les derniers développements, Tesla teste par exemple depuis quelques semaines une version améliorée de son logiciel d'aide à la conduite Autopilot, baptisée "Full Self Driving", avec un petit groupe de clients.

Waymo, filiale de Google, a proposé début octobre d'étendre son service de robotaxis, des voitures autonomes sans chauffeur, à Phoenix en Arizona, où l'entreprise teste déjà, depuis 2017, ses véhicules à la pointe du secteur.

Problèmes de sécurité
En acquérant la filiale d'Uber, "Aurora disposera d'une équipe et d'une technologie incroyablement solides, d'un accès clair à plusieurs marchés et des ressources pour mettre en oeuvre sa stratégie", a commenté son co-fondateur et PDG Chris Urmson.

L'entreprise "sera la mieux positionnée pour apporter sur le marché les produits de conduite autonome nécessaires pour rendre le transport et la logistique plus sûrs, plus accessibles et moins chers", a-t-il ajouté.

Le fait qu'elle ne dépende pas d'une entreprise plus vaste "pourrait lui donner un avantage sur les divisions (consacrées à la conduite autonome) intégrées au sein de sociétés technologiques ou automobiles plus grandes", fait valoir Karl Breuer, spécialiste du secteur pour le site iseecars.

Mais elle est aussi parvenue à développer un réseau de partenariat de premier plan, avec des entreprises comme Amazon, Fiat Chrysler, Hyundai et Toyota, ce qui lui permet de partager les coûts, ajoute-t-il auprès de l'AFP.

La filiale d'Uber de son côté a fait face à plusieurs difficultés, dont un accident mortel impliquant un de ses véhicules en 2018 à Tempe, en Arizona.

La voiture testée dans le cadre d'un programme d'essais du système de conduite automatisée développé par la société avait alors percuté une piétonne traversant la route de nuit à côté de son vélo.

L'agence en charge de la sécurité des transports aux Etats-Unis a estimé que la conductrice du véhicule était la principale responsable du choc dans la mesure où elle était distraite par son téléphone portable au moment de la collision.

Mais l'agence a aussi mis en cause le groupe de VTC.

Cet accident, combiné à ceux impliquant des voitures Tesla équipées d'un logiciel d'aide à la conduite, avait en tout cas forcé la plupart des groupes engagés dans cette technologie à réévaluer leurs systèmes de sécurité.

ATG a aussi dû faire face à des poursuites judiciaires engagées par Waymo, qui l'accusait d'avoir volé des secrets commerciaux sur les technologies de conduite autonome.

En combinant l'expertise des deux sociétés, Aurora espère pouvoir accélérer le lancement de ses premières applications de conduite autonome pour les poids-lourds.

L'opération devrait aussi lui permettre de développer plus rapidement ses applications pour les véhicules de transport de passagers, y compris ceux de la flotte d'Uber.

Aurora teste pour l'instant ses inventions dans les rues de la baie de San Francisco, des villes de Pittsburgh et de Dallas.

En se délestant d'ATG, Uber va de son côté pouvoir peut-être parvenir plus rapidement à la rentabilité.

Avant la pandémie, la société basée à San Francisco prévoyait d'atteindre ce graal au dernier trimestre 2020. Au printemps elle a indiqué que cet objectif serait retardé de plusieurs trimestres, à cause de la crise sanitaire.

Le PDG Dara Khosrowshahi table désormais sur de premiers bénéfices en 2021.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Si les bagnoles autonomes ne voient pas qu'on téléphone devant elles maintenant ?
Et à quoi sert la 5G..
;0))

Lucos , Le 09/12/2020 à 11:14

La 5G sers à passer de la 3G à la 4G !!!
Pour ceux qui sont sur la 2G...ne faites pas chier !!

Durand Pierre, Le 09/12/2020 à 11:46

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 09/12/2020

Marché moto : novembre à -23% !

Après avoir bien résisté à la crise provoquée par le coronavirus, le marché de la moto s’est renversé au mois de novembre, avec une baisse de 23%. Au cumul, il limite la casse à -6% et quelques marques restent en positif.

Moto

Catégorie Constructeurs

General Motors confiant pour 2021 malgré la pénurie de puces

(AFP) - Malgré un chiffre d'affaires et des profits en baisse, dus en partie à la pénurie de puces électroniques, General Motors (GM) s'est montré optimiste pour le reste de l'année à l'occasion de la publication de ses résultats trimestriels mercredi.

28/10/2021

Le nouveau HR-V hybride donne à Honda des envies de conquête

Calée entre 0,3% et 0,4% de part de marché, Honda ne court pas après les volumes et maintient en France une présence constante et modeste. Avec le nouveau HR-V hybride (non rechargeable), Honda cible en majorité des clients qui ne sont pas encore dans la marque et en a largement les moyens. Les commandes sont ouvertes pour des livraisons en 2022.

27/10/2021

Volvo Cars réduit la taille de son introduction en Bourse

(AFP) - Le prix de l'action Volvo Cars, qui doit entrer à la Bourse de Stockholm vendredi, a été fixé à 53 couronnes (5,3 euros), a indiqué lundi le groupe suédois, qui annonce par ailleurs réduire la taille de son introduction en Bourse.

26/10/2021