Constructeurs - 06/11/2020

Renault : un plan de départ qui doit motiver des volontaires

Direction et organisations syndicales de Renault terminent la semaine prochaine le cycle de négociations pour déterminer les modalités de départ des suppressions de postes annoncées en mai dernier. Le plan de départ se fera au volontariat avec deux dispositifs : dispense d’activité et rupture conventionnelle collective. FO et la CFE-CGC demandent des améliorations des conditions financières.

Renault : un plan de départ qui doit motiver des volontaires

Auteur : Florence Lagarde
Directrice de la rédaction et Directrice de la publication

Partager cet article

Lors de l’annonce du plan de réduction des coûts de plus de 2 milliards d’euros et de la suppression de 4.600 postes en France, le Président de Renault Jean-Dominique Senard avait dit que ce plan ferait l’objet d’une négociation. Celle-ci a lieu depuis le 13 octobre et sera clôturée par une dernière séance la semaine prochaine, le 10 novembre.

"Quand le plan de d'économies a été annoncé le 29 mai par M. Senard, cela a été un vrai tremblement de terre dans l’entreprise. Pour l’ingénierie tertiaire, il était prévu 800 millions d’euros d’économie et j’ai bien retenu la promesse que ce serait sans souffrance sociale et en concertation avec les partenaires sociaux et les collectivités locales. La négociation, c’est en ce moment", nous a dit Mariette Rih, déléguée syndicale central FO.

Pendant un mois, la direction de Renault et les partenaires sociaux, soit les quatre organisations syndicales représentatives CFDT, CFE-CGC, CGT et FO, se sont vus au rythme d’une réunion par semaine. Objectif : négocier un accord de "transformation des compétences des fonctions globales" qui prévoit d’une part, les propositions faites aux salariés de Renault pour motiver suffisamment de départs (pour que le plan reste au volontariat) et d’autre part, mettre en place des dispositifs d’accompagnement de la transformation des compétences de ceux qui restent.

Une situation délicate pour les organisations syndicales plutôt tournées vers la défense des salariés au sein de l’entreprise que la défense des intérêts de ceux qui partent. "L’accord est composé de deux parties. S’il n’y avait eu que les départs je n’aurais rien négocié. La réalité est là, et le but est qu’il n’y ait pas de licenciement sec", nous a dit Guillaume Ribeyre, délégué syndical central CFE-CGC.

Même analyse pour FO : "Négocier des plans de départs ce n’est pas notre raison d’être. Cependant ce qui est important pour FO et qui était un prérequis est que ce plan de départs se fasse dans une démarche de volontariat. Nous sommes très attachés à ce principe. Nous veillerons à ce que les départs soient vraiment choisis et à faire en sorte que compte tenu du contexte ils se fassent en toute sécurité", nous a dit Mariette Rih.

L’enjeu de ces négociations c’est donc de proposer des indemnités financières suffisantes pour motiver des volontaires et en même temps garder un équilibre pour préserver les ressources de l’entreprise pour investir dans les compétences de demain. "Nous voulons que ceux qui partent soient traités aussi bien que ceux qui restent. Il ne faut pas mettre les moyens uniquement sur ceux qui partent, le plus dur sera pour ceux qui restent. Le but est d’être au bon niveau de motivation financière et d’accompagnement pour que les gens soient intéressés", nous a dit Guillaume Ribeyre.

"Pour FO, il est important de respecter ceux qui choisissent de partir et de bien sécuriser l’avenir de ceux qui restent. Le vrai problème est qu’avec la crise sanitaire, la crise économique, les difficultés du secteur automobile, cela fait beaucoup d’inconnues", souligne Mariette Rih.

Si l’on s’en tient aux propositions concernant les départs. Deux dispositifs seront proposés pour accompagner les salariés : la dispense d’activité (DA) et la rupture conventionnelle collective (RCC). 

Bien connue dans l’entreprise (et dans d’autres, comme le groupe PSA, par exemple) la dispense d’activité est désormais un moyen classique pour organiser les départs en préretraite. Des accords de ce type ont en quelque sorte été quasi permanents ces dernières années (accord de compétitivité de 2013 et accord Cap 2020) et le dernier arrive à échéance le 31 janvier 2021. Cette nouvelle dispense d’activité prendra sa suite avec une mise en œuvre du 1er février au 1er décembre 2021. Ce dispositif concernera l’ensemble des salariés du périmètre de Renault SAS (et pourra être négocié dans les filiales) qui pourront bénéficier s’ils le souhaitent de ce dispositif de DA qui se trouve en fait assez apprécié…

L’indemnité qui sera versée par Renault pendant cette période de dispense d’activité (jusque 3 ans) avant que le salarié puisse faire valoir ses droits à une retraite à taux plein est encore en négociation la direction proposant 69% du brut tandis que les organisations syndicales (CFE-CGC et FO) demandent le maintien à au moins 72% (comme pour la DA actuelle).

L’autre moyen de motiver des départs volontaires ce sera la rupture conventionnelle collective. A la différence de la DA, elle ne concerne pas tous les salariés mais seulement certaines fonctions (les fameuses "fonctions globales"), certains sites (établissements d’Ile de France de Renault SAS avec le Technocentre, Villiers-Saint-Frédéric, Lardy, le Siège et les salariés de l’ingénierie Cléon et Le Mans "dès lors qu’il y a rattachement hiérarchique à une fonction globale") et surtout certaines compétences (les "grises").

Ainsi, il y a désormais chez les "jaunes" (appellation utilisée par Luca de Meo pour parler des équipes Renault), des compétences "bleues", celles qui sont à renforcer dans le cadre de la transformation de l’entreprise et des compétences "grises" celles qui sont en décroissance. Si les "bleues" ont de l’avenir dans l’entreprise, l’évolution du secteur automobile a fait que pour certaines des compétences "grises" l’avenir est plutôt à l’extérieur. C'est dur mais c'est ainsi.

C’est à elles que s’adresse ce plan de rupture conventionnelle collective. Pour autant, pour ne pas grossir les rangs de Pôle Emploi, ce dispositif ne s’adresse qu’à ceux qui auront un projet : un nouvel emploi (CDD de plus de 6 mois ou CDI), un "projet professionnel concret et réalisable" (création ou reprise d’entreprise, par exemple) ou même un départ en retraite non éligible à la dispense d’activité. 

L’intérêt pour le salarié est le package financier qui lui est proposé avec donc en plus des indemnités de licenciement, une indemnité complémentaire (variable selon son ancienneté et dont les montants sont encore en négociation) et si nécessaire un accompagnement (avec même une prise en charge d’un congés mobilité, dont les montants sont encore en négociation).

La direction de Renault propose d’ouvrir ce guichet départ entre le 1er décembre 2020 et le 31 juillet 2021, période que les organisations syndicales (CFE-CGC et FO) souhaitent voir prolonger 2 mois supplémentaires jusqu’au 30 septembre 2021. Les derniers arbitrages auront lieu mardi prochain 10 novembre.

Dans cette phase délicate, les intérêts des sortants et des équipes qui restent seront différents et il faudra que cette première étape se termine pour que l’entreprise puisse se consacrer entièrement à sa transformation. 
"Ce sont les départs qui vont commencer la réorganisation puisqu’il sera difficile de former les gens si on ne sait pas quels sont les postes libres", nous a confirmé Guillaume Ribeyre. "

"Cette négociation a deux objectifs : redimensionner l’entreprise aux volumes, ce qui passe par des suppressions de postes et la transformation de l’entreprise dictée par l’évolution du secteur. C’est très difficile de faire les deux en parallèle", souligne Mariette Rih.

D’où la nécessité d’avoir des conditions financières de départ suffisamment attractives pour que dans cette période délicate chacun y trouve son compte et puisse repartir rapidement sur une trajectoire positive.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Attention les gars il y a ici des trucs hors sujet, zappez les âmes sensibles !! Allons y en avant la prise de tête et les aigreurs d'estomac !
Les modalités de ce plan "massacre" on s'en fout !!
La VÉRITÉ est dans les conséquences...vous allez payer la moitié prix qu'aujourd'hui les voitures fabriquées en Chine (ou dans les pays à bas salaires) par Renault et vous avez avoir le double de chômeurs en France !! Cela va se compter en millions !!
Par contre vous fabriquez en France, mais vous allez payer le prix double et pas la moitié ( par contre un SUV chinois est déjà VENDU dans les concessions du nord de l'Europe à moitié prix pour le même SUV non chinois).
Le copain Carlos fabrique encore quelque chose en France mais vous n'avez pas les moyens de les acheter qu'il a dit dans une interview !
Tout ce massacre ce n'est qu'une question de temps !
Adaptez vous ou mourrez, c'est inéluctable ou pire sans vaccin Covid !!!
Vous connaissez à Paris les quartiers de la mort lent de la mère Hidalgo ??
Et son petit plan de la destruction de 55.000 places de parking et pas une borne de recharge de plus...sauf dans les parkings souterrains payants en double (stationnement e électricité) de ses copains ???
Achetez les actions des concessionnaires d'autoroute et vous gagnez un Loto à chaque fois en dividendes !!
En discussion dans ma tour avec des voisins, une famille s’étripe pour l'achat d'une voiture, à savoir la mère et les enfants sont totalement contre l'achat par le père d'un diesel, (ils se pincent le nez) mais le père est intoxiqué par tous les connards de journalistes de la presse hexagonal de dire à l'unisson qu'il faut acheter du diesel alors que dans deux ou trois ans il ne va pas valoir un pet de lapin à la revente sans compter les frais de pannes hors garantie !!
Le pire c'est la location de toute sorte, surtout pour ceux qui ne savent pas compter, car à la reprise si la caisse est amochée ou rayée c'est le coup de massue sur la tête.
Sortez vos chéquiers les gars, un zigoto du mensuel Automobile nous dit qu'il faut se précipiter il y en a encore quelques diesels à vendre chez certains constructeurs ! Alors que les rogatons qui puent continuent d'être chers. Amen.

Durand Pierre, Le 06/11/2020 à 12:23

Il y a des jours je me demande ce que vous venez faire ici ?
;0)

Lucos , Le 06/11/2020 à 13:25

Dites que ce n'est pas vrai ce qui va arriver chez Renault ?
Pour le reste zappez ...sortez bronzer (attention Covid)...il fait super beau !
Je vous soupçonne d'avoir la prétention de penser qu'il y a que vous qui me lisez !!
Merci de ne pas désespérer la rédaction ( s'ils n'aiment pas ce que j'écris au moins ils ne sont pas abandonnés par moi et leur travail aura servi à quelque chose, à moins qu'ils me le disent) !
Ils sont pour le moins depuis un moment abandonnés de leurs lecteurs habituels, qui en mal ou en bien réagissaient avant !!

Durand Pierre, Le 06/11/2020 à 13:48

Etrange article qui se focalise sur ceux qui s'en vont...Est-ce le rôle d'organisation syndicale que de négocier les départs. Etrange article qui passe sous silence la démarche de la deuxième organisation syndicale chez Renault, la CFDT, qui se bat pour ceux qui restent , par la défense d'un des pans de l'accord qui consiste à défendre la montée en compétence des salariés qui choisissent de rester au sein du groupe, et de construire l'avenir. Par ailleurs comment passer sous silence l'engagement de 250 embauches orientés vers de nouveaux métiers qui feront le "Renault de demain" … C'est l'avenir qui se construit en ce moment chez Renault..

Franck Daout, Le 10/11/2020 à 20:50

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 06/11/2020

Les voitures sont connectées, les constructeurs toujours pas

La mise à jour des véhicules à distance introduite par Tesla commence à se démocratiser chez les constructeurs automobiles maintenant que les voitures sont de plus en plus connectées. Mais la tendance semble soulever plus de problèmes qu’elle n’apporte de solutions. Les constructeurs cherchent toujours un modèle payant pour leurs services connectés et aucune des solutions évoquées ne semble convaincante.

Analyse

Catégorie Constructeurs

General Motors renonce à devenir actionnaire de la start-up Nikola

(AFP) - Le constructeur automobile américain General Motors va bien coopérer avec le concepteur de camions électriques et à hydrogène Nikola mais ne prendra pas de participation dans son capital, contrairement à ce qui avait été annoncé début septembre.

01/12/2020

La Dacia électrique Spring en exclusivité chez E.Leclerc

Les agences de location E.Leclerc proposeront en exclusivité, dès le 1er mars 2021, des Dacia Spring. La voiture électrique "la moins chère du marché européen" sera proposée en location à "un prix d'accessibilité jamais encore atteint".

01/12/2020

Tesla rappelle 870 voitures en Chine pour des problèmes de toit

(AFP) - Le fabricant américain de voitures électriques Tesla va rappeler 870 véhicules en Chine en raison d'imperfections au niveau des toits, dont certaines parties pourraient se détacher, a annoncé vendredi l'autorité de régulation chinoise.

30/11/2020

Sandouville : première usine Renault à désigner un référent LGBT

Rendues publiques récemment, les menaces de mort sur un salarié homosexuel de l’usine Renault de Cléon, témoignent de la nécessité de prendre en compte les discriminations sexuelles dans les sites de production. Fabien Gloaguen, délégué FO de Sandouville se félicite de la nomination d’un référent LGBT dans l’usine.

30/11/2020

Seat inaugure l’hybride rechargeable avec la Leon

La nouvelle Leon, qui était déjà proposée avec des motorisations mild-hybride et au gaz naturel, inaugure le premier moteur hybride rechargeable de la gamme Seat. Il devrait peser un quart du mix de vente de la Leon.

30/11/2020

La C4 électrique va inaugurer le parcours client "sans couture" chez Citroën

Dans une dizaine de jour, il sera possible de configurer sa C4 électrique en ligne et de retrouver son projet en concession sur le configurateur de son vendeur, pour un parcours client "sans couture". Il faudra toutefois attendre deux ans pour que l'ensemble de la gamme bascule dans le nouveau système.

30/11/2020