Publicité
Publicité
Analyse - 03/11/2022 - #Volkswagen , #Hyundai , #Honda , #Kia , #Mazda , #Nissan , #Cadillac , #Chevrolet , #Toyota

Histoires sans lendemain

Par Jean-Philippe Thery

Histoires sans lendemain
Toyota Avalon : ne prenez pas son V6 pour une lanterne…

Aujourd’hui, je vous parle d’une Toyota à la mécanique plantureuse, et de ce que j’aime dans les liaisons passagères…

"Vous voyez la rangée numéro 5 ? Eh bien choisissez celle qui vous plaît et partez avec. Les clefs sont à l’intérieur."
Après 7 heures de vol mal dormies, les formalités douanières d’usage et l’attente au convoyeur numéro deux pour récupérer une valise aussi bleu foncé que la majorité de ses congénères, je ne peux avoir affaire à personne plus agréable que Mister Joe. L’employé de la compagnie de location auprès de laquelle j’ai réservé un véhicule semble déterminé à me faire plaisir, puisque bénéficiant d’un surclassement sans supplément, je me vois offrir le choix du modèle parmi la quinzaine d’autos de la catégorie "full size" garées en épi sur le parking. A ce moment précis, je bénis la métropole tentaculaire de Détroit où je viens d’atterrir, de ne pas disposer d’un réseau de transports en commun capable de rivaliser avec la voiture individuelle.

La composition d’un parc de voitures de location en dit long sur le marché automobile local. Sur la dizaine de modèles qui s’offrent à moi, une seule américaine. Les autres sont fournies par Honda (Accord), Hyundai (Elantra et Sonata), Kia (K5), Mazda (6), Nissan (Altima et Maxima) et Toyota (Camry et Avalon), témoignant de l’abandon du segment par les constructeurs locaux au profit de trucks qui constituent -mais pour combien de temps encore- leur chasse gardée. Dans ce contexte, la brave Chevrolet Malibu fait donc figure d’exception, même si je choisis de l’ignorer. Après tout, elle est délaissée par son constructeur lui-même qui a annoncé sa fin de vie pour 2024, et qui en restreint d’ores et déjà sa production. Mais peut-on en vouloir aux compteurs de flageolets de la GM de préférer les marges qu’on devine plus juteuses du SUV Cadillac XT4, avec lequel elle partage les chaines de l’usine de Fairfax dans le Kansas ?

Voilà qui ne m’empêche pourtant pas de jeter mon dévolu sur un modèle lui-même indisponible à la vente depuis quelques mois. Mais avouez que les 301 chevaux délivrés par son V6 de 3.5l parlent en faveur de la Toyota Avalon face à ses concurrentes de parking qui se contentent d’un "vulgaire" quatre cylindres alignés. Certes, j’aurais pu choisir la Maxima qui dispose d’une mécanique équivalente, mais accouplée à une boîte CVT qui ne peut rivaliser avec la transmission bien sous tous rapports de la Toyota, d’autant plus qu’elle en dispose de huit. Bien sûr, mon choix se justifie très rationnellement par l’incursion que j’ai prévue d’effectuer sur le territoire canadien et les kilomètres d’autoroute qui vont avec, surtout en feignant d’ignorer que le gallon de gazoline est tarifé 30% plus cher chez nos amis siroteurs de jus d’érable que chez leurs voisins étasuniens.

Je vous l’avoue, je pratique avec d’autant plus d’excitation les aventures sans lendemain en compagnie de voitures de passage qu’elles se produisent à l’étranger. Rien de tel en effet qu’un peu de nouveauté pour renouveler l’amour de la conduite, pendant que Karl (ma Benz à moi) m’attend sagement sur un parking longue durée à Charles de Gaulle. Un plaisir que j’ai découvert à l’époque où j’organisai loin de France des clinic-tests pour un constructeur national, et que je profitais de l’occasion pour "tester la concurrence", prétexte cousu de fil blanc pour m’offrir un peu d’exotisme sur quatre roues et sortir du train-train de mon automobile quotidienne.

Et c’est justement ce que me propose l’Avalon avec sa mécanique aguicheuse, dont je vérifie néanmoins en soulevant le capot qu’elle se trouve bien dans le compartiment moteur, histoire de ne pas me retrouver avec le "four-pot" hybride également disponible sur le modèle. Une auto que je ne suis pas près de conduire en France ni probablement de reconduire à l’avenir, puisque sa trop grande proximité avec la Camry a eu raison de ses performances commerciales et par conséquent d’une lignée qui s’éteindra avec sa cinquième génération. Ça démarre pourtant moyen entre nous quand j’ouvre la portière pour la première fois et que je découvre l’harmonie -façon de parler- de la sellerie noire et caramel, garnie d’un cuir que j’ai d’abord cru du genre "écologique" en raison de son aspect. Mais pour avoir vérifié sur le site Web du constructeur, il semblerait qu’on soit encore vache avec les bovins sur ce modèle-là, et que le matériau soit authentique.

Tant qu’à faire dans le biton, j’aurais préféré qu’il s’agisse du klaxon, même si je n’allais pas renoncer à l’auto pour si peu. Après 2.000 km à son bord, je pense d’ailleurs avoir développé suffisamment d’intimité avec elle pour bien en connaître les particularismes, et délivrer le verdict que vous attendez sans doute avec impatience. Alors voilà : la Toyota Avalon est une très bonne voiture. Je sais, c’est un peu court, mais tel est justement le mérite des modèles typés confort que de savoir se faire oublier, exercice dans lequel ma Toy de 2 semaines a excellé sur les highways qu’on trouve par ici (je me trouve encore en Amérique du Nord au moment où j’écris ces lignes). Une suspension confortable sans être mollassonne, une mécanique qui répond promptement aux sollicitations, un intérieur bien fini doté d’un équipement complet et plus d’espace intérieur que je n’en n’aurai jamais besoin, que demande le peuple ? Du moins ses représentants prêts à débourser un peu moins de 37.000 dollars avant frais divers et packs optionnels.

Mais la mouche dans la pommade de cette relation quasi idyllique s’invita sous la forme d’un GPS plutôt irritant, surtout pour ce qui est de le programmer. A l’heure où le moindre téléphone un peu malin se débrouille avec la raison sociale du restau où il convient d’arriver à l’heure pour ne pas perdre sa résa, le bidule en question vous laisse le choix entre s’énerver avec une fonction POI ("Points Of Interest") particulièrement inefficace, ou entrer l’adresse complète du lieu. Une opération n’ayant rien d’évident avec un clavier virtuel à sensibilité variable trop lent pour mon pianotage, et un écran pas assez tactile pour réagir à mes effleurements. Du coup, je suis passé à la commande vocale grâce à laquelle j’ai cru un temps pouvoir me la péter puisque le système comprenait parfaitement mes instructions, et du premier coup s’il vous plaît. Mais ça, c’était avant que ma chère et tendre ne me fasse remarquer que "notre" Toyota était vraiment trop forte, puisqu’elle comprenait mon accent français. Puisque je vous dis que le machin était énervant…

Quand je récupère une de ces autos avec lesquelles je m’apprête à passer une tranche de vie, je me demande toujours ce qu’elle a pu vivre avant moi, au cours des kilomètres -ou miles- affichés par l’odomètre. Des histoires d’autant plus difficiles à imaginer que les seules traces de leur passé sont en principes celles de la maltraitance à laquelle sont généralement soumis les objets qui n’appartiennent à personne. L’Avalon n’a pas échappé à la règle avec les inévitables traces de frottement sur les jantes, mais aussi une portière et un passage de roue "rectifiés" à l’arrière droit. Plus étonnantes, les rayures répétées en plusieurs parties de la carrosserie, laissant à penser que la peinture avait subi les assauts des rouleaux d’un portique de lavage automatique devenu fou.

Heureusement pour le curieux que je suis, il existe aussi des vestiges moins destructeurs des utilisateurs précédents avec l’Iphone de Johnny ou le Samsung de Jessica qui apparaissent sur la liste des appareils anciennement connectés, qu’on découvre au moment de tenter l’appairage avec son propre équipement. Pas de quoi néanmoins susciter l’imagination du chroniqueur de service au-delà d’un bout de paragraphe… (à votre avis, elle ressemblait à quoi, Jessica ?)

Alors revenons au prosaïque, puisque les voitures de loc sont aussi pour moi l’occasion de me tenir à la page question équipements. Et figurez-vous que Miss Toyota m’a fait découvrir les avantages du régulateur de vitesse adaptatif. Je sais, c’est loin d’être nouveau, mais il se trouve que les autos que j’ai fréquentées ces dernières années en étaient dépourvues. Et puis malgré mes réflexes un peu réacs pour tout ce qui touche aux aides à la conduite un peu intrusives, je dois admettre que les autoroutes urbaines encombrées de Détroit ou Toronto constituent un environnement favorable à son utilisation, même s’il reste de mon point de vue un peu d’espace pour du "fine tuning" s’agissant notamment des arrêts soudains un tant soit peu brutaux, puisqu’ignorant les vertus du freinage dégressif. Ajoutons-y les réaccélérations léthargiques sur les Toy -y compris la Corolla qui a suivi l’Avalon- alors que la Nissan Sentra dont je dispose en ce moment fait mieux sur le sujet, n’hésitant pas à remettre franchement les gaz dès que le champs est libre. De plus, la dernière citée garde en mémoire le réglage de distance avec la voiture précédente lorsque le moteur est coupé, ce que les productions de sa concurrente se refusent à faire, sans doute pour un fallacieux prétexte sécuritaire.

Je n’ai cependant pas totalement cédé aux attraits des ADAS ("Advanced driver-assistance systems"), et je continue par exemple à détester farouchement l’AFIL, l’Alerte de Franchissement Involontaire de Ligne qui prétend m’empêcher de "trajecter" dans les courbes en me gratifiant de désagréables vibrations dans le volant lorsque je sors du rang quand elle ne tente pas de contrarier les mouvements que je lui ordonne, donnant la désagréable -et dangereuse- impression de perdre le train avant. Ce truc-là devrait être tout simplement interdit, et je remercie les constructeurs qui ont la bonne idée de mettre à disposition un bouton physique pour le désactiver, plutôt qu’une commande enfouie dans un menu (Cette fois-ci, c’est la Toyota qui a l’avantage).

Rouler en voitures empruntées, c’est d’ailleurs se voir rappeler à quel point l’ergonomie des commandes est peu standardisée, tant les ingénieurs des différents constructeurs semblent prendre un malin plaisir à réinventer régulièrement la roue en la matière. Il semble d’ailleurs que certains d’entre eux -notamment chez Volkswagen- soient sur le point d’exhumer la molette et le bouton rotatif, sacrifiés ces dernières années sur l’autel des commandes tactiles. Doit-on y voir un effet bénéfique de la crise des semi-conducteurs, on quelqu’un chez le constructeur allemand s’est-il soudain intéressé à l’avis des clients sur le sujet ? quoiqu’il en soit, après m’être imaginé qu’un peu d’uniformisation en la matière ne ferait pas de mal, je me suis ravisé. Pour impratiques que puisse être certaines commandes, elles participent à la personnalité de ces automobiles dont j’aime bien changer régulièrement, et dont la découverte constitue pour moi un plaisir sans cesse renouvelé.

A l’heure de clore cette chronique, je m’interroge sur ce qu’est devenue l’Avalon, après que je l’ai restituée, et dans quelles mains elle se trouve en ce moment. Mais voilà une question bien inutile, puisque les histoires sans lendemain -fussent-elles automobiles- s’apprécient dans l’instant et sans regret.
D’ailleurs je vous laisse, j’ai une voiture à réserver pour la semaine prochaine…

Réactions

Ahhhh les GPS Toyota avec souvent le Nord en bas ….grrr,ringard !
Dans les caisses aux US lorsque vous choisissez la langue French il y a l’accent Québécois, superbe

C'est bien vu...néanmoins chez le loueur Alamo par exemple que ce soit aux US ou au Canada...au delà de la location d'une semaine et en assurance tous risques...il y a des cadeaux commerciaux chez eux ...et si le carrosse proposé ne plaît pas...ils font un effort pour vous donner le choix et on peut être surclassé ! Dans mon cas et à l'aéroport de Vancouver ce fut pour 25 jours !
Après les questions d'usage et vérifications sur l'état de la voiture...on a le contrat de location...et au vu des "unsurfaced roads" que j’étais supposé faire dans rocheuses canado-américaines...la question du dépannage (crevaison, panne etc, s'est posée) réponse du commercial, pour cinq dollars par jour c'est ceinture et bretelles dans les deux pays !
C'est indispensable...car un cailloux envoyé par un camion m'a fait un trou sur mon pare brises...sur la berline Nissan !!
Sans cela...c'était 850 dollars de franchise même avec le soit disant contrat tout risques. Il faut savoir aussi qu'on peut perdre son avion à l'aéroport si on a pas ce contrat car on peut se trouver avec 30 personnes devant vous qui rendent aussi leur voiture à la même heure...et à ce moment là on peut déposer la clé sur le comptoir...et passer devant tout le monde !!
Dans le cas de mon pare bise cassé...le réceptionniste...regarde le contrat...met un coup de crayon autour du trou et on part dans autre forme de bureaucratie...c'est cela l'Amérique !!

Surement une très bonne voiture, en effet, mais bon...

Alain,
votre GPS était peut-être configuré en orientation "sens de conduite" au lieu de "nord en haut".
Concernant l'article je me rends chaque fois compte dès qu'on parle des caisses aux US que le monde de la bagnole américaine est autant inconnu des Européens que le nôtre l'est aussi des Américains. Ceci confirme d'ailleurs en passant la théorie de Darwin et il est donc possible d'expliquer les différences d'évolutions par la sélection naturelle des voitures en fonction de leurs conditions locales.
;0)
PS : il y a un "près" qui mériterait de devenir "prêt" dans le 5ème paragraphe.

@Lucos
Le "près" utilisé par Jean-Philippe est correct dans le sens de : je ne suis pas proche de conduire, genre "ce n'est pas demain la veille".
En écrivant "prêt" le sens est différent ; je ne suis pas préparé à conduire cette voiture.
Jean-Philippe ne s'est sans doute pas trompé.

Perso je ne suis ni près ni prêt à conduire cette bagnole.

Effectivement, en relisant..
;0))

@Lucos
Merci pour votre commentaire et votre vigilance. On a beau se relire, la coquillette a la peau dure !
Mais ce coup-ci, et après vérification, je maintiens le "près de", même si "prêt de" était en usage au XVIIe siècle, comme attesté par Monsieur de la Fontaine lui-même, dans L'oracle et l'impie: "«Il tenait un moineau, dit-on / Prêt d'étouffer la pauvre bête". Mais de nos jours, "prêt" doit être suivi de la préposition "à".
Mes remerciements sont sincères: Les vérifications, même lorsqu'elles confirment qu'il n'y a pas erreur, sont source de savoir. Alors n'hésitez pas à me faire signe quand vous appercevez une coquille ou même son ombre!
Salutations

@Jean-Philippe : "apercevez", peut-être ? ;-P

J'ajoute, puisque je vois que vous lisez les commentaires : un grand MERCI, Jean-Philippe, pour ces articles qui sont TOUJOURS un plaisir à lire !

Cher Jean-Philippe,
merci bien pour votre commentaire en addition de celui de Bruno.
Il me plaisait donc finalement sans le savoir d'usez de la langue du XVIIème de la Belle Province où vous circulâtes' ??
Plus sérieusement, en lisant certes un peu trop vite, (diantre !) Je m'étais imaginé que vous n'étiez pas prêt à vous assoir dans cette voiture en version 4 cyl., mais c'est effectivement "près de" plus spatial et temporel...
;0)

PS2 : vous vous êtes bien écouté un petit "Roxy music" dans votre Avalon quand même ?
;0))

@Lucos
Brian Ferry en Avalon... What else?

@Klit. Merci à vous de me lire !

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Internet

Aramis s’installe en Italie avec la reprise de la filiale de Cazoo

La plateforme de vente de VO Cazoo, qui a décidé de quitter l’Europe Continentale, cède son activité en Italie à Aramis Group. Cazoo s’y était installé en janvier dernier en reprenant un acteur majeur du marché, Brumbrum.it, qui reprend ce nom sur lequel il capitalisait depuis sa création en 2016.

Services

Volkswagen cède son activité d'autopartage

(AFP) - Le deuxième constructeur automobile mondial Volkswagen a annoncé mardi la cession de son service d'autopartage à une jeune entreprise allemande, Miles Mobility, reconnaissant la difficulté de rendre bénéficiaire cette activité.

Marchés

Le marché automobile français se maintient en territoire positif

Pour le deuxième mois consécutif, les immatriculations progressent de 5,5% ce qui met le marché sur une tendance à 1,53 million si les deux mois restants enregistrent une croissance identique. Les immatriculations Démo-Garages et LCD des marques de Stellantis, notamment Peugeot et Citroën, ont poussé le marché le dernier jour. Peugeot toujours en tête du marché global, Renault en tête du canal des particuliers. Toyota, troisième marque du marché devant Citroën.

Analyse - 30/01/2023

Mieux cerner les contours de la menace chinoise pour mieux la circonvenir

La fin du mois de janvier 2023 a été marquée par l’annonce d’exportations de voitures chinoises supérieures à celles de l’Allemagne, par des chiffres concernant les parts de marché des marques chinoises en Chine qui, pour la première fois les situent au-dessus de 50% et par l’annonce d’un possible rachat par BYD de l’usine de Ford à Sarrelouis en Allemagne. Une telle actualité impose de se poser sérieusement la question de la réalité de la menace chinoise sur l’industrie européenne. On constate alors que si cette menace est réelle, elle se situe moins au niveau des exportations qu’au niveau du contrôle des productions européennes de batteries d’abord et de véhicules ensuite.

Analyse - 27/01/2023

Les ventes aux enchères américaines sont à l’image des clichés du pays

Les Etats-Unis proposent énormément d’événements autour de l’automobile neuve, d’occasion, de collection, de compétition. Pour les collectionneurs, il existe les concours d’élégance, les bourses d’échange, les rassemblements de clubs, les cars-and-coffee, les salons Autorama, mais aussi et surtout les ventes aux enchères. Plusieurs milliers de voitures sont présentées en attendant leur mise en vente, et de nombreux exposants sont présents pour profiter de la clientèle aisée venue faire quelques emplettes.

Analyse - 26/01/2023

Why MC ?

Aujourd’hui, je me pose des questions existentielles dans un tram berlinois, à propos d’une belle Italienne en tenue légère au soleil.

Analyse - 23/01/2023

Tesla peut-il réussir sa banalisation ?

Tesla a vécu trois années profitables de 2020 à aujourd’hui en étant très en tête d’un petit marché mondial du véhicule électrique (VEB) en forte croissance avec des véhicules très chers. Le marché n’est plus infinitésimal. Il est appelé à devenir dans les 10 ans le marché automobile ou, à tout le moins, à représenter l’essentiel du marché. Dans ce contexte, en même temps que le marché devient un marché de masse, les avantages du pionnier s’étiolent et l’intensité de la concurrence croît. En baissant drastiquement les prix de ses Model 3 et Y, Tesla précipite cette mutation pour laquelle il n’est pas du tout évident qu’il soit le mieux armé.

Analyse - 20/01/2023

L’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi cherche-t-elle son équilibre ou son démantèlement ?

Le rééquilibrage de l’Alliance était inévitable, l’équilibre était précaire. Renault n’a jamais racheté Nissan ou pris le dessus quand il en avait l’opportunité et, de son côté, Nissan avait des parts sans droit de vote. Il était évident qu’une renégociation aurait lieu un jour, après plusieurs tentatives ces dernières années, la démarche est entamée pour de bon.

Analyse - 19/01/2023

Ghosting

Aujourd’hui, je vous parle d’une voiture qui s’est fait connaître en disparaissant régulièrement…

Analyse - 16/01/2023

La route européenne vers la fin du thermique est-elle bien tracée ?

A observer les prix catalogue des véhicules électriques et leur évolution ou la tarification des recharges sur la voie publique, on est saisi d’un doute. En effet, pour imposer la prohibition à brève échéance des immatriculations de véhicules thermiques, on avait, sur d’assez défendables bases rationnelles, prolongé des courbes de baisses du coût du kWh des batteries, des prix des véhicules et de leurs TCO. Dans la mesure où le tracé de ces courbes s’est brisé en 2022, la crainte de voir l’objectif de 100% d’électrique devenir plus difficile à atteindre ou susceptible de ne l’être qu’au prix d’une baisse drastique des immatriculations croît. Face à elle, le simple retour en arrière est une possibilité. Une autre consiste à interroger la manière d’interpréter l’impératif d’électrification.

Analyse - 13/01/2023

CES 2023, l’innovation dans l’industrie automobile en pause ?

Le premier grand salon de l’année est aussi un des plus attendus puisqu’il offre la convergence de toutes les industries pour parler d’innovation. L’édition 2023 montre les progrès réalisés depuis ces 10 dernières années. Il donne la température sur les industries qui innovent le plus et l’automobile aime présenter ses dernières tendances sur place.

Analyse - 09/01/2023

Les véhicules sont connectés. Et alors ?

On a lu ou entendu parfois que "la voiture de demain sera électrique, autonome, partagée et connectée".  Pour le second et le troisième qualificatif, on commence à douter. Pour le premier, le politique a choisi pour les industriels et les clients. Pour le dernier, le théâtre que représente Las Vegas semble nous proposer inlassablement la même pièce, celle de la promesse d’un eldorado, celui de la Big Data, qui donne lieu à des évocations d’usages potentiels des datas qui sont à peu près toujours les mêmes, à des chiffrages du business associé qui sont toujours plus impressionnants et toujours aussi inconsistants.

Analyse - 06/01/2023

Peut-on réellement recycler les batteries ?

Entre prise de conscience et diversion, le recyclage des batteries est le nouveau sujet à la mode. C’est seulement le cinquième des problèmes majeurs au changement d’échelle de la mobilité électrique basée sur les batteries mais c’est celui qui occupe le plus l’espace médiatique et politique ces derniers mois.

Analyse - 03/01/2023

2023 : année de la banalisation de Tesla et de l’électrique ?

Tesla a depuis plusieurs années survolé le paysage automobile en laissant accroire que depuis les sphères stratosphériques dans lesquelles l’action évoluait aucune règle communément admise dans l’industrie ne s’appliquait plus. L’année écoulée a refroidi quelque peu ces enthousiasmes longtemps partagés par investisseurs et analystes. Plus qu’aux errements intellectuels ou affectifs de son patron emblématique, cette trajectoire attendue est imputable à des évolutions structurelles qui correspondent à une progressive entrée du marché de l’électrique dans un régime "normal".

Analyse - 19/12/2022

Les conditions d’un vrai débat sur l’électrification

Un rapport important sur la question de l’électrification de l’automobile européenne, mis en ligne début décembre, porte sur l’affaire un éclairage original. Il montre que ce sont sans doute les erreurs faites dans le passé qui ont donné à l’électrification le statut d’unique solution praticable qu’elle a désormais. Il montre aussi que les impasses du passé resurgiront. Le débat ouvert alors peut conduire soit à remettre en cause le choix bruxellois soit à chercher à en réorienter les conditions de mise en œuvre.

Analyse - 15/12/2022

Toutes premières fois

Aujourd’hui, je vous parle de mes premiers émois -imaginaires ou réels- à bord de belles automobiles. Mais rassurez vous, ça reste accessible à tout public…