Publicité
Publicité
Equipementiers - 22/02/2021

Faurecia fournira à Renault des réservoirs pour véhicules à hydrogène

(AFP) - L'équipementier Faurecia va fournir à Renault des réservoirs destinés à équiper des utilitaires légers fonctionnant à l'hydrogène, l'une des technologies promettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre des véhicules, ont annoncé les deux entreprises françaises vendredi.

Auteur : AFP

Partager cet article

"À partir de fin 2021, Faurecia fournira au groupe Renault des systèmes de stockage à hydrogène pour une première flotte de véhicules utilitaires légers", des éléments qui seront produits au sein de Faurecia à Bavans (Doubs), ont indiqué les sociétés dans un communiqué.
De même source, "en fonction des volumes, l'augmentation de la production sera étendue à une nouvelle usine dédiée aux systèmes de stockage d'hydrogène que Faurecia projette de construire à Allenjoie", également dans le Doubs.   

L'hydrogène, qui permet de produire de l'électricité via une pile à combustible en ne dégageant que de la vapeur d'eau, est considéré comme l'une des pistes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des flottes de véhicules.
Déjà éprouvée en petite série par des constructeurs automobiles comme Toyota et Hyundai, cette technologie, qui présente l'avantage d'éliminer le temps de charge des voitures électriques, pose néanmoins de nouvelles contraintes, comme la nécessité de stocker l'hydrogène à très haute pression (plusieurs centaines de bars).   

Son empreinte carbone dépend aussi de la façon dont il est produit, soit à base d'hydrocarbures (reformage de méthane), soit par électrolyse de l'eau, dans l'idéal au moyen d'électricité issue de sources renouvelables.   

Début janvier, Renault avait annoncé la formation d'une coentreprise avec Plug Power, pionnier américain de la pile à combustible, un investissement de plusieurs dizaines de millions d'euros. Les partenaires vont concevoir et développer en France des véhicules utilitaires propulsés à l'hydrogène, à commencer par le Renault Master dès la fin 2021 puis le Renault Trafic.
Le groupe rival du constructeur automobile au losange, PSA, qui détenait la majorité de Faurecia, avait cédé fin 2020 7% de son capital, avant son union avec Fiat-Chrysler dans le groupe Stellantis, et doit encore distribuer 39% du capital aux actionnaires de Stellantis.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Faurecia fait son boulot de B to B !!
Dans le B to C ...aucun espoir d'ici vingt ans...ne serait-ce de constater le prix d'un million d'euros pour une station de distribution d'hydrogène à la disposition du grand public. Même à moitié prix....c'est prohibitif...
Si vous me dites tous que les pétroliers vont y aller...pourquoi pas ??

Durand Pierre, Le 22/02/2021 à 19:17

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 22/02/2021

Résultats 2020 de Renault : déjà un effet de Meo ?

La présentation des résultats de Renault n’a pas surpris grand monde : pertes très lourdes, impact très fort des pertes de Nissan, bon comportement des stocks et du mix, plan de réduction des coûts à échéance 2023 déjà largement réalisé et nette amélioration au S2, tout ceci était attendu. Paradoxalement, ceci semble indiquer que, avant même que Luca de Meo n’ait eu le temps de marquer réellement l’entreprise de son empreinte, celle-ci serait à même de s’en sortir. L’effet de Meo serait alors à attendre pour 2022 ou 2023 dans un contexte où l’entreprise serait déjà en meilleure posture.

Analyse

Catégorie Equipementiers

Autonomie de niveau 3 et électrification au menu du stand Valeo à Munich

A l'occasion du salon de Munich, Valeo fera circuler dans les rues de la ville son prototype de véhicule autonome de niveau 3. Il présentera également un système autonome pour garer son véhicule dans un parking, un nouveau moteur électrique de grande puissance et de nouvelles stations de charge.

27/07/2021

Les dirigeants de Valeo prévoient un "retour à la normale" début 2022

Les trois chocs d’offres successifs pour les semi-conducteurs ont provoqué une crise violente et "anormale" qui a coûté la production de 4,3 millions de véhicules au premier semestre 2021. Simultanément, les prix des matières premières ont augmenté ces six derniers mois et cette hausse va se poursuivre encore plusieurs trimestres. Jacques Aschenbroich, PDG de Valeo qui recevait vendredi dernier des journalistes avec Christophe Périllat, DGA, est confiant dans la bascule du marché automobile vers l'électrique.

26/07/2021