Publicité
Publicité
Analyse - 17/12/2020

Godzilla a un boss…et des fans

J’ai conduit un monstre de 600 Chevaux ! A moins que ce soit l’inverse…En tout cas, la bestiole plaît au grand public.

Godzilla a un boss…et des fans

Nissan GTR Nismo: Godzilla a un boss!

Auteur : Jean-Philippe Thery

Partager cet article

Une tête de tyrannosaure posée sur un cou d’iguanodon, la queue et la peau d’un alligator et des plaques dorsales rappelant celles d’un stégosaure, ça vous parle ?

Dans l’affirmative, je vous tire mon chapeau, parce qu’en ce qui me concerne, j’ai dû effectuer des recherches. Ça m’a permis d’apprendre que Godzilla était un "kaiju", autrement dit une "bête étrange" en japonais, et qu’il était né en 1954 comme personnage principal du film produit par un certain Tomoyuki Tanaka. Bien avant Fukushima, le monstre antédiluvien était réveillé par des essais nucléaires sous-marins dont les radiations expliquent probablement ses mutations constantes au cours des 36 épisodes cinématographiques composant sa saga. En chroniqueur consciencieux, je suis allé jusqu’à visionner quelques scènes de l’un d’entre eux sorti en 2014, devant lesquelles je dois bien avouer que je me suis passablement ennuyé.

Avant de me renseigner, je n’aurais pas été loin de me demander pourquoi un dinosaure de pacotille portait le nom d’une voiture. Bon, j’exagère, mais Godzilla restera avant tout pour moi la Nissan GTR. L’origine de son surnom remonte au début des années 90, lorsque la quatrième génération de la sportive nippone alors dérivée de la berline Skyline (la fameuse R32 pour mes lecteurs les plus pointus) décima littéralement la concurrence en différents championnats, dont l’Australian Touring Car Championship qu’elle remporta à 3 reprises de 1990 à 1992. Sa domination fut à ce point outrecuidante qu’elle provoqua l’interdiction de la suralimentation et des quatre roues motrices, et lui valut surtout le fameux sobriquet reptilien, trouvaille d’un journaliste spécialisé local.

Bien qu’elle se soit affranchie de toute filiation avec la Skyline, l’actuelle GTR (la R35), n’en revendique pas moins elle aussi l’appellation dinosauresque, autant pour son apparence musculeuse que ses performances hors du commun, surtout s’agissant d’un modèle enfanté par un constructeur généraliste. Mais figurez-vous que Godzilla a un boss, et que nous avons passé trois jours en ensemble. 

Et ça tombe bien, parce qu’après avoir conduit il y a quelques années deux GT italiennes affichant chacune 570 cavalli, je m’étais promis de monter d’un cran en visant la barre symbolique des 600 chevaux. C’est désormais chose faite depuis la semaine dernière, grâce à la Nissan GTR dans sa version superlative concoctée par NISMO.

Fondé en 1984, le département NISMO pour Nissan Motorsport fut responsable d’à peu près tout ce qui a depuis posé ses pneus sur une piste de compétition, une spéciale de rallie ou une étape de rallie-raid au nom du constructeur japonais. Mais Nismo s’intéresse aussi de temps en temps aux modèles de série, avec des résultats inégaux. Et si ça nous vaut parfois des modèles plus adhésivés que véritablement vroum-vroum, le coup de fil passé au début des années 2010 par le Chef de Produit de la GTR à ses responsables, expliquant que l’engin dont il avait la charge avait besoin d’un petit "up" en performances, a été pris très au sérieux. 

A sa sortie en 2014, la GTR préparée par Nismo affichait 50 chevaux supplémentaires. L’écart s’est depuis réduit à une trentaine d’unités, les différentes évolutions ayant régulièrement affecté la gamme n’ayant pas modifié la puissance de la version la mieux-disante. La Nismo ne s’en affirme pas moins aujourd’hui encore comme le boss de Godzilla, ne serait-ce que par son tarif s’affichant à 212.500 euros, deux fois supérieurs à celui du modèle "entrée de gamme".

Pour ce prix-là, on a du carbone à profusion. A l’extérieur, tout ce qui y ressemble est du carbone, qu’il s’agisse du spoiler avant, du toit, des jupes latérales, de l’extracteur fonctionnel, ou de l’impressionnant aileron. Mais une partie importante de ce qui n’y ressemble pas fait également appel à la précieuse fibre, comme les boucliers, le capot, les ailes avant ou même le couvercle de coffre. D’ailleurs, on s’aperçoit à les regarder de plus près que les prises d’air type NACA sur le capot, et les petits extracteurs à la Porsche GT3RS au-dessus des passages roues avant ne sont pas des pièces rapportées, mais le résultat d’une séance de marouflage avant peinture savamment exécutée. Chez Nissan, ce n’est pas parce qu’on emploie de coûteux matériaux qu’on renonce au chasser les coûts.

La cure d’amaigrissement se poursuit avec des sièges baquet siglés Recaro qui font appel à …devinez quoi, et concerne également les jantes Rays de 20 pouces et 9 branches, dont vous serez probablement déçu(e) d’apprendre qu’elles sont en bête aluminium forgé, mais rassuré(e) par les énormes disques qu’elles abritent -en carbone évidemment- pincés par des étriers dont on se demande qui a bien pu décider de les peindre en jaune Caterpillar, alors que le tout est inévitablement signé Brembo.

Avec une telle débauche de matériaux légers, j’ai été tout de même un peu déçu par la différence de seulement 27 kg entre les photos "Avant" et "Après". Ce qui constitue un score tout à fait honorable pour une ménagère de moins de 50 ans adepte de potions amincissante parait tout de même un peu "léger" pour une voiture sportive dépassant la tonne sept.

Et puisque j’en suis au paragraphe où je me montre désagréable, il me faut bien reconnaître que l’habitacle rappelle avant tout que le design de l’intérieur n’a jamais constitué le point fort de la GTR. Nismo y a néanmoins ajouté sa patte, avec l’aide précieuse de l’acheteur responsable de l’alcantara gris clair, qui a dû négocier un prix canon auprès de son fournisseur. Mais si on en trouve à l’excès dans l’habitacle, du dessus de planche en passant par les montants de pare-brise, les sièges ou encore le ciel de toit, l’ensemble s’accorde plutôt bien aux parements rouges caractéristiques du label sportif. Une couleur qu’on retrouve également sur un compte-tours qui saute littéralement aux yeux, et dont la position bien au milieu de l’instrumentation rappelle ce qui est vraiment important dans la vie.

J’en reste là sur le cockpit, et je vous épargnerai donc la visite détaillée de la boîte à gants, parce que tels que je vous connais, ce qui vous intéresse véritablement c’est de savoir ce qui se passe quand on met le pied à la moquette bouclée et que déboulent les 652 Nm de couple aimablement fournis par une paire de turbos piquée à la GTR GT3 de compétition. Eh bien la poussée n’est pas immédiate. Il se passe en effet une fraction de seconde le temps que le patron du lézard préhistorique ne se remplisse les poumons. Mais lorsqu’il souffle d’un coup dans les bronches du V6 3.8, permettez-moi de vous dire que ça envoie du lourd !

Je sais, j’aurais dû trouver mieux qu’un cliché éculé pour vous décrire l’explosion effectivement nucléaire produite par la bête en phase d’accélération, et son impact sur les organes internes de ses occupants. J’ai bien pensé à des expressions comme "ça pousse velu" ou "ça envoie du p’tit bois", mais je ne suis pas sûr que celles-ci aient mieux rendu une sensation difficile à transcrire pour qui ne l’a pas ressentie personnellement.

Ce que je puis néanmoins vous en dire, c’est que pour une raison qu’il m’est difficile de verbaliser, on "sent" le poids contre lequel le moteur doit lutter pour arracher la bête avant de la catapulter. Tout cela est à la fois brutal et très maitrisé, par la grâce d’une transmission intégrale à l’architecture particulière. A l’arbre de transmission (en carbone, évidemment) reliant le moteur à la Boite de vitesses séquentielle localisée dans l’axe du pont arrière, s’en ajoute un autre qui en repart pour distribuer si nécessaire jusqu’à 50% de la force du moteur aux roues avant.

 Au-delà, notamment sur sol humide, c’est l’antipatinage qui prend le relais de façon à la fois efficace et discrète, le temps à peine nécessaire de corriger, sans la sensation de castration généralement associée à ce type de dispositif. Le monstre carboné se dandine alors un peu sur ses trains en esquissant un semblant de dérive, avant de reprendre aussitôt sa course infernale, manifestant à peine sa réprobation par le clignotement d’un voyant.

Vous imaginez bien que lorsqu’on dispose d’une auto de ce calibre pour un temps limité, on a des envie d’Ile de Man ou de portion libre d’autobahn, afin de solliciter sans arrière-pensée le contenu de la salle des machines. A défaut, on emprunte avec un enthousiasme peu habituel les couloirs de péage d’autoroute, pour le plaisir d’un zéro à cent-trente qui fera prestement oublier le délestage préalable de porte-monnaie.

Mais je dois à la vérité d’avouer avoir passé l’essentiel du temps à rouler à un rythme qu’on qualifiera de conventionnel, en effectuant quelques séances de commuting bien connues des banlieusards ou en allant chercher mon pain quotidien à la boulangerie (deux tradi bien cuites s’il vous plaît). Du coup, je me suis surpris à évaluer dans quelle mesure la Nismo serait adaptée à un usage au quotidien, dans l’hypothèse farfelue où je gagnerais au loto national dont je ne coche jamais les grilles.

Les premiers éléments de réponses pourraient ne pas être favorables. D’abord parce que l’abondance de carbone sur tout ce qui délimite les contours de l’auto provoque une préoccupation constante, ainsi que les jantes qu’un automobiliste pourvu d’un minimum de sensibilité n’a aucune envie d’entendre racler sur une bordure de trottoir. Je n’ai sans doute jamais été aussi lent de ma vie à effectuer de créneau ni à passer les ralentisseurs de tout poil, même si la hauteur de caisse parait suffisante pour éviter la torture auditive d’une lame aéro à quelques milliers d’euros pièces se frottant le vernis sur des granules d’asphalte (promis, je n’ai rien touché !).

De plus, le hiérarchique de Godzilla’ n’aime pas rouler à toute petite vitesse, et sa transmission le fait volontiers savoir entre à coups et bruits de rumination mécanique. S’y ajoute une suspension plutôt duraille, la position "confort" de l’interrupteur portant un logotype d’amortisseur situé en bas de console n’apportant d’autre soulagement que celui purement visuel d’un voyant vert allumé. Mais tout cela se calme volontiers dès que prend un peu d’allure. De façon d’ailleurs surprenante, la voiture est plutôt plus agréable aux limites parfois ridiculement basses imposées par loi, parce que plus vivante que la plupart des berlines mazoutées, gommant toute sensation à force de tout filtrer, et pas seulement les particules. Reste à savoir contenir un pied droit constamment tenté par l’abondante force de dissuasion disponible, surtout si comme moi, vous n’arrivez pas à enclencher le cruise-control.

Ces réserve énoncées, l’expérience du "daily" me paraît tout à fait envisageable, à la seule condition de disposer d’une place de parking au départ et à l’arrivée. L’habitabilité à l’avant est plutôt généreuse, et les places arrière accueilleront volontiers la sacoche de votre laptop ou les baguettes précédemment mentionnées, à défaut d’enfants pourvus de membres inférieurs. Les commandes sont plutôt bien disposées, et le visuel de l’écran de la "nave" a beau évoquer une version périmée de Forza ou Gran Turismo, le système n’en est pas moins très réactif, permettant d’y entrer un nom de destination à rallonge sans attendre 3 secondes entre chaque lettre (j’ai des noms). Enfin, les entrées et sorties sont particulièrement aisées pour un coupé sportif, à condition de faire gaffe au seuil de porte en-carbone-évidemment, critère d’autant plus important lorsque l’on considère l’âge moyen des jointures discales destinées à occuper un auto de ce prix. Au final, la GTR Nismo s’acquittera beaucoup mieux de l’exercice du quotidien qu’une Lambo orange. 

D’autant plus que, et c’est ce qui m’a probablement le plus surpris, l’engin génère un capital sympathie inattendu, à laquelle certaines voyantes productions transalpines ou même d’outre-Rhin n’auront pas forcément accès. Il y a évidemment ce trio de motards qui m’a suivi sur de petites routes sinueuses (en sortie de péage), dont les intégrants ont montré le plus grand respect pour la carrosserie de Nismo, bardés de cuir et de fermetures éclairs qu’ils étaient, alors que je m’étais garé pour discuter le bout de gras avec eux.

Et puis il y a JK.
JK, c’est le gars qui s’est arrêté alors que nous filmions l’auto en statique (eh oui, je m’essaye à la vidéo), en s’approchant avec la discrétion de ceux qui ne veulent pas déranger, alors qu’il nous avouait quelques instants plus tard que la GTR -surtout Nismo- était la voiture de ses rêves. Et il tombait sacrément bien, JK ! Lui et son break Laguna. Parce que j’avais justement besoin de ce genre de voiture et de son vaste coffre pour y loger Eliot (le gars à la caméra, pas le dragon) pour faire des images en dynamique.

Du coup, celui-ci a passé une bonne partie de sa journée à nous aider, en roulant à petite vitesse devant et derrière son auto favorite alors que nous la mettions en boite. Evidemment, je l’ai emmené faire un tour, et évidemment il a aimé. Et dire que le soir, c’est lui qui m’envoyait un WhatsApp pour me remercier du boulot que nous lui avions donné !

Mais surtout, il y a tout ceux qui n’étant pas nécessairement des fondus de mécanique, se sont laissé séduire par ma GTR de trois jours. Comme cette mère de famille qui s’est empressée de quitter la scène que nous shootions pour ne pas nous gêner, tout en regrettant que son petit garçon ne soit pas avec elle pour admirer la "jolie voiture", ou la "petite dame" venue aspirer l’intérieur de sa Supercinq à la station-service ou j’abreuvais la bête. Après m’avoir abordé à la caisse, elle s’est arrêtée pour contempler l’auto de plus près, et c’est moi qui ai dû ouvrir une portière qu’elle se refusait respectueusement à manipuler malgré mes injonctions, afin qu’elle puisse en découvrir l’habitacle. 

Et vous savez quoi ? En ces temps obscures pour une automobile accusée de tous les maux -surtout planétaires- et faisant l’objet de décris permanents, ces réactions de sympathie de la part de fans parfois inattendu(e)s m’ont fait chaud au cœur. Du coup, et malgré son mufle qui ne fait pas vraiment dans le subtil, j’ai presque commencé à voir dans la GTR Nismo une espèce de monstre gentil.
Rassurez-vous, quand j’ai redémarré le moteur, celle-ci n’a pas oublié de me rappeler de sa grosse voix qui était le boss de Godzilla …

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Quel camion!!le poids Colin ! Rien que le poids!Alpine je t’aime !!!

Alain Boise, Le 17/12/2020 à 07:33

Le pire du pire c'est que Carlos en a eu une gratos et il y a une photo ou il parade avec et en France !! Et il a dit devant les journaliste, pour 95000 euros achetez c'est une affaire !! Il y a moins cher chez Alpine...même si en levant le capot c'est du Nissan !! Qu'il nous présente sa facture d'achat !!
Moi je me contente de ma belle Fukushimatoyotamanga !!
Bientôt je serais écolo comme monsieur Boise et je ferais une prise (non,non, pas de cocaïne comme beaucoup) tous les soirs !!
Ne me charriez pas, sinon il y aura une prise de bec du deuxième degré !!

Durand Pierre, Le 17/12/2020 à 10:36

Que je vous conte une anecdote sur Nissan et la course..
Je me souviens de Nissan au Mans en 1998 (Très belle édition).
Tous les concessionnaires d'Europe avaient été invités dans un barnum immense de la taille d'une patinoire olympique, avec restaurant géant permanent et tribune réservée près du raccordement pour célébrer la victoire de la R390 avec moult blousons, T-shirt, drapeau, etc.
Toutes les concessions avaient déjà reçu les vitrophanies de la victoire à poser le dimanche soir sur leurs vitrines.
Car c'était sûr nous allions gagner !
Mais pas de bol, les Toy se mettent à marcher comme des avions dès les essais et ont été quasi inatteignables jusqu'à des PB à la fatidique 22ème heure.
Et là, alors que tout se présentait finalement bien et comme dirait Bruno : "Le Mans c'est une course de 24 H avec plein de bagnoles et à la fin c'est la Manschaft qui gagne !"
Xème victoire d'une Porsche, qui font de plus 1 et 2 !
En 2015 Nissan revient au Mans avec 3 voitures moteur central AV - traction !! Woaw !
Qui ont fait non classée et 2 abandons et se sont fait balader par les LMP2 moteur Nissan..
Même s'il faut respecter l'audace créative, c'était dans tous ces cas joué d'avance et je n'ai toujours pas compris ce manque d'humilité ou ces coups de poker malheureux qui ont coûté des millions.
;0)

Lucos , Le 17/12/2020 à 10:50

Concernant autre chose...il y en a qui prennent des douches froides concernant le diesel qui chaud ou froid ne lavera jamais plus blanc !!
Voire l'article suivant à celui-ci ...hi hi...oh oh ...c'est mort !!
Pour les nostalgiques les cousins teutons on encore un large choix de diesel au prix arnaque (rajoutez les options) pour vous faire un cadeau de Noël.
Il y a du Mercedes avec un moteur merdeux (de taxi) amélioré qui en coupé Mercedes vous fait un prix d'ami à 78000 euros sans les options et deux ans de garantie et pas un jour de plus. Demandez pas qu'ils assument plus !!
C'est un prix d'ami vous dis-je...mais pour être vraiment modernes demandez en plus cher leur diesel hybride !
Un gag de mauvais goût que PSA n'a plus osé faire !!

Durand Pierre, Le 17/12/2020 à 11:02

Merci Jean-Philippe, j'ai encore ri à en pleurer.
Je ne me remets pas des "enfants pourvus de membres inférieurs". Fabuleux pour décrire l'espace dévolu aux places arrière.
Oui, Nissan propose une voiture extraordinaire ! Un seul défaut pour moi, elle ne m'attire pas le moins du monde.
Comme dirait l'autre, elle a beaucoup de sex-appeal mais les piles sont mortes...

Bruno Haas, Le 17/12/2020 à 11:12

Comme dit si bien le spécialiste (c'est un vrai je dois le dire) les courses aux Mans ont toujours été un peu un jeux de Casino avec des misses de millions, et être à la table de jeux n'est pas à la portée du premier fauché venu !!
Les PLV doivent briller par leur présence partout et n'importe le budget !!
Pour ceux qui ne gagnent pas, c'est comme aux JO...l'important c'est de participer !
Petite nuance...il y a du Champagne à gogo pour certains...et du mousseux pour les autres....quelque soit le résultat des courses !!

Durand Pierre, Le 17/12/2020 à 11:15

Je dis des "misses" de millions...
Non Le mans c'est une messe de millions qui a encore beaucoup d'adeptes...et beaucoup de faux prêtres aux très gros salaires !!
Cela va changer, mais si vous prenez un nouvel abonnement d'électricité, il y il aura peut-être un nouveau sexe à piles qui va exciter le chaland !!

Durand Pierre, Le 17/12/2020 à 11:23

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 17/12/2020

Diesel en Crit’Air 1 : l’étude IFPEN ne plaide pas en ce sens

Le gouvernement a diffusé ce mercredi 16 décembre les résultats de l’étude comparative des émissions de polluants entre véhicules essence et Diesel. Cette étude était très attendue pour éventuellement permettre aux Diesel Euro 6d Temp d’entrer dans la catégorie Crti’Air 1. Les résultats sur les émissions de NOx révélés par cette étude ont douché cet espoir, malgré les progrès considérables.

Marchés

Catégorie Analyse

Volkswagen réduit ses profits mais maintient ses dividendes et sa R&D

La capacité du groupe Volkswagen à dégager malgré des baisses des volumes produits et vendus importants des profits très significatifs en 2020 lui permet non seulement de servir à ses actionnaires les mêmes dividendes que pour l’exercice 2019 mais aussi de maintenir sa dépense en R&D aux alentours de 14 milliards d’euros. L’importance de cette enveloppe et la volonté explicite de la maintenir aux mêmes niveaux dans les 5 années à venir contraste de manière saisissante – et inquiétante – avec le credo français de ces derniers mois qui voudrait que l’on soit un constructeur automobile d’autant plus performant que l’on parvient à réduire son ratio R&D/CA.

01/03/2021

Puccini et Pompili

Aujourd’hui, je navigue entre drame lyrique et dialogue de sourd, un grand compositeur et une ministre de transition. De fait, à chacun sa spécialité.

25/02/2021

Résultats 2020 de Renault : déjà un effet de Meo ?

La présentation des résultats de Renault n’a pas surpris grand monde : pertes très lourdes, impact très fort des pertes de Nissan, bon comportement des stocks et du mix, plan de réduction des coûts à échéance 2023 déjà largement réalisé et nette amélioration au S2, tout ceci était attendu. Paradoxalement, ceci semble indiquer que, avant même que Luca de Meo n’ait eu le temps de marquer réellement l’entreprise de son empreinte, celle-ci serait à même de s’en sortir. L’effet de Meo serait alors à attendre pour 2022 ou 2023 dans un contexte où l’entreprise serait déjà en meilleure posture.

22/02/2021

Ford dévoile sa stratégie pour l’Europe

La stratégie de Ford évolue sous la direction de Jim Farley. Le directeur général confirme l’électrification, l’intérêt pour les services, la conduite automatisée et la disruption de l’industrie. La transformation de Ford s’accélère et les premiers résultats sont déjà visibles.

19/02/2021

Cupidon, Carole, Valentin et les voitures.

"J’aime, j’aime, j’aime" chantait Julien Clerc en 1982, sur un air de pub au lancement de la Citroën BX. Parce que l’automobile, c’est aussi des histoires d’amour…

18/02/2021

Nissan va moins mal

Nissan -qui cloturera son exercice comptable en mars 2021- a présenté les résultats de son troisième trimestre (oct. Nov. Déc. 2020). Bien que, sur les 9 mois, les résultats soient clairement négatifs, l’amélioration sur le dernier trimestre est nette. Elle est essentiellement attribuable à l’effort mis sur la "qualité des ventes", en Amérique du Nord en particulier. Bien que peu enthousiasmant, cet effort de rationalisation s’avérait nécessaire et est conduit assez efficacement. Cela laisse espérer que, pour Nissan d’abord et pour l’Alliance ensuite, les parts plus offensives des plans dont les alliés se sont dotés puissent prendre rapidement le pas sur le volet très défensif qui prévaut encore.

15/02/2021

Manque de composants, pourquoi la production automobile est en plein bug ?

Depuis plusieurs semaines l’automobile est en manque de composants électroniques et le phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur. Les annonces d’arrêts de production se succèdent et menacent d’être plus longs ou répétés. Au départ les pertes de volumes devaient être compensées mais les doutes se multiplient et Ford et GM ont d’ores et déjà annoncé la possibilité de pertes financières. Comment l’industrie en est-elle arrivée là ?

12/02/2021

J’veux plus d'cuir

Aujourd’hui, on reste à la surface des choses cutanées, même si une certaine profondeur d’analyse s’impose pour un sujet à fleur de peau…

11/02/2021

Pénurie de puces et nécessité de structurer des politiques industrielles

La pénurie de puces qui bloque aujourd’hui l’activité de très nombreux sites d’assemblage alors même que les constructeurs ont, plus que jamais, besoin de produire et de vendre était prévisible. Si elle surprend aujourd’hui, c’est fondamentalement parce que la confiance mise dans les vertus d’une économie de marché globalisée a été excessive. Il est sans doute temps dès lors de corriger plus activement les failles du marché et de donner aux Etats Stratèges et aux politiques industrielles un rôle plus actif.

08/02/2021