Constructeurs - 05/01/2021

Tesla prêt à rester dans la course après son ascension météorique en 2020

(AFP) - Après une envolée insolente en Bourse et des livraisons records en 2020, Tesla est en position de force pour une nouvelle année de croissance soutenue même si l'adoption massive de véhicules électriques par les conducteurs n'est pas encore à portée de main.

Auteur : AFP

Partager cet article

"Avoir réussi à faire grimper les ventes de 36% en 2020, quand tous les grands constructeurs voyaient leurs chiffres baisser (à cause de la pandémie), est impressionnant", remarque Karl Brauer du site spécialisé Iseecars. 

L'effet sur les marchés a été colossal: le titre Tesla s'est apprécié de 743% en douze mois de sorte que le groupe vaut désormais environ 700 milliards de dollars à Wall Street, à moins de 70 milliards de Facebook. Tesla est entré en décembre au sein du prestigieux indice S&P 500 après être parvenu à gagner de l'argent pendant cinq trimestres consécutifs.

Mais la confiance des marchés est sans commune mesure avec les ventes du groupe, qui n'a écoulé que 499.550 voitures sur l'année 2020, bien loin des géants du secteur comme Volkswagen et ses 11 millions de véhicules vendus en 2019. 
Les signaux positifs s'accumulent néanmoins pour le groupe dirigé par Elon Musk.

Si le constructeur a parfois eu du mal à fabriquer des voitures à grande échelle, il a appris de ses erreurs, assurent plusieurs spécialistes.
Après avoir rapidement mis sur pied une usine en Chine, Tesla s'attelle à la construction de nouveaux sites près de Berlin et au Texas.
Dans le même temps, sous la férule de son charismatique patron, Tesla continue à fonctionner "presque comme une start-up", souligne Garrett Nelson, analyste du cabinet CFRA: la société n'a pas à gérer de syndicat ou de multiples sites de production et l'échelle de décision est simple, ce qui évite des lourdeurs et lui fait gagner du temps.

"Vu le succès de l'entreprise, il n'y a pas de raison qu'Elon Musk ne puisse pas continuer à gérer son entreprise comme il l'entend et à tenir tête aux forces extérieures", estime M. Brauer.
Après une âpre bataille avec les autorités californiennes qui avaient forcé l'usine de Tesla à fermer au printemps, M. Musk a par exemple obtenu en novembre que ses employés y soient considérés comme des travailleurs essentiels.

Tesla est par ailleurs bien positionné sur plusieurs segments clés du secteur automobile.
Avec un pick-up (camionnette à plateau) et un semi-remorque en cours de développement, le groupe prend ses marques sur le marché des véhicules électriques de transport.
Grâce à sa nouvelle usine à Shanghaï, Tesla est bien implanté en Chine, qui pourrait selon le cabinet Deloitte représenter 49% du marché des véhicules électriques en 2030. 
   
Promesses
Le constructeur avance aussi dans la conduite autonome: son nouveau système de conduite autonome présenté à l'automne "présente encore quelques défauts, comme le fait d'avoir du mal à reconnaitre les zones de chantier, mais ils se rapprochent du but", juge M. Nelson. 
Elon Musk continue par ailleurs de faire des promesses. Tesla s'est notamment engagé à proposer un véhicule électrique à 25.000 dollars d'ici trois ans et à produire 20 millions de véhicules par an d'ici 2030.

Il faut actuellement au moins 37.990 dollars aux Etats-Unis pour le modèle le moins cher du constructeur, qui doit aussi convaincre les consommateurs. 
Selon l'agence internationale de l'Energie, les voitures électriques ne représentaient que 2,6% des ventes mondiales et 1% du parc en 2019.
Mais le potentiel est là selon Deloitte, qui prévoit que les ventes de véhicules électriques passeront de 2,5 millions en 2020, à 11,2 millions en
2025 et 31,1 millions en 2030, ce qui représenterait alors 32% du marché.

Tesla va toutefois devoir rapidement faire face à une réelle concurrence, avec la montée en puissance de jeunes pousses, comme Lucid ou Rivian et des constructeurs traditionnels qui ont récemment accéléré leurs investissements sur le segment des véhicules électriques. 
L'avenir du groupe est aussi fortement lié à M. Musk, qui a tout intérêt à entretenir son succès puisqu'il en détient encore près de 18% mais est aussi accaparé par ses autres sociétés, notamment les fusées SpaceX.

Mais sa performance en 2020 est loin de justifier son ascension météorique en Bourse, selon les experts de JPMorgan: son action, anticipent-ils, devrait valoir 105 dollars fin 2021, contre 705 dollars fin 2020. 

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

M. Rakoto, vite une analyse !

J'avoue que je dois ravaler ma fierté en votant ces bons chiffres... Même si la rentabilité de Tesla reste grandement liée à des bricolages comptables et des crédits CO2.

Il restera à voir comment ils vont gérer un parc qui vieillit, du sav, et une descente en gamme. De même pour le réseau de supercharger, atout énorme mais en sera-t-il autant avec des volumes qui explosent ?

Pour moi, c'est loin d'être encore gagné...

Seb 16S, Le 05/01/2021 à 07:47

D'accord avec Seb 16S.
Je parle de l'arrivée de la vraie concurrence dans l'article précédent.

Bruno Haas, Le 05/01/2021 à 13:09

Ce qui risque de pénaliser le VE, ce pourrait être le manque de batteries et les structures pour recharger rapidement un parc de plusieurs millions d'unités dans la prochaine décennie...

Clerion , Le 05/01/2021 à 13:27

L'utilisation des termes "ascension météorique" par l'AFP serait-il donc subconsciemment prémonitoire ?
Les météores ayant plutôt l'habitude de s'éclater sur quelque chose de plus gros à la fin..
;0)

Lucos , Le 05/01/2021 à 14:43

La météorite Tesla est déjà en morceaux...et vient d'arriver en Inde, avec le même scénario d'un gouvernement ( culotte baissée) qui n'exige plus d'avoir 30% des pièces fabriquées en Inde pour vendre des Tesla chez lui, et un os à ronger pour un "centre" de développement à Bangalore !!
Les chinois ont profond dans le tréfond because bisbilles aux frontières avec l'Inde !
Riz chapati qui rira le dernier !! Le riz jaune se prépare à la guerre et espérons que les carottes ne sont déjà pas trop cuites !
Musk va pouvoir sortir la phase 5 de sa plaisanterie autonome en intégrant dans sa base le dérapage de son 4x4 sur la bouse de vache sacrée indienne et les belles routes du continent, mousson ou pas !
Je me demande si nos spécialistes maison vont un jour réussir à monter dans le train qu'ils ont tout le temps de retard !!

Durand Pierre, Le 05/01/2021 à 15:46

Il est vrai que depuis quelques semaines on n'entend plus les Cassandres qui nous expliquaient inlassablement en 2019 et 2020 la chute inévitable et évidente de Tesla ;)
On peut convenir du fait que la valorisation de TSLA est aujourd'hui abracadabrantesque après avoir été largement sous-évaluée.
Mais Elon Musk délivre incroyablement depuis 2 ans et ses résultats mondiaux sont absolument prodigieux. A tous les niveaux : barrières à l'entrée énormes, engineering et tech embarquée supérieurs, absence de publicité, contexte économique et sanitaire, etc.
Donc tout suit une certaine logique à mon humble avis...

Eric Espinasse, Le 05/01/2021 à 21:19

Nous verrons plus tard que les concurrents de Tesla démontrent un aveuglement et une incapacité à relever le défi technologique et avec des réponses surtout en Europe qui ont du mal a convaincre ! Nous le voyons dans le volume des ventes.
Pire les européens se font même dépasser par les coréens dont la réponse est beaucoup plus cohérente dans les VE.
Beaucoup sur ce site professionnel s'acharnent à mettre la poussière sous le tapis.
Ils ne risquent pas d'être démentis, le grand publique ne les lit pas !!
Ce n'est que du dépit honteux qui s'exprime de leur part !!

Durand Pierre, Le 05/01/2021 à 22:19

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 05/01/2021

Les groupes Lempereur et DMD signent avec MG

Le déploiement de la marque MG se poursuit en France avec la nomination de deux nouveaux investisseurs, les groupes DMD et Lempereur. Ce dernier ouvre une concession MG à Douai mais se développe aussi avec d'autres marques : Mazda à Courrières, Seat-Cupra à Liévin et BMW Motorrad à Arras.

Réseaux

A quel prix les promesses de synergies de Stellantis pourront-elles être tenues ?

Les histoires de fusion acquisition sont un peu comme les histoires d’amour, elles sont beaucoup plus belles et faciles à conter avant qu’elles ne se concrétisent. La suite dure plus longtemps, se déroule plus loin des regards, permet de tenir certaines promesses et conduit à en oublier d’autres. Ainsi, dans la corbeille de mariage du marié Stellantis, il y a, nous assure-t-on, 5 milliards d’euros annuels de synergie qui constituent la justification fondamentale de l’union. Dès que l’on s’inquiète de savoir comment ces milliards seront trouvés, l’histoire change fatalement de nature. Le roman rose l’est un peu moins. Nous y sommes dès 2021 et les suivantes ont peu de chance de nous permettre de retrouver la romance que n’on nous chantait jusqu’à hier.

Analyse

Catégorie Constructeurs

Dacia/Lada : un potentiel de croissance et de marge important

Le rapprochement des marques Dacia et Lada est un projet industriel qui vise à produire l’ensemble de leurs modèles sur une plateforme commune, la CMF-B. Bien que conçu pour le B cette même plateforme permettra à Dacia d’entrer sur le segment C. Les explications de Denis Le Vot, directeur Dacia et Lada.

19/01/2021

Stellantis : les syndicats italiens décrochent un rendez-vous avec Tavares

(AFP) - Carlos Tavares, directeur général du nouveau groupe Stellantis, issu du mariage des constructeurs PSA et Fiat Chrysler, s'entretiendra mercredi avec les syndicats du secteur automobile italien, inquiets de l'impact de la fusion sur l'emploi, a-t-on appris lundi de sources syndicales.

19/01/2021

Kia veut rafraîchir son image avec ses électriques

(AFP) - Kia veut rafraîchir son image pour mieux aborder le virage de l'industrie automobile vers les moteurs électriques et les solutions de mobilité, a annoncé vendredi le constructeur sud-coréen.

18/01/2021

Le plan stratégique du groupe Renault concilie rentabilité et économie verte

A partir de 2025, le groupe Renault aura basculé dans un nouveau modèle économique intégrant une nouvelle approche dans les technologies, l’énergie, les datas, la mobilité. Cette transformation se prépare en deux étapes, le redressement jusqu’en 2023 sera suivi de la rénovation jusqu’en 2025. Ce plan a été présenté par un Luca de Meo inspiré et inspirant, accompagné des dirigeants des marques Dacia/Lada, Alpine et Mobilize.

15/01/2021