Publicité
Publicité
Constructeurs - 07/05/2021 - #Renault

Environ 250 personnes au Mans contre "le démantèlement de la filière automobile"

(AFP) - Environ 250 personnes étaient rassemblées jeudi matin devant l'usine Renault du Mans pour dénoncer le "démantèlement de la filière automobile en France" et soutenir les salariés de la Fonderie de Bretagne mise en vente par le groupe automobile, a constaté un journaliste de l'AFP.

Auteur : AFP

Partager cet article

"Les événements récents dans notre filière prouvent la nécessité d'agir vite avec notamment la recherche de repreneurs pour la Fonderie de Bretagne et le nouvel épisode de redressement judiciaire pour la Fonderie du Poitou", a expliqué Gilles Guiton, responsable de la section Renault Le Mans CFDT.

"Le rapport Roland Berger prévoit une perte de 40% des effectifs de fonderies dans l'hexagone, si rien n'est fait", a ajouté M. Guiton, précisant que la détention de fonderies était "fondamentale" dans la construction automobile.

Selon M. Guiton, l'usine Renault du Mans, où sont employées 2.200 personnes et où sont fabriqués des châssis, était "quasiment à l'arrêt" ce jeudi en raison d'un problème d'approvisionnement des composants, qui touche de nombreux sites de l'industrie automobile en France.

Les manifestants, des syndicalistes de la CGT et de la CFDT pour la plupart, ont commencé à se rassembler vers 10H00 sous une météo maussade devant l'usine mancelle.

"Le mot d'ordre est de contrecarrer le plan de réduction des coûts que Renault a mis en place : 2 milliards en 2021, 2,5 milliards en 2023 et 3 milliards en 2025", selon la CGT. "L'électrique est mis en avant mais pour nous le thermique n'est pas fini" a indiqué à l'AFP Christophe Janvier, responsable CGT à l'usine Renault du Mans.

Les salariés de la Fonderie de Bretagne de Caudan (Morbihan), réclament pour leur part un retour des volumes dans leur usine et leur maintien au sein du groupe Renault, qui a annoncé le 11 mars la mise en vente de l'usine afin de "pérenniser les activités et les emplois".

Une centaine de militants CGT, auxquels s'étaient joints des militants de LFI, étaient également rassemblés dans la matinée devant le site Stellantis de Douvrin (Pas-de-Calais) pour exiger le maintien des emplois de cette usine.

"Il y a quelques semaines la direction a annoncé la délocalisation d'un moteur sur la Hongrie" après "l'annonce de l'arrêt des moteurs Diesel pour 2022, ça marque clairement l'arrêt du site et 1.500 licenciements, ce n'est pas acceptable", a assuré Ludovic Bouvier, responsable CGT métallurgie dans le Pas-de-Calais.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

J'attends toujours des réactions et de l'aide des dirigeants de nos constructeurs nationaux. Ce silence lourd et pesant en dit long sur leurs convictions de soutien à leurs entreprises sous-traitantes situées en France...

Clerion , Le 07/05/2021 à 08:39

Il n'y aura pas de réaction; on ferme !
;0)

Lucos , Le 07/05/2021 à 10:26

"...les dirigeants de nos constructeurs nationaux."...ils attendent qu'ils ferment et qu'ils la ferment !!
Combien de marques "dans la nature" rien que chez Stellantis...et qui n'auront jamais besoin des entreprises sous traitantes nationales !!
Paniquez pas !! Il y a encore dix ans de boulot pour les bricoleurs de vieilles thermiques...chez nous !!
Après cela...le déluge électrique dans les casses !
Renault n'est pas en mal d'imagination...une très vieille ZOE à batterie riquiqui va se louer à 20 euros par mois (plus des prix de locations à rallonge) ...et donc que de magnifiques rentes en perspective !!
Plus de moteurs et des embrayages à refaire sans compter les pots percés à colmater et les fumées noirs ! Bricoleur égale à pollueur...haro sur le baudet !! Disparaissez !!

Durand Pierre, Le 07/05/2021 à 11:30

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 07/05/2021

Le groupe Horizon va installer BMW-Mini à Nanterre

BMW-Mini va s’installer dans les locaux de l’ancienne filiale Citroën de Nanterre (92) à compter de septembre prochain. Porté par le groupe Horizon ce projet va lui permettre notamment d'augmenter de 50% sa capacité d'accueil à l'après-vente, par rapport à son site actuel de Courbevoie.

Réseaux

Volkswagen poursuit sa reprise, malgré la pénurie de puces

(AFP) - Le constructeur automobile Volkswagen a renoué au premier trimestre 2021 avec son rythme de croissance d'avant la pandémie, malgré la persistance de la crise sanitaire et "les effets légers" de la pénurie de puces électroniques, qui devraient être "plus significatifs" au deuxième trimestre.

Constructeurs

Catégorie Constructeurs

Encore 100.000 Tesla rappelées en Chine

(AFP) - Le géant américain de la voiture électrique Tesla doit procéder, pour la troisième fois depuis avril, à un rappel de plus de 100.000 véhicules en raison cette fois d'un problème de rechargement, a annoncé lundi le régulateur chinois.

17/05/2022

Les usines russes de Renault passent aux mains de Moscou

(AFP) - Acculé par les sanctions frappant la Russie, le constructeur français Renault, leader dans le pays avec la marque Lada qu'il avait redressé, a cédé ses actifs à l'État russe, première nationalisation d'ampleur depuis l'offensive contre l'Ukraine.

17/05/2022

Les parlementaires européens sourds aux incohérences de la réglementation CO2

Le bannissement des véhicules thermiques en 2035 a toutes les chances (ou les risques) d’être adopté prochainement. Cette décision radicale pourrait paradoxalement augmenter les émissions globales de CO2, estime la PFA. Les dirigeants de l'Europe par volonté d’être "les mieux disant" pourraient mettre à mal leur industrie automobile et ne pas gagner la bataille du CO2.

17/05/2022