Publicité
Constructeurs - 14/04/2021

Stellantis va produire un nouveau moteur dans l'usine historique de Douvrin

(AFP) - Le groupe automobile Stellantis va produire un nouveau moteur à Douvrin (Pas-de-Calais), dans une usine qui était menacée selon les syndicats, ont annoncé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et le directeur général Carlos Tavares dans un entretien conjoint au Figaro de mercredi.

Auteur : AFP

Partager cet article

Stellantis, issu de la fusion de Peugeot-Citroën et Fiat-Chrysler, avait annoncé fin février la délocalisation en Hongrie d'un moteur essence (EP) produit à Douvrin, une de ses implantations industrielles historiques.

Parallèlement, le groupe a lancé sur ce site la construction avec Total, dans le cadre d'une entreprise baptisée ACC, d'une usine de batteries pour voitures électriques.

Mais au-delà de cette production de batteries qui démarrera selon lui en 2023, "nous avions décidé que la future génération du moteur essence EB de génération 3 le sera sur ce site, qui a co-construit sa performance avec les partenaires sociaux", a révélé Carlos Tavares au Figaro.

Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, dans la même interview, a salué "une excellente nouvelle pour les salariés du site". "Je tenais en effet à ce que la production du moteur EB de génération 3 soit localisée à Douvrin et à ce que les emplois industriels soient préservés sur le territoire", a-t-il ajouté.

Fondée en 1969 sous le nom de Française de Mécanique par Peugeot et la Régie Renault, Douvrin a produit plus de 40 millions de moteurs en 50 ans, dont dans les années 1970 et 1980 le célèbre moteur V6 PRV (Peugeot-Renault-Volvo).

Environ 800 personnes (syndicats et préfecture) avaient défilé samedi pour protester contre la délocalisation vers la Hongrie, synonyme de "mort programmée" de l'usine, selon des syndicats.

L'usine risquait de ne plus avoir de production d'ici à 2025, et l'usine de batteries n'absorberait pas les emplois perdus, selon eux.

La nouvelle du choix de Douvrin pour un nouveau moteur avait été révélée mardi soir par le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand.

Laurent Dubois, secrétaire de la CFTC (premier syndicat du site) et secrétaire adjoint du CSE, s'est réjoui d'une "très bonne nouvelle, car, sans cela, le site aurait été condamné en 2025, puisque nous n'aurions plus pu faire de moteurs".

"Cela nous permet de continuer à fabriquer des moteurs thermiques encore quelques années. On avait peur que ça s'arrête trop vite", a-t-il déclaré à l'AFP, espérant "une transition moins brutale" vers ACC.

"Avec soulagement", la CFE-CGC a également salué dans un communiqué une "décision socialement responsable (qui) va permettre d'amortir le choc de la transition énergétique".

M. Tavares s'est voulu rassurant, affirmant au Figaro que le mouvement vers des voitures électriques représentait "en réalité une énorme relocalisation d'activité vers la France puisque ce sont des moteurs électriques, des boîtes de vitesse, des batteries qui représentent à elles seules 35% de la valeur d'une automobile et que nous n'importerons plus d'Asie".

De son côté M. Le Maire a défendu la stratégie du gouvernement, soit "des aides aux industriels en échange d'engagements de relocalisation. C'est ce que fait Stellantis à Douvrin, à Tremery ou encore à Metz ; Carlos Tavares tient ses engagements et je sais qu'il continuera à les tenir".

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

"Je tenais en effet à ce que la production du moteur EB de génération 3 soit localisée à Douvrin"
Le "gêné-par-son-intelligence a été nommé directeur des usines de Stellantis, et Autoactu ne nous a pas tenu informés, tsss, tsss, pas bien.

Ceci dit, rappelez-nous le calendrier des ZFE ? Combien d'années avant que les moteurs essence soient interdits de séjour ?

Bruno Haas, Le 14/04/2021 à 09:50

Surtout que ces moteurs accompagnerons les moteurs électriques des hybrides et que ces hybrides restent une aberration théorique, même s'il auront été une transition nécessaire vers le VE.
Je lisais l'essai d'un PHEV ce matin avec une autonomie en VE de 50 à 90 km suivant qu'il est en ville sur route ou sur la Lune.
Une des conclusions du journaliste est très représentative de la future disparition des Hybrides donc des thermique dont on parle dans cet article.
Dans les qualités du véhicule il y a : autonomie suffisante pour ne rouler qu'en VE à condition de charger tous les jours !
Tout est dit, et le journaliste n'a pas fini son raisonnement : 600 kg de thermique avec accessoires qui ne servent en fait à rien !
Donc acheter un VE directement et charger à la maison la nuit 1 ou 2 fois par semaine comme cela se fait aujourd'hui.
Donc idem Bruno, il ne reste que très peu d'années pour ces moteurs.
Mine de rien Carlos avait raison en passant directement aux VE..
;0)

Lucos , Le 14/04/2021 à 10:38

… Après la livraison sur l'origine des logorrhées, hier, Lucos semble, particulièrement, espiègle... ce matin !

Evidemment la remarque de Bruno, avec indirectement le "haro sur le thermique bien installé" est totalement fondée et, sans jeu de mot, l'on voit déjà un peu (beaucoup) les conséquences de cette approche politique sur différents sites tricolores de fonderie et autres…

Cependant, si je me mets à la place des salariés de la Française de Mécanique, je préfère largement que Stellantis attribue la production du moteur EB de génération 3 (amélioré donc ?) à Douvrins plutôt que de l'affecter à un site hongrois, que Viktor Orban me pardonne … C'est une formule rien de plus ! … On comprends parfaitement le soulagement des parties prenantes, sans compter que c'est bon pour les échéances à venir … Mais bon c'est le jeu !

Encore un instant (une grosse dizaine d'années ?) monsieur le bourreau !
;0)

Ade Airix, Le 14/04/2021 à 11:50

C'est exactement ça : encore un instant...

Bruno Haas, Le 14/04/2021 à 12:12

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 14/04/2021

Les grandes entreprises devront avoir 70% de leurs achats en "véhicules à faibles émissions" en 2030

Les députés ont voté vendredi dernier un renforcement des obligations d’achats de "véhicules à faibles émissions" qui monte à 70% pour l’Etat à partir de 2027 et pour les collectivités territoriales et les entreprises (dont la flotte est supérieure à 100 véhicules) à partir de 2030. Lors des discussions la ministre de la Transition Ecologique, Barbara Pompili, a avoué que l’Etat ne respectait pas l’objectif actuel en la matière… alors que les entreprises sont déjà au-delà de leur objectif.

Marchés

Vers les dépôts de bilan de trois fonderies du groupe Gupta

(AFP) - Trois équipementiers automobiles de la Vienne et de l'Indre appartenant au groupe Alvance du magnat de l'acier indo-britannique Sanjeev Gupta, en difficulté financière, doivent tenir jeudi des CSE extraordinaires, préludes à de probables déclarations de cessation de paiements, a-t-on appris mardi de source syndicale.

Equipementiers

Catégorie Constructeurs

FO annonce la mise en œuvre de l’accord de transfert de l’activité de Choisy

Syndicat majoritaire sur le site de Choisy, FO a pris le parti d’entrer très vite dans la négociation plutôt que de laisser s’installer colère, angoisse et lassitude chez les salariés. Les négociateurs ont obtenu un accord qui permet aux salariés de choisir entre une mutation à Flins, l’intégration d’un autre site de Renault ou quitter l’entreprise. Dans tous les cas ils seront accompagnés. Samir Slim qui a mené ces discussions nous raconte comment elles se sont déroulées.

12/05/2021

Nissan voit son redressement freiné par la crise des semi-conducteurs

(AFP) - Le constructeur automobile japonais Nissan a dit mardi s'attendre à un résultat net de nouveau négatif lors de son nouvel exercice 2021/22 entamé le 1er avril, en citant notamment la pénurie de semi-conducteurs et le renchérissement des matières premières.

12/05/2021

Renault : les syndicats dénoncent des "départs contraints" déguisés

(AFP) - Les syndicats CGT, CFDT, CFE-CGC et SUD du centre technique de Renault à Lardy (Essonne) ont dénoncé lundi la "pression de plus en plus importante mise sur les salariés pour les pousser au départ" alors que la direction s'était engagée sur un plan de départs volontaires.

11/05/2021