Publicité
Publicité
Equipementiers - 15/02/2021

Bridgestone: cinq mois après l'annonce de la fermeture, le PSE signé

(AFP) - Cinq mois après le choc de l'annonce de la fermeture de l'usine Bridgestone de Béthune employant 863 personnes, syndicats et direction ont signé vendredi le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) prévoyant l'accompagnement des salariés, alors qu'aucun projet de reprise totale du site ne semble émerger.

Auteur : AFP

Partager cet article

Un accord unanime a été trouvé sur les mesures sociales d'accompagnement des salariés de l'unique usine française du géant japonais du pneumatique, implantée depuis 60 ans dans cette ville de l'ancien bassin minier.
"Ce n'est pas une joie parce que l'usine ferme, parce qu'il n'y a pas de repreneur, mais on a obtenu des niveaux d'indemnisation comme on n'en a jamais vus", s'est félicité auprès de l'AFP l'avocat de l'intersyndicale, Me Stéphane Ducrocq.

Des budgets de formation pouvant aller jusqu'à 20.000 euros par salarié "permettent d'espérer que chaque salarié qui aura besoin d'une formation pourra la faire" a-t-il ajouté, rendant hommage aux syndicats qui ont "bossé comme des dingues", au cours de 32 journées pleines de négociations, pour obtenir "la réparation la plus importante possible".

Après une dernière réunion du Conseil économique et social (CSE) le 26 février, le plan sera transmis pour homologation à la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi).
Mi-septembre, l'annonce brutale de la fermeture du site avait assommé les 863 salariés et suscité un branle-bas de combat politique, dans une région déjà éprouvée par la fermeture de deux autres sites de fabrication de pneus : Continental dans l'Oise (683 salariés en 2010) et Goodyear à Amiens-Nord
(1.143 salariés en 2014). 

Projetant la "cessation totale d'activité" à l'horizon du "deuxième trimestre 2021", Bridgestone avait invoqué des "problèmes de marché structurels", une surcapacité de production en Europe et la concurrence des marques asiatiques à bas coûts.

Le gouvernement était rapidement monté au créneau, dénonçant une "trahison de confiance" et une décision "incompréhensible sur le fond", puis accusant le groupe nippon d'avoir "désinvesti" de l'usine de Béthune "en faveur de ses autres sites européens, entraînant mécaniquement un déficit de compétitivité". 
Le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, avait lui dénoncé un "assassinat prémédité".

Le gouvernement avait rapidement proposé un scénario alternatif, promettant la sauvegarde d'environ 500 emplois, grâce à une restructuration et un investissement de 100 millions d'euros. 
Mais le 12 novembre, la direction de Bridgestone avait douché tout espoir, confirmant son intention de quitter le site. Les négociations sur le PSE avaient alors débuté dans un climat de défiance, l'intersyndicale réclamant des garanties et reprochant à Bridgestone de "faire traîner" les discussions. 
   
"A la hauteur" 
Les discussions s'étaient débloquées mi-décembre, avec l'adoption d'une série de mesures d'accompagnement.
Ces mesures comprennent un dispositif de pré-retraite avec prise en charge d'une durée de sept ans et allocation de 75% du salaire brut ainsi qu'un congé de reclassement de 21 à 24 mois, selon la situation des salariés, décrit alors par Me Ducrocq comme étant "à la hauteur du préjudice subi".

Le 21 janvier, les parties ont signé un deuxième accord, "améliorant significativement" les indemnités de départ initialement prévues dans le PSE, selon la direction, pour qui ce plan figure désormais "parmi les plans les plus ambitieux proposés dans la profession dans des situations de ce type". 
Me Ducrocq avait salué "une vraie réussite" et un résultat "sans comparaison possible avec ce que l'on voit habituellement". 
Le PSE comprend d'autres mesures d'aides au reclassement interne et externe, des aides à la mobilité géographique, à la formation et à la création d'entreprise.

Mardi, la direction a annoncé que si la reprise totale de l'usine de Béthune était "peu probable", plusieurs sociétés avaient manifesté leur intérêt pour la création d'un "parc industriel multi-activités".
"Cette solution, qui conjuguerait l'installation de plusieurs projets notamment dans le reconditionnement de pneumatiques et dans le recyclage, pourrait représenter un potentiel de 335 à 485 emplois", selon les dirigeants.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Tout va donc bien chez Pierre Dupont !
(Un cousin de Jo probablement)
;0)

Lucos , Le 15/02/2021 à 15:31

… A propos de vieux pneus … Z'ont pas la main verte dans les Hauts de France, ces temps-ci …
Tout le monde n'a pas la chance de se reconvertir tel le Xavier Mathieu "de base"...
D'autant qu'à ce propos, c'est pas "la ferme des 1000 vaches" qui va relever le niveau de l'emploi … Au moins … en Corrèze "y" gardent le plateau "du même métal" …
;0)

Ade Airix, Le 15/02/2021 à 18:17

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 15/02/2021

Agora Search invite les entreprises du secteur automobile à repenser les pratiques managériales dans le contexte du Nouveau Normal !

Fort d’une enquête inédite sur l’organisation du travail en période de confinement dans le secteur automobile, Agora Search, cabinet de conseil RH, aide les entreprises de la filière à inventer les rôles de leurs "nouveaux managers" dans le contexte du "Nouveau Normal". Explications de Christophe Muyllert, Partner du cabinet Agora Search.

Ressources Humaines

Weproov prévoit une seconde levée de fonds pour attaquer l'Europe en 2022

Weproov, le spécialiste de l’inspection sécurisée et digitalisée, se concentre aujourd’hui sur l’automobile et le marché français, ayant fort à faire avec le déploiement de sa nouvelle offre dédiée aux flottes d’entreprise, Weproov Fleet. Un déploiement en Europe est planifié en 2022, qui sera soutenu par une seconde levée de fonds, nous a dit son CEO Alexandre Meyer.

Services

Scania France dévoile son nouveau centre de préparation

Scania France a créé de nouveaux locaux à Angers, entre son site de production et son siège social. Ces locaux hébergent le CAPS (Centre d’adaptation et de préparation Scania) le SPAD (dédié aux affaires militaires), ainsi que le service cars et bus et Scania IT (prestataire informatique).

Constructeurs

Nissan va moins mal

Nissan -qui cloturera son exercice comptable en mars 2021- a présenté les résultats de son troisième trimestre (oct. Nov. Déc. 2020). Bien que, sur les 9 mois, les résultats soient clairement négatifs, l’amélioration sur le dernier trimestre est nette. Elle est essentiellement attribuable à l’effort mis sur la "qualité des ventes", en Amérique du Nord en particulier. Bien que peu enthousiasmant, cet effort de rationalisation s’avérait nécessaire et est conduit assez efficacement. Cela laisse espérer que, pour Nissan d’abord et pour l’Alliance ensuite, les parts plus offensives des plans dont les alliés se sont dotés puissent prendre rapidement le pas sur le volet très défensif qui prévaut encore.

Analyse

Catégorie Equipementiers

Faurecia fournira à Renault des réservoirs pour véhicules à hydrogène

(AFP) - L'équipementier Faurecia va fournir à Renault des réservoirs destinés à équiper des utilitaires légers fonctionnant à l'hydrogène, l'une des technologies promettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre des véhicules, ont annoncé les deux entreprises françaises vendredi.

22/02/2021

France Relance : le fonds de soutien à l’automobile finance 97 nouveaux projets

Le gouvernement a publié hier la liste des nouveaux projets automobiles financés dans le cadre du plan de relance pour un montant de 95 millions d’euros de subventions. Les projets de ces entreprises témoignent du dynamisme du tissus industriel français. Le fonds automobile dispose encore d’une enveloppe de 366 millions d’euros.

17/02/2021