Publicité
Analyse - 02/06/2022 - #Renault , #Mazda , #Mercedes-Benz , #Peugeot , #Porsche , #Cadillac

Ma Benz

Aujourd’hui, je vous invite à faire la connaissance de Karl. Un gars avec lequel je dois montrer patte verte (ou jaune) pour avoir le droit de rouler.

Ma Benz

L’air satisfait du propriétaire de W203 qui a réussi dans la vie

Auteur : Jean-Philippe Thery

Partager cet article

En octobre 1970, Janis Joplin implorait Dieu en musique de lui offrir une Mercedes-Benz, arguant que ses amis conduisaient tous une Porsche. Celle qui était encore une star montante ne laissait cependant guère de temps au tout-puissant pour qu’il puisse réaliser son vœu, puisqu’elle filait trois jours plus tard vers des étoiles non pas chromées, mais de celles qui brillent au firmament. A cause d’une vilaine poudre légère mais surdosée, Janis rejoignait à la suite de Brian Jones et Jimmy Hendrix le triste "Club des 27", que devaient encore intégrer après elle Jim Morrison, Kurt Kobain puis Amy Winehouse.
Les 27 ans, moi je les aurai bientôt dans chaque bras, pour reprendre une expression dont usent volontiers mes amis brésiliens. Mais n’étant pas plus adepte des paradis artificiels que de la croyance en un être suprême qui exaucerait mes prières automobiles avant de m’ouvrir les portes de l’Eden original, j’ai décidé de prendre moi-même les choses en main.

Alors, je me suis acheté une Mercedes.

C’est vous dire si j’ai réussi dans la vie. Parce qu’on le veuille ou non, une voiture née à Stuttgart représente l’équivalent automobile de la fameuse Rolex dont Jacques Séguéla disait en 2009 que sans elle, un homme parvenu à ses 50 ans avait raté sa vie. C’est du moins ce que j’aime à penser quand j’observe l’étoile perchée au bout de mon capot fendre la bise en trois flux distincts, avant de me rappeler que sur l’Autobahn ou les avenues berlinoises où j’évolue, je suis loin d’être le seul à arborer la fameuse stern, et que pour pimpante qu’elle soit, mon auto a reçu sa première immatriculation il y a plus de 15 ans.
D’ailleurs, ce que je recherchais à l’origine, c’était une Golf 1.6 TSI de cinquième génération accusant moins de moins de 100.000 bornes. Mais ceux d’entre vous qui fréquentent les sites d’annonces automobiles savent bien comment ça se passe, et qu’une fois effectuée la première sélection sur la foi de critères extrêmement précis, ça part en vrille à la première occasion (forcément). Du coup, je me suis retrouvé à browser des trucs aussi improbables qu’une Twingo Renault Sport de 5.000 km, des Alfa-Romeo dont je m’autopersuadai qu’elles ne méritaient pas leur mauvaise réputation, des Mazda 6 parce-que-c’est-japonais-donc-fiable, un coupé Peugeot 406 V6, ou encore des VW Phaeton beaucoup trop kilométrées. Sans oublier un tas de bizarreries dont je ne me souviens pas, ou que je feindrai plutôt d’avoir oubliées pour m’épargner les commentaires moqueurs de bas de page.

Et puis j’ai trouvé Karl. 

Ceux d’entre vous qui me lisent depuis longtemps se souviendront peut-être de Ragnar, la Volvo S60 que j’ai achetée au Brésil, et de mon habitude de baptiser les automobiles dont je me rends acquéreur. Eh bien l’historique de la Mercedes C200 K qui vient de rejoindre mon garage -autrement dit la rue en bas de chez moi- n’est pas sans rappeler celui de mon ex-suédoise, puisqu’avant de tomber dans les mains d’un original qui leur adresse régulièrement la parole, toutes deux ont connu une première vie paisible en compagnie d’un propriétaire d’un âge certain.
C’est donc sous la tutelle de Frau Doris que Karl a roulé peu mais régulièrement depuis 2006, bénéficiant d’un entretien régulier dans le réseau de la marque, et de la protection nocturne du garage de la maison bourgeoise où celle-ci résidait, dans le paisible quartier de Zehlendorf. Pas étonnant donc qu’à 76.000 km pas même révolus, Karl ait affiché l’apparence d’une voiture de showroom quand je l’ai déniché, en dehors de quelques rayures sur ses jantes alu, parce que c’est ce que font les dames comme Doris quand elles se garent le long d’un trottoir contre lequel elles frottent les roues de leur auto.

En dehors de leur pédigrée personnel, Ragnar et Karl partagent également des caractéristiques générationnelles, puisque la première S60 comme la deuxième itération de Classe C (type W203 pour les experts) ont toutes deux été lancées au tournant de ce siècle. Bienvenue donc dans le monde des "2000er Jahre" -comme on dit par ici- quand l’opération d’une automobile demandait davantage de son conducteur, ce que m’a rappelé la fermeté des commandes de la Mercos, du moins par rapport à celles des voitures neuves que j’empruntais dernièrement dans la rue (en autopartage évidemment !). Une consistance pas forcément désagréable, qui non seulement donne le sentiment d’être plus impliqué dans la conduite, mais me procure également l’illusion d’un comportement plus économique quand je renonce à vaincre totalement la résistance de la pédale d’accélérateur, afin d’épargner quelques pétro-roubles.

Du coup, je recoure fréquemment à l’accélérateur à main, puisque c’est ainsi que j’utilise en ville le "tempomat" -régulateur de vitesse en Goethe dans le texte- dont la commande est sans doute l’une des meilleures du monde. Une impulsion vers le haut sur la monomanette à gauche du volant pour fixer l’allure, une autre vers le conducteur pour la rappeler, et le reste à l’avenant. Un truc particulièrement utile pour gérer les changements incessants de limitation de vitesse, sans quitter la route des yeux comme l’exigent les boutons qu’on trouve aujourd’hui sur les volants, et dont on ne sait jamais s’ils vont obéir à votre injection ou changer la station de radio au moment précis où passe votre tube préféré du moment. Sans doute faut-il blâmer les compteurs de flageolets pour l’abandon d’une telle évidence ergonomique, tant j’ai du mal à imaginer qu’une ingénierie digne de ce nom puisse lui préférer les bitoniaux susnommés.

Dans le même ordre d’idées, et si l’instrumentation m’a dans un premier temps paru pauvrette alors que j’étais encore sous l’influence chromatique d’écrans TFT devenus la norme, j’ai pu à l’usage apprécier non seulement son élégance sobre mais surtout sa lisibilité, principalement quand devant recourir à des lunettes de soleil correctrices, je dois me passer des verres progressifs me permettant de voir aussi bien de loin que de près. Voilà qui devrait faire marrer mes lecteurs les plus jeunes (y’en a), mais aussi causer aux myopes-astigmates qui composent sans doute une bonne partie des acheteurs de sedans du segment D, et probablement à Frau Doris. Ne comptez pour autant pas sur moi pour prôner l’archaïsme en réfutant les avancées permises par les affichages électroniques. Mais je suggérerais volontiers à certains stylistes en charge de les concevoir de faire appel en consulting à d’anciens collègues partis à la retraite, ce qu’ils pourront toujours inscrire sur le compte de l’inclusion des seniors.

A contrario, Karl m’a contraint à réviser mes classiques s’agissant des automatismes dont j’ai été surpris de découvrir qu’il était équipé, me rappelant à quel point la mémoire est faillible s’agissant de chronologie. C’est pourtant "en famille" que fut inauguré l’allumage automatique des feux en Europe, puisque la Mercedes CL y fut la première à en être pourvue dès 1999. Quant au capteur de pluie permettant de réguler la vitesse des essuie-glaces en fonction de l’intensité des précipitations, c’est la Peugeot 406 qui l’étrenna en 1997 de ce côté de l’Atlantique, à peine un an après que Cadillac en a équipé trois de ses modèles sur le continent d’en face. J’hésite à ce sujet à vous avouer le sentiment de satisfaction que me procure les va-et-vient du balai côté passager, en raison de sa double articulation, par crainte d’être considéré comme un dangereux maniaque.

Pour ce qui est du moteur, j’avoue que j’attendais un peu plus d’un modèle affichant fièrement le monogramme "Kompressor" en lettres chromées sur le couvercle de sa malle arrière. Contrairement aux turbos et leurs siffleries provoquées par l’ouverture de la soupape de décharge, rien ne permet d’ailleurs de deviner la présence du dispositif mécanique, dont l’indécrottable nostalgique qui ne sommeille guère en moi imaginait sans doute qu’il reproduirait le bruit caractéristique de celui qu’on trouvait sur les fabuleuses 500 et 540K d’avant-guerre. Mais s’il faut bien qualifier de quelconque la sonorité du 4 cylindres, les 163 "Pferdestärke" sont tout de même bien là à la relance, ne demandant qu’à emmener Karl vers les 231 km/h de Vmax figurant curieusement sur le "Zulassungsbescheinigung" (certificat d’immatriculation), confirmant sa vocation autobahnière. Pour le reste, il me restera à ouvrir le capot -monté sur vérins- pour me la péter auprès de mes amis, avec le joli cache-je-ne-sais-quoi rouge arborant lui aussi les 10 lettres magiques.

Comme vous pouvez l’imaginer, je suis évidemment affecté depuis que je roule avec Karl du phénomène Baader-Meinhof, biais cognitif plus connu sous le vocable d’"illusion de fréquence" par lequel l’attention se concentre sur un objet particulier -une Mercedes Classe C type W203 par exemple- qu’on a ensuite l’impression de retrouver partout. Je ne cesse donc de rencontrer des cousins de Karl, ce qui s’explique tout de même par le fait que le modèle rencontra un véritable succès commercial, et qu’on en trouve encore de nombreux exemplaires non seulement en Germanie, mais aussi sur les routes de Frankreich.
Et ça tombe bien, puisque c’est bientôt vers la France que je pointerai le nez étoilé de Karl, ma période berlinoise touchant malheureusement à sa fin. A la "Plakette" verte adhésivée sur un coin de pare-brise, libérant l’accès à la "Umweltzone" berlinoise, s’ajoutera donc bientôt la vignette Crit’Air 2 devant m’ouvrir les portes encombrées de la ZFE parisienne. Une pastille dont la couleur jaune est aujourd’hui la plus répandue de la gamme, puisque concernant un tiers du parc automobile national, et dont je me demande au nom de quoi elle devrait à terme interdire à des autos aussi méticuleusement préservées que Karl l’accès à plusieurs métropoles françaises, précipitant un certain nombre d’entre elles vers le broyeur.
Ne le dites pas à Frau Doris, dont tout indique qu’avant de s’en séparer, elle était particulièrement attachée à son auto. Allez savoir, peut-être même qu’elle lui parlait…

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Personnellement, sur le sujet commande de régulateur, je préfère le Peugeot qui, par rapport à celui de W203 ajoute une touche magique : MEM qui règle la vitesse du régulateur / limiteur à la valeur lue par la caméra ou celle du GPS d'un simple double clic.
Quant à la prolifération des boutons de cette époque notamment en Allemagne Porsche étant le champion tout catégorie (1 fonction = 1 bouton), je ne suis vraiment pas nostalgique !

Fred Et Rick, Le 02/06/2022 à 08:42

Le tempomat j’aimais bien ,réglé à 60 c’était gaz à fond au feu vert sans risquer le flash,le reste c’est vraiment des Taxis

Alain Boise, Le 02/06/2022 à 09:26

Mouais !
Le meilleur régulateur de vitesse du monde est toujours la brique sur la pédale de droite avec son jeu de commandes les plus simples et les plus synthétiques du genre avec une vitesse de consigne unique, Vmax partout et en conséquence la fonction mémoire directement intégrée.
Et en option pour les lâches qui coupent sur l'A4 dans la descente sur la Meuse, il suffit de mettre une ficelle de lieuse autour de la brique et de la laisser pendre au dessus du rétroviseur..
;0))

Lucos , Le 02/06/2022 à 10:06

"..Laisse moi zoom zoom zang
Dans ta Benz Benz Benz..."
Il manquait Suprême NTM dans la playlist de Chtouttgarte..
;0))

Lucos , Le 02/06/2022 à 10:52

Les "spécialistes de la spécialité" y inclus Monsieur Jean-Philippe Thery (aux célèbres chroniques que pour des initiés de l'histoire de l'automobile) ) me font doucement rigoler !!
Personne ici achète chez un concessionnaire Mercedes un modèle neuf sans aucune remise et avec toutes les options payantes ! Pas fous les mecs !
Mercedes pour eux est le meilleur constructeur auto du monde, malgré les "cacas" souvent pas fiables (surtout en diesel et gros moulins essence, tout en sachant faire super fiable en formule 1) aux prix largement surfaits et entretient et garantie mesquine, sans compter en France le mépris affiché des concessionnaires vis a vis de tout client !!
Ils sont tous du bon coté de la caisse enregistreuse à faire des (sur) factures. Le client doit obligatoirement casquer, sinon il est un minable, qu'il ferait bien d'acheter autre chose, et débarrasser le plancher !!
Ce qui est le meilleur du monde chez eux vient de sortir (au bout de cent ans de boite et d'histoire de Mercedes) mais ce n'est pas une bonne affaire pour la maison...et doit disparaitre !
Faire des C300 PHEV est une erreur qui disent certains ! Des breaks PHEV (C350) presque neufs (même s'ils ont quatre ans) sont vendus à peine 30000 euros sur la Centrale dans un état super impeccable.
Voilà des rares clients malins qui en chargeant tous les soirs chez eux...ne font plus marcher le moteur essence et ne passent plus à la pompe et celui-ci ne s'use plus ou seulement sur la route hors des villes !!
Continuez de mettre votre pognon où vous voulez...mais vous brillez que chez les ignorants !!
Des gros malins chez Mercedes...il n'y a pas que chez eux...j'ai connu des Ferrari avec 25% de pièces FIAT ...
Roulez les yeux bandés pour vos constructeurs chéris...beaucoup continuent de rigoler en voyant le cirque !
Dernière consigne obligatoire chez Merco...faire de moins en moins de bagnoles...et les vendre de plus en plus cher !! Le rêve incarné !! Soyez preneurs !

Durand Pierre, Le 02/06/2022 à 11:54

Bon retour Jo et son amour des Mercos

Alain Boise, Le 02/06/2022 à 12:05

Mouais !
Je ne suis pas fan du retour des morts vivants sur Autoactu.
Jo ! Un petit trek en amazonie ?
Dans un coin à la 1500 bornes du premier relais...
;0))
Ça nous irait bien....

Lucos , Le 02/06/2022 à 12:33

Avec traversée de la rivière en Paddle gonflable ?

Alain Boise, Le 02/06/2022 à 21:18

Je ne répond plus à un maquignon zombie vieux et jaloux au devenir incertain et qui ne roule pas Merco !! La preuve de la défiance !!

Durand Pierre, Le 02/06/2022 à 21:58

Voilà un billet accessible en libre service qui m'a ramené d'hibernation...de toute façon c'est la saison du miel.

Merci M. JP Thery :)
Votre papier me parle d'autant plus que je me suis moi même livré il y a quelques temps au même exercice.
Après avoir batifolé de marques en modèles plus ou moins improbable pour l'usage familialo-alcoolisé à la betterave auquel je le destinais j'ai arrêté mon choix sur une W203 C320.

La motorisation ? Une noble et fiable M112. Soit un V6 3,2L pour les non initiés à la langue Stuttgart. Un moteur qui présente l'outrecuidance de délivrée 218ch N/A sans aucun artifice de roturier.

Petit tour sur les annonces en France et en Allemagne. On tombe soit sur des voitures familiales dans leurs jus (Allemagne) soit sur des voitures de passionnés (FR-DE).

J'ai identifié la belle, une version équipée comme il se doit du luxe à l'allemande pour transporter ma précieuse progéniture adolescente. Des pare soleils de lunette AR. La classe à Dallas, le beau temps en moins.

En creusant un peu j'ai découvert qu'à cette époque on se vantait de faire des ABS et des freinages hyper réactifs mais que la notion de TCO passait par le remplacement pur et simple de certaines pièces...au ca où.
Au cas où quoi? - Au cas où l'électronique est défaillante et on perd tout freinage. - A oui quand même!
Et pour cela M. Mercedes est d'un mutisme total qui honore la générosité donc il fait aujourd'hui encore preuve sur des conceptions parfois douteuses. Le billet de 1000€ comme base de discussion et plus si affinité.

Enfin comme tout bon père de famille j'ai procédé à la validation familiale du modèle... regardez c'est ça comme modèle. Moi les yeux pétillants.
Ca fait veille voiture, ça fait voiture de vieux, non mais sérieux papa c'est moche.... J'en passe et des meilleures.

J'ai tellement passé que je me suis finalement acheté une japonaiserie.
Back to basics. Exit le V6. J'ai misé sur le traine couillon fiable pour les 10 prochaines années.
J'ai peut être raté ma vie automobilistique (j'approche la 50aine et je n'ai toujours possédé ni Rolex, ni Alpine, ni Merco) mais j'ai sauvé le cocon familial en achetant un SUV (comme tout le monde).

L'automobile terre de passion...et de compromis ;)

Grumly Ours, Le 03/06/2022 à 13:52

"Ça fait veille voiture, ça fait voiture de vieux, non mais sérieux papa c'est moche...." !!
C'est terrible et pathétique pour une marque...qu'elle suscite un tel cri du cœur de la part des nouvelles générations...et que de vieilles générations se laissent duper avec une telle complaisance coupable envers une marque que dans le très haut de gamme frise en se moment presque l’obscénité ...est difficile à croire !
Si ont fait la liaison avec le travail de l'organisme SRA (Sécurité et réparation automobile) et qu'on trouve Mercedes en troisième position dans les coûts de réparation (pour les assureurs) avec Porsche, Tesla et Renault (les Clio) ... qui contraste grandement avec les tarifs très basses de Toyota.
Des japonaiseries vous dites ??

Durand Pierre, Le 03/06/2022 à 23:45

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 02/06/2022

Les bornes de recharge rapide Fastned arrivent en ville

Le groupe néerlandais Fastned qui a jusqu’à maintenant déployé ses bornes de recharge rapide sur les autoroutes françaises vient de signer son premier contrat pour la création de deux hubs de recharge en zones d’activités commerciales, près de Melun et de Sainte-Geneviève-des-Bois.

Services

Catégorie Analyse

La question de Bob

Aujourd’hui, je réponds à une question posée par un gars qui n’est pas exactement le premier venu dans le monde de l’industrie automobile.

12/08/2022

Choc culturel

Audiard disait que conduire à Paris était une question de vocabulaire. Aujourd’hui, conduire en France c’est une question de résignation. Je n’ai pas l’habitude de conduire quand je suis de passage en France. Mais cette fois-ci je n’ai pas eu le choix, il a fallu que je me colle derrière le cerceau… et je suis passé par toutes sortes de phases qui intéresseraient nombre de psychiatres.

10/08/2022

Diess missed, or not, le patron de Volkswagen paie ses relations avec les syndicats et sa stratégie concentrée sur l’électrique à batteries

Herbert Diess a usé les patiences chez Volkswagen. Son départ a été décidé en son absence pendant un voyage aux Etats-Unis. La méthode est surprenante, mais pour beaucoup le départ d’Herbert Diess était attendu. Le dirigeant n’était pas reconnu pour sa diplomatie et les difficultés liées à sa stratégie d’électrification forcenée ont eu raison de son contrat avec le constructeur allemand. Au premier septembre, son contrat prendra fin et il sera remplacé par le patron de Porsche.

05/08/2022

Annonces de hausses de livraisons de semi-conducteurs, la production automobile reste encore loin d’un retour à la normale

A en croire les annonces récentes de fournisseurs de semi-conducteurs, l’horizon semble enfin s’éclaircir en matière de livraisons. Si tant est que cela puisse être vrai, l’industrie automobile n’est pas pour autant sortie de l’auberge. Il faudra encore de longs mois avant que la production soit à hauteur de la demande et plus encore pour compenser une partie des pertes de volumes d’autant que la pénurie de semi-conducteurs n’est pas la seule à heurter la production automobile.

29/07/2022

Tesla, où est passé l’enthousiasme ?

Tesla serait devenu un constructeur normal. Il rencontre des difficultés d’approvisionnement, voit ses marges baisser. Les fuites de Musk au sujet de pertes financières importantes étaient censées créer la panique pour mieux annoncer que la réalité n’est pas aussi grave. Mais les analystes ne sont plus dupes et finalement, personne n’a réagi à l’annonce des résultats. Le titre est resté stable après la fermeture avec une hausse de seulement 0,8% en after-hours.

22/07/2022

Les risques de récession augmentent aux Etats-Unis, qu'est-ce que cela signifie pour l’industrie automobile ?

Tout le monde ne parle plus que de risque de récession économique. Aux Etats-Unis, l’économie perd de la vitesse. Les défauts de paiement pour les prêts automobiles et immobiliers sont de plus en plus nombreux. L’inflation heurte les ménages et la demande, pourtant toujours supérieure à l’offre, semble ralentir. Ce sont les signes qui pointent vers une récession économique. Que cela signifie-t-il pour l’industrie automobile ?

13/07/2022

Véhicule électrique : s’inspirer de la voie chinoise pour éviter de subir

Volkswagen semble bien rencontrer en Chine des difficultés pour éviter d’être évincé par les marques chinoises sur le marché du véhicule électrique ou électrifié. Cette difficulté qui est également celle de Tesla face à BYD et aux autres grands acteurs chinois renvoie à la réussite de la politique industrielle et technologique des autorités chinoises qui visait à faire en sorte que l’électrification permette la sinisation de l’automobile chinoise. En Chine comme en Europe ou aux Etats-Unis, cette réalité appelle une réflexion et des politiques qui ne sauraient se réduire à une fuite en avant dans la montée en gamme.

11/07/2022

Les vols de voitures sont en hausse, mais que font les constructeurs ?

L’inflation est sur toutes les lèvres et le prix des voitures y est pour beaucoup. Une voiture d’occasion récente peut voir son prix dépasser le tarif du catalogue constructeur, c’est plutôt fréquent actuellement en Amérique du Nord. Les pièces détachées ont également augmenté. Et la conséquence n’est pas compliquée à deviner, les vols de voitures sont eux-aussi en hausse. A l’heure où la plupart des voitures neuves sont connectées, cybersécurisées et où les logiciels deviennent prépondérants, comment le nombre de vols peut-il être en hausse continue ?

08/07/2022

Industrie automobile : peut-on durablement concilier indifférence aux volumes, prix élevés et pricing power maximum ?

Bien malin qui pourrait dire qui a raison dans le débat qui poind ces derniers mois : face à une situation où les volumes qui s’effondrent coexistent pour les constructeurs avec des profits très élevés, certains voient l’effet d’une conjonction de facteurs extraordinaires que l’avenir ne pourra pas réunir à nouveau ; d’autres sont convaincus que tout a été et est fait par le management des grands groupes automobiles pour que, bien au-delà de la crise Covid et de celle des semi-conducteurs, il s’agisse là de constantes structurelles. Ce débat est crucial pour toute l’industrie. Il est aussi au coeur des questions de distribution et des débats qui concernent la pertinence ou non du contrat d’agence comme alternative au schéma actuellement dominant.

04/07/2022

AutoTech Detroit confirme la tendance vers le véhicule défini par logiciel

La période post-Covid voit les salons revenir petit à petit. Le très attendu AutoTech Detroit s’est tenu en juin. Cet événement est le parfait endroit pour prendre la température des différentes technologies liées à l’automobile et aux mobilités. L’édition 2022 confirme la tendance qui tend à s’éloigner doucement de la mobilité partagée et autonome pour favoriser le déploiement des architectures développées autour des logiciels.

01/07/2022

L’Europe de l’énergie et de l’automobile est-elle si décidée à réduire les émissions de carbone

Alors que les centrales à charbon allemandes redémarrent, le Parlement européen examine en Commission puis en plénière la fameuse "taxonomie" qui désigne ce qui, en matière de production électrique, peut être considéré comme vert et ce qui ne peut pas être soutenu à ce titre. Pour l’automobile qui a de plus en plus besoin d’électricité non seulement pour faire rouler les véhicules mais aussi pour produire des batteries, ce débat est capital. Il faut que la France qui peine déjà à défendre son avantage compétitif "bas carbone" puisse le préserver. Bizarrement, couple franco-allemand oblige, ceci ne sera possible politiquement qu’en acceptant que le nucléaire français soit injustement traité comme le gaz allemand.

27/06/2022

Faut-il déserter l’ACEA pour se faire entendre ? Le pari très politique de Carlos Tavares

Les turbulences persistantes, que la négociation de la mutation majeure de l’industrie automobile en cours implique, rendent plus difficiles encore que d’habitude l’action collective de branche. Il est dès lors tentant pour des constructeurs déçus par les défaites successives de leur lobby face au politique et aux ONG environnementales de jouer solo et, instruit par le précédent Volkswagen, Carlos Tavares a cette semaine fait ce choix. Simplement, là où Volkswagen avait joué la discrétion, Stellantis est beaucoup plus explicite et prend le risque de se poser, assez maladroitement sans doute, en concurrent direct du politique.

20/06/2022

Should have stayed

C’est un jeune Brésilien que vous ne connaissez probablement pas que j’évoque aujourd’hui, mais qui parle pourtant à bon nombre d’entre nous….

16/06/2022

Après le vote au Parlement européen, le temps de poser les vraies questions est venu

Le débat sur le véhicule électrique est, la semaine passée l’a montré, plus une guerre de religion qu’une vraie bagarre politique sur l’industrie et les services automobiles que nous voulons développer et les véhicules que nous souhaitons que les consommateurs utilisent. Puisque la stratégie conduite par le politique et la Commission est de mettre la filière au pied du mur et de l’obliger à tenir un pari qu’ils ont fait pour elle, le temps est venu de se poser les questions opérationnelles qui ne sont pas moins politiques : comment souhaitons nous remplir ce cahier des charges et/ou comment pouvons vous tenir ce pari au mieux de nos intérêts ?

13/06/2022

L’Amérique choisit l’hybride, Musk pas représentatif

La pandémie a largement favorisé le télétravail dans le monde entier. Aux Etats-Unis, la pratique était déjà largement répandue dans le monde de l’entreprise quand les fonctions le permettent. Depuis la fin des confinements en 2021, le télétravail ou les reprises en mode hybride sont restés très présents dans de nombreuses entreprises. Le choix n’est pas seulement offert aux employés, il est également proposé aux nouvelles recrues, pourvu qu’elles aient de l’expérience.

10/06/2022

La difficulté à concevoir une automobile à loyer modéré renvoie à la profondeur du fossé à combler

Le véhicule électrique à 100 euros par mois pourrait bien rester une formule électorale qui ne deviendra effective que pour quelques infirmières exerçant dans le monde rural ou péri-urbain. Les offres privées comme celles de Cetelem présentée cette semaine cherchent à pallier les insuffisances des dispositifs publics et font indéniablement un pas dans la bonne direction. Il n’en reste pas moins que les loyers proposés sont très dépendants des aides publiques et que, même dans ces conditions, ils peinent à être compétitifs face aux solutions bricolées qu’ont conçu et mis en œuvre les ménages depuis des années. Il reste dès lors un bon bout de chemin à parcourir pour résoudre opérationnellement la question que, intellectuellement, on parvient aujourd’hui à poser correctement.

07/06/2022