Publicité
Publicité
Constructeurs - 02/05/2022 - #Renault

Affaire Ghosn : le schéma de blanchiment en bande organisée et de corruption soutenu par l'enquête

(AFP) - Carlos Ghosn et quatre responsables du distributeur automobile omanais Suhail Bahwan Automobiles (SBA) font l'objet de mandats d'arrêts de la justice française depuis une semaine. Retour sur le schéma de blanchiment en bande organisée et de corruption soutenu par les enquêteurs.

Auteur : AFP

Partager cet article

Carlos Ghosn d'abord, qui conteste fermement tous les faits reprochés. 
L'ancien patron de Renault-Nissan, âgé de 68 ans, vit au Liban depuis sa fuite rocambolesque du Japon fin 2019, où il devait être jugé pour malversations financières, au détriment de Nissan. "Pas un yen de Nissan et pas un euro de Renault n'a été détourné au profit de Carlos Ghosn", a assuré à l'AFP un de ses avocats, Jean Tamalet.
En France, M. Ghosn est visé par deux instructions, à Paris et à Nanterre. 
Le mandat d'arrêt à son encontre a été délivré par un juge d'instruction nanterrois pour "abus de biens sociaux", "abus de confiance", "blanchiment en bande organisée", et "corruption passive" de 2012 à 2017.
Dans ce schéma, le fondateur de SBA Suhail Bahwan, ses deux fils, et un ex-directeur général sont soupçonnés de "blanchiment en bande organisée".
Et trois d'entre eux sont mis en cause pour "abus de biens sociaux" et "corruption active" : le milliardaire Suhail Bahwan, son fils Ahmed, et Divyendu Kumar, directeur général de 2008 à 2018. Le bénéficiaire serait Carlos Ghosn.

Suhail Bahwan "conteste formellement avoir pris part (...) aux infractions visées par le mandat d'arrêt", a déclaré à l'AFP son avocat Christophe Ingrain. Ses fils et l'ex-directeur général n'ont pu être joints.
D'après une source proche de l'enquête, des indices graves ou concordants permettent de soupçonner que Carlos Ghosn ordonnait le versement de primes de Renault au distributeur SBA, "maquillées par un certain nombre d'écritures comptables tels que des bonus, des reprises sur stock", et dont une partie était ensuite envoyée sur des sociétés écrans appartenant à l'entourage de Carlos Ghosn.
L'enquête évalue ces flux suspects à, au moins, quinze millions d'euros.
   
25 millions d'euros
La relation entre Carlos Ghosn et Suhail Bahwan est au coeur de l'affaire : le sheikh a notamment prêté "25 millions d'euros" à M. Ghosn dans le contexte de "la crise financière de 2008", un prêt dont le remboursement n'est "pas demandé", relatent deux sources proches du dossier. Me Tamalet n'a pas confirmé l'existence de ce prêt.
Parmi les achats considérés comme fruits du blanchiment, les enquêteurs ont identifié un yacht de 37 mètres.
De son côté, Me Talamet a rétorqué que tout versement depuis Renault était "scrupuleusement audité par des commissaires aux comptes". Et Carlos Ghosn a répété dans les médias que SBA était encore aujourd'hui le distributeur automobile de Renault.   

"A la lumière des éléments progressivement réunis à travers l'enquête pénale, Renault a engagé une revue stratégique de sa relation avec SBA", a répondu à l'AFP Kami Haeri, avocat du groupe automobile, partie civile dans ce dossier.
Au fil des années, SBA, qui a obtenu le marché d'Oman en 2005, a étendu son périmètre de distribution - l'Arabie saoudite en 2010, l'Iran en 2013 - pour devenir un partenaire important de Renault.
Les enquêteurs s'appuient notamment sur des mails échangés entre les responsables de SBA et du conseil libanais de Carlos Ghosn (décédé en 2017) et récupérés sur le disque dur de l'ordinateur de cet avocat. Ce disque dur avait été remis par la justice japonaise dans des conditions dénoncées par la défense de M. Ghosn.   

Un voyage des magistrats de Nanterre à Beyrouth en février a permis d'éclairer et valider les conditions de saisie de ce disque dur, a confirmé le parquet de Nanterre.
M. Ghosn, lui, dénonce "un complot" du Japon, comparant le juge d'instruction de Nanterre à un "procureur japonais". Un des ses avocats, François Zimeray, rappelle aussi qu'en novembre 2020, la procédure japonaise a été jugée "fondamentalement inéquitable" par le Groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire. Ces "manquements imputables à la justice japonaise" finiront "tôt ou tard" par avoir des conséquences sur le dossier, a-t-il prédit.   

Le mandat d'arrêt "s'appuie sur un ensemble d'indices" qui vont "au-delà des éléments fournis par la justice japonaise", a souligné le parquet de Nanterre.
Outre SBA, l'enquête porte également sur des dépenses jugées suspectes depuis la filiale néerlandaise RNBV, et sur une convention de mécénat entre Renault et l'établissement gérant le Château de Versailles dont M. Ghosn aurait tiré un bénéfice personnel. Des faits qu'il conteste.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Si on peut plus verser de bonus à ses Concess' maintenant...
;0))

Lucos , Le 02/05/2022 à 08:25

Coupable ou innocent, la justice le dira, peut-être.
En revanche, ridicule achevé, ça c'est établi quand on voit la mascarade jouée au château de Versailles pour son anniversaire avec les laquais en livrée.
Hallucinant de mauvais goût typique d'un nouveau riche vulgaire.
Je comprends mieux pourquoi les Renault de son époque étaient laides et clinquantes (Velsatis et Aftertime en particulier).

Bruno Haas, Le 02/05/2022 à 11:31

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 02/05/2022

Que vont faire les managers venus de chez les constructeurs dans les groupes de distribution automobile ?

Au-delà de l’anecdote, la chronique des transferts que tient la presse professionnelle indique une assez patente amplification du mouvement des managers qui ont fait 20 ou 30 ans de carrière chez les constructeurs et se laissent séduire par les offres que leur font les groupes de distribution. On peut en faire une lecture cynique et se dire qu’ils trouvent là une manière de travailler moins pour gagner plus. On doit surtout comprendre que ces professionnels savent combien il est important d’innover en matière de distribution et de service automobile et ont acquis la conviction que les innovations qu’ils croient nécessaires ou utiles seront plus faciles à implémenter dans un groupe de distribution que chez les constructeurs.

Analyse

Catégorie Constructeurs

Nissan renoue avec un bénéfice net annuel, après deux exercices de disette

(AFP) - Le constructeur automobile japonais Nissan, allié au français Renault, est redevenu rentable lors de son exercice 2021/22 achevé fin mars, une première depuis 2018/19, mais son nouvel exercice s'annonce semé d'embûches, entre flambée des coûts des matières premières et problèmes d'approvisionnement.

13/05/2022

Mobilize s’appuiera sur une gamme dédiée pour "extraire plus de valeur" par véhicule

Renault a présenté ce mardi 10 mai sa stratégie de développement sur le créneau convoité du "vehicle as a service". Ces offres vont combiner des services de RCI Bank, de plusieurs filiales de l’univers des offres de mobilité et surtout une gamme de véhicules spécifiquement conçus pour ces usages. C’est ce qui doit permettre de maximiser le chiffre d’affaires par véhicule tout en baissant le coût d’usage pour les clients.

11/05/2022

Mitsubishi Motors optimiste pour son nouvel exercice

(AFP) - Le constructeur automobile japonais Mitsubishi Motors, troisième membre de l'Alliance Renault-Nissan, s'est affiché confiant mardi pour son nouvel exercice 2022/23 démarré le 1er avril, en pariant notamment sur un fort rebond de ses ventes au Japon et en Asie du Sud-Est.

11/05/2022