Publicité
Publicité
Analyse - 01/12/2022 - #Audi , #Bentley , #Ferrari , #Lamborghini , #Lotus , #Mazda , #Mclaren , #Nissan , #Pininfarina , #Porsche , #Fiat , #Ford , #Chevrolet

Cheval (de trait) cabré

Par Jean-Philippe Thery

Cheval (de trait) cabré
Ferrari Purosangue : le pas-SUV au cheval cabré

Je crois bien que Ferrari a un peu oublié de m’inviter pour le lancement du Purosangue. Mais ne comptez pour autant pas sur moi pour charger la mule…

Je vous ai récemment raconté comme je m’étais retrouvé il y a peu sur le parking d’un loueur de voiture à l’aéroport de Detroit, à choisir celle au volant de laquelle je repartirai parmi une quinzaine de grosses berlines alignées en épi.

Voilà le genre de traitement clientèle, autrement plus agréable que de se voir remettre les clefs d’un modèle non choisi, qui vous incite à revenir auprès de la même compagnie. C’est d’ailleurs précisément ce qui s’est produit deux semaines plus tard, même si je n’ai pas alors pas été surclassé, et qu’on m’a donc orienté vers l’allée des "compacts" plutôt que celle des "full size". Mon choix y a été vite expédié.


Bien sûr, c’est en partie parce que j’étais curieux de savoir ce que mes ex-collègues de chez Nissan avaient fait de l’ennuyeuse Sentra que j’ai opté pour le modèle, que j’ai bien connu comme véhicule de fonction dans sa précédente itération (bien joué, les gars : elle est significativement meilleure, bien que toujours ennuyeuse). Mais, seule voiture basse au milieu des Chevrolet Trax, Ford Ecosport, ou Mazda CX30 et autres SUV du même gabarit, c’est de toutes façons sur elle que j’aurais jeté mon dévolu.

Il faut dire qu’en matière de conduite, je préfère encore en indécrottable post-boomer me rapprocher du sol plutôt que d’être perché. C’est sans doute mon côté terre à terre, à moins que je ne préfère les véhicules qui -comme moi- maintiennent leur centre de gravité à une distance raisonnable de l’asphalte. A tel point que dans mes fantasmes automobiles les plus fous, je roule quotidiennement en Lotus Elise.


N’imaginez pas pour autant que je méprise ceux qui me contemplent de haut en roulant. C’est qu’il existe un principe qui m’est cher, bien que pas mal bousculé dernièrement, selon lequel les gens font bien ce qu’ils veulent.

Peut-être parce qu’ayant débuté ma carrière dans l’automobile au sein du service études de marché d’un grand constructeur, j’ai tendance à essayer de comprendre ceux qui représentent peu ou prou 40% des acheteurs de véhicules neufs plutôt que de les prendre pour des crétins. Et que les SUV n’aient pas ma préférence personnelle ne m’empêche pas de prendre fait et cause pour ceux qui les choisissent, détestés qu’ils sont par ceux qui détestent l’automobile comme par une partie de ceux qui l’adorent. 


Voilà donc pourquoi, contrairement à certaines "têtes de pétrole", je ne suis nullement scandalisé par la Ferrari Purosangue, premier modèle de la marque que j’ai bien du mal à ne pas désigner au masculin. Et je prends donc le risque de choquer certains de mes aimables lecteurs en désavouant les gardiens du temple maranellesi autoproclamés, qui invoquent volontiers la dépouille d’Enzo comme s’il s’agissait d’une relique sacrée, persuadés qu’elle se retourne dans son caveau à chaque fois qu’un exemplaire du nouveau modèle tombe des chaines de production de l’usine modénaise.

A ceux-là, je rappellerais de bon gré que Monsieur Ferrari avait un sens aigu des affaires, et que si par je ne sais quel miracle celui-ci se trouvait encore parmi nous, je doute qu’il ait manqué la lucrative opportunité que représente la catégorie. D’autant plus qu’on dit volontiers de l'Ingeniere qu’il ne considérait pas autrement les voitures routières portant son nom que comme le moyen de financer la dispendieuse Scuderia, même si je le soupçonne personnellement d’y avoir sans doute prêté plus d’intérêt qu’il ne voulait bien l’admettre.


Au moins ceux qui n’approuvent pas ce mouvement pourront-ils reconnaître à la firme au "cavalino rampante" qu’elle a tout de même attendu le dernier moment avant de céder à ce qu’il faut bien considérer comme un impératif de marché, presque 20 ans après que Porsche a lancé le Cayenne.

Malgré le grand émoi qu’a provoqué à l’époque l’introduction du modèle dans la gamme stuttgartoise, on s’est depuis habitué à ce que la firme allemande soit devenue avant tout un producteur de "camionnettes", les moins résignés se contentant d’observer cyniquement que les rivières de cash qu’ils génèrent contribuent au développement des sportives traditionnelles. Et que sans eux, nous ne disposerions probablement ni des nombreuses déclinaisons de la 911, ni des Boxster, Cayman et Spyder qui composent désormais la gamme 718.


Si l’on exclut McLaren, qui semble néanmoins avoir inscrit un SUV 100% électrique dans son plan produit, Ferrari arrive donc volontairement bon dernier dans le segment, plus de 6 ans après le voisin Lamborghini, dont l’Urus monopolise désormais l’essentiel des chaines de production de Sant’Agata Bolognese. Un engin qui ne me paraît pas avoir suscité de grand rejet de la part des aficionados de la marque, peut-être parce qu’il bénéficie de la jurisprudence établie par le très original LM002, auquel personne ne trouva rien à redire quand il fut lancé en 1986, certains le situant même très haut sur l’échelle de la "coolitude".

Quant à l’Aston-Martin DBX, je n’ai pas souvenir qu’il ait agité les foules lors de sa mise en production il y a 2 ans, peut-être parce que le Covid nous avait alors déjà habitué aux changements incessants de paradigmes. Et je ne serais d’ailleurs pas étonné qu’un exemplaire de la version 707  (pour autant de chevaux, mais sans rapport avec Boeing) constitue la prochaine voiture de service du remplaçant de James Bond, après un passage obligé dans les ateliers du Major Boothroyd ("Q" pour les intimes).

 

Tout ça pour dire que huit ans après que Luca di Montezemolo a juré ses douze grands dieux romains qu’il n’y aurait jamais de SUV dans la gamme Ferrari, la présence du Purosangue y apparaît des plus logiques, même si l’ex-président de la marque a exprimé publiquement sa désapprobation avec véhémence.

Seulement voilà, Ferrari a fait un SUV, mais il ne faut pas le dire. A tel point que si l’acronyme prohibé est bel et bien mentionné par le communiqué de presse publié le 15 septembre dernier, c’est une seule et unique fois, entre parenthèses, et par la négative. Comme pour mieux se débarrasser du sujet, c’est d’ailleurs en page 1 du document qu’il est indiqué que "pour permettre à l'entreprise […] de créer une voiture qui soit digne d'occuper une place dans sa gamme, ont été adoptées une configuration complètement différente et des proportions innovantes par rapport à l’archétype des GT modernes (désignées comme Crossovers et SUVs)".

Bon, pas sûr que cette façon pour le moins étrange de désigner les modèles de la non-concurrence soit vraiment intelligible, mais ce qu’il faut retenir, c’est que le -pardon, la- Purosangue dispose d’une répartition des masses quasi-idéale ( 49/51) grâce à son moteur en position centrale accouplé façon "transaxle" à une boite de vitesse rejetée à l’arrière, alors que les "autres" doivent composer avec un train avant lourdement chargé par leur groupe motopropulseur. Pas étonnant donc, que la Purosangue dispose d’un capot dont la longueur permet presque d’accueillir un hélicoptère. 


Ce qui est tout de même paradoxal, c’est que s’il existe une motorisation susceptible de justifier la première lettre de l’indicible sigle, c’est bien le magnifique 12 cylindres en V à 65° de 6.496 cm³ de la Purosangue, alors que le mot "Sport" appliqué à la catégorie nous aura toujours semblé bizarre de ce côté-ci de l’Atlantique. Une mécanique dont le communiqué précise qu’elle "fait ses débuts dans cette toute nouvelle configuration pour garantir que la voiture libère plus de puissance que tout autre dans le segment (725 cv)". Tiens donc, quel segment ? Surtout qu’il est indiqué quelques pages plus loin que "la Purosangue a créé un nouveau segment de marché dans lequel le Cheval Cabré ouvre de nouvelles frontières totalement inédites", et que le même document proclame "unlike any other" en titre.  Pas facile, le jeu du "ni SUV ni Crossover" quand il faut tenir 15 pages…


Pour autant, c’est évidemment la deuxième lettre qui fait tache pour Ferrari, dont on se doute bien qu’elle n’a pas envie de voir son nom associé à la notion d’ "utilitaire", quand bien même son dernier modèle en date dispose de suffisamment d’espace dans l’habitacle et le compartiment à bagages (473 litres tout de même) pour embarquer 4 passagers au long cours.

Voilà qui sonnerait sans doute comme un aveu, celui d’avoir commis un cheval de labour, à l’opposé de l’image du noble étalon et de ses ruades furieuses sur fond jaune. Rappelons à ce sujet que c’est chez le voisin santagatesi qu’on fait des tracteurs, et que l’Urus -présenté comme un SSUV (Super Sports Utility Vehicle)- partage sa tripaille avec deux roturières allemandes et une fausse britannique (les Audi Q7, Porsche Cayenne et Bentley Bentayga, pour ne pas les citer).


N'imaginez pas pour autant qu’on a brainstormé à mort dans les bureaux du Département Marketing de la Via Abetone Inferiore, afin d’inventer le néologisme qui va bien pour désigner ce nouveau segment que le Purosangue est supposé avoir inventé, puisque Ferrari le désigne tout simplement comme "premier modèle 4 portes et 4 places de son histoire".

Heureusement pour le rédacteur du communiqué qu’en son temps, Fiat n’a pas voulu de la Pinin, sublime prototype de ce qu’aurait pu être la première berline Ferrari. Présenté par le Studio Pininfarina au Salon de Turin en 1980, pour commémorer son cinquantenaire, celle-ci disposait pourtant du soutien de Monsieur Ferrari lui-même, qui l’aurait sans doute bien vu remplacer la Fiat 131 à l’arrière de laquelle il lui fallait s’assoir lors de ses déplacements avec chauffeur. Et pan sur le museau des "puristes"…


Bref, Ferrari a conçu une auto à quatre portes qui culmine à 1.589 mm, offrant une position de conduite "plus dominante que celle des autres Ferrari", qui dispose d’une base roulante dont la transmission intégrale, la suspension active et les aides électroniques ont été optimisées pour la conduite sur la neige ou "autres surfaces présentant une faible adhérence", et dont le toit est en carbone afin d’abaisser le centre de gravité…mais qui n’est pas un SUV.

Et comme par crainte qu’on puisse en douter, elle lui choisit un nom qui n’ayant rien de fortuit, semble vouloir réaffirmer ostensiblement son appartenance à la "famiglia". Il n'empêche, s’il m’était permis -hypothèse d’école- de penser autrement, j’affirmerai volontiers que la marque peut se targuer d’avoir dessiné le plus beau spécimen de la catégorie.

Et ce du premier coup, en prouvant qu’il est possible d’y affirmer son identité autrement qu’avec une caricature de face avant colée sur une cellule générique, ce que Porsche n’a de mon point de vue véritablement réussi qu’avec le Macan,12 ans après son intrusion dans le segment.
Quoiqu’il en soit, je me verrais bien l’essayer, moi, le S… euh je veux dire la 4 portes de chez Ferrari. Mais j’ai eu beau regarder, je n’en n’ai pas vu sur le parking du loueur à Detroit.


Alors si on me lit du côté de Modène, qu’on n’hésite pas à me faire signe…

Réactions

... On est assez loin du cheval de labours avec ce modèle (?).
Il me semble, en effet, que le travail mené par le bureau de style "Ferrari" pour sortir "son" SUV est assez éloigné de l'URUS qui est par ailleurs un succès commercial pour Lambo ... La silhouette générale de la Purosangue est assez "sculptée" et s'écarte notoirement du format "boite à chaussures" de sa concurrente de Sant' Agata... Un beau résultat, déjà ?
La démarche semble plus une continuité de celle qui a présidé à l'élaboration de la FF qui "offrait" déjà 4 places et 4 roues motrices dans la gamme Ferrari ... A priori vu son format, son look et sa garde au sol, on imagine mal ce pur sang s'aventurer hors des sentiers battus ...A la limite, ce modèle pourrait être appréhender comme une version "all road" mais pas trop.!

Il reste qu'avec ses 4 portes et son V12 atmo (là c'est plus le vieux dinosaure que le cheval de trait, mais c'est tellement bon !) Il devrait rencontrer une belle audience auprès des prospects "pères de famille pressés" et pour autant attachés au blason du Cavalino Rampante ...En tous cas, ceux en mesure de se payer ce type de "monture".
Ainsi, La très bonne répartition des masses, grâce, notamment, à la configuration transaxle augure d'un beau comportement routier dans les grandes courbes autoroutières... Vu le gabarit de l'engin, çà semble moins évident en terme de maniabilité sur les petites routes de montagne...quoique si ce pur sang est bien doté des 4 roues directrices (?)...
Reste que pour monter à "Courche" çà devrait aller quand même...
Comme pourrait le dire Jean Philippe : "seul un essai sur nos bases habituelles" permettrait de répondre à cette prégnante interrogation.

De fait, sauf gros bouleversement de l'environnement global, cet engin devrait contribuer à la "multiplication des petits pains" pour Ferrari. Pour les amateurs, Il est encore temps d'acheter des actions ...!
;0)

Autant cette voiture est belle, autant son nom est une horreur !
Si cette bagnole était construite à Mortagne on l'aurait appelée Pur Percheron ?
Remarquez que pour aller acheter le pain, à Courche' ou Monac', ça devrait aller...
Allez le service de presse de Ferrari, chiche que vous prêtez votre pasuve à not' JP, pour Noël ce serait sympa...
;0))
PS : pour le même service de presse, CV, en majuscule, sont les chevaux fiscaux, les watts version bourrins c'est "ch"..

Merci pour ce PS Lucos. J'ai lâché l'affaire depuis belle burette mais ça me chiffonne à chaque fois, comme diesels, d minuscule et s en fin de mot, kms ou Km ou Kms pour km, etc.

Quant au SUV Ferrari, je dis faute. Je suis de l'avis de Monte-zi-la-ho-mais-molo-fillo.

Il n'y a qu'un seul SUV à mes yeux, unique, souvent copié mais jamais égalé : j'ai nommé............ le Range Rover V8 carbu, 3,5 l 134 ch (avec un H). D'accord avec moi-même pour admettre le 155 ch, voire le 3,9 l de 182 ch. Non d'ailleurs, pas le 3,9 l, l'esprit n'y était plus, on n'avait déjà des scrupules à monter à bord avec des bottes crottées.

Bon, faut pas déconner, si Jean-Philippe est invité par Ferrari, je louerai des Berluti -je n'ai pas envie de mettre du pognon dans des chaussures que je n'aime pas- et je lui DEMANDE instamment de me faire signe en passant, non pas par la Lorraine, mais par Florence qui lui donnera mon adresse mail et mon 06. On risque de bien se marrer Jean-Philippe. On prendra le XK8 cab pour aller à Modena car ça ne me dit rien d'y aller en Nissan ennuyeuse (pléonasme ? ; presque un anagramme).

... Telles que je vois les modèles de Berluti est ce bien adapté pour conduire une Ferrari fût ce-t-elle SUVe ... A la rigueur pour servir de mannequin à gauche et encore ...

Ensuite ... j'ai du mal à réconcilier d'une part, votre introduction sur la faute de goût constituée par le purosangue selon vous et le sémillant " Montezevazymolo " et d'autre part votre proposition très "arsouilleuse" pour rejoindre Modena en XK8 ... Çà sent la " tartuffinade aux saveurs ensoleillées" ... ?

Si il y a transformation de l'essai, l'on compte bien sûr sur l'un ou l'autre pour relater ce "conte de Noël" ...(?)
;0))

Il suffit d'attendre qu'un concessionnaire de Ferrari à Monaco...mette en vente la même bientôt en occase avec peu de km...mais super chère, pour que n'importe quel gagneur de Loto dans le business en ai une pour faire le tour de la corniche !
Du coté des clients, ce n'est pas l'amateur de Ferrari qui gagne mais le pognon qui l'importe. Son prix de vente c'est "peanuts" finalement et au vu de l'argent magique qui inonde le marché mondial.
Ferrari n'est pas une "marque"...c'est un constructeur automobile !
Ferrari (il est dit plus haut dans l'article) est là pour faire de l'argent, et du point de vue marketing il fallait commencer par le V12...et après les "petits" moteurs vont arriver ...et même en PHEV !
Finalement 2035 c'est loin et ce n'est absolument pas nécessaire de ce précipiter à faire un VE !

Adeairix pointe du doigt mon incohérence et je l'avoue humblement, il y a un schisme "intellectuel" qui fait de moi un véritable écartelé : vouloir conduire une bagnole qu'on réprouve.
Freud ! Au secours ! Viens à mon aide !
Finalement je dois être un peu comme Jo qui rêve de rouler en Mercedes et qui dénonce son côté bling-bling dont il raffole par-dessus tout.
Me comparer à Jo, c'est osé.
Je retourne sur le sofa.

Elle est rossée celle-là !
;0))

Toujours la même cour de nases. No comment !!

Gouleyant ?
... Çà fait des siècles que "Rossé" pollue les fils des commentaires, ici, la plupart du temps avec ces billevesées à répétition ou hors sujet ...et le gars vient nous traiter ... Tout çà parce qu'il nous l'a joue "respectable" ces temps ci ...et encore faut pas être trop regardant dans les coins ... Y manque pas d'air le 'Rossé" !
Gouleyant ...
;0)

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Nominations

Nouvelle organisation de Stellantis aux Pays-Bas

Dans le cadre de son plan “Dare Forward 2030“, Stellantis met en place une nouvelle organisation aux Pays-Bas dès ce 1er décembre 2022. Ce nouvel organigramme intègre deux nouvelles directions dédiées : l’une aux marques premium composées d’Alfa Romeo, DS Automobiles et Lancia, l’autre aux ventes mainstream et Car Flow. Quant aux directions des marques, elles restent distinctes.

Réseaux

Le réseau Kia convié par son groupement à l’Ile Maurice

A l’initiative de son groupement, le réseau Kia est réuni en convention pendant 4 jours à l’Ile Maurice, après une année 2022 plutôt satisfaisante. Cette réunion sera l’occasion d’évoquer le gros chantier de 2023 qui porte sur l’amélioration de la qualité de service dans le réseau.

Constructeurs

Véhicules électrique : vers une valeur résiduelle de 50% à 9 ans ?

La transition énergétique vers le véhicule électrique couplée au changement d’usage apporté par le numérique et l’exploitation des données des véhicules redéfinit le business model de la chaîne de valeur automobile. L’une des conséquences pourrait être une moindre obsolescence des véhicules avec des valeurs résiduelles qui auront une bien meilleure tenue, a souligné Nicolas Harlé, partner de Bain & Company lors d’une conférence de la PFA.

Analyse - 06/02/2023

Le brouillard sur les indicateurs économiques va-t-il se dissiper en 2023 ?

Les catastrophes s’enchainant depuis trois ans pour tirer les marchés automobiles vers le bas, analystes et stratèges d’entreprises peinent à trouver des repères et à construire des prévisions et, plus grave encore, des visions claires des phénomènes structurels à l’œuvre. Ce brouillard né de l’entremêlement des phénomènes aurait pu ou du exiger une prudence tactique et stratégique, une espèce de ‘wait and see’ général. Ce n’est pas ce que l’on a observé dans le paysage qui s’est structuré autour de deux paris opposés l’un à l’autre. La question de la soutenabilité des stratégies construites ainsi se pose aujourd’hui et 2023 pourrait bien être en cette matière l’année de la clarification.

Analyse - 03/02/2023

Véhicules électriques, le dogme peut-il encore résister longtemps à la science ?

La politique du tout électrique suit une logique plus politique et dogmatique qu’environnementale et scientifique. De nombreux gouvernements se sont engouffrés dans la promotion des véhicules électriques comme unique solution aux problèmes de qualité de l’air. Toyota n’a jamais caché son scepticisme sur une solution unique liée aux batteries, comme d’ailleurs la plupart des constructeurs japonais. Seulement cette fois, le premier constructeur mondial a fait la démonstration que l’électrification en tant que solution environnementale unique ne suit pas de logique scientifique.

Analyse - 30/01/2023

Mieux cerner les contours de la menace chinoise pour mieux la circonvenir

La fin du mois de janvier 2023 a été marquée par l’annonce d’exportations de voitures chinoises supérieures à celles de l’Allemagne, par des chiffres concernant les parts de marché des marques chinoises en Chine qui, pour la première fois les situent au-dessus de 50% et par l’annonce d’un possible rachat par BYD de l’usine de Ford à Sarrelouis en Allemagne. Une telle actualité impose de se poser sérieusement la question de la réalité de la menace chinoise sur l’industrie européenne. On constate alors que si cette menace est réelle, elle se situe moins au niveau des exportations qu’au niveau du contrôle des productions européennes de batteries d’abord et de véhicules ensuite.

Analyse - 27/01/2023

Les ventes aux enchères américaines sont à l’image des clichés du pays

Les Etats-Unis proposent énormément d’événements autour de l’automobile neuve, d’occasion, de collection, de compétition. Pour les collectionneurs, il existe les concours d’élégance, les bourses d’échange, les rassemblements de clubs, les cars-and-coffee, les salons Autorama, mais aussi et surtout les ventes aux enchères. Plusieurs milliers de voitures sont présentées en attendant leur mise en vente, et de nombreux exposants sont présents pour profiter de la clientèle aisée venue faire quelques emplettes.

Analyse - 26/01/2023

Why MC ?

Aujourd’hui, je me pose des questions existentielles dans un tram berlinois, à propos d’une belle Italienne en tenue légère au soleil.

Analyse - 23/01/2023

Tesla peut-il réussir sa banalisation ?

Tesla a vécu trois années profitables de 2020 à aujourd’hui en étant très en tête d’un petit marché mondial du véhicule électrique (VEB) en forte croissance avec des véhicules très chers. Le marché n’est plus infinitésimal. Il est appelé à devenir dans les 10 ans le marché automobile ou, à tout le moins, à représenter l’essentiel du marché. Dans ce contexte, en même temps que le marché devient un marché de masse, les avantages du pionnier s’étiolent et l’intensité de la concurrence croît. En baissant drastiquement les prix de ses Model 3 et Y, Tesla précipite cette mutation pour laquelle il n’est pas du tout évident qu’il soit le mieux armé.

Analyse - 20/01/2023

L’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi cherche-t-elle son équilibre ou son démantèlement ?

Le rééquilibrage de l’Alliance était inévitable, l’équilibre était précaire. Renault n’a jamais racheté Nissan ou pris le dessus quand il en avait l’opportunité et, de son côté, Nissan avait des parts sans droit de vote. Il était évident qu’une renégociation aurait lieu un jour, après plusieurs tentatives ces dernières années, la démarche est entamée pour de bon.

Analyse - 19/01/2023

Ghosting

Aujourd’hui, je vous parle d’une voiture qui s’est fait connaître en disparaissant régulièrement…

Analyse - 16/01/2023

La route européenne vers la fin du thermique est-elle bien tracée ?

A observer les prix catalogue des véhicules électriques et leur évolution ou la tarification des recharges sur la voie publique, on est saisi d’un doute. En effet, pour imposer la prohibition à brève échéance des immatriculations de véhicules thermiques, on avait, sur d’assez défendables bases rationnelles, prolongé des courbes de baisses du coût du kWh des batteries, des prix des véhicules et de leurs TCO. Dans la mesure où le tracé de ces courbes s’est brisé en 2022, la crainte de voir l’objectif de 100% d’électrique devenir plus difficile à atteindre ou susceptible de ne l’être qu’au prix d’une baisse drastique des immatriculations croît. Face à elle, le simple retour en arrière est une possibilité. Une autre consiste à interroger la manière d’interpréter l’impératif d’électrification.