Publicité
Constructeurs - 14/12/2021 - #Volkswagen , #Baic , #Bmw

Daimler : le chinois BAIC détient près de 10% du capital, révèle le groupe

(AFP) - Le constructeur automobile allemand Daimler a révélé lundi que le groupe étatique chinois BAIC détient depuis 2019 9,98% de son capital, plus qu'initialement annoncé, ce qui en fait le principal actionnaire devant son compatriote Geely.

Auteur : Farida Sacha
Chef de rubrique

Partager cet article

"Cela souligne le succès du partenariat visant à poursuivre le succès à long terme de Mercedes-Benz en Chine", a estimé le groupe de Stuttgart dans un communiqué.

Près d'un cinquième du célèbre fabriquant de berlines Mercedes-Benz est ainsi détenu par des groupes chinois.

En 2018, le propriétaire du groupe automobile chinois Geely, Li Shufu, était devenu à la surprise générale le premier actionnaire du groupe, s'offrant en toute discrétion 9,7%.

Puis en 2019, Daimler avait annoncé que son partenaire industriel clé de longue date dans le pays, BAIC, était monté au capital à hauteur de 5%.

BAIC a "confirmé qu'il n'allait pas augmenter sa participation", a précisé lundi le constructeur allemand qui détient lui-même 9,55% de BAIC.

Le fonds souverain du Koweït est ainsi relégué, avec 6,8%, à la troisième place des actionnaires de Daimler, qui a placé en Bourse vendredi 65% de sa branche poids-lourds Daimler Truck.

Daimler et BAIC ont annoncé en février 2018 un investissement de 1,5 milliard d'euros dans une usine de véhicules Mercedes-Benz en Chine dans le cadre de la stratégie d'électrification du groupe allemand.

Les deux groupes sont liés notamment par une coentreprise locale, Beijing Benz.

Avec Geely, propriétaire de Volvo Cars, Daimler va développer et fabriquer en Chine dès 2022 les nouvelles Smart électriques dans le cadre d'une coentreprise annoncée en mars 2019.

Dans un contexte de défiance européenne à l'égard de Pékin, plusieurs sociétés allemandes ont suscité l'intérêt des investisseurs chinois ces dernières années.

Mais les concurrents allemands de Daimler sont, pour leur part, toujours majoritairement détenus par les "grandes familles", Porsche-Piech pour Volkswagen et Quandt-Klatten pour BMW.

L'action de Daimler prenait 2,24% à 75,91 euros vers 10H00 GMT, dans un Dax en progression de près de 1%, tiré notamment par le secteur automobile.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Il y a un #Volkswagen en haut de l'article !
;0)

Lucos , Le 14/12/2021 à 08:28

Toutes les autres actions de Daimler sont détenues par Jo !

Bruno Haas, Le 14/12/2021 à 10:12

MDR !
;0)

Lucos , Le 14/12/2021 à 10:59

Attention la rédaction d'Autoactu, M.Lucos à un plan pour améliorer la tenue rédactionnel de votre site et il l'a écrit ici à plusieurs reprises!
Si vous avez un peu de temps réfléchissez y !! C'est de toute évidence quelqu'un de sérieux et avec une petite équipe du même calibre !!

Durand Pierre, Le 14/12/2021 à 11:24

Into vinceres !
;0)

Lucos , Le 14/12/2021 à 11:31

En plein dans le vif du sujet monsieur coco !!
Il faut aussi étaler sur la tartine mais en grecque pour le coup !!
Un bon point sur le CV ...pour Autoactu !!

Durand Pierre, Le 14/12/2021 à 12:18

Nan "Grec" je n'ai pas fait, j'avais thermodynamique le même jour..
;0))

Lucos , Le 14/12/2021 à 12:25

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 14/12/2021

Les atouts des distributeurs traditionnels face aux pure-players du VO

La puissance financière de plateformes VO comme Cazoo ou Autohero, capables de dépenser des dizaines de millions d’euros en marketing, peut faire peur. Mais, "constructeurs comme distributeurs ont des atouts à faire valoir", analyse Guillaume Kerbrat, directeur associé au sein du cabinet de conseil TNP.

Marchés

Catégorie Constructeurs

Sandouville : la Cour de cassation remet la CGT à sa place

En mai 2020, la CGT avait obtenu d’un juge de première instance la fermeture de l’usine de Sandouville au mépris du droit comme vient de le confirmer la Cour de cassation. La CGT n’avait pas qualité à agir puisqu’elle ne contrôle pas l’instance de représentation des salariés de l’usine de Sandouville.

24/05/2022