Publicité
Publicité
Analyse - 25/02/2021

Puccini et Pompili

Aujourd’hui, je navigue entre drame lyrique et dialogue de sourd, un grand compositeur et une ministre de transition. De fait, à chacun sa spécialité.

Puccini et Pompili

Puccini vs Pompili, le match (source : compte Twitter B Pompili).

Auteur : Jean-Philippe Thery

Partager cet article

L’Avenue de l’Opéra, la Place de l’Opéra, l’Opéra.

Extérieur nuit (américaine), illuminée par le scintillement des célèbres lampadaires à trois lanternes devant la façade du Palais Garnier. Des portes battantes s’ouvrent sur une lumière aveuglante, et c’est à l’assaut du grand escalier que se poursuit un travelling effréné. Soudain, c’est Haendel qui surgit dans le champs de la caméra, plus grand que nature mais restant de marbre sur les vocalises d’In quelle trine morbide. Le second acte de Manon Lescaut n’émeut pas non plus le buste de Berlioz, qui s’efface prestement devant celui de Puccini. Le visage sculpté, qui a reconnu son œuvre, perd l’espace d’un instant son impassibilité minérale : les lèvres tremblent avant que ne coule une grosse larme sur sa joue que même un œil de pierre n’a pu contenir. La soprano monte dans les aigus : Come un sogno gentile di pace e d'amor! 

"Cassettes Chrome Super BASF. L’émotion intacte" égrène la voix monocorde qui met un point final à 45 secondes échantées.

En 1981, la Badische Anilin & Soda Fabrik, premier groupe chimique au monde, faisait ainsi pleurer une statue qu’on ne trouve même pas dans le célèbre opéra, afin de promouvoir ses cassettes à enregistrer, dans l’un des spots publicitaires les plus réussis qu’il m’a été donné de voir. A l’époque, je n’avais pas encore reçu le Walkman de Sony sans lequel je n’imaginais pas me balader quelques années plus tard, même si j’écoutais alors plutôt les standards de Simples Minds ou New Order plutôt que la voix de Maria Callas ou Tiri Ke Kanawa.

Peu importe néanmoins le style musical, puisque dans tous les cas de figure, la bande magnétique supportant les signaux auditifs était constituée du même film plastique chargé en oxydes de fer et de chrome, enfermée dans un boîtier en plastique lui-même rangé dans une boîte en plastique. Une aberration environnementale qui ne manquerait pas d’être dûment dénoncée de nos jours si la musique ne s’était depuis dématérialisée, mais passée sous silence dans les Eighties. Il faut dire qu’à l´époque, notre actuelle ministre de la Transition Ecologique n’avait pas encore l’âge de Greta à sa première conférence de presse, et à peine celui de se visser un casque audio sur les oreilles.

Reconnaissons néanmoins que Barbari Pompili s’est depuis largement rattrapée sur le sujet, comme elle l’a encore démontré le 10 février dernier au cours de l’interview qu’elle a accordée sur les ondes de France Info à propos du projet de loi "Climat et résilience". Questionnée sur la timidité d’un texte qui ne prévoit d’interdiction publicitaire que pour les énergies fossiles, celle-ci a en effet déclaré qu’"à la fin, il n’y aura plus de pub pour tous les produits polluants", avant d’ajouter afin qu’il ne subsiste aucune ambiguïté sur la cible principalement visée : "les voitures n’y échapperont pas".

Interdire la publicité, voilà qui rappelle le 10 janvier 1991, une dizaine d’années après les larmes parisiennes de Puccini, lorsqu’était promulguée la loi relative à la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme, plus connue sous le nom du ministre des Affaires Sociales et de la Solidarité d’alors, un certain Claude Evin. En plus d’envoyer les téteurs de mégot avaler leur fumée dans la rue, celle-ci prévoyait l’encadrement stricte de la publicité relative aux boissons alcoolisées, alors que celle des produits du tabac était tout simplement prohibée. On lui doit également les célèbres étiquettes anti-sèches collées sur les paquets de 20, estampillées "fumer nuit gravement à la santé", accompagnées du portrait explicite d’une victime du tabagisme.

Je m’attends à trouver bientôt une version de ces mêmes étiquettes sur la vitre arrière de nos automobiles, puisqu’au train ou Madame la Ministre semble souhaiter qu’aillent les choses, les annonces vantant les mérites de nos apéros favoris survivront à celles célébrant la mobilité individuelle motorisée. Entre produits fermentés et nicotineux, Madame Pompili n’a en effet pas hésité à déterminer sur quel modèle la promotion ou plutôt la non-promotion de l’automobile devait s’aligner.

Du coup, je me suis rendu sur la page de Santé Publique France "point fr" portant sur le tabagisme. Et comme je me doute bien que vous ne la fréquentez pas souvent, je vous en reproduis ce passage pour le moins "inspirant" à propos de la fumée de cigarette : "on y retrouve la nicotine, les goudrons et les agents de saveur mais il en existe beaucoup d’autres, tels que des gaz toxiques (monoxyde de carbone, oxyde d’azote, acide cyanhydrique, ammoniac) et des métaux lourds (cadmium, plomb, chrome, mercure). La nicotine est la substance (un alcaloïde puissant) qui entraîne la dépendance". Je vous fais néanmoins grâce du passage rappelant que le tabagisme constitue la première cause de mortalité "évitable", et qu’un fumeur régulier sur deux meurt de ses conséquences après avoir contracté un cancer, une maladie cardiovasculaire, une bronchopneumopathie chronique obstructive ou toute autre charmante maladie du genre.

Avouez que ça fait peur. Je parle bien sûr du fait qu’une ministre de la République puisse considérer qu’à l’instar du tabac, l’automobile constitue un fléau nocif, un truc inutile qui ne fait de bien à personne. Et si la comparaison vous semble capillotractée, sachez qu’une porte-parole de Greenpeace a elle-même qualifié de "Loi Evin Climat" la proposition émanant de la Convention Citoyenne pour le Climat de laquelle est issu le projet de loi en cours d’examen par les représentants du peuple. L’ONG ne se prive d’ailleurs pas de critiquer ce dernier pour son manque d’ambition, prise de position que ne semble pas démentir BP (la ministre), lorsqu’elle déclare : "Pour l'instant dans la loi on a plusieurs options possibles : soit il y a des engagements volontaires et ils arrêtent de faire de la pub pour leurs produits polluants, soit ce sera interdit". En ce qui me concerne, je suis curieux de savoir qui prendra l’initiative de la réunion au cours de laquelle les représentants de la bonne trentaine de marques automobiles commercialisées en France se mettront d’accord pour mettre immédiatement un terme à leur actions publicitaires.

C’est à Locoal-Mendon que j’ai trouvé un certain réconfort. Non pas que je me sois personnellement rendu dans cette charmante petite commune morbihannaise de 3.400 âmes, puisque Barbara s’en est chargée pour moi le 7 septembre dernier, lorsqu’elle y a visité le chantier d’une station d’épuration. Ayant visionné la petite vidéo de grand évènement, je puis vous certifier que c’est à l’arrière d’une Renault Talisman que Madame la Ministre y a effectué son arrivée, accompagnée de tout un aréopage motorisé. Ne comptez pas sur moi pour lui faire remarquer qu’elle aurait pu effectuer à pied ou à vélo les 3,2 km séparant sa destination de la gare toute proche de Landaul-Menton, puisque j’ignore si elle a voyagé en train de Paris et que je m’en fiche. Qu’une représentante du gouvernement se déplace en voiture ne me choque pas, surtout s’agissant du haut de gamme d’un constructeur national. J’attends juste qu’elle comprenne que ses concitoyens en ont aussi besoin qu’elle, fumeurs ou pas.

Mais tout de même, cette histoire de pub, je trouve cela inquiétant. D’autant plus que si le texte de la loi "Climat et résilience" déçoit logiquement ceux qui souhaitaient y voir promulguer l’interdiction de publicité pour les SUV (bon courage pour définir la catégorie !), notre chère Ministre semble se montrer plus radicale que les membres du CCC dont la proposition se limitait aux "produits les plus émetteurs de GES", puisqu’elle évoque "tous les produits polluants". Or, j’ai beau me creuser les méninges depuis hier sur le sujet, je n’ai toujours pas trouvé le moindre objet ou service issu de l’activité humaine qui ne génère son lot de pollution anthropique, sans même évoquer la publicité elle-même. Autant dire que pris au pied de la lettre, les propos de Barbara Pompili condamnent donc toute activité publicitaire. Chère Madame le Ministre, puis-je vous rappeler que nous avons tous deux vécu l’effondrement d’un monde où la publicité n’existait pas, et que les pays qui la composaient n’étaient pas spécialement connus pour les vertus de leur production automobile en matière de respect de l’environnement ? (Avec tout le respect voulu pour mon ami JD et sa Trabant).

Et puis voyez-vous, je m’interroge sur le but recherché. Parce que s’il s’agit de faire baisser les émissions polluantes et celles de GES, je crains que Barbara ne promeuve exactement l’inverse de ce qu’il convient de faire, dans un pays où l’âge moyen du parc automobile a tendance à vieillir, s’établissant à 10,6 ans contre 9 en 2017 et même 6 ans en 1990 ! Si on ne peut que saluer -contrairement à une idée reçue- les progrès en matière de fiabilité et durabilité effectués par les constructeurs expliquant en grande partie cette évolution, il convient de rappeler que nous avons vécu 5 changements de normes d’émissions sur les 10 dernières années, et qu’en stimulant la substitution de modèles anciens par de plus récents, on ne peut qu’améliorer le bilan global des émissions dues à l’automobile. A moins bien sûr de considérer la voiture comme un psychotrope, dont il convient de réduire la "consommation" à coups de taxes et de campagnes discriminatoires, comme a su le faire -à raison- la loi Evin avec le tabac.

Sur ce je vous laisse, je vais me visser un casque audio sur les oreilles. Quitte à pleurer, je préfère en rendre responsable Puccini plutôt que Pompili.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Jolie chronique !

Effectivement je m'étais déjà fait cette réflexion aussi que poussé à l'extrême, c'est la publicité dans son intégralité qu'il faudrait interdire... Car oui toute activité est polluante.

Mais jusqu'où pouvons nous arrêter de vivre pour diminuer notre impact ? Détruire l'activité économique n'est très certainement pas la bonne solution.

Bien sûr il faut changer les choses, mais pas du jour au lendemain et avec des vrais plans de reconversion. Quand on voit les modes de déplacement et les frais de nos politiques, on peut se dire qu'il est facile de faire la morale au citoyen lambda qui lui a rarement beaucoup d'alternatives que sa voiture...

Quel drôle de monde vers lequel nous allons.

Seb 16S, Le 25/02/2021 à 07:31

Les écologistes sont capables du pire et du meilleur et c’est dans le pire qu’ils sont meilleurs (Cohn Bandit)
La politique ou tu la fait ou tu la subit,après les repas sans viande,les sapins en peau d’orange,la haine du Tour de France,la limitation des naissances,la défiguration de nos paysages ,BP comme SR ne fait que passer,vite 2022

Alain Boise, Le 25/02/2021 à 07:56

C'est la pub pour les thermiques qui est en jeu, pas la pub pour les bagnoles.
Ce sujet est éminemment politique, symbolique et ridicule car pourquoi les conducteurs iraient-ils faire de la pub pour des véhicules devenus règlementairement invendables ?
L'arsenal répressif déjà mis en place a déjà donne naturellement ce qu'on essaye de nous imposer par la loi (de personnes non-élues !)
Cherchez une pub pour un thermique, voire un Diesel ?
Race en voie de disparition..
;0)

Lucos , Le 25/02/2021 à 08:23

Jerrican, j'ai l'essence de l'humour...
;-)

Clerion , Le 25/02/2021 à 08:31

Allez une dernière avant le bouclard.
Dans ma région nous avons les Îles du Ponant,dont deux sont habités ( Ouessant et Molène),elles sont alimentées par deux énormes groupes électrogènes à Mazout bien gras.
EDF a décidé de passer u n câble pour l’interconnexion avec l’Irlande,de façon à équilibrer les flux électrique,donc on sait faire!
Et bien il n’et pas question de raccorder nos Îles car nous servons de laboratoire pour une turbine sous marine qui est plus souvent au sec que sous l’eau,elle engloutit d’énormes subventions pour qq ......KWh.
Chaque fois que le bateau Hollandais vient la remonter cela nous coûte 3 Milions d€.....au fou!
Et à Sein c’est pire les habitants ne se parlent plus à cause de deux écolos qui veulent imposer une éolienne citoyenne .
En Bretagne on ne veut pas de centrales mais du bon courant Normand nucléaire .
Interdire la Pub,taxer à outrance,interdire les déplacements motorisés etc etc ,marre et re marre,l’air que nous respirons n’a jamais été aussi pur,à force de vouloir plus blanc que blanc!!!

Alain Boise, Le 25/02/2021 à 08:46

La différence entre le tabac et une voiture, c'est que dans les zones sans transport en commun, on ne peut pas se passer de la voiture.
Facile à dire pour moi qui n'est pas fumeur, mais quand même, c'est un bien vital pour ces gens là.
Allez trouver du travail si vos n'avez pas votre permis B... même si c'est dans rue en face (si vous voyez ce que je veux dire).
Comment expliquer cela à nos concitoyens qui passent leur temps à entendre des gens qui les dirige leur faire la morale sans savoir ce que leur quotidien est fait.
Les gens dans les campagnes doivent utiliser la voiture car nous avons été incapables de maintenir en état de fonctionner des modes de transport en commun alternatif.
De là nait un profond malaise et peut nous mener à des déni de démocratie, c'est très dangereux...
Ayons les pieds sur terre et respectons les concitoyens qui ont un pouvoir de vote et qui vivent déjà actuellement une situation économique extrêmement difficile avec la crise sanitaire.
Certaines personnes n'ont que faire des leçons de morale sur la pertinence ou pas d'avoir de la publicité pour des voitures alors qu'ils ont bien du mal à boucler leur fion de mois.
C'était mon coup de gueule de ce matin, mais sans colère.
Nous sommes des adultes, pas des gamins.
;-(

Clerion , Le 25/02/2021 à 09:16

...leur fin de mois..., lapsus non révélateur...

Clerion , Le 25/02/2021 à 09:18

En revanche celui d'Alain l'est avec son "Bandit" !
;0))

Lucos , Le 25/02/2021 à 09:38

On a frôlé l'autre lapsus avec Cohn...
;-)

Clerion , Le 25/02/2021 à 09:50

Pour détendre l'atmosphère :
Gounod et Verdi se détestaient.
Pendant que Gounod voulait l'Ave Maria, Verdi Otello...
;-)

Clerion , Le 25/02/2021 à 09:52

Comment transcrire au mieux les scènes de ménage en musique ?
Avec des sol fa si la si ré !
;-)

Clerion , Le 25/02/2021 à 09:54

Plombiers et musiciens sont faits pour s'entendre.
Avec des gars des eaux puis l'Opéra...
;-)

Clerion , Le 25/02/2021 à 09:56

Jean-Philippe,
Voilà ce qui arrive quand vous emmenez la Royale Cambouis à l'Opéra....
;0)

Lucos , Le 25/02/2021 à 09:56

Lucos a raison, à ce stade, l'interdiction de publicité ne portera "que" sur les Diesel, l'étape d'après sera les Essence, la suivante sera les Hybrides (puisque équipés d'un moteur thermique).
Cette "interdiction de publicité" n'a évidemment pas lieu d'être car le produit promu par cette pub sera lui-même interdit.
Donc Lucos a deux fois raison, aucun constructeur ne fera de la pub pour une bagnole interdite à la vente, donc qu'il n'aura pas fabriquée.
Toutes ces déclarations sont faites pour caresser le poil des électeur "verts" car le nombre d'électeurs "naturels" de LREM diminue comme peau de chagrin.

PS : j'aime bien "Conne Bandit", ça lui va comme un gant.

Bruno Haas, Le 25/02/2021 à 10:43

Et les effets collatéraux ?
La pub auto représente 10% des dépenses de pub totales en France et ceux qui vont souffrir finalement sont les grands médias classiques, TV et presse, car c'est chez eux que la réduction de la pub va très sérieusement se faire au profit du Net qui explose et qui a surtout l'avantage d'être très difficilement contrôlable, sauf à mettre des moyens énormes.
Allez contrôler et sanctionner des milliers de blogs et des influenceurs !
Les patrons de ces grands média doivent déjà être en train de faire leur lobbying urgent auprès des élus, ou alors devraient s'empresser de le faire de suite contre ce projet, car il en va pour beaucoup de leur survie.
;0)

Lucos , Le 25/02/2021 à 12:33

J'comprends le marasme ...
La maladie de "Cohn" , c'est pas bon du tout "y" paraît !
;0)

Ade Airix, Le 25/02/2021 à 17:04

Dès que j'ai lu le mot "résilience" j'ai vu que Madame Pompili, nous prenait tous pour des poires (quoique le mot "cons" existe dans le dico) ...et donc comme femme (politique) publique (consultez pas le dico pour savoir la signification du mot dans le moyen-âge) cherche visiblement à se faire insulter proportionnellement en échange !
Cette dame qui est surement contre le diesel (elle n'est pas la seule) ...a l'immense incompétence et ignorance de ne pas se douter que si un jour elle a besoin d'être opérée dans un hôpital comme tout citoyen dans ce pays...qu'elle dépendra, et ce sera vital pour elle, d'un générateur diesel dans la cave de l'hôpital pour palier aux éventuelles coupures de courant !!
Pour les centrales nuc...le même topo...et pour les transports collectifs ou de marchandises...la messe est loin d'être dite !!
Concernant la publicité...il y a débat !
Cette dame politique publique (comme l'immense troupeau de nouveaux écolos ignorants) ....va beaucoup manger son chapeau d'ici 2022 !!
Qu'ils nous parlent d'abord des économies d'énergie de toute sorte qu'il est légitime et urgent de faire, qu'ils balayent d'abord devant leur porte, et ont les prendra un peu plus au sérieux !!

Durand Pierre, Le 25/02/2021 à 18:41

Très belle chronique mon cher Jean-Philippe. À quand des vidéo ?

Christophe Muyllaert, Le 26/02/2021 à 07:37

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 25/02/2021

Catégorie Analyse

Oui, je fais des rêves immoraux

Aujourd’hui, on prend de la hauteur en évoquant ces merveilleux fous volants et leurs drôles de machines. Ou du moins on essaye. Parce j’en connais certaine qui essaye de nous empêcher de rêver en rond…

09/04/2021

L’Agence Américain de Protection de l’Environnement annonce de nouveaux standards pour juillet

A peine un mois après sa confirmation, le nouveau responsable de l’Agence américaine de protection de l’environnement engage une profonde réorganisation et prévoit d’annoncer en juillet de nouveaux standards d’émission pour l’automobile. Michael Regan et la nouvelle administration ne perdent pas de temps mais prévoient une approche qui promet d’être pragmatique et inclusive.

09/04/2021

Semi-conducteurs : les ambitions de la Chine

Mathieu Duchâtel, directeur du programme Asie de l’Institut Montaigne, publie dans le dernier Cahier du Cercle des économistes, son analyse des forces en présence sur le marché des semi-conducteurs et évoque notamment les ambitions de la Chine.

09/04/2021

La loi climat-énergie : une opportunité de dés-hystériser les débats

Les débats qui concernent l’automobile et qu’implique depuis la fin mars l’examen du projet de loi "climat et résilience" restent, de prime abord, assez caricaturaux : la majorité s’y voit tour à tour reprocher d’aller beaucoup trop loin et/ou de ne pas aller assez loin au regard de "l’urgence climatique". Néanmoins, à mesure que les échéances que France et Europe se sont données se précisent, les postures prises par les uns et les autres dans le jeu de rôle qui avait fini par se nouer sont remises en cause et l’espoir de voir enfin traitées les vraies questions peut naître.

06/04/2021

Crise de foi

Y’a de l’électricité dans l’air aujourd’hui. Parce que j’en ai un peu marre de lire les même c… pour ou contre les voitures supposées propres ou sales, à moins que ce ne soit l’inverse. Alors j’ai décidé de me lâcher : ô grands mots, ô grands remèdes.

01/04/2021

Pénurie de composants, comment l’automobile en est-elle arrivée là ?

Plus aucun constructeur automobile n’est désormais épargné par la pénurie de composants électroniques à l’échelle mondiale. Chaque semaine de nouveaux arrêts de chaine sont annoncés en Europe, en Amérique du Nord, en Chine, en Corée ou au Japon. La question est de savoir si la situation s’aggrave ou bien si la chaine logistique et la crise sont vraiment comprises.

02/04/2021

Les choix industriels de PSA plombent le commerce extérieur automobile français

Les statistiques du commerce extérieur 2020 sont disponibles et leur analyse est édifiante. Elle confirme largement la désindustrialisation et indique que, couplée avec les choix faits par les constructeurs français - et en particulier par PSA pour 2020 – la pandémie a entrainé un véritable effondrement de la production française. La baisse de la consommation a limité l’ampleur du déficit extérieur qui se creuse tout de même très sérieusement en matière de véhicules. De surcroît, là où les annonces politiques laissaient entendre que les véhicules électriques ou électrifiées pourraient constituer une chance pour le site France, les statistiques viennent mettre le doute et indiquer à quel point il faudra au politique être volontariste pour amener les constructeurs à inverser des choix anciens et lourdement défavorables au site France.

29/03/2021

Coupez !

Les belles voitures, ça se dessine aussi avec des ciseaux. A moins que ces derniers ne servent à couper dans les gammes des constructeurs, histoire de renouveler l’espèce automobile.

25/03/2021

ZFE : les chiffres qui montrent pourquoi le sujet pourrait vite devenir explosif

L’actualité de cette fin mars pour l’automobile française devrait être marquée par l’examen du projet de loi portant "lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets" qui propose d’introduire, d’ici à 2024, le concept de ZFE-m pour les villes de plus de 150.000 habitants. Interprétées de manière stricte, les obligations d’intervention faites aux responsables politiques locaux pourraient entrainer l’exclusion du parc de millions de véhicules et les autorités semblent le découvrir. Une réalité et une urgence que la "carte cognitive" des responsables publics peine toujours à repérer et à intégrer.

22/03/2021