Constructeurs - 20/11/2020

L’accord "transformation des compétences" de Renault validé par les organisations syndicales

FO a été la première à annoncer sa décision de signer cet accord lundi parce qu’il "évite les licenciements". Hier la CFE-CGC et la CFDT ont annoncé qu’elles signeraient l’accord. "C’est une étape importante qui a été franchie, le sujet maintenant est de veiller que son application se passe bien", nous a dit Guillaume Ribeyre, délégué syndical central CFE-CGC.

L’accord "transformation des compétences" de Renault validé par les organisations syndicales

Auteur : Florence Lagarde
Directrice de la rédaction et Directrice de la publication

Partager cet article

Après FO lundi, la CFE-CGC a donné son aval à l’accord de "Transformation des compétences dans les fonctions globales". La signature de ces deux organisations syndicales était déjà suffisante pour valider le texte puisque la majorité se juge sur une représentativité recalculée (contrairement à ce que nous avions écrit par erreur dans un texte précédent). 

Dans cette définition, le poids de chacune des organisations syndicales représentatives (elles sont quatre chez Renault sur le périmètre des 11 établissements Renault SAS qui est celui de l’accord) se mesure en faisant abstraction des résultats obtenus par celles qui n’ont pas dépassé la barre des 10%. C’est ainsi que la CFE-CGC et FO qui totalisent 44,23% des suffrages exprimés (34,05% pour la CFE-CGC et 10,18% pour FO) se retrouvent avec un poids de 50,4% (38,8% pour la CFE-CGC et 11,6% pour FO) quand on mesure les poids respectifs entre ces quatre OS.

Il n’empêche, elles ont été rejointes par la CFDT (26,5% de représentativité recalculée) qui a annoncé qu’elle le signait tout en étant contre … Son DSC Franck Daoût a déclaré à l'AFP qu’il était "toujours opposée à ces suppressions de postes qui n'ont ni queue ni tête". "On reste très sceptique. On prend des risques en faisant partir des gens comme ça. C'est un peu brutal et ça va avoir un impact sur la charge de travail" de ceux qui restent, s'est-il inquiété.

Cet accord dont nous avons détaillé les principaux points dans un précédent article (Renault soumet à l’approbation des organisations syndicales l’accord "transformation des compétences") a été négocié entre le 13 octobre et le 10 novembre.
La CFE-CGC assume la signature de cet accord parce qu’il est assorti d'"un plan d’évolution des compétences" et "évite aux salariés des licenciements via un PSE que la situation de Renault aurait pu justifier : l’ajustement des effectifs négocié est uniquement basé sur des départs volontaires".

Les départs se feront soit dans le cadre d’une dispense d’activité ou d’une rupture conventionnelle collective (RCC) dont le nombre est plafonné à 1.900 personnes.
Quel sera l’accueil des salariés, seront-ils intéressés par ce plan ? "Nous avons construit quelque chose de qualité dans les options. Comment les salariés vont réagir pendant cette période de confinement ? c’est impossible de le savoir", nous a répondu Guillaume Ribeyre, délégué syndical central CFE-CGC. 
"Le compromis obtenu place l’accord parmi les plus avantageux de sa catégorie pour tous les salariés que la CFE-CGC défend, quel que soit leur statut", souligne le communiqué de la CFE-CGC. "Nous avons étudiés plusieurs accords de RCC et nous sommes dans le niveau haut, pas seulement pour les départs", nous a précisé Guillaume Ribeyre.

L’un des points d’amélioration qu’apporte cet accord pour les équipes de Renault concerne la mobilité interne. "Nous étions un peu en retard sur le sujet. Les postes n’étaient pas toujours affichés, les managers pouvaient refuser les mobilités et le fonctionnement était différent d’un site à l’autre. Là, toute personne qui a 2 ans d’ancienneté peut faire une démarche dans son métier ou en dehors. Si le manager du poste auquel elle postule veut la recruter son manager actuel ne pourra pas refuser et nous avons défini les principes des postes affichés jusqu’à un certain grade", précise le représentant de la CFE-CGC.

Outre la mobilité interne, le plan comporte un engagement de 250 recrutements en 2021 sur les métiers d’avenir. Ce n’est pas autant que les 400 recrutements souhaités par l’organisation syndicale, mais l’accord comporte une clause de revoyure au quatrième trimestre 2021 pour regarder ce qui pourra se faire en 2022. Il n’y a pas d’engagement sur un taux d’embauche pour les apprentis à l'issue de leur formation mais le maintien à d’un taux de 5% d’apprentis sur les  années 2020/2021 et 2021/2022.

Si le volontariat permet de respecter le choix des salariés, à l’inverse n’est-ce pas dangereux de voir potentiellement les meilleurs partir ? "15.000 personnes sont dans le périmètre de l’accord et nous avons protégé certaines compétences très importantes avec un peu plus de 4.000 personnes qui sont exclues de la RCC", souligne Guillaume Ribeyre. "La négociation est terminée mais ce n’est qu’une étape. Le sujet important maintenant sera l’application de l’accord", conclut le DCS.

Sans surprise la CGT a annoncé qu'elle "ne signera pas" un accord "de délocalisation de l'ingénierie", a indiqué à l'AFP son délégué syndical central (DCS), Jean-François Pibouleau. L'accord est cependant approuvé à une large majorité de 77% en tenant compte de la signature des trois autres organisations syndicales.
 

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

... Sans grande surprise, bon pronostic de Bruno Haas en lien avec le sens du vote de la CGT .
;0)

Ade Airix, Le 20/11/2020 à 07:52

Le pronostic était facile, faut le reconnaître.

Bruno Haas, Le 20/11/2020 à 10:27

Non, tous les spécialistes ont été lus dans les hautes instances...ou alors ils ont eu peur pour leur pomme et leur dérrière! Les hués de son propre camp des fois font très mal !!

Durand Pierre, Le 20/11/2020 à 11:12

Remarquez que le "on est contre, mais on signe quand même" de la CFDT est assez intéressant comme point de vue...
;0)

Lucos , Le 20/11/2020 à 13:23

Tous des motons chez Berger !
;0)
(A toi Clerion..)

Lucos , Le 20/11/2020 à 13:24

MOUTONS...
Grrrr... , enfin bêêêhh...
;0))

Lucos , Le 20/11/2020 à 13:25

Tiens un truc hors sujet...nous voyons que les cocos teutons super excités de chez VW, commencent a vendre les bijoux de famille..et que le thermique de super luxe ne va pas valoir un pet de lapin sous peu !
Par exemple pour Bugatti, seuls les super cadors qui en on une avec une histoire dérrière ou celles des super stars mortes vont valoir quelque chose aux enchères plus tard !
Tous les particuliers gogos riches qui en on une...les prix seront bientôt à diviser par trois en occasion ! Bonjour l'investissement ! Ils avaient qu'à acheter des Picasso les ignorants !!
Deuxième hors sujet, chez BMW ils relocalisent la production des Mini...eh bien je considère que sont les seuls cousins teutons qui ont un gramme d'intelligence...sinon ils n'aurait jamais fait une i8 qui est un chef-d’œuvre de modernité ! Dans l'hybride rechargeable ils étaient largement en avance... sur Ferrari. Pour ceux-ci, quand même un petit malus sur une SF90, il faut être vachement malin !!
Le père Carlos coté petit malus...est a féliciter avec son coup de 508 de course.
il n'a pas de pétrole mais il a des idées quand il veut !!
Il a intérêt a nous faire un nouveau coupé (il ne touche pas au design de la caisse) RCZ PHEV, sinon nous allons faire la moue !!
Il doit ce dire aujourd'hui, quelle patate chaude l'Alpine !!

Durand Pierre, Le 20/11/2020 à 13:45

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 20/11/2020

BMW va produire le successeur du Mini Countryman en Allemagne

Le successeur du Mini Countryman sera produit en Allemagne, à Leipzig, à partir de 2023, avec des versions thermiques (dont Diesel) et 100% électrique. L'usine assemblera également les batteries. Par ailleurs, BMW a annoncé que tous ses sites allemands auront au moins un véhicule électrique sur leur chaîne d'assemblage d'ici fin 2022.

Constructeurs

Le salon Rétromobile reporté à juin 2021

(AFP) - Rétromobile est maintenu mais reporté de février à juin 2021, ont annoncé jeudi les organisateurs du salon parisien dédié aux voitures anciennes. Toutefois, la traditionnelle vente aux enchères organisée par Artcurial est maintenue le 5 février.

Salons

Volkswagen envisage de se séparer de ses marques italiennes pour financer la voiture électrique, quels sont les risques du pari tout électrique ?

Volkswagen n’en peut plus de vouloir confirmer sa stratégie du tout électrique. Les annonces s’enchaînent avec la fin de la recherche sur les moteurs thermiques en 2026, les développements de logiciels et le déploiement d’un réseau de rechargement en Amérique du Nord, on pourrait se demander ce qui électrise autant Volkswagen. Le Dieselgate a-t-il été un tel électrochoc ou bien la stratégie du constructeur cache autre chose ?

Analyse

Catégorie Constructeurs

Elon Musk devient le deuxième homme le plus riche au monde

(AFP) - Elon Musk, le tumultueux patron du constructeur de véhicules électriques Tesla, est passé devant Bill Gates pour devenir le deuxième homme le plus riche au monde, selon le classement des milliardaires de l'agence Bloomberg.

25/11/2020

Tristan Lormeau, DRH France de Renault : "Nous sommes engagés dans une transformation en profondeur"

L’accord "Transformation des compétences dans les fonctions globales" signé la semaine dernière par CFDT, CFE-CGC et FO doit permettre à Renault d’adapter son organisation à un monde en perpétuelle mutation. Il adapte également la manière dont fonctionne le dialogue social au sein de l’entreprise avec des interactions plus fréquentes. Explications avec Tristan Lormeau, DRH France de Renault.

24/11/2020

Avec la nouvelle C4, Citroën veut "se distinguer sans se singulariser"

La formule de Laurence Hansen, directrice du produit et de la stratégie Citroën, pour qualifier la nouvelle C4 nous a plu. Un style différenciant et des suspensions très typées, la C4 est une vraie Citroën et s’enrichit d’une version électrique qui doit peser 15% des ventes en 2021.

24/11/2020