Publicité
Publicité
Constructeurs - 11/02/2021

General Motors touché, mais pas coulé, par la pénurie de puces

(AFP) - General Motors a dégagé des résultats solides en 2020 grâce à un rebond des ventes de ses véhicules en fin d'année et s'est voulu optimiste pour 2021 malgré la pénurie de semi-conducteurs qui secoue le secteur automobile.

Auteur : AFP

Partager cet article

La carence de puces électroniques qui touche tous les grands constructeurs a en effet forcé General Motors à suspendre la production dans trois usines pendant au moins un mois.

Ce contre-temps devrait coûter aux propriétaires des marques Chevrolet, Cadillac, Buick et GMC entre 1,5 et 2 milliards de dollars.

Mais le numéro un de l'automobile aux Etats-Unis en termes de ventes s'attend malgré tout à un bénéfice opérationnel compris entre 10 et 11 milliards de dollars sur l'ensemble de l'année, contre 9,7 milliards en 2020.

"Nous travaillons au jour le jour non seulement avec nos fournisseurs directs mais encore avec l'ensemble de la chaîne de fournisseurs pour évaluer au mieux la situation", a assuré la Présidende de General Motors Mary Barra lors d'une téléconférence avec des journalistes.

La production est programmée à la minute dans l'industrie automobile et le secteur ne s'attendait pas forcément à voir la demande rebondir aussi fortement après un fort ralentissement au premier semestre.

Seul hic : les puces électroniques, qui ont envahi les voitures ces dernières années, sont aussi fortement demandées pour des produits dont la demande a explosé avec la pandémie, comme les ordinateurs.

"On en est encore au début de la crise et tout est encore mouvant", a relevé Mary Barra. "Le problème devrait être résolu d'ici la fin de l'année mais il est encore un peu tôt pour dire exactement quand", a-t-elle estimé.

Dans l'état actuel, la pénurie ne devrait pas affecter la production annuelle de camionnettes à plateau (pick-up) et 4x4 de ville (SUV), ses véhicules les plus rentables et les plus populaires.

Son concurrent Ford ne peut pas en dire autant : il a prévenu la semaine dernière que la pénurie de puces électroniques affectait la fabrication de son pick-up aux marges lucratives F-150 et allait grever ses comptes de l'ordre de 1 à 2,5 milliards de dollars sur l'année.

"L'impact de la pénurie sur les profits de General Motors sera probablement plus important que ce à quoi beaucoup d'observateurs s'attendaient", remarque Nick Shields, analyste pour le fonds Third Bridge.

"Mais le groupe a démontré après la fermeture des usines liée au Covid qu'il savait refaire partir la production rapidement", a-t-il ajouté.

Objectif électrique

Les prévisions de General Motors pour 2021 ont un peu déçu les marchés : le groupe anticipe un bénéfice ajusté par action et hors éléments exceptionnels compris entre 4,50 et 5,25 dollars, là où les spécialistes du secteur prévoyaient 5,89 dollars. Son action reculait de 3,6% à la mi-séance à Wall Street.

Mary Barra a en tout cas répété que ces difficultés ne remettaient absolument pas en question l'engagement de General Motors envers les véhicules électriques : le constructeur prévoit d'en proposer 30 modèles d'ici fin 2025.

Elle a souligné lors d'une conférence avec des analystes en avoir discuté avec le président américain Joe Biden, qui a fait de l'essor des voitures propres un point majeur de son programme.

Au quatrième trimestre, General Motors a vu son chiffre d'affaires progresser de 22% à 37,52 milliards de dollars.

Son bénéfice net a atteint 2,8 milliards de dollars, là où le groupe avait perdu 194 millions l'an dernier à la même époque en raison notamment d'un important mouvement de grève.

Sur l'ensemble de l'année, le chiffre d'affaires s'est tassé de 11% à 122,48 milliards de dollars.

Les ventes de voitures du groupe ont en effet subi un coup d'arrêt au printemps, quand la propagation du Covid-19 a conduit à la fermeture temporaire des usines et de nombreux concessionnaires.

Mais la demande des particuliers a commencé à reprendre dès mai, alors que de nombreux urbains cherchaient à éviter les transports en commun et à pouvoir s'évader de la ville le week-end. Conséquence : les ventes ont retrouvé leur niveau d'avant la pandémie au cours du quatrième trimestre.

Le bénéfice net de GM s'est un peu rétracté en 2020, de 4% à 6,4 milliards de dollars.

"Chaque trimestre était différent en termes d'environnement macro-économique et a apporté son lot de défis et d'opportunités", ont souligné les analystes de JPMorgan. "Le fait que GM ait toujours dépassé les attentes démontre une solide exécution".

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Les américains ces grands enfants ne savent pas encore que les voitures thermiques vont être "interdites" chez eux.... hi, hi ...
Nous allons voir sur Netflix la série" Viens chercher ma caisse thermique" et tu vas voir le canon de mon fusil !!
En Asie pareil, et dans le reste du monde aussi...mais chez nous en Europe c'est comme que ce serait déjà fait !!
Reste le vélo...sur les autoroutes !! Roulez pas à contre sens !!
Faites pas chier les petits poissons du Lac d'Annecy !!

Durand Pierre, Le 11/02/2021 à 11:50

"Dans l'état actuel, la pénurie ne devrait pas affecter la production annuelle de camionnettes à plateau (pick-up) et 4x4 de ville (SUV), ses véhicules les plus rentables et les plus populaires."
Je doute fortement que ces véhicules n'aient pas le moindre semi-conducteur.
Info ou intox vis-à-vis des concurrents ?

Clerion , Le 11/02/2021 à 12:53

C'est à la mode que tout le monde intox tout le monde !!
Vite achetez ma came, il y a pénurie !

Durand Pierre, Le 11/02/2021 à 13:46

Oui Jo Duchene, je ne sais pas si les Etats-Unis vont interdire les moteurs thermiques mais vous semblez ironiser sur ces futures interdictions en Europe et en France. Et pourtant, extraits de votre hebdo favori Auroplus :
"Les voitures diesels [voyez comme Autoplus écrit Diesel] sont dans la ligne de mire de plusieurs grandes villes européennes, et notamment dans le nord. Depuis le 1er janvier 2020, il est en effet interdit de circuler au volant d'un véhicule diesel à Copenhague (Danemark) et à Oslo (Norvège).
A Amsterdam (Pays-Bas), le "zéro mazout" est déjà une réalité depuis plusieurs années. L'objectif est désormais d'atteindre le "zéro émission" à l'horizon 2030. D'autres cités néerlandaises sont également parties à la chasse aux voitures thermiques, comme Rotterdam, Maastricht et Utrecht.
Depuis le début de l'année 2020, il est également interdit de rouler dans Barcelone avec une voiture diesel d'avant 2005 (lundi au vendredi de 7 heures à 20 heures).
A Paris, depuis le 1er juillet 2019, les véhicules diesels d'avant 2006 n'ont plus le droit de rouler du lundi au vendredi de 8 heures à 20 heures. Et depuis la même date, même punition pour les voitures "sans vignette" et les vieux diesels d'avant 2001 qui ne peuvent plus rouler à l'intérieur du périmètre de l'A86 (79 communes). A terme, l'objectif est de bannir les mazouts de la région parisienne en 2024. A l'horizon 2030, la métropole du Grand Paris espère même élargir cette restriction à tous les véhicules essence.
En Allemagne, Berlin, Stuttgart, Francfort, Hambourg ou encore Düsseldorf ont déjà fait la chasse aux vieux diesels. A Londres, la stratégie est différente. La ville cherche à décourager financièrement. Les propriétaires de voitures diesels les plus polluantes doivent payer une taxe équivalente à 15 euros par jour, qui s'ajoute au péage urbain (environ 14 euros). A Stockholm (Suède), le prix est plus faible (2 euros en moyenne), mais le conducteur doit payer à chaque fois qu'il repasse dans la zone protégée.
De son côté, Bruxelles veut se passer de toutes les voitures diesels à horizon 2025. Même objectif pour Rome et Athènes.
L'Irlande envisage d'interdire le Thermique Essence et Diesel dès 2025."

Voila Duchene pourquoi les constructeurs vont arrêter de fabriquer des Diesel. Pas parce qu'ils découvrent que c'est une mauvaise motorisation comme vous l'affirmez, mais parce que les zécolos ont fini par polluer les Politiques et les gogos qui votent pour eux, d'où toutes ces interdictions.

PS : si vous le souhaitez Duchene, je tiens à votre disposition les commentaires des lecteurs de l'article de Jacques Chevalier sur les Hybrides et les PHEV dont nous avons parlé hier. 90% d'entre eux descendent en flamme la motorisation Hybride, dont des utilisateurs de Toyota Hybride qui regrettent amèrement leur Diesel parce que "gros rouleur". Seulement quelques témoignages enjoués par des utilisateurs qui ne font que du périurbain et qui recommandent de ne pas faire de longs trajets et surtout de recharger la batterie à tout moment.
A votre disposition.

Bruno Haas, Le 11/02/2021 à 13:58

100% de zozos qui descendent en flammes les hybrides ne savaient absolument pas ce que c'était une hybride il y a 20 ans...il fallait se manifester à l'époque en masse !! Ils font ce qu'ils veulent avec leur pognon.
Tous les constructeurs qui font des hybrides de toute sorte, et il y en a dans le monde, tremblent de peur face à ces zozos.
Il vont surement arrêter d'en faire...et d'en proposer dans leurs concessions.
Il y a 12 millions d'utilisateurs de vrais hybrides dans le monde au bas monde pour une seule marque...sans compter les faux hybrides d'autres marques !!
Ils ne savent pas ce que c'est une industrie et ce qui est le plus grave c'est qu'il y en a ici qui vendent ou ont vendu des voitures, et ne savent pas non plus !!
Pour l'instant ce qui arnaque le moins l'automobiliste (la voiture est un bien de consommation hyper cher) ce fut d'abord l'hybride simple, maintenant c'est l'hybride rechargeable...et demain ce sera autre chose du moment que ce soit fiable, consomme de moins en moins de carburant et durable.
Si c'est le VE le successeur, pourquoi pas...mais pour l'instant c'est de l'arnaque...sauf chez les riches !!
Chez les zozos ignorants continuez de dicter ce que les gens doivent penser, faire et acheter....tristes clowns !!

Durand Pierre, Le 11/02/2021 à 19:03

Exceptionnellement je ne vais pas vous répondre mais laisser la parole à un utilisateur d'une Toyota hybride depuis plus de 15 ans :
"Par Legrand56 le 11/02/2021 à 11:00 (pseudo d'un lecteur commentant l'article de J. Chevalier)
Dès 2007, la société pour laquelle je travaillais a opté pour des véhicules de fonction hybrides au nom de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. C'était le début du "Green Washing". Avant de me voir "imposer" un véhicule plus vertueux, je roulais avec une berline grand routière allemande de 160 CV et un plein de 56 litres de GO me permettait de parcourir plus de 1000 km (dont parfois 900 sur autoroute).
Le changement de véhicule a été interpelant : cumul des motorisations 130 CV (90 CV thermique, 40 CV électrique), autonomie en carburant 800 km pour la même capacité de réservoir, carburant essence à la place du GO et des performances routières notoirement diminuées.
J'ai eu l'impression de me retrouver au volant d'une trottinette, sans reprise, sans pêche, sans couple, sans frein moteur, qu'il fallait pousser à 5000 tr/minute pour monter une côte à 6 % à vitesse constante ! La performance du véhicule était tellement risible que mon fils l’appelait "la Moulinex" !
Au résultat : des véhicules moins performants et bien plus polluants.
Une misère, une couillonnade sans nom, qui tous les jours depuis 15 ans fait la preuve de son inefficacité. Alors quand je vois que les ventes d'hybrides représentent 20 % des ventes en France, je me dis que le bon sens nous a définitivement quitté. Pour l'instant cette situation ne semble pas gêner beaucoup de monde. Quand on retrouvera 10 ou 15 véhicules en panne électrique devant les bornes de recharge sur une aire d'autoroute et qu'il faudra 24 heures pour aller de Paris à Marseille, la vision des automobilistes va rapidement changer. Exit les vœux pieux, retour au pragmatisme.
Je suggère que dans toutes les brochures promotionnelles de véhicules hybrides soit diffusé l'article de presse signée par Jean de Kervasdoué qui a été publié dans votre hebdo."

Bruno Haas, Le 11/02/2021 à 19:08

Commentaire d'un autre lecteur Duchne :
"Par Gremelli le 10/02/2021 à 16:05
Hybride ? C’est une bêtise !
J’ai cédé au chant des sirènes ! Rav4 Hybride. J’en suis toujours à me demander où se trouve l'économie ! Combien ai-je parcouru de kilomètres sur la batterie ? J'en suis bien incapable de le définir. Mais certainement pas beaucoup. Pourtant il semblerait que j'ai le pied léger, mais le moteur démarre très souvent ! Et un 2,5l c'est gourmand. Je regrette mon Diesel ou je consommais moins... Mais les écolos sont susceptibles de fournir plus de voix que moi seul !"

Bruno Haas, Le 11/02/2021 à 19:10

J'aime aussi assez ce commentaire :
"Par mustel le 10/02/2021 à 15:05
Pas besoin d'être polytechnicien pour comprendre que ces caisses hybrides, sont juste bonnes à aller chercher les gosses à l'école (à trois kilomètres) ou le pain à 800 mètres.
Le président Jupiter fait du charme aux écolos et nous bourre le mou avec ces machin (e)s (et claque notre pognon) qui n'auront jamais autant de valeur que dans 50 ans quand elles seront "collector", témoignages d'une insondable sottise."

Bruno Haas, Le 11/02/2021 à 19:12

Un autre commentaire, d'un prénommé Pierre, comme vous Jo ! et qui sillonne l'Europe, comme vous Pierre Jo :
"Par Pierre Munstead le 10/02/2021 à 12:04
L’hybride, presque un contre-sens.
A l'issue d'une étude approfondie pour changer de voiture, et en fonction de mes besoins, de mon installation dans un village… je suis revenu à un excellent moteur diesel, performant, consommation 5,2 sur autoroute, équipé du système AdBlue.
Faisant souvent de longs voyages à l'étranger (avant la pandémie et après j'espère), je me voyais mal le soir chercher un hôtel disposant d'une prise, de devoir recharger à une station d'autoroute (attente, coût), trouver des bornes acceptant ma carte de chargement en Espagne, Italie ou Allemagne, à consommer plus de 10 l avec un petit moteur thermique tractant une voiture alourdie par ses batteries. L'hybride est une mauvaise et coûteuse solution, sauf si vous en servez très peu, évitez les voyages, ayez une prise chez vous !"

Bruno Haas, Le 11/02/2021 à 19:15

Enfin, pour être honnête, trois commentaires sur 57 (!) qui disent du bien de l'Hybride, à savoir des gens qui roulent très peu et essentiellement en ville.
"Par toucap le 10/02/2021 à 13:40
Après inventaire de mes propres besoins d'automobiliste, j'ai opté pour un hybride simple (Toyota RAV). Pour mes parcours (ville 50% et route 50%) je consomme 5l/100 en été et 6l/100 en hiver avec ce véhicule de 1650 kg. Pour le reste, confort, habitabilité, douceur de conduite, ... tout est parfait. J'ai fait le bon choix pour mon profil d'usager.
Dans quelques années ce sera sans doute l'électrique ou l'hydrogène."

"Par navrre le 10/02/2021 à 10:35
Pourquoi ne parle-t-on plus aujourd'hui que d'hybrides rechargeables ? L'intérêt de l'hybride est de n'avoir aucun fil à la patte. Toyota fabrique des hybrides intégrales depuis près de 20 ans. J'en possède une qui n'a besoin d'aucun câble de recharge. Il est vrai qu’elle a un défaut : la conso en carburant du moteur thermique. Mais en l'utilisant comme elle doit l'être (souvent il est vrai en agaçant les jeunes chauffeurs piaffeurs), elle est précieuse."

"Par jean ribault le 10/02/2021 à 09:24
Je fais moins de 30 km 300 jours par an
et donc avec un rechargement la nuit (6 heures sur prise normale) j’ai réduit ma consommation de carburant de 75%...
donc tout ceci dépend du profil et des usages
une seule obligation une recharge possible au domicile et/ou au travail."

Bruno Haas, Le 11/02/2021 à 19:22

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 11/02/2021

J’veux plus d'cuir

Aujourd’hui, on reste à la surface des choses cutanées, même si une certaine profondeur d’analyse s’impose pour un sujet à fleur de peau…

Analyse

Changements au comité de direction de Skoda Auto

A compter du 1er mars 2021, Maren Gräf rejoint le comité de direction de Skoda Auto en charge des ressources humaines, succédant à Bohdan Wojnar. Martin Jahn succèdera à Alain Favey en tant que membre du comité de direction en charge de ventes et du marketing.

Mouvements

Catégorie Constructeurs

Carlos Tavares reçoit les organisations syndicales de PSA lundi

Les résultats financiers exceptionnels de PSA ont été obtenu au prix "d’un niveau de tension sociale assez élevé", nous a dit Olivier Lefebvre, délégué syndical central FO Stellantis. Il sera reçu lundi 8 mars par Carlos Tavares (en même temps que CFE-CGC, CFTC et CFDT) à qui il compte demander des réponses claires sur la place qui va être donnée à la France dans Stellantis.

05/03/2021

PSA : une rentabilité 2020 à peine entamée par la crise

Les résultats financiers de PSA sont assez impressionnants : malgré une baisse de son chiffre d’affaires de -18,7% la marge opérationnelle du groupe est restée à très haut niveau à 7,1%. Son bénéfice est de 2 milliards d’euros.

04/03/2021

Fiat Chrysler résiste à la crise avec un petit bénéfice en 2020

(AFP) - Le constructeur italo-américain Fiat Chrysler (FCA) a annoncé mercredi avoir enregistré un bénéfice net de 24 millions d'euros en 2020, signe que le groupe a résisté à la crise du secteur automobile provoquée par la pandémie de coronavirus.

04/03/2021

Pénurie de puces : GM prolonge encore la fermeture de plusieurs usines

(AFP) - Le constructeur américain General Motors (GM) a annoncé mercredi qu'en raison de la pénurie de puces électroniques qui touche l'ensemble du secteur automobile, il allait de nouveau prolonger la fermeture de trois usines et suspendre la production dans une quatrième, au Brésil.

04/03/2021