Constructeurs - 16/09/2020

Greg Kelly, ancien assistant de Ghosn, clame son innocence

(AFP) - L'Américain Greg Kelly, ancien collaborateur de Carlos Ghosn chez Nissan accusé comme lui de malversations financières, a plaidé mardi non coupable à l'ouverture de son procès à Tokyo.

Auteur : AFP

Partagez cet article     

"Je pense que les éléments attesteront que je n'ai pas violé les règles" boursières japonaises, a déclaré M. Kelly à la barre, vêtu d'un costume gris anthracite et masqué comme toutes les personnes présentes dans la salle d'audience en raison du coronavirus.

Son procès, qui a démarré le jour de son 64ème anniversaire, doit durer environ dix mois et intervient près de deux ans après son arrestation au Japon, qui avait eu lieu le même jour que celle de M. Ghosn.

L'ancien grand patron de Renault et Nissan ayant échappé à la justice japonaise, M. Kelly se retrouve en première ligne dans ce procès, au côté du groupe japonais, poursuivi en tant que personne morale et qui lui plaide coupable.

M. Kelly et Nissan sont accusés d'avoir illégalement et sciemment omis de mentionner dans les rapports boursiers annuels du constructeur automobile de 2010 à 2018 une rémunération totale d'environ 9,2 milliards de yens (73 millions d'euros) que M. Ghosn était censé toucher plus tard.

"Je nie les accusations. Je n'ai pas participé à une conspiration criminelle", a insisté mardi M. Kelly.

L'ancien responsable des affaires juridiques de Nissan a reconnu avoir travaillé avec d'autres personnes, en interne comme en externe, sur une façon "légale" de rémunérer davantage M. Ghosn à partir de 2010, pour le dissuader de rejoindre une autre entreprise où il aurait été mieux payé.

Il était dans l'intérêt de Nissan à l'époque de retenir ce "dirigeant extraordinaire" qui avait sauvé le groupe de la faillite et qui "protégeait farouchement son indépendance" vis-à-vis de Renault, a-t-il insisté.

Début 2020, lors de sa première apparition publique à Beyrouth après sa fuite du Japon, M. Ghosn avait réaffirmé avoir été victime d'un "coup monté" de certains responsables de Nissan, qui souhaitaient le faire tomber pour éviter qu'il ne rende l'alliance Renault-Nissan "irréversible", sans pour autant aller jusqu'à fusionner les deux sociétés.

Fautes "intentionnelles"

Les procureurs ont cité mardi un document de 2011 qui d'après eux prouve que Nissan prévoyait de rémunérer M. Ghosn au-delà de son salaire officiel. Ce document indiquait le montant de son salaire déclaré, ainsi qu'un autre montant qui allait "être versé avec certitude à M. Ghosn", selon eux.

Dans une déclaration publiée mardi sur son site, Nissan a souligné avoir mené une "enquête interne robuste et complète" ayant démontré que M. Ghosn et M. Kelly avaient "intentionnellement" commis de "graves" actes inappropriés.

Le groupe a aussi exprimé ses "profonds regrets" pour cette affaire ayant sévèrement entaché sa réputation.

Nissan a déjà payé près de quarante millions de dollars d'amendes aux autorités japonaises et américaines concernant les paiements différés de M.Ghosn.

En février le groupe a porté plainte au civil contre son ancien grand patron, lui réclamant 10 milliards de yens (plus de 90 millions de dollars) de dommages et intérêts.

Partagez cet article     

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Aucun commentaire, soyez le premier à participer !

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 16/09/2020

Le Garac a le vent en poupe

Entre des jeunes toujours attirés par les véhicules à moteur et des entreprises du secteur automobile en recherche continue de jeunes talents, le Garac affiche une rentrée record et de nouvelles formations.

Ressources Humaines

Les dernières évolutions dans les réseaux automobiles

Eden Auto a repris la distribution d'Opel à Mont-de-Marsan ; le groupe Hess a repris le panneau Opel à Nancy ; le groupe Car Avenue a réuni ses deux concessions Peugeot et Citroën de Metz sur un nouveau site ; Nissan a confié le secteur de Dunkerque au groupe Emil Frey ; et de nombreux déménagements de concessions ont été opéré en cette rentrée.

Réseaux

Catégorie Constructeurs

Deux vrais hybrides pour Suzuki avant la fin de l’année

Un break hybride et un SUV hybride rechargeable, assemblés par Toyota, arriveront en novembre prochain dans le réseau Suzuki. Et, au printemps 2021, le séduisant petit 4x4 Jimny arrivera en version utilitaire léger, sans son malus de 3.331 euros !

18/09/2020

Usine Smart : le projet de reprise par Ineos "paraît de bonne tenue"

(AFP) - Le projet de vente de l'usine Smart d'Hambach (Moselle) par Daimler au groupe Ineos "paraît de bonne tenue", a estimé jeudi Agnès Pannier-Runacher, la ministre déléguée à l'Industrie, confirmant que la production de Smart se prolongerait "jusqu'en 2024".

18/09/2020

Luciano Biondo, nouveau joueur vedette dans l’équipe de Luca de Meo

Renault a annoncé la nomination de Luciano Biondo au poste de directeur industriel du pôle électrique et véhicules utilitaires légers du Nord de la France qui comprend les usines de Douai, Maubeuge et aussi celle de Ruitz. S’il accepte le challenge c’est pour "le projet que porte Luca de Meo", nous a-t-il dit.

17/09/2020

Mercedes : Un camion à batteries en 2021, un camion à pile à combustible pas avant 2025

Daimler Trucks a révélé hier un camion à pile à combustible doté de plus de 1.000 km d’autonomie avec un seul plein d’hydrogène liquide. Il prévoit des essais clients en 2023 et un début de production en série "dans la seconde partie de la décennie". En attendant, un poids lourd à batteries électriques sera lancé en 2021, doté de plus de 200 km d'autonomie, et de plus de 500 km en 2024.

17/09/2020