Publicité
Publicité
Analyse - 19/11/2020

Utilitaire, Utilitaire, est-ce que j’ai une gueule d’Utilitaire ?

Ça sent la sueur dans la chronique de ce jour. Même si les utilitaires d’aujourd’hui sont de plus en plus rarement dépourvus d’air conditionné et qu’il ne sont pas si éloignés que ça des "VéPés".

Utilitaire, Utilitaire, est-ce que j’ai une gueule d’Utilitaire ?

L'utilitaire selon Porsche : pour les courses.

Auteur : Jean-Philippe Thery

Partager cet article

Je ne m’en rappelle pas les circonstances exactes, mais durant une très courte période, mon père s’est retrouvé à conduire une Renault 4 Fourgonnette vitrée. Probablement lui avait-elle été prêtée pour quelques jours à peine par un garagiste, le temps que son véhicule habituel soit réparé ou tout simplement révisé, parce que je n’ai aucune réminiscence des trajets effectués avec elle.

Toujours est-il qu’avec deux mômes à trimballer dans une voiture dépourvue de banquette arrière, le paternel pourtant piètre bricoleur dut recourir au système D en amarrant par les pieds les deux petites chaises en osier que ses rejetons utilisaient à la maison. De l’auto en question, je me souviens qu’il s’agissait d’une version F4 avec les petits feux arrière ovales de la berline, qu’elle était "bleu petite culotte" comme dirait mes amis brésiliens, et que j’ai trouvé l’installation improvisée très rigolote.

Mais allez savoir avec les souvenirs d’enfant, souvent rapiécés par l’hippocampe -cette zone du cerveau qui stocke la mémoire épisodique- comme le fait Photoshop lorsqu’il substitue les morceaux manquants des vieilles photos dont on lui confie la restauration.

Si le niveau de sécurité passive de l’équipage en question serait aujourd’hui de nature à provoquer un grave malaise chez les inspecteurs d’Euro NCAP, il n’en constituait pas moins un avant-goût de ce qu’on désigne aujourd’hui sous le label de "ludospace".

Mais loin de moi l’idée de considérer mon père comme un inventeur : à l’époque ou les (sales) gosses voyageaient sur les genoux à l’arrière des berlines, en regardant le conducteur de la voiture suiveuse pour mieux lui tirer la langue, il n’était probablement pas le seul à pratiquer ce genre de montage peu recommandable.

A voir les premières photos du Kangoo de 3e génération releasées la semaine dernière par Renault, on se dit que les choses ont décidément bien changé. Si la version utilitaire ne peut renier sa vocation, son mufle et ses optiques ne dénatureraient pas la face avant de l’un des SUV de la marque, avec lesquels il partage d’ailleurs un indubitable air de famille.

Quant au "combispace" -on ne dit plus "ludospace" puisque les services marketing adorent les changements terminologiques- il évoque davantage les anciens monovolumes aujourd’hui quasi-éteints qu’un dérivé de camionnette des familles. Mais c’est surtout à l’intérieur qu’il s’avère le plus difficile de repérer les gènes utilitaires, avec un habitacle qui ferait rougir de jalousie n’importe quel véhicule particulier du segment B d’il y a 10 ans ou moins.

En plus d’une instrumentation complète bien qu’analogique, on note l’écran-tablette multimédias un rien "planté" sur la planche de bord, mais offrant toutes les fonctionnalités connectées qu’on peut attendre de ce type de dispositif, ainsi qu’un volant au look presque sportif avec ses trois branches, dont deux garnies comme il se doit des commandes de l’autoradio et probablement du régulateur/limiteur de vitesse.

Il n’y a donc guère que la position haute du levier de vitesses qui trahisse véritablement les origines laborieuses de l’engin, dont on pourra toujours arguer qu’elle ne diffère guère de celle qu’on trouvait dans la Honda Civic septième génération, y compris dans sa version "type R" la plus débridée.

Et que dire alors du concept "Vision Renndienst" de Porsche ? Quand le constructeur de Stuttgart s’essaye à la camionnette, ça donne un engin au look monovolume futuriste plutôt réussi, virtuellement propulsé par une motorisation électrique à la puissance non annoncée, mais qu’on devine plus que suffisante. Ne croyez pourtant pas que la marque allemande ait pour autant décidé de se compromettre avec le petit peuple, puisque son attitude à l’égard de la catégorie montre implicitement le peu d’estime qu’elle lui porte.

D’abord parce que le show-car s’inspire des rutilants Volkswagen Transporter T1 rouges qu’elle utilisait sur les circuits dans les années 50 ("Renndienst" signifie "service de course" en Goethe dans le texte), dont on reconnaitra volontiers qu’ils bénéficiaient d’un destin beaucoup plus enviable que celui des millions de véhicules-travailleurs subissant au quotidien les affres d’une vie automobile besogneuse.

Mais surtout, Porsche a semble-t-il hésité deux bonnes années avant d’oser révéler l’objet qui existait depuis 2018. De plus, le Vision Renndienst n’est probablement qu’une maquette en résine non fonctionnelle et dépourvue d’intérieur, à une époque où la plupart des constructeurs ont l’habitude de présenter des prototypes en parfait état de marche.

Ce drôle d’exercice nous rappelle au fond la fracture sociale existant entre les altières sportives wurtembergeoises, dont la maison-mère s’autorise une incursion probablement sans lendemain au sein d’une classe à laquelle elle semble en fait vouloir démontrer qu’elle n’appartient pas, et ceux qui constituent le véritable prolétariat de l’automobile, soumis à une vie de dur labeur, quand ils ne sont pas tout simplement maltraités par des chauffeurs occasionnels ne leur vouant pas le moindre attachement.

Nous les avons tous rencontrées, ces véritables bêtes de somme cravachées sans ménagement, et portant sur une carrosserie qu’on soupçonne avoir été blanche sous la crasse, les stigmates des maltraitances infligées à ces véritables esclaves motorisés.

Et pourtant. Je suis le premier étonné de voir se multiplier dernièrement sur certains médias spécialisés des articles consacrés aux Renault Goélette, Peugeot J7 ou même Citroën C15, et plus encore de constater que certains jeunes accros aux Youngtimers remettent en état des Renault Express ou autre Citroën Accadiane. Or, je ne me souviens pas d’un tel engouement pour les véhicules de travailleur lorsque j’étais ado, et que j’assouvissais ma passion naissante pour l’automobile ancienne en lisant pendant les cours les articles d’Auto-Rétro, Rétroviseur et autres Auto-Passion. 

Certes, quelques modèles y faisaient déjà figure d’icône, comme le VW Transporter T1 (encore lui) ou l’incontournable Citroën Type H, parfois improprement surnommé "TUB" par confusion avec son prédécesseur. Mais personne à l’époque n’aurait eu l’idée de commercialiser un kit carrosserie permettant à un modèle récent de ressembler à l’un de ses ancêtres.

Or c’est exactement ce que propose le carrossier Caselani, qui permet ainsi aux amateurs de néo-rétro-prolo de donner la "H Touch" à leur Citroën Jumper, Jumpy ou SpaceTourer. Une excellente idée pour les propriétaires de Food-Truck adeptes de vintage, qui peuvent ainsi s’adonner aux joies de l’huile à friteuse sans craindre de retrouver sur l’asphalte celle du groupe motopropulseur.

Mais ce juste retour en grâce des classes ouvrières automobiles pourrait bien ne pas concerner que le monde de la collection. Il y a en effet bien longtemps que les utilitaires ont montré la voie de ce qui constitue une tendance de plus en plus présente dans l’univers des véhicules particuliers, qui voit substituer progressivement la valeur d’usage à celle de possession.

C’est particulièrement le cas des flottes d’entreprise au sein desquelles 6 véhicules sur 10 appartiennent désormais à des loueurs longue durée, mais c’est aussi de plus en plus vrai chez les particuliers qui sont désormais 4 sur 10 à opter pour une formule de location pour leur véhicule.

Et je vous fiche mon billet que les VUL ne tarderont pas à prendre les devants en matière de propulsion électrique, non seulement parce que celle-ci utilise l’énergie idéale pour les livraisons urbaines dites "du dernier kilomètre", mais aussi parce que nombre d’utilitaires effectuant des parcours répétitifs avec retour systématique à la base possèdent en fait le profil de mission idéal pour rouler en mode Zéro Emissions.

Et puis, il faut bien admettre que la frontière entre Véhicules Particuliers et Utilitaires Légers n’est pas toujours aussi claire que leur classification administrative le laisse à entendre. Prenez les SUV. Selon vous, que signifie le "U" de leur petit nom ? La vocation utilitaire de ces véhicules que certains adorent détester, mais qu’une majorité d’acheteurs de véhicule neuf choisit dans le monde, trouve son origine dans l’après-guerre aux Etats-Unis, quand nombre de Jeep démobilisées se virent affecter la double mission de transport de charge et de troupe familiale par les civils qui les récupérèrent.

Il y a aussi le "Ute", ce pick-up natif d’Australie construit sur une base de berline et disposant dans certaines versions des performances d’une muscle car dont il reprend d’ailleurs la motorisation. A ne mettre dans les mains du livreur de lait que si vous souhaitez recevoir du beurre.

Et puisqu’il est question de pick-up, il me faut bien mentionner le Brésil, où les conducteurs de ce type d’auto arborent plus souvent des Ray-Ban qu’une casquette maculée de peinture. L’un d’entre eux y a même été le véhicule le plus vendu sur ce marché au mois de septembre, répétant l’exploit qu’il avait déjà réalisé durant un trimestre en 2014.

Il faut dire que le Fiat Strada -puisque c’est de lui dont il s’agit- n’a plus guère besoin dans sa version 4 portes double-cabine que d’un couvercle de malle arrière fermant sa benne aux dimensions réduites pour réinventer la berline tricorps. En voilà d’ailleurs un qui illustre parfaitement la tendance voulant que certains utilitaires aient de moins en moins la gueule de l’emploi, et de plus en plus une sacré gueule.

Bon, je peux maintenant vous avouer que ma première "voiture de fonction" fut une Peugeot 305 break tôlé, portant sur les flancs le nom de l’écurie sportive pour laquelle j’ai brièvement travaillé. J’étais bien sûr ravi d’en disposer pour me rendre du petit village varois où je résidais à la ZI ou j’officiais, mais comme elle était passablement rincée, je n’en regrettais guère que l’appétit frugal lorsqu’elle fut remplacée par un 4x4 Lada.

Mais ça ne m’empêche pas d’avoir pu apprécier ponctuellement la conduite des VUL, comme lors de ce déménagement entre amis pour lequel je fus désigné d’office chauffeur officiel du van à châssis rallongé loué pour la circonstance, et que j’ai adoré manœuvrer dans les rues étroites de la périphérie menant les cartons à destination. Les plaisirs de la conduite se nichent parfois là où on ne les attend pas.

D’ailleurs, figurent sur ma "bucket list" des véhicules que je me dois de conduire avant de quitter ce bas monde un 38 tonnes attelé à sa remorque, et/ou un de ces bus transportant des passagers au long court. Si les responsables de marques commercialisant ce genre d’engin et disposant d’une piste d’essai privée me lisent, qu’ils n’hésitent pas à me contacter, ça pourrait faire un article rigolo.

En attendant je vous laisse : j’ai une Alpine A110 à essayer. Oui, je sais, je m’embourgeoise.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Faisons nous plaisir.
Joignons l'utilitaire à l'agréable...
;-)

Clerion , Le 19/11/2020 à 08:00

....Jean Philippe ...pour le détournement de la fameuse réplique qu'il vous soit grandement pardonné...S'agissant de filmographie marquée par l'empreinte de Gabin , citons deux films : Gas oil (que les âmes sensibles se bouchent le nez) et "des gens sans importance" ...une sorte de "drame routier" prenant le relai du "drame paysan" bien avant que Madame Halimi et ses comparses ne descendent dans la rue ...Ceux qui connaissent le film comprendront ..
Sinon
..l'Acadiane (un seul C suffit, Jean Philippe) fruit des amours coupables entre une AK400 et une Diane ...C'etait déjà du upgrading au regard du mobilier intérieur d'une pauvre 2cv fourgonnette ...sans compter la "puissante" motorisation et le bond en C.
Quant au C15 ...se souvenir qu'il fit faire lui aussi un sacré bond en avant au marché des petits VUL jusque là vampirise par la 2Cv et la 4L fourgonnette dans les annes 80 ...Plus de charge utile, le couple du bouilleur mazout et un système de suspension un peu plus évolué favorisant le confort des occupants et de la charge ...tout çà à une époque ou il était plus question de coût d'exploitation que de TCO ..Précédemment la F6 était bien sûr un progrès au regard de la F4 dont il est question dans l'article ...
Et dire que certains godelureaux, aujourd'hui, lui greffent une motorisation
turbo pour en faire une version C15 T16 200 ch ..Fouyaya c'est un peu godzilla, nan? ... rien à voir avec la GTrR quand même !
Allez j'vais vous laisser ...d'autres se chargeront de vous décrire leur inoubliable expérience du fameux combi Vw !
;0)

Ade Airix, Le 19/11/2020 à 08:50

... Mais sans ostraciser ...Bruno doit avoir des trucs à dire sur l'AK 400, l'Acadiane ou le C15 notamment ...
Encore bravo pour la "H Touch'" !...rien à voir avec les "territoires perdus" (quoique) ...
;0)

Ade Airix, Le 19/11/2020 à 09:00

Eh oui dans SUV il y a VU !
Ce nom est totalement galvaudé en Europe alors qu'il correspond aux Pick-up 1T luxe et puissants aux US.
Maintenant dans la série retour vers notre ancien futur..
Les 4L camionnette avec vitres AR coulissantes (j'en ai eu une d'avant l'époque F4/F6) pouvaient recevoir la banquette AR des Berlines qui se fixait latéralement avec 2 pattes en acier et des vis molettes.
Le C15D a été un VU fabuleux car il a été pendant de nombreuses années LE modèle de référence du monde agricole en couplant un prix, un volume, une belle charge utile et surtout une fiabilité remarquable. Les paysans ont eu du mal de le lâcher pour autre chose..
Un gars qui a roulé en Lada de service, ça se respecte...
;0))

Lucos , Le 19/11/2020 à 09:25

Psst..
Dans le jeu de mercateurs de la création des engins divers zet variés avec space à la fin, attention quand même qu'ils ne deviennent pas trop scatospace...
Pour la photo du Kangoo j'aurais plutot mis ; "Oh le Kangoo rouge"
;0))

Lucos , Le 19/11/2020 à 09:44

Et c'est un ancien conducteur de "Space tourer" (de service ou pas) qui le dit ...C'est dire !
;0))

Ade Airix, Le 19/11/2020 à 09:58

Calandre nouveau Kangoo Vs Calandres VW... euh y a pas un peu de plagiat dans l'air...?
A l'école y a des instits qui mettent 0 à la copie du cancre qu'a louché sur la copie du camarade.

Jean Maurice, Le 19/11/2020 à 10:22

L'utilitaire qui transforme le lait en beurre, vraiment exceptionnel!

Pour ce qui est de l'anecdote, j'en ai effectivement une : quand je dirigeais la DR Centre-Normandie la direction commerciale France avait décidé de faire des promos puissantes pour vendre les derniers C15 qui étaient remplacés par le Berlingo.
Comme le dit Lucos à juste titre, les paysans (au sens premier du terme) raffolaient de ce VU qui était une bête de somme incroyable, d'où la question de plusieurs concessionnaires de ma région, et celui de Châteaudun en particulier qui me demandait :
Pourquoi vous bradez nos C15 alors que j'arrive à les vendre au prix catalogue ?
La pub spécifiait, comme aujourd'hui d'ailleurs, que l'offre promotionnelle (la braderie) portait sur "les stocks disponibles chez les concessionnaires participants", et lui de me dire qu'il ne participait pas !
J'adorais ce comportement rebelle frappé au coin du bon sens ; pourquoi brader l'Offre quand il y a une forte Demande ?

Ce concessionnaire était un type brut de fonderie, un vrai paysan solide comme je les aime qui avait la meilleure part de marché de toute la DR, et sans doute de France, tangentant en permanence les 25%.
Citroën aidait ses concessionnaires à s'équiper en Informatique en leur offrant un beau PC. Inutile de vous dire que le PC était toujours dans son carton, sous son bureau, et quand je lui demandais de le mettre en place il me brandissait les statistiques de PdM de la DR. Que dire de plus ?

Bruno Haas, Le 19/11/2020 à 10:46

Exact monsieur le spécialiste...j'ai connu dans beaucoup d'entreprises à l'époque le syndrome de l'ordinateur sur l'étagère !
Ce fut mieux quand on a commencer à proposer l'ordinateur machine à écrire avec disquette et imprimante...mais réservés aux collaboratrices féminines !
Pour les boites d'informatique ce fut de début de l'âge d'or et encore plus avec "l'invention" des contrats de maintenance annuels ! Du pognon magique et le jackpot tous les ans en janvier !
Vous n'avez pas connu dans l'auto les chocs "culturels" qu'il a eu en informatique ! On voyait arriver (à n'importe qu'elle heure) les "hippies" programmeurs en baskets et sans cravate (avec des BD sous le bras) dans les salles des ordinateurs et qui te regardaient l'air narquois, car impossibles à virer, eux seuls pigeaint quelque chose et en plus avec des salaires mirobolants !
Quand on partaient à l'étranger avec les directeurs, et pour tuer le temps le soir ils nous payaient les restos de luxe et des fois on étaient dans les mêmes hôtels qu'eux ! Exemple pour aller au Japon dans les usines l'Oréal, lls nous payaient le billet d'avion première classe (déjà l'excuse de pouvoir travailler dans l'avion) !! Pour les expats lors d'une ouverture de filiale...on avaient des actions !!
Sinon il est encore vrai aujourd'hui...plus t'es loin de l'atelier plus tu gagnes !!
Ah oui...aujourd’hui on est dans la start-up nation qui se barre aux US dès qu'on a touché les millions magiques !

Durand Pierre, Le 19/11/2020 à 13:37

Et avoir toutes les semaines dans Autoactu un très bon article de M. Thery en gratuit...
ça n'a pas de prix !
;-)
Merci encore...

Clerion , Le 19/11/2020 à 14:17

Gratuit bien sûr !
Je suis Autoactu !
Nous sommes Autoactu !
;0)

Lucos , Le 19/11/2020 à 18:50

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 19/11/2020

Le gouvernement français va accélérer les interdictions de circuler à partir de 2023

Les propriétaires des véhicules Crit’Air 3, 4 et 5 ont du mouron à se faire…A l’issue d’un Conseil National de l’Air, le ministère de l’Environnement a annoncé de nouvelles mesures de renforcement des interdictions de circuler : l’Etat encadrera les restrictions de circulations à partir de 2023 dans les 11 premières ZFE, les ZFE seront obligatoires dans les agglomérations de plus de 150.000 habitants en 2025. L’Etat retire aux maires le pouvoir de bloquer les ZFE.

Marchés

Catégorie Analyse

Plan hydrogène : l’automobile reste en marge

Le plan hydrogène est une assez claire victoire du lobby hydrogène obtenue cet été grâce à un travail de fond entrepris depuis plusieurs années pour constituer un front commun, structurer des argumentaires, nouer des alliances et des partenariats stratégiques entre des entreprises et des industries peu familières les unes des autres. De cet assez large club qui s’est constitué et renforcé au fil des ans, les équipementiers français font partie mais les constructeurs pas réellement. Etant donnée l’importance du dossier VUL pour nos constructeurs comme pour le site France, cette marginalité de l’automobile dans le plan hydrogène du pays ressort comme une anomalie à corriger.

08/03/2021

Pourquoi Volvo et JLR s’abandonnent-ils à l’électricité ?

La fée électricité a séduit Volve et JLR. Las de voir les législations de plus en plus contraignantes ou bien séduits à l’idée de se débarrasser des homologations complexes et de la rhétorique des bilans carbones, plusieurs constructeurs choisissent d’abandonner les moteurs thermiques. Condamnation ou choix stratégique pour survivre ?

05/03/2021

Eloge du Nouveau Normal

C’est d’une voiture française et d’une japonaise dont je vous parle aujourd’hui, et de leur rapport au "Nouveau Normal", d’hier et d’aujourd’hui.

04/03/2021

Volkswagen réduit ses profits mais maintient ses dividendes et sa R&D

La capacité du groupe Volkswagen à dégager malgré des baisses des volumes produits et vendus importants des profits très significatifs en 2020 lui permet non seulement de servir à ses actionnaires les mêmes dividendes que pour l’exercice 2019 mais aussi de maintenir sa dépense en R&D aux alentours de 14 milliards d’euros. L’importance de cette enveloppe et la volonté explicite de la maintenir aux mêmes niveaux dans les 5 années à venir contraste de manière saisissante – et inquiétante – avec le credo français de ces derniers mois qui voudrait que l’on soit un constructeur automobile d’autant plus performant que l’on parvient à réduire son ratio R&D/CA.

01/03/2021

Puccini et Pompili

Aujourd’hui, je navigue entre drame lyrique et dialogue de sourd, un grand compositeur et une ministre de transition. De fait, à chacun sa spécialité.

25/02/2021

Résultats 2020 de Renault : déjà un effet de Meo ?

La présentation des résultats de Renault n’a pas surpris grand monde : pertes très lourdes, impact très fort des pertes de Nissan, bon comportement des stocks et du mix, plan de réduction des coûts à échéance 2023 déjà largement réalisé et nette amélioration au S2, tout ceci était attendu. Paradoxalement, ceci semble indiquer que, avant même que Luca de Meo n’ait eu le temps de marquer réellement l’entreprise de son empreinte, celle-ci serait à même de s’en sortir. L’effet de Meo serait alors à attendre pour 2022 ou 2023 dans un contexte où l’entreprise serait déjà en meilleure posture.

22/02/2021

Ford dévoile sa stratégie pour l’Europe

La stratégie de Ford évolue sous la direction de Jim Farley. Le directeur général confirme l’électrification, l’intérêt pour les services, la conduite automatisée et la disruption de l’industrie. La transformation de Ford s’accélère et les premiers résultats sont déjà visibles.

19/02/2021

Cupidon, Carole, Valentin et les voitures.

"J’aime, j’aime, j’aime" chantait Julien Clerc en 1982, sur un air de pub au lancement de la Citroën BX. Parce que l’automobile, c’est aussi des histoires d’amour…

18/02/2021

Nissan va moins mal

Nissan -qui cloturera son exercice comptable en mars 2021- a présenté les résultats de son troisième trimestre (oct. Nov. Déc. 2020). Bien que, sur les 9 mois, les résultats soient clairement négatifs, l’amélioration sur le dernier trimestre est nette. Elle est essentiellement attribuable à l’effort mis sur la "qualité des ventes", en Amérique du Nord en particulier. Bien que peu enthousiasmant, cet effort de rationalisation s’avérait nécessaire et est conduit assez efficacement. Cela laisse espérer que, pour Nissan d’abord et pour l’Alliance ensuite, les parts plus offensives des plans dont les alliés se sont dotés puissent prendre rapidement le pas sur le volet très défensif qui prévaut encore.

15/02/2021